Version classiqueVersion mobile

Maires de la Gironde de la Révolution à la Restauration

 | 
Bernard Lachaise
, 
Jean-Claude Drouin

Avant-propos

Josette Pontet

Texte intégral

1L’enquête menée sur les maires de la Gironde, de la Révolution à la Restauration, dans le cadre des recherches du Centre d’Etudes des Espaces Urbains, a été en tous points exemplaire. Fruit d’un travail collectif, elle a mobilisé des chercheurs du centre ainsi que des étudiants bénévoles et vacataires et des personnalités extérieures intéressées par le thème de l’enquête. Celui-ci a fait l’objet de plusieurs tables rondes réunies sous la direction successive de Philippe Loupès et de moi-même, directeurs du centre, tant pour définir le protocole de recherche que pour suivre ensuite les progrès de celle-ci et répondre aux problèmes rencontrés. L’enquête a finalement abouti à des résultats tout à fait intéressants et neufs et je ne peux que me réjouir d’en voir aujourd’hui la publication.

2Certes les ambitions initiales de l’équipe, animée par Bernard Lachaise, étaient beaucoup plus grandes : il s’agissait d’enquêter sur les maires de l’ensemble de l’Aquitaine et de couvrir la période allant de 1790 à 1882, dans le souci d’établir une comparaison avec les résultats obtenus à l’échelle nationale par Maurice Agulhon, Louis Girard et leurs collaborateurs, qui n’avaient pas pris en compte le Sud-Ouest dans leur travail. L’ampleur de la tâche est vite apparue démesurée face aux moyens des chercheurs et a conduit à restreindre l’enquête dans l’espace et dans le temps : seul le département de la Gironde a été retenu et pendant la période révolutionnaire et post-révolutionnaire seulement, période assez mal connue au demeurant et pourtant fertile en événements et en enseignements.

3Les résultats de l’enquête que Bernard Lachaise a bien mis en valeur montrent qu’il existe une indéniable spécificité des maires des petites villes et bourgs de la Gironde en 1790 et dans les années qui suivent. Retenons d’emblée que l’on voit émerger en 1790 un personnel municipal nouveau, même si, comme le montre par ailleurs Jean-Claude Drouin à propos de Targon, nombre de maires sont issus de milieux en ascension sociale depuis longtemps déjà. Le maire girondin, à la différence de son homologue limousin par exemple, est presque toujours un roturier riche, jamais ou presque un ecclésiastique. Par la suite on constate une certaine démocratisation dans le recrutement des magistrats municipaux, dont la fonction reste marquée par l’instabilité. Toutefois, 1794 ne s’accompagne, ici, que d’une épuration assez modérée et l’on ne voit pas un renouvellement général des hommes à la tête des municipalités. La fin de l’époque napoléonienne et la Restauration enregistrent le retour des nobles parmi les maires des gros bourgs et des petites villes surtout. Plus que dans le reste de la France, les maires se recrutent dans les professions libérales et la fonction publique. Peu nombreux auparavant, les propriétaires fonciers deviennent néanmoins prédominants sous la Restauration, ce qui n’est pas contradictoire avec la percée réalisée dans les municipalités par la noblesse rurale.

4Bien d’autres éléments sont à glaner dans cette enquête, même si elle demande à être complétée et affinée par d’autres dépouillements dans le temps et dans l’espace. Mais avec ses riches annexes, constituées de tableaux précis, de notices biographiques et d’une étude substantielle de Jean-Claude Drouin insérant les maires dans le réseau des notabilités locales à partir de l’exemple d’un bourg de l’Entre-deux-Mers, cet ouvrage apporte déjà beaucoup à la connaissance des élites urbaines qui, en Gironde, ne sont pas dépourvues de traits originaux dûs à la géographie ou à l’histoire.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search