Version classiqueVersion mobile

Maires de la Gironde de la Révolution à la Restauration

 | 
Bernard Lachaise
, 
Jean-Claude Drouin

I - Présentation de l’enquête

Texte intégral

1 - Les objectifs

  • 1 La synthèse de cette enquête nationale a été publiée sous le titre : Les maires en France du Consu (...)

1En 1988, le cesurb-histoire a entrepris une enquête sur “les maires dans le Sud-Ouest depuis la Révolution”. L’origine du projet vient de la constatation d’un vide : le Sud-Ouest est totalement absent de la grande enquête nationale sur les maires en France du Consulat à nos jours, menée dans les années 1970, sous la direction de MM. L. Girard et M. Agulhon1.

2L’équipe du cesurb s’était fixé trois objectifs de recherche :

  • connaître, en appliquant la méthode de la prosopographie, ceux qui exercent le pouvoir municipal depuis la Révolution de 1789. L’établissement de fiches biographiques devait permettre de définir l’état-civil des maires, leurs origines géographiques et sociales, leur réseau familial, leur milieu professionnel et enfin leur carrière politique.
  • mesurer les continuités et les ruptures selon les époques : pendant la Révolution française, entre la Révolution et l’époque napoléonienne, entre l’Empire et la monarchie restaurée, etc... et, entre les maires nommés (jusqu’en 1882) et les maires élus à partir de cette date.
  • cerner l’originalité :

3• des maires du Sud-Ouest dans l’ensemble national ;

4• des maires ruraux par comparaison avec les maires urbains ;

5• des maires selon le secteur du Sud-Ouest : un maire de pays viticole est-il semblable à un maire de montagne ou de terre céréalière ? Mais l’ampleur du terroir à étudier, la difficulté d’accéder à toutes les sources nous ont conduit à réduire considérablement dans le temps et dans l’espace nos ambitions initiales.

2 - La méthode

6La solution retenue fut de constituer un échantillon de dates et de lieux suffisamment représentatifs et donc significatifs. La chronologie choisie s’inspire en partie de celle de l’enquête Girard-Agulhon pour le xixe siècle. Nous avons ainsi décidé d’étudier les maires en fonction en 1811 et 1824. Il a paru utile de sélectionner des années-clés dans la période antérieure : le début de l’année 1790, car dans chaque commune un maire est alors élu ; la fin de l’année 1792, pour mesurer les éventuelles conséquences du changement de régime ; la fin de 1794, après la Terreur ; enfin, 1802 pour apprécier l’effet des réformes de la loi municipale par le Consulat.

7Ainsi, en une trentaine d’années fertiles en secousses politiques, comment évolue l’administration municipale créée par la Révolution ?

8La synthèse tentée ici se limite donc à la période révolutionnaire et post-révolutionnaire : il s’agit de dégager les traits caractéristiques des premiers maires et de mesurer les évolutions et les permanences, en ces temps troublés.

  • 2 Les chiffres sont ceux du recensement de 1821, fournis par l’Almanach de la Gironde de 1824.

9L’espace géographique a aussi dû être réduit. Il s’est avéré impossible de traiter toutes les communes. Seuls les chefs-lieux de canton ont été retenus et dans un premier temps, ceux de la Gironde. La synthèse porte finalement sur les maires de trente quatre chefs-lieux de canton (sur les quarante sept que compte la Gironde en 1824), entre 1790 et 1824. L’échantillon apparaît satisfaisant car les communes choisies sont réparties dans l’ensemble du département et de taille différente (cf. annexe 1). Cinq chefs-lieux ont moins de 1 000 habitants2 : Branne, Créon, Lesparre, Saint-Vivien et Villandraut ; dix-sept communes comptent entre 1 000 et 2 000 habitants : Bassens, Belin, Cadillac, Castelnau, Fronsac, Grignols, Guitres, La Brède, Lussac, Monségur, Pellegrue, Pessac, Podensac, Saint-Macaire, Saint-Savin, Saint-Symphorien, Targon ; six chefs-lieux ont entre 2 000 et 3 000 habitants : Bourg, Castillon, Saint-Ciers, Sainte-Foy-La-Grande et Saint-Laurent-du-Médoc ; enfin, six “petites villes” figurent dans l’échantillon : Bazas, Blaye, Langon, La Réole, Libourne, Saint-André-de-Cubzac.

10Le questionnaire (cf. annexe 2) s’est avéré trop ambitieux, sauf dans quelques rares cas de maires, notables de plus grande envergure, connus par exemple en tant que députés. Toutes les rubriques n’ayant pas été remplies, il a été impossible d’exploiter certaines informations mentionnées par quelques fiches seulement ; cependant, la totalité des questionnaires est conservée par le cesurb-histoire qui les tient à la disposition de tout chercheur intéressé.

3 - L’équipe

11La direction générale de l’enquête a été assurée par M. Philippe Loupès, puis par Mme Josette Pontet, professeurs d’histoire moderne à Bordeaux III, directeurs du cesurb-histoire.

12Le travail de collecte des informations a été mené de trois façons :

  • par des étudiants de Mme Sylvie Guillaume et de M. Philippe Loupés, à Bordeaux III, dans le cadre de mémoires de C2. Il s’agit de Mesdemoiselles Aizcorbe, Dehais, Darrieu, et de Messieurs Dorian, Labarthe, Lacombe, Romeyer-Dherbey, Roudière, Trégan
  • par des étudiants vacataires du cesurb-histoire : Mesdemoiselles Doriath et Loubet, Messieurs Gilon et Lacombe
  • par des enseignants et des chercheurs3 : Mme Gabarron (ingénieur d'études au cesurb-histoire), MM. Drouin et Lachaise (maîtres de conférences d’histoire contemporaine à Bordeaux III), Cadilhon, Coste, Figeac (professeurs agrégés, chargés de cours à Bordeaux III), Valette (conservateur des Archives Départementales de la Gironde), Torlois (professeur chargé du service éducatif des Archives départementales) et Coutura (responsable des Cahiers du Vitrezais).

4 - Les sources

  • 4 Sauf pour Créon, Villandraut, Targon, Sainte-Foy la Grande, Langon où les archives communales ont (...)

13Elles ont été recherchées presque exclusivement4 aux Archives Départementales de la Gironde : les sources imprimées, la série L, la série M, la série E (Etat-civil et notaires), la série Q y ont été systématiquement dépouillées. Il est certes regrettable — et nous en sommes conscients — que cette recherche ne soit pas exhaustive quant à l’éventail de sources possibles. La dispersion et le mauvais classement des fonds communaux ont empêché un travail plus approfondi, surtout pour les années révolutionnaires et napoléoniennes.

14Les sources consultées se sont révélées parfois très décevantes sur certains points et n’ont pas permis de remplir correctement bon nombre de fiches. Les renseignements biographiques les plus fréquemment fournis concernent l’état-civil, la profession, la fortune et la carrière politique. Mais que de questions restées sans réponse sur l’instruction des maires, leur mariage, leur descendance et leur vie associative !

Notes

1 La synthèse de cette enquête nationale a été publiée sous le titre : Les maires en France du Consulat à nos jours, M. Agulhon, L. Girard, J.L. Robert, W. Serman et collaborateurs. Paris : Presses Universitaires de la Sorbonne, 1986.

2 Les chiffres sont ceux du recensement de 1821, fournis par l’Almanach de la Gironde de 1824.

3 Tous les membres de l’équipe de recherche — et notamment les vacataires — doivent être vivement remerciés pour le gros travail de dépouillement, souvent fastidieux et ingrat, qu’ils ont accompli. Il faut aussi saluer la mémoire de Jean Cavignac, conservateur aux archives départementales de la Gironde, qui s’était joint dès le début à cette enquête et que seule la maladie a empêché de poursuivre la recherche dont il s’était chargé.

4 Sauf pour Créon, Villandraut, Targon, Sainte-Foy la Grande, Langon où les archives communales ont été consultées.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search