Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites fins de siècles

Les élites nationales

Les députes de la IIIe république : une élite politique aux caractères nationaux homogènes ? L’exemple comparatif des départements de Gironde et d’Eure-et-Loir 1876-1898

Joël Dubos

Texte intégral

1Dans sa dimension géographique, l'approche comparative qui est proposée ici reste largement le fruit du hasard. Le corpus ainsi constitué — soit 57 députés, girondins pour plus des trois quarts — forme de ce fait un échantillon aléatoire et en aucun cas un groupe témoin. Echantillon non biaisé par la dimension régionale, il n'en permet que mieux de dégager constantes et variables donnant lieu à quelques hypothèses momentanées en attendant les résultats d'une synthèse nationale.

2Les limites chronologiques ont été fixées avec le souci d'appréhender le personnel républicain des débuts de la Troisième République et ces couches nouvelles dont Gambetta annonçait l'ascension. Pour autant, ces choix relèvent d'une pertinence inégale. Car, si la date de 1876 marque bien une coupure réelle pour les deux départements, il n'en va pas de même de la septième législature, limite ad quem de cette étude, significative pour la seule Gironde où le changement de personnel est net après 1902. Pour l'Eure-et-Loir en revanche, la rupture est plus contestable. Cette restriction empêche donc d'extrapoler les conclusions et de pousser trop loin la comparaison.

3Si l'on définit l'élite comme un groupe limité doté de pouvoirs, notre corpus correspond assurément à une élite politique : par son essence même, dans la mesure où le député tire son existence d'un acte éminemment politique — le vote au suffrage universel — mais aussi dans sa raison d'être, puisqu'il est désigné pour exercer le pouvoir politique dans un régime dont la pratique privilégie la dimension parlementaire.

4Cette élite politique républicaine est-elle pour autant distincte des autres élites ? Se différencie-t-elle ou non du monde des notables caractérisé par la possession d'un capital multiforme, renforcé et transmis de génération en génération ? En d'autres termes, l'élection du député est-elle à cette époque vote en faveur d'un homme politique perçu dans sa spécificité ou à l'opposé délégation d'une personnalité désignée aux faveurs du suffrage par son assise sociale ?

5Assurément, les conditions fixant la désignation des députés conditionnent le statut général d'un groupe dont l'homogénéité sociale certaine ne saurait gommer les particularismes.

I - UNE ELITE POLITIQUE, PRODUIT DU SUFFRAGE UNIVERSEL

  • 1 huard r., Le suffrage universel en France 1848 - 1946, Paris, Editions Aubier, 1991, particulièreme (...)
  • 2 bourdieu p. et wacquant l. j. d., Réponses, Paris, Seuil, 1992.

6En présentant le suffrage universel comme un enjeu et un instrument de pouvoir, la récente étude de Raymond Eluard rappelle l’importance du cadre politique et de ses contraintes1. Pour notre approche prosopographique, il importe peu cependant de chercher à montrer si le facteur politique est un déterminisme premier ou seulement apparent. Dépassons avec Pierre Bourdieu l'antinomie entre un point de vue objectiviste, qui privilégie l'influence des structures socioéconomiques, et une approche constructiviste, pour qui prime le système de sens dont les agents investissent leur action2. Les deux systèmes sont en effet en interaction constante.

7Le facteur politique ne saurait être défini comme une dimension autonome et isolée. Le fait ne doit pas être négligé lorsque l'on en étudie les manifestations, notamment à travers le principe électoral, qui joue pleinement son rôle d'ouverture en 1876 avant de privilégier la logique de l'enracinement.

1 - Le renouvellement permis par le personnel républicain

8L'Eure-et-Loir et la Gironde sont conquis par les Républicains à partir de 1876 ; leur victoire est totale en Eure-et-Loir, moins assurée en Gironde.

  • 3 Laurent de gouvion-saint-cyr ; son père, maréchal d'Empire, a été fait marquis et pair héréditaire (...)

9A partir de 1876 c'est toute une génération et un type de députés qui sont balayés : où sont passés les marquis de Gouvion-Saint-Cyr, de Pontoi-Pontcarre, de Lur-Saluces3 ? Ainsi en Eure-et-Loir, l'irruption des députés républicains chasse définitivement les notables royalistes et toute une couche sociale se voit repoussée de la sphère du pouvoir par le seul suffrage républicain.

Les étiquettes des députés élus de 1876 à 1898

Les étiquettes des députés élus de 1876 à 1898
  • 4 Jérôme david, fils naturel de Jérôme bonaparte, officier, grand propriétaire terrien en Bazadais, (...)
  • 5 Bernard froin ; d'une vieille famille du Blayais, neveu de londvald aubert, pair de France, et du (...)
  • 6 Henri Jean Louis, comte du perier de larsan, issu d'une vieille famille bretonne, important propri (...)

10En Gironde, les aléas de la conquête républicaine reflètent l'équation entre la perte du pouvoir politique par les notables et leur permanence idéologique. En 1876 et 1877, le département est coupé en deux entre les circonscriptions républicaines (Bordeaux, Libourne) et les arrondissements tenus par des bonapartistes (Bazas, La Réole, Lesparre, Blaye) qui s'effondrent après 1881 — seul le Baron David parvient à résister à Bazas4. Quant au boulangisme, qui enregistre six succès en 1889, il représente une opposition multiforme : il marque d'une part le retour inespéré et éphémère de quelques figures de la réaction (Amédé de Lur-Saluces, Bernard Froin, Isidore Mitchell5), et d'autre part, l'émergence d'une extrême gauche urbaine, socialiste et nationaliste. Après 1893, avec la défaite définitive des monarchistes et bonapartistes, les grands notables qui parviennent à se faire élire, à l'exemple du comte du Perier de Larsan ou de René Cazauvielh6, sont tous républicains.

11Pour ces notabilités, le maintien au sein de l'élite des députés passe donc nécessairement par un ralliement aux valeurs institutionnelles de la République. Ce qui nous dissuade de sous-estimer la variable politique. Cependant, le succès républicain s'explique-t-il seulement par un changement des règles du jeu électoral et une évolution des opinions ou implique-t-il également l'acquisition préalable d'un important capital politique ?

2 - Les élections

12L'étude des scrutins permet d'appréhender l'assise électorale du député et d'en mesurer la fermeté. Si l'on définit un coefficient de permanence comme le rapport du nombre des élections (générales et partielles) sur le nombre de nouveaux élus pendant la période, on obtient respectivement 1,9 pour la Gironde et 2,9 pour l'Eure-et-Loir.

Eure-et-Loir

Gironde

2,9

Coefficient de permanence sur la période

1,9

3,6

Coefficient de permanence pour la carrière complète

2,5

49 %

Moyenne des % de voix/inscrits

33,5

63 %

Moyenne des % de voix/votants

--

86 %

 % d'élections au 1er tour

52 %

13C'est en effet une réelle stabilité qui caractérise l'Eure-et-Loir de 1876 à 1898. Les députés y sont en moyenne élus avec 49 % du chiffre des inscrits et 63 % des votants (soit un taux d'abstention relativement faible de 22 %). L'issue de l'affrontement est fixée dès le premier tour dans 86 % des cas. Ces constatations sur la stabilité parlementaire en Eure-et-Loir sont encore renforcées lorsque l'on analyse les causes des fins de carrière7 : les échecs n'y figurent que pour 17 % contre 50 % pour les décès, 17 % pour les retraits volontaires et 17 % pour des succès aux élections sénatoriales. Il est donc rare que le député soit expulsé de son fauteuil. D'ailleurs, si l'on calcule le coefficient de stabilité sur l'ensemble des carrières (en prenant en compte les élections antérieures à 1876 et postérieures à 1902), on obtient 3,6 pour l'Eure-et-Loir et seulement 2,5 pour la Gironde.

14La Gironde n'en apparaît que mieux sous le jour d'un département où les combats politiques sont rudes. Faut-il donc conclure à l'impossible permanence du personnel parlementaire ? Pas vraiment. Certes, la marge de manœuvre du député girondin, élu en moyenne avec 33,5 % des inscrits, et au premier tour dans seulement 52 % des cas, reste faible. Cependant, les fins de carrières dues aux échecs ne représentent que 40 % des cas (18 % des députés ne se représentent pas, 20 % deviennent sénateurs, 23 % décèdent). En outre, ce sont les opposants à la République qui sont les principales victimes de l'instabilité : 70 % terminent leur carrière sur un échec (souvent répété) et 20 % renoncent à une lutte inégale et vaine. Les chiffres concernant les seuls républicains s'en trouvent corrigés : si 31,5 % échouent, 28,5 % décèdent et 26 % deviennent sénateurs.

15Quant au nombre moyen des élections, il révèle de belles carrières : un tiers des députés d'Eure-et-Loir sont élus au moins quatre fois (avec la remarquable longévité politique de Paul Deschanel, élu à huit reprises), et près d'un quart (11 sur 45) en Gironde. La plupart des députés républicains disposent donc d'un capital électoral suffisamment assuré pour leur donner l'atout de la durée et, pour la majorité d'entre eux, des fins de carrière politiquement heureuses.

16Ils bénéficient cependant d'une stabilité ambiguë. Ils l'emportent certes, mais rarement avec la majorité des électeurs inscrits. Il n'est en outre pas exceptionnel de ne trouver qu'un seul candidat crédible en lice. C'est dire que le succès du député républicain n'est pas seulement à rechercher dans la manifestation du suffrage universel à l'échelle de l'arrondissement. L'enracinement local, communal et cantonal, s'avère lui aussi fondamental et donne lieu à de véritables stratégies.

3 - Les stratégies de l'enracinement local

17La grande majorité des députés ont exercé des fonctions locales avant d'être élus à la chambre.

Eure-et-Loir

 %

MANDATS

Gironde

 %

8

67

CONS. MUN.

23

51,5

2

16,5

CONS. ARR.

5

11,5

7

58,5

CONS. GAL.

28

62,5

8

67

MAIRE

17

38

0

0

PDT. CONS. GAL.

3

7

1

8,5

Aucun mandat

9

20

18Les résultats des deux départements demeurent proches, bien que les élus de l'Eure-et-Loir semblent plus attirés par les responsabilités majorales alors qu'une proportion non négligeable de députés girondins ne remplit aucune fonction locale. Néanmoins, la règle reste d'exercer un mandat local avant de tenter sa chance aux élections législatives.

19En outre, dans la plupart des cas, le député réside dans le département où il est élu avant son élection. C'est vrai pour 82 % des Girondins et 75 % des Beaucerons. Encore faut-il remarquer que certains députés « parachutés » ont rempli des fonctions préfectorales dans le département (comme Paul Deschanel, sous-préfet à Dreux ; Pol Maunoury, secrétaire général de la préfecture de Chartres ; Grossin De Bouville, préfet de la Gironde). De plus, dans le cas de l'Eure-et-Loir, un député résidant à Paris n'est jamais très éloigné de sa circonscription.

  • 7 Pour la Gironde, voir l'article de MM. drouin et lachaise sur l'Aquitaine.
  • 8 Pierre Honoré dreux-linget : cons. mun. et maire de Cormainville à partir de 1865, cons. de l'arro (...)

20Existe-t-il une sorte de cursus honorum type ? Que constatons-nous en Eure-et-Loir7 ? L'âge moyen lors de la première élection à la députation est de 46 ans sous la Troisième République (Noël Parfait, élu à 36 ans en 1849 n'est pris en compte que pour son élection de 1876) alors que les députés ont fait leur entrée dans la vie politique quelques années auparavant, c'est-à-dire vers 40 ans. 67 % débutent par une élection dans un Conseil Municipal, immédiatement suivie par un mandat de maire pour 25 % ; 8 % commencent par être conseillers généraux et 25 % sont directement élus députés. Ces derniers sont aussi ceux qui briguent peu ou pas de mandats locaux. Au demeurant, 80 % des fonctions locales sont conquises avant le succès à la députation. En résumé, la carrière type s'ouvre par l'entrée dans un Conseil Municipal et se poursuit par le cumul de plusieurs mandats, deux au moins pour 92 % des députés, 67 % en cumulant au moins trois. Le fait est tout à fait net pour les trois députés ayant rempli des fonctions sous l'Empire (Dubois, Dreux-Linget et Truelle8) ; leur enracinement opiniâtre pourrait ainsi expliquer leur longévité politique et leur résistance aux changements de régime (ils siègent en moyenne pendant 30,5 ans en tant que conseiller municipal et dirigent leur municipalité pendant 23 ans).

21Quant aux durées moyennes d'exercice (13 ans à la députation, 14 au Conseil Général, 4,5 au Conseil d'Arrondissement, 25 au Conseil Municipal, 10,5 à la Mairie), elles permettent de rapprocher les mandats de député et de conseiller général, alors que s'exprime clairement la désaffection des députés pour les responsabilités au Conseil d'Arrondissement. Enfin, signalons les parcours de Paul Deschanel, Président de la République et sénateur, et d'Emile Lhopiteau, sénateur et ministre de la Justice en 1920.

22Ainsi, la quasi-disparition des grands notables dès 1876 démontre que l'élection joue désormais librement son rôle sans adéquation préalable entre le rang de la naissance ou de la fortune et la compétence politique supposée. Cependant, l'existence d'un véritable cursus des fonctions électives permet de s'interroger sur la réalité de cette ouverture politique, notamment au plan social.

II - APPARTENANCE SOCIALE ET STRATEGIE9 DE RECUPERATION DU MECANISME DEMOCRATIQUE

  • 9 Le terme de stratégie est employé ici non au sens de calcul individuel mais bien plutôt comme une (...)

23L'ouverture institutionnelle permet l'arrivée au pouvoir des républicains et marque le recul des grands notables élus en 1871. Le profil social de la chambre s'en trouve-t-il pour autant radicalement transformé ?

1 - Le parcours personnel du député

24Le parcours personnel du député permet de dresser le portrait social type du député des débuts de la Troisième République.

25Seulement un tiers environ des députés n'a pas suivi d'études supérieures, mais cette proportion est supérieure en Eure-et-Loir, ce qui semble dû au fait que quelques élèves pourtant brillants reprennent la succession parentale sans pouvoir ni avoir besoin d'un diplôme supérieur au baccalauréat (c'est le cas d'Emilie Micholeau ou de Pierre Dreux) ; c'est là un autre mode de formation que nous retrouvons chez les négociants bordelais dont les enfants n'en reçoivent pas moins une réelle qualification en dehors des chemins habituels de l'enseignement.

26Le second point manifeste est la domination des études de droit qui bénéficient d'une double légitimité : grâce, d'une part, à la tradition historique qui fait du monde de la Robe le vivier des serviteurs de l'Etat et, d'autre part, au prestige lié depuis le Siècle des Lumières à la rigueur démonstrative et aux connaissances spécialisées qui font de l'homme de loi un technicien du droit. Le cas des députés ministres renforce ce point de vue jusqu'à la caricature : sur les 9 ministres de notre corpus (y compris Paul Deschanel), 7 soit 78 % ont fait des études de droit.

Les études des députés

Eure-et-Loir

 %

DIPLOMES ET ETUDES

Gironde

 %

5

41,5

Pas d'études supérieures (dont arrêt avant lycée)

14

31

5

41,5

Droit

22

49

0

0

Autres facultés

5

1 1

0

0

Grandes Ecoles

4

9

2

16,5

Inconnu

0

0

27Deux députés seulement (Antoine Jourde et Noël Parfait) ont quitté l'école à 13 ans. Le diplôme apparaît de ce fait comme une quasi-nécessité pour le futur député qui, très tôt, entrant parmi les 2 % de Français ayant poursuivi des études, se trouve intégré dans une minorité à une époque où l'école primaire elle-même n'est ni gratuite ni obligatoire.

28L'effet se retrouve naturellement dans le relevé des professions au moment de la première élection :

  • 10 D'après estebe j., Les ministres de la République, Paris, Presses Nationales des Sciences Politiqu (...)

Eure-et-Loir

%

CLASSIFICATION10

Gironde

%

1

8,5

I. Travailleurs manuels,salariés

1

2

0

0

II. Petite bourgeoisie

0

0

9

75

III. Bourgeoisie diplômée

24

53,5

1

8,5

IV. Cadres de l'Etat

3

6,5

1

8,5

V. Propriétaires des moyens de production et d'échange

16

35

0

0

Inconnu

1

2

29De ce tableau ressort l'extraordinaire sous-représentation des couches modestes (secteurs I et II) alors que la domination de la bourgeoisie diplômée est écrasante ; elle se trouve renforcée en Eure-et- Loir par la faible diversification des activités économiques et la primauté du secteur primaire. En Gironde à l'opposé, elle est limitée par un puissant secteur V, lié tant au pôle viticole qu'à l'activité commerciale et portuaire.

  • 11 Ainsi Noël parfait : apprenti typographe à 13 ans puis journaliste, écrivain fréquentant et collab (...)

30L'élection ne modifie qu'exceptionnellement le statut professionnel du député. D'ailleurs, si 75 % des députés en Eure-et-Loir et 51 % en Gironde exercent au moins une autre profession, les changements restent beaucoup plus limités qu'ils n'y paraissent : cumul de responsabilités (magistrature, journalisme) ou fonctions temporaires (le personnel préfectoral nommé par Gambetta en 1870 en est un exemple) n'entraînent pas un bouleversement profond. Dans la plupart des cas, l'évolution traduit une ascension sans rupture qui profite aux secteurs V (c'est le cas du négociant qui devient rentier) et IV (réussite professionnelle de fonctionnaires et magistrats) ; par ailleurs, cette ascension peut se produire dans le même champ d'activité11.

31Quelles que soient les étiquettes politiques (à l'exception des grands notables royalistes), le secteur de la bourgeoisie diplômée domine. Cependant, la Gironde présente une évolution particulière : jusqu'en 1893, ce secteur recule sensiblement devant les propriétaires ; mais ces derniers régressent ensuite, passant de 50,5 % en 1893 à 25 % en 1898. Au début du siècle, le triomphe de la « République des avocats » est donc incontestable dans les deux départements.

  • 12 In chaussinand-nogaret G. (dir.). Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle, Paris, Tall (...)

32Nous pouvons ainsi relever la prééminence des métiers liés à la communication (avocat, journaliste voire pasteur ou négociant) qui peuvent préparer à une carrière politique. Mais en fait, s'agit-il réellement d'acquérir une compétence ? On peut en douter devant le nombre d'élèves passables ou d'avocats ne plaidant pas. Peu importe en fait la valeur de la formation reçue face au symbole. Catherine Durandin évoque « une vision de la société qui conjugue méritocratie et aristocratie »12, mais l’essentiel reste bien que c'est toujours la logique de la distinction qui l'emporte. Le discours de légitimation s'est déplacé mais son schéma directeur, déterminé a priori, est resté intact : le diplôme apparaît ainsi comme un certificat de compétence plus symbolique que réel et le métier demeure un véritable laissez-passer vers le pouvoir.

2 - Les stratégies de la transmission du pouvoir

33L'idée d'une ouverture sociale réelle et profonde se trouve encore fortement nuancée lorsque l'on se penche sur le statut de la famille du député, notamment les professions des pères.

Secteurs socio-professionnels des pères

Secteurs socio-professionnels des pères

(sans prof. : sans profession)

  • 13 Rappelons qu’en 1851 la répartition de la population masculine française est toute différente : se (...)

34Les pères recensés se répartissent donc de cette façon13 :

SECTEURS I ET II

34 %

SECTEUR III

22,5 %

SECTEURS IV ET V

43 %

35Ainsi, l'ouverture sociale profite en partie aux secteurs I et II mais les secteurs IV et V demeurent les mieux représentés, particulièrement en Gironde. En Eure-et-Loir, avec le départ des grands propriétaires réactionnaires, se manifeste une poussée des fils d'agriculteurs. Cependant, ces derniers, disposant pour trois d'entre eux de revenus compris entre 1 500 et 5 000 F, forment un groupe intermédiaire de paysans aisés qui ne sauraient être confondus avec les petits exploitants ou les ouvriers agricoles.

3 - Le legs d'un schéma d'ascension sociale

36Les pères n'ont pas en fait transmis leur statut socio-professionnel directement à leurs fils et en ce sens, en l'absence d'une reproduction à l'identique des groupes sociaux, nous pourrions parler d'une ouverture démocratique véritable. Or, le simple fait que les fils aient, dans la plupart des cas, poursuivi des études, implique une volonté d'ascension sociale de la part des pères. A de rares exceptions, seuls en effet les fils d'ouvriers (Parfait et Jourde) et de propriétaires ou négociants (Dubois, Dreux en Eure-et-Loir, Fourcand, Gruet, Lalande, Laroze Léon en Gironde) n'ont pas cherché à obtenir un diplôme ; sur les 16 députés n’ayant pas dépassé le niveau du baccalauréat, 6 ont un père appartenant au secteur I et 8 au secteur V. A l’opposé, tous les députés dont les pères ont été recensés dans les secteurs III et IV ont poursuivi des études. Ce qui implique une vision volontariste d'ascension sociale à long terme à l'échelle familiale.

  • 14 Cf. dubos j., « Les députés élus dans les circonscriptions de Bazas et La Réole » in Les Cahiers d (...)

37La transmission des mandats politiques est particulièrement éclairante elle aussi. En Eure-et-Loir, sur 11 pères connus, 7 ont exercé des responsabilités politiques locales soit 64 % : 4 conseillers municipaux, 2 maires, 1 conseiller d'arrondissement, 1 député, 1 chef du « parti » républicain de Chartres (Hippolyte Maunoury) et ce avant la majorité de l'intéressé dans six cas. En Gironde, le phénomène semble moins net ou tout du moins plus malaisé à cerner. Il n'en demeure pas moins évident, avec plusieurs exemples de transmission directe des sièges (René Cazauvielh, Froin, Lalanne, Laroze Pierre, Henri de Lur-Saluces) et concerne aussi bien les royalistes que les républicains et en majorité de gros propriétaires appartenant à des lignées anciennes et renommées14. En outre, dans plusieurs cas, les successions se réalisent automatiquement dès la mort du père (ainsi René Cazauvielh succède en 1892 à son père comme maire et conseiller d'arrondissement de Belin et remplace la même année son oncle au Conseil Général).

  • 15 Henri du perier de larsan épouse Madeleine, fille du marquis de carbonnier de marsac, député de la (...)

38Du reste, le député lui-même manifeste cette volonté de transmettre à son fils un capital électoral et politique : parfois avec succès (en 1899 à la mort de son père Pol, Maurice Maunoury lui succède comme maire de Luisant puis, après deux échecs, comme député de la seconde circonscription de Chartres), parfois non (Victor Dubois ne se représente pas aux législatives de 1902 mais voit son fils Joseph se faire battre par Maurice Violette). Quelques grandes familles de parlementaires se forment ainsi, en ascendance directe (Laroze Léon et Pierre, Deschanel Emile et Paul, Steeg Jules et son fils Théodore, député et sénateur de la Seine), indirecte (les Lur-Saluces, Cazauvielh, Laroze) ou encore par le jeu des alliances matrimoniales (Perier de Larsan, Decrais15). Cette synergie, qui semble concerner en premier chef les grands notables et les grands hommes d'Etat, se retrouve en Eure-et-Loir mais plutôt à partir des années 1910 (Mignot lié à la famille Bozeriant, Maunoury Maurice et Gabriel).

39Pour autant, nier toute ouverture sociale à propos de notre corpus de députés serait une erreur : si l'on compare les deux premières et les deux dernières législatures, la montée des fils de milieux relativement modestes est évidente :

1876/1877

1893/1898

SECTEURS I et II

20,5 %

44,5 %

SECTEUR III

35,5 %

20,5 %

SECTEURS IV et V

32,5 %

23,5 %

40Mais il ne faut pas en exagérer l'ampleur car ces familles ont mis en place une double stratégie d'ascension sociale qui oblitère largement les potentialités de la démocratie électorale : par l'atout que confère l'obtention d'un diplôme (pour les familles possédant un capital financier et social limité, c'est l'une des seules voies ouvertes) ou par la transmission du capital politique grâce aux mandats locaux (ce qui est particulièrement le fait des propriétaires terriens ; aristocrates royalistes ou laboureurs républicains transmettent avec la terre une forme de domination sociale et sa contrepartie électorale). Enfin, certains bénéficient d'un héritage encore plus précieux, à savoir la fréquentation des allées du pouvoir et des lieux de convergence et de rencontre des élites. Quant à la fortune, elle reste difficile à analyser tant que les sources fiscales et notariales ne seront pas aisément accessibles mais en tout état de cause, sa transmission ne semble pas devoir contredire les mécanismes de l'ascension déjà relevés.

41Il semble donc qu'il y ait sous la IIIe République davantage interpénétration qu'équivalence des élites. L'élite politique ne se définit plus exclusivement comme l'aristocratie des gens bien nés ni des propriétaires fonciers, comme ce fut le cas de la fin du xviiie siècle jusqu'à la Monarchie de Juillet, mais se trouve néanmoins dominée par la bourgeoisie diplômée qui pratique le cumul des signes de distinction sans chercher à renoncer à la transmission d'un schéma et d'une stratégie d'ascension qui assure à ses enfants un avantage décisif dans la quête du pouvoir politique. Dans ces conditions, quoiqu'indéniable, la démocratisation de la fonction de député demeure plus apparente que réelle. La logique du suffrage universel ne peut encore s'exprimer pleinement pour être trop réceptive au modèle de légitimation des élites en place qui en usent comme d'une stratégie de reproduction.

III - AMORCE DE TYPOLOGIE

42A partir de la présente comparaison, aléatoire et limitée dans le temps et l'espace, peut-on dégager quelques lignes de force générale organisant notre corpus ? A ce stade de notre recherche, l'Eure-et-Loir et la Gironde, tous deux tôt et durablement conquis par les républicains, n'envoient pas à la chambre des députés au profil bien spécifique. L'absence de différences fondamentales entre les élus des deux départements, au-delà même des étiquettes, nous amènerait provisoirement à relever une homogénéité certaine parmi les députés de la première période de la IIIe République. Quelques particularités se révèlent néanmoins.

1 - Particularismes locaux

  • 16 Et à ce titre, ils paraissent proches des milieux extrémistes parisiens étudiés par Zeev sternhell(...)

43Tout d'abord, au triomphe somme toute difficile des républicains en Gironde, s’oppose leur domination sans partage en Eure-et-Loir. D'une manière générale, la vie politique girondine révèle deux pôles distincts d'opposition à la République : d'une part, la résistance opiniâtre des bonapartistes et royalistes dans certains cantons ruraux dominés par de grands notables qui ne renoncent à la lutte qu’après l'illusoire victoire de 1889 suivie des défaites écrasantes de 1893 ; et d'autre part la naissance d'une contestation en milieu urbain qui permet les succès électoraux d'un personnel original, tant par son idéologie marquée par le socialisme, l'antisémitisme et le nationalisme16, que par des origines sociales qui s'enracinent dans le monde de la boutique. En Eure-et-Loir, rien de tel sur notre période et la grande plaine chartraine offre l'image d'un espace politique ouvert à de grandes vagues qui avancent sans rencontrer d'obstacles et disparaissent sans avoir pu s'ancrer durablement.

44Ensuite se manifeste la forte représentation des secteurs viticoles et du négoce en Gironde, des céréaliers en Eure-et-Loir ; et dans ces deux départements, le faible nombre des députés issus du monde de l'industrie nous renvoie aux grands aspects de la structure socio-économique de chacune des régions considérées ; le développement urbain limité et la domination du secteur primaire en Eure-et-Loir répondent à la faible industrialisation de la Gironde dans les deux premiers tiers du xixe siècle pour qui le port de Bordeaux demeure le poumon des échanges, la production et la commercialisation des vins en étant l'un des moteurs économiques.

45Enfin, dans les deux cas, quoiqu'à une échelle distincte, nous découvrons de vastes espaces ruraux dominés par une grande métropole. C'est le cas de Bordeaux, dont l'aire d'influence, qui englobe largement le Sud-Ouest, explique un recrutement des députés jusqu'en Dordogne ou en Cognaçais : la capitale régionale est en effet une étape déterminante pour l'ambitieux désireux de réussite, particulièrement professionnelle (et l'on songe ici au barreau de Cognac qui se vide au profit de Bordeaux). Pour l'Eure-et-Loir, la capitale parisienne joue un rôle semblable à une échelle supérieure et se comporte en outre comme un centre de contrôle des espaces alentours qui reçoivent ainsi quelques députés parachutés s'étant fait un nom à Paris, ce dont ils viennent tirer les profits politiques dans la province toute proche (Deschanel, Parfait, Terrier, Truelle).

2 - Diachronie et typologie

46Un essai de classification permet de retrouver un adjuvant constant : le facteur génération.

  • 17 tlidesq a.-j., Les grands notables en France (1840-1849), étude historique d'une psychologie social (...)
  • 18 Notamment becarud j., « Noblesse et représentation parlementaire », Revue française de sciences po (...)

47Il est assez aisé d'isoler les grands notables, aristocrates, grands propriétaires fonciers, détenteurs des mandats locaux, tels que les a décrits André-Jean Tudesq17. Leur capacité à surmonter l'épreuve des changements de régimes a été maintes fois relevée18. Cette idée se trouve confirmée en Gironde bien que leur survie de parlementaires soit obtenue au prix d'un renoncement idéologique important.

48Pour le groupe des républicains, le distinguo passe par la détermination des générations. En effet, en Gironde comme en Eure-et-Loir, arrivent au parlement en 1876 des hommes auréolés d'un passé prestigieux de républicain modèle (Achard, Caduc, Sansas, Parfait) : acteur de la Seconde République, exilé de 1851, opposant farouche à l'Empire, autant de titres qui assurent l'élection sans stratégie préalable autre que le rappel des grandes heures du combat pour le succès de la République. Pour ces candidats, nul besoin d'enracinement local, de légitimation par le diplôme, ni même d'installation dans la circonscription. Le capital politique amassé pendant les années de lutte est tel qu'il rend superfétatoire toute autre action. Ils forment une sorte de phalange mythique pour qui l'élection est un dû et non une victoire.

49Notables charismatiques, professionnels de la lutte idéologique, vieille garde de la nouvelle République, ils semblent très éloignés des élus socialistes bordelais des années 1890 ; pourtant, tous se sont formés dans le combat politique et ces militants de la contestation présentent plus d'un point commun (niveau d'étude variable et parfois très bas, parent appartenant au secteur II, ascension sociale évidente et faible attention portée aux mandats locaux). Simplement, aux premiers, l'âge aidant, la victoire de la République a assuré la consécration et la légitimité politique.

  • 19 Jacques duvigneau, représentant de la cinquième circonscription de Bordeaux de 1892 à 1898, négoci (...)

50Parmi les autres députés républicains, se distinguent trois groupes : tout d'abord celui des représentants des élites économiques (monde du négoce, de la finance, propriétaires viticulteurs), peu diplômés, qui transforment en capital politique leur position sociale (fortune, relations) pour investir l'élite politique. Ensuite, nous retrouvons, quoique peu représentés à la suite du renouvellement lié à l'arrivée des élus républicains, les héritiers du pouvoir, fils de parlementaires ou de hauts fonctionnaires ; c'est là le véritable vivier des professionnels de la politique. Ainsi donc, ces deux groupes donnent à penser que l'étiquette de républicains n'est pas incompatible avec une certaine reproduction sociale qui, pour autant, n'exclut pas elle-même une ascension sur plusieurs générations19. Enfin, le dernier groupe est celui de la bourgeoisie diplômée, groupe fort étoffé et véritable indice de l'ancrage du nouveau régime au sein des classes moyennes supérieures. Ce groupe est un réservoir d'hommes dynamiques, ayant accompli un parcours remarquable, mais qui demeurent néanmoins des héritiers, les héritiers d'un élan familial et d'une soif de réussite sociale, qu'ils ont su concrétiser par l'adjonction d'autres formes de capital, économique, sociale ou professionnelle.

3 - Maturité politique et modernisme

51Il reste à rappeler les effets cumulatifs et redondants des transformations liées à l'urbanisation et à l'essor économique d'une part, et d'autre part la persistance des résistances provinciales liées à un développement différé.

52Doit-on reconnaître l’influence de la capitale dans les circonscriptions de l'Eure-et-Loir qui votent largement pour les hommes exerçant le pouvoir ? Cela n'est pas certain et cette prime à la légitimité se retrouve ailleurs. Disons en fait que le statut du député reflète le niveau d'évolution politique et sociale de son canton tant le vote dépend en premier lieu des représentations mentales des électeurs.

53La Chambre des députés n’en apparaît alors que mieux comme un carrefour où se croisent les héritiers du pouvoir, les représentants des élites économiques en place et enfin les hommes nouveaux, aboutissement d'une lente ascension familiale pour qui la nouvelle légitimation par le diplôme et l'ouverture politique vers les mandats locaux ont constitué autant de marches vers les sommets du pouvoir.

CONCLUSION

54A ce stade de notre étude, nous pouvons avancer quelques hypothèses concernant le statut de l’élite parlementaire et conclure sur l'enjeu que représente le titre de député pour les groupes sociaux. Dans ce contexte, cette élite politique du début de la IIIe République se présente comme une élite sociale autonome mais neuve ni dans ses origines, ni dans son essence, ni dans son mode de légitimation : certes, l'assouplissement constitutionnel permet l'ouverture et l'élite politique n'est plus conçue en terme d'équivalence avec l'élite du sang ou de la propriété ; cependant, elle demeure largement le produit des autres élites, comme l'illustre la sous-représentation des secteurs I et II en son sein.

55Il semble que la République ne cherche pas, dans un premier temps, à former une nouvelle élite qui serait destinée et préparée, non pas à recueillir le pouvoir politique et à en jouer, mais véritablement à gouverner. Le nouveau régime a simplement su, en élargissant au diplôme l'échelle de sa sélection, refonder un processus de légitimation déjà ancien reposant sur une distinction et une exclusion non de principe mais de fait.

56Ainsi, la permanence dans la logique de représentation des élites politiques aura pesé lourdement sur le système de reconnaissance de parlementaires distingués non pour gouverner mais offrir l'image de leur légitimité au peuple républicain.

57- Signification des abréviations :

58Soc : socialistes ; Rad : radicaux ; Rép : républicains ; Bon : bonapartistes ; Boul : boulangistes.

59Cons. mun. : conseiller municipal ; cons. arr. : conseiller d'arrondissement ; cons.gal. : conseiller général ; Pdt. Cons. Gal. : Président du Conseil Général.

Notes

1 huard r., Le suffrage universel en France 1848 - 1946, Paris, Editions Aubier, 1991, particulièrement p. 126 et 127.

2 bourdieu p. et wacquant l. j. d., Réponses, Paris, Seuil, 1992.

3 Laurent de gouvion-saint-cyr ; son père, maréchal d'Empire, a été fait marquis et pair héréditaire par Louis XVIII avant devenir ministre de la Guerre en 1817 ; lui-même est membre de la Chambre haute de 1841 à 1848, député de l’Eure-et-Loir de 1871 à 1876 (groupe des non-inscrits), battu aux législatives du 20 février 1876.
- Jean Frédéric pontoi camus de pontcarre, descendant d'une vieille famille de la noblesse de robe ; député d'Eure-et-Loir de 1871 à 1876 ; il échoue aux élections sénatoriales de 1876 et aux législatives de 1877.
- Amédée de lur-saluces, descendant d'une vieille famille de Franconie établie en Limousin au xve siècle ; gros propriétaire foncier (châteaux Yquem et Filhot), député de Gironde de 1871 à 1876, réélu sous l'étiquette boulangiste en 1889, il échoue aux législatives de 1876, 1877, 1885, 1893.

4 Jérôme david, fils naturel de Jérôme bonaparte, officier, grand propriétaire terrien en Bazadais, ministre des Travaux Publics en 1870 (ministère palikao).

5 Bernard froin ; d'une vieille famille du Blayais, neveu de londvald aubert, pair de France, et du comte Louis lemercier, grand propriétaire (château Galtus à Fours) ; bonapartiste en 1885 et monarchiste en 1893.
- Isidore mitchell, d'une famille noble originaire d'Irlande, journaliste, député élu à La Réole en 1876, 1877 et 1889.

6 Henri Jean Louis, comte du perier de larsan, issu d'une vieille famille bretonne, important propriétaire viticulteur (château Branaire-Ducru, 4e cru classé à Saint-Julien, et Brillette à Moulis), 50 000 F de rente, député de Lesparre de 1889 à 1908.
- René André cazauvieilh, de la famille des Sieurs de Jonques, noblesse de robe depuis le XVIIe siècle, médecin, propriétaire et industriel, député de 1889 à sa mort en 1892.

Image

7 Pour la Gironde, voir l'article de MM. drouin et lachaise sur l'Aquitaine.

8 Pierre Honoré dreux-linget : cons. mun. et maire de Cormainville à partir de 1865, cons. de l'arrondissement d'Orgères de 1867 à 1870.
- Louis Victor dubois, cons. mun. de Dreux à partir d'août 1870.
- Charles Adolphe truelle, cons. mun. de Coudreceau à partir de 1860 et maire à partir de 1865.

9 Le terme de stratégie est employé ici non au sens de calcul individuel mais bien plutôt comme une dynamique d'ascension familiale et demeure, dans cette optique, inséparable du concept d'habitus élaboré par Pierre bourdieu. De cet auteur, voir notamment La reproduction, Paris, Editions de Minuit, 1970, p. 46 et 47 ainsi que La noblesse d'Etat, Paris, Editions de Minuit, 1989, p. 80 et 81.

10 D'après estebe j., Les ministres de la République, Paris, Presses Nationales des Sciences Politiques, 1982, p. 21.

11 Ainsi Noël parfait : apprenti typographe à 13 ans puis journaliste, écrivain fréquentant et collaborant avec les grands auteurs romantiques, il achève sa carrière comme directeur littéraire chez Calmann Lévy.

12 In chaussinand-nogaret G. (dir.). Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle, Paris, Tallandier, 1991, p. 427.

13 Rappelons qu’en 1851 la répartition de la population masculine française est toute différente : secteur I = 88 % ; II = 5,2 % ; III = 1,8 % ; IV = 0,1 % ; V = 5,1 %.

14 Cf. dubos j., « Les députés élus dans les circonscriptions de Bazas et La Réole » in Les Cahiers du Bazadais, 1er trimestre 1989, N° 84.

15 Henri du perier de larsan épouse Madeleine, fille du marquis de carbonnier de marsac, député de la Dordogne puis de la Gironde.
- Albert decrais épouse Marguerite Alice dethomas dont le frère est député de Seine-et-Mame.

16 Et à ce titre, ils paraissent proches des milieux extrémistes parisiens étudiés par Zeev sternhell qui croit découvrir dans ce groupe la source des mouvements fascistes.

17 tlidesq a.-j., Les grands notables en France (1840-1849), étude historique d'une psychologie sociale, Paris, P.U.F., 1964.

18 Notamment becarud j., « Noblesse et représentation parlementaire », Revue française de sciences politiques, août 1973, p. 972 à 993.

19 Jacques duvigneau, représentant de la cinquième circonscription de Bordeaux de 1892 à 1898, négociant, fils d'un débitant de tabac et petit-fils d'un marchand de poisson, en est un exemple remarquable.

Table des illustrations

Titre Les étiquettes des députés élus de 1876 à 1898
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Secteurs socio-professionnels des pères
Légende (sans prof. : sans profession)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19486/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

Auteur

Professeur agrégé d'histoire

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540