Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites fins de siècles

Les élites internationales

Approches étrangères

Georges Dupeux

Texte intégral

1Etendre la recherche au-delà de la métropole par l'étude des « Elites internationales », c'est inviter à porter les yeux sur le modèle britannique, le Westminter model opérant au sein d'un système élitaire particulier, fondé sur la fameuse société de déférence ? Ce modèle, François-Charles Mougel l'avait minutieusement analysé dans sa thèse de doctorat d'Etat. En menant sa recherche jusqu'à l'époque actuelle, il a voulu montrer que sous l'apparence du changement, la Grande-Bretagne présente jusqu'à la fin du xxe siècle, une étonnante ressemblance avec celle de la fin du xixe siècle. La reproduction, écrit-il, l'emporte sur le changement, la fermeture sur l'ouverture. Les modes de recrutement, les enjeux fondamentaux sont restés les mêmes pendant un siècle.

2Il est vrai que la fin du xixe siècle et celle du xxe présentent, dans l'histoire de la Grande-Bretagne, des ressemblances étonnantes. Au niveau du pouvoir, d'abord. On y voit des leaders vigoureux (Lloyd George, Margaret Thatcher) succéder à des personnages falots, à des Wets, selon une expression récente. On y voit également s'affirmer une mise en cause rigoureuse de l'Establishment de l'époque. Mise en cause par le haut pour Lloyd George, dont on connaît la détestation pour cette Chambre des Lords, incapable et dispendieuse selon lui. Mise en cause par le bas, pour Margaret Thatcher, par une politique résolument hostile aux Trade Unions, et la mise hors course, pourrait-on dire, des élites syndicales.

3Derrière les apparences, cependant, les réalités paraissent moins nettes. L'Establishment sorti des réformes de Lloyd George, c'est-à-dire débarrassé de l'influence d’une haute noblesse et réduit aux catégories sociales nées de la société industrielle, s'est maintenu tel seul, ou presque, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Mais la montée de la puissance syndicale et la création du Welfare State ont jeté le trouble dans le système élitaire et le Westminter Model, si bien que les élites étatiques se sont trouvées désemparées devant le problème de la Grande-Bretagne affaiblie par la guerre et la Reconstruction, en perte de vitesse. Si bien que la vieille alternance (Conservateurs/Libéraux, puis Conservateurs/Travaillistes) a perdu beaucoup de sa raison d'être. D'une part parce que le Labour, de crises intérieures en aggiornamentos fragiles, s'est borné à une gestion chaotique des affaires, et que les élites conservatrices, d'autre part, ont perdu confiance en leur propre raison d'être, au point qu'un McMillan ou un Heath ne se fixaient plus comme objectif non la mise en cause du Welfare, mais, bien au contraire, une gestion de celui-ci plus efficace que la gestion travailliste.

4Le thatcherisme a changé tout cela. D’abord parce qu'une femme a pris la direction du parti conservateur, puis du gouvernement, phénomène impensable du temps de l'ancien Establishment. Ensuite parce que cette femme fondait son action sur une idéologie plus ferme, celle du libéralisme, et parce qu'elle croyait ce qu'elle disait. Enfin parce qu'elle substituait au consensus mou un style de combat, comme on n'en avait plus connu depuis W. Churchill.

5Le résultat a été un changement profond dans le système élitaire britannique, envahi par les catégories sociales caractéristiques de la société post-industrielle. De la société de déférence à la méritocratie, le chemin parcouru est considérable. Et voilà que dans le parti conservateur lui-même on ne respecte plus les vieux aristocrates. De la « désignation » (anachronique) d'un lord Home à l'élection d'un John Major, le vieil Establishment en sort tout marri.

6Participant à la fois des traditions anglo-saxonnes et des traditions françaises, le Québec présente, dans son système d'élites, certains traits originaux. Alors que la haute bourgeoisie, et particulièrement les professions libérales traditionnelles, qui exerçait depuis 1867 un quasi-monopole de la représentation politique, a été écartée du pouvoir après la Première Guerre mondiale et s'est repliée, si l'on peut dire, sur l'économie, le développement d'un parti autonomiste a provoqué la montée des « communicateurs », des professionnels de la culture, bref des intellectuels. Ce phénomène s'explique par la nécessité, pour le parti péquiste, de gagner à ses thèmes l'ensemble du peuple et spécialement les jeunes. Les intellectuels francophones jouent un rôle proche de celui qu'ont joué en France, sous la IIIe République, les instituteurs. Aussi est-il nécessaire, aujourd'hui, pour exercer des fonctions politiques dans les institutions provinciales du Québec, de posséder une formation universitaire. Il est avantageux, sinon indispensable, d'être (encore) jeune, si l'on veut séduire les jeunes électeurs (l'âge électoral a été abaissé, en 1966 à 18 ans). Entre 1970 et 1981, les moins de 45 ans ont constitué la majorité des députés à l'Assemblée provinciale ; aujourd'hui, cependant, le parti libéral rivalise de jeunesse avec le parti québécois. Ce dernier semble évoluer, en ce sens qu'il accorde peut-être moins d'importance à ses positions théoriques, qu'il s'intéresse de plus en plus au mouvement économique, et qu'il se rapproche, en un mot, du parti libéral. L'uniformisation des partis, affirme Sylvie Guillaume, en conclusion de l'analyse des personnels politiques des institutions provinciales du Québec, ne peut qu'accentuer l'uniformisation des élites politiques.

7Retour en France, ou plutôt dans ce prolongement de la métropole que fut longtemps l'Algérie, avec l'étude de la « notion d'élite dans la politique indigène de la France en Algérie », de Guy Pervillé. Il s'agit de l'histoire de l'élite musulmane algérienne de formation française, et des statuts que la politique algérienne de la France leur a réservés. Cette histoire constitue l'un des plus récents exemples de la formation d'une nouvelle classe dirigeante, ou appelée à le devenir. Mais ce sont des élites choisies par la métropole, donc par la nation occupante, et qui, en outre, n'ont cessé d'être contestées par les colons.

8Au début, les « indigènes » musulmans furent gouvernés par l'intermédiaire des élites dirigeantes traditionnelles, appauvries ou domestiquées, réduites au rôle d'auxiliaires de l'administration française. Puis, à mesure que le statut des populations indigènes fut modifié, parfois dans des directions contradictoires, les autorités gouvernementales entreprirent de dégager et de former des élites nouvelles au moyen de l'armée ou de l'enseignement. Des catégories favorisées apparurent, officiers et sous-officiers, instituteurs, interprètes, auxiliaires de la justice, et même médecins, pharmaciens, avocats. Les divers statuts que la métropole se décida à leur proposer furent ambigus, aussi bien pour ceux qui restaient noyés dans la société indigène que pour ceux qui souhaitaient accéder à la citoyenneté française. Finalement, ces nouvelles élites semblent n'avoir été acceptées ni par les colons, ni par les leaders des mouvements d'indépendance.

9L'échec présente l'avantage, pour l'historien, de révéler l'image de l'élite qui inspirait les responsables de la politique française. La IIIe République a négligé les élites militaires (spécialement les anciens combattants de la Première Guerre mondiale), pour choisir les élites intellectuelles ; elle a été obnubilée par le mirage de l’instruction, dont le but était de former des esprits rationnels qui ne pouvaient devenir, dans son esprit, que des patriotes francophiles. Double erreur et double échec. La rationalité a poussé des élites indigènes à dénoncer la colonisation, l’enseignement patriotique à susciter un patriotisme indigène dont la finalité était l’« Algérie algérienne ».

Auteur

Professeur Emérite Université Michel de Montaigne - Bordeaux III

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540