Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites fins de siècles

Les élites nationales

Les élites économiques et la naissance des formations politiques organisées l'exemple des républicains modérés (1888-1903)

Gilles Le Beguec

Texte intégral

  • 1 L’étude porte essentiellement sur les états-majors de ces partis « avant les partis ». On se conten (...)

1A partir du tournant du siècle, le secteur d'opinion correspondant à ce qu'on appelle communément les « républicains modérés » est encadré par deux grandes formations politiques : l'« Alliance » (Alliance Républicaine Démocratique, fondée en 1901) et la « Fédération » (Fédération Républicaine, apparue en 1903). La tradition historiographique a insisté, à juste titre, sur la place éminente occupée par les représentants du monde des affaires au sein des états-majors de ces partis et dans les groupes parlementaires censés agir de concert avec eux1.

2On sait moins que les élites économiques furent étroitement associées à toute une série d'initiatives prises, en amont, pour doter le courant républicain modéré de structures de liaison, de coordination et de propagande fonctionnant à l'extérieur des enceintes parlementaires. L’histoire de ces associations « progressistes » — on reprend ici l'épithète favorite des acteurs et des observateurs de l'époque — commence au cours de la législature 1885-1889, c'est-à-dire dans les années qui ont suivi immédiatement l'échec électoral de l’automne 1885. Elle peut être considérée comme la préface naturelle au mouvement d'organisation de la période 1900-1905.

3L'objet de la présente communication est d'apporter quelques éclairages sur la contribution des milieux dirigeants de l'économie à la création et à l'animation de ces partis antérieurs aux partis proprement dits.

I - LES ASSOCIATIONS « PROGRESSISTES »

  • 2 On a donc laissé de côté l'Alliance des républicains progressistes, une organisation lancée par Jul (...)

4Le travail de recensement a porté sur trois organisations : l'Union Libérale Républicaine, le Grand Cercle Républicain et l'Association Nationale Républicaine2.

5■ L'Union Libérale Républicaine a été constituée en 1892 à partir de comités, essentiellement parisiens, et des réseaux de l'Union libérale, elle-même apparue à la veille des élections législatives de 1889. Cette organisation se proposait de structurer le courant républicain conservateur naguère incarné par le « centre gauche » de l'Assemblée Nationale. Les ambitions de l'ulr étaient déjà celles d'un parti politique, au sens moderne de l'expression, même si les réalisations furent loin d'être à la hauteur des progrès.

  • 3 Cf. La République française, numéro en date du 10/3/1896.
    Nous ne disposons d'aucune indication préc (...)

6L'ulr a rendu publique la liste des membres de son comité directeur au début de l'année 1896. Tous les personnages ont pu être identifiés3.

7■ Le Grand Cercle Républicain a été inauguré officiellement le 22 mars 1898. Les deux principaux promoteurs de l'opération étaient le sénateur et ancien ministre Waldeck-Rousseau, choisi comme président, et le professeur Marcel Fournier, directeur-fondateur de la Revue politique et parlementaire (secrétaire général). Le député Honoré Audiffred, président de l'Association Nationale Républicaine, siégeait au bureau en qualité de vice-président.

  • 4 Cf. sorlin pierre, Waldeck-Rousseau, Paris, A. Colin, 1966.
    Les bureaux du Grand Cercle étaient inst (...)

8Grâce à la thèse consacrée par Pierre Sorlin à Waldeck-Rousseau, on connaît bien les origines, le recrutement et le programme d'action du Grand Cercle4.

9■ L'Association Nationale Républicaine était la doyenne de ces organisations. Elle était née, en 1888, de la fusion de l'Association Républicaine du Centenaire de 1789 (Paul Devès, président, Paul Delombre, secrétaire général) et du Comité National Républicain (Jules Steeg, président, Honoré Audiffred, vice-président). L'association fonctionnait comme un groupement de propagande et entretenait des relations assez lâches avec des comités locaux ; Maurice Rouvier, Jules Ferry — qui semble avoir pris cette mission très au sérieux —, Eugène Spuller et le pâle Honoré Audiffred, alors député de la Loire, occupèrent successivement le fauteuil de président.

  • 5 Notre documentation est donc très incomplète. Elle ne permet pas, en particulier :
    - de dater plus p (...)

10On dispose de la liste complète du conseil général et du comité directeur (organe plus restreint) de l'anr pour six années : 1888, 1889, 1893 (au lendemain de la démission de Jules Ferry, élu Président du Sénat), 1897, 1898 et 19025.

11Ajoutons, pour compléter le tableau, que l'Union Libérale Républicaine et l'Association Nationale Républicaine se rapprochèrent à l'automne 1903 de l'Alliance des Républicains Progressistes. Ce regroupement donna naissance à la Fédération Républicaine Progressiste (présidée, jusqu'en 1906, par Eugène Motte, député du Nord).

1 - L'Union Libérale républicaine

  • 6 Attaché au cabinet de Jules Méline en 1896-1898, Georges Lachapelle devait diriger par la suite le (...)

12Le comité mis en place par l'url au printemps 1896 comprenait quatorze membres, dont le président, le grand avocat Henri Barboux — qui sera élu quelques mois plus tard, en 1907, à l'Académie française — et le secrétaire général, le publiciste Georges Lachapelle, futur collaborateur de Jules Méline6.

  • 7 On peut également citer le nom de l'ancien conseiller d'Etat Alphonse Dunoyer (1829-1908), professe (...)
  • 8 Gustave Roy avait des liens de parenté avec Georges Berger, député modéré de Paris, membre de l'ulr(...)

13Au sein de cet aréopage distingué, six personnalités étaient liées de façon très directe au monde des affaires7. Deux parlementaires participaient aux travaux du comité : le vieux Léon Say, ancien ministre des finances, président de la Société d'Economie Politique, et le banquier Edouard Aynard, député du Rhône, haute figure du patronat lyonnais. Rue de la Ville l'Evêque, au siège de l'ulr, Edouard Aynard et Léon Say retrouvaient Gustave Roy, ancien président de la Chambre de Commerce de Paris, président du conseil d'administration du journal L'Economiste français8, Emile-Louis Richemond, ancien président du Tribunal du Commerce de la Seine, Georges Picot, administrateur de la Compagnie des Chemins de fer du Midi, et Emile Mercet, vice-président du Comptoir national d'Escompte de Paris. On aura l'occasion de revenir sur le cas de Georges Picot et d'Emile Mercet, deux familiers des cercles politiques modérés, mêlés à un certain nombre d'entreprises d'inspiration voisine.

  • 9 L'étroitesse des liens noués entre l'ulr et les élites économiques apparaît de façon encore plus év (...)

14En réalité, les liens noués entre l'état-major de l'ulr et les milieux économiques étaient plus étroits que ce chiffre — relativement modeste — ne le laisse supposer. « Prince du barreau », le bâtonnier Barboux était un avocat d'affaires réputé pour sa compétence et son entregent ; il avait plaidé, en particulier, pour la Société générale et le Comptoir National d'Escompte de Paris. A une beaucoup plus petite échelle, l'avocat normand Léon Louvet, conseiller municipal et bientôt adjoint au maire de Rouen, avait ses entrées dans les cercles de l'établissement économique de la ville : on le retrouve, en cette même année 1896, à la tête de la Société libre d'Emulation du Commerce et de l'Industrie. Léon Louvet fut également directeur du Musée Commercial de Rouen, une institution fondée sous les auspices de la prestigieuse Société9.

2 - Le Grand Cercle Républicain.

15Waldeck-Rousseau avait souhaité — comme naguère son maître Gambetta — attirer les élites économiques dans les circuits de la vie publique. La composition des organes de direction du Grand Cercle Républicain — un conseil général de cinquante-et-un membres et un bureau de six personnes — reflétait fidèlement cette préoccupation.

  • 10 En comptant l'industriel Eugène Motte, qui devait être élu député du Nord quelques semaines plus ta (...)

16Le premier conseil général du Cercle comprenait vingt-neuf personnalités extérieures au Parlement10. A de rares exceptions près — celles, notamment de Marcel Fournier, professeur agrégé des Facultés de droit, directeur de la rpp, et du poète Sully Prudhomme, membre de l'Académie française et futur prix Nobel de littérature (1901) —, ces personnalités étaient issues du monde de l'industrie, de la finance ou du commerce. En faisant abstraction d'un cas qui a paru douteux, on arrive ainsi au chiffre de 22 hommes d'affaires sur 28 conseillers recrutés en dehors des assemblées parlementaires. Il s'agit donc bien d'une présence massive.

  • 11 Un cas un peu particulier est celui de l'avocat Georges Maurin, président de l'Union des Syndicats (...)

17Sans chercher à trop entrer dans les détails, il est utile de fournir quelques indications complémentaires sur un échantillon somme toute assez représentatif des couches moyenne et supérieure de la bourgeoisie économique (peut-être faudrait-il préciser : de la nouvelle bourgeoisie économique, par opposition aux vieilles « dynasties » bourgeoises). Au sein de l'instance de direction de ce club « à l'anglaise », vite taxé de parisianisme, l'avantage reste aux provinciaux, c'est-à-dire en l'occurrence à des notables chargés de responsabilités, élus locaux (les maires d'Epinal, de Reims, de Saint-Etienne), figures éminentes des compagnies consulaires (les Chambres de commerce, tout spécialement, avec quatre présidents en exercice : les présidents des Chambres d'Angoulême, de Dunkerque, de La Rochelle et de Saint-Nazaire), certains d'entre eux cumulant les deux types de fonctions (Eugène Motte, à la fois conseiller général du Nord et membre de la Chambre de commerce de Roubaix, A. Knieder, conseiller général de la Seine Inférieure et vice-président de la Chambre de commerce de Rouen, A-J. d'Orbigny, négociant, armateur, président de la Chambre de commerce de La Rochelle et maire de la ville11. Mais la capitale n'est pas pour autant laissée de côté. Au conseil du Cercle de la rue de Grammont siègent, notamment, l'industriel Henry Menier — la famille Menier entretenait, comme on sait, des relations amicales avec WaldeckRousseau — et deux maîtres des requêtes au Conseil d'Etat « passés » dans les affaires : Gaston Griolet, vice-président de la Compagnie du Nord, futur président de la Banque de Paris et des Pays-Bas, et Lionel Laroze, administrateur de la Foncière-Incendie et de la Foncière-Vie. Il est intéressant de noter que Lionel Laroze avait, dans sa jeunesse, appartenu au secrétariat de l'Association Républicaine du Centenaire de 1789, présidée par le gambettiste Paul Devès, ancien ministre de l'Agriculture et ancien garde des Sceaux.

3 - L'Association Nationale Républicaine

18Le cas de l'anr — un peu sommeillante à la fin du siècle — est légèrement différent. L'Association naguère dirigée par Maurice Rouvier et Jules Ferry était à la fois un état-major parlementaire et une machine de propagande. Il n'est donc pas surprenant que les postes de direction aient été largement accaparés par les élus — sénateurs, députés, maires, conseillers généraux — et par des avocats-publicistes recrutés en raison de leurs qualités oratoires, de leur connaissance des dossiers électoraux et de leur aptitude à faire eux-mêmes bonne figure dans l'arène publique. On peut ajouter que le conseil général de l'Association Nationale Republicaine était une instance large — plus de 70 membres à la fin du siècle — et que le travail d'identification des individus concernés nécessiterait donc une enquête approfondie.

19A côté des parlementaires et des aspirants-parlementaires, on repère cependant la présence de quelques personnalités représentatives du monde des affaires. Au comité directeur — organe restreint —, ont siégé notamment les « manufacturiers » Ernest, Dervaux et Charles Expert-Bezançon — vice-présidents —, le très influent Ernest Lourdelet, membre de la Chambre de commerce de Paris, membre des instances de direction de la Société de Géographie Commerciale, pilier des associations libre-échangistes, et le célèbre éditeur Armand Colin. Il est utile de rappeler, à ce propos, que la Librairie Armand Colin assurait la publication de la Revue politique et parlementaire (fondée en 1894) et que les animateurs de la Revue plaidaient sans relâche la cause de l'organisation du « parti modéré ». Marcel Fournier, directeur de la rpp, Félix Roussel, co-directeur, Georges Villain et l'avocat du Vivier du Streel, leurs principaux collaborateurs, ont tous participé aux travaux du conseil général de l'anr. Marcel Fournier devint par la suite secrétaire général du Cercle de la rue de Grammont. Félix Roussel remplit des fonctions similaires à l'Alliance des Républicains Progressistes de Jules Méline.

II - ÉTUDES DE CAS

20Au-delà des chiffres et du constat de cette présence à bien des égards remarquable, l'historien est tenté de s'interroger sur des aspects plus qualitatifs et de se livrer à une analyse différenciée des formes de participation. La pauvreté des informations relatives à la vie même des groupements — y compris dans le cas, pourtant mieux connu, du Grand Cercle — ne permet pas d’établir une typologie, fonctionnelle, qui prendrait en compte la place dans la hiérarchie concrète de l'organisation, les tâches effectivement remplies et l'autorité acquise dans l'accomplissement de ces missions. Il est possible, en revanche, d'examiner les profils de carrière, de distinguer un certain nombre d'ensembles en utilisant cet angle de vue, et de repérer les parcours modèles correspondants.

21Un premier ensemble pourrait sans doute regrouper les hommes publics au sens plein du terme, ceux qui sont descendus dans l'arène électorale et qui ont réussi à conquérir un mandat parlementaire. Pour ces hommes-là, l'exercice des responsabilités à la tête d'appareils politiques constitués a pris place au sein d'un cursus général de formation, à côté, le plus souvent, de modes d’apprentissage « classiques » (celui, tout spécialement, des filières d'acquisition et de consolidation de l'influence locale). Dans la pratique, on rencontre, bien sûr, une grande variété de situations : pour certains, la fréquentation des structures d'encadrement de l'opinion et de leurs instances dirigeantes a été perçue comme un moyen au service d'un plan de carrière préalablement dessiné ; pour d’autres, elle a été l'occasion d'une ouverture sur des horizons nouveaux et d'une prise de conscience de la nature véritable de l'ambition. Il faut laisser ici toute sa part à la singularité des talents, des caractères... et des opportunités.

  • 12 Son frère, Jules Prévet, président de la Chambre de Commerce de Meaux, membre du bureau de l'Associ (...)
  • 13 Antoine Poirrier avait appartenu à la Chambre syndicale des produits chimiques et à la Chambre de C (...)

22Pour ce qui concerne plus précisément les élites économiques et la période du tournant du siècle, on doit tenir compte des vertus de l'exemple et des choix effectués par un certain nombre de personnalités déjà entrées dans la carrière des honneurs. Les industriels, les négociants et les banquiers appartenant à cette génération politique — celle des vingt premières années de la République — avaient naguère fait campagne sans trop se soucier des groupements organisés à l'échelon national. Mais quelques-uns d'entre eux ont suivi avec attention les efforts déployés, à partir de la seconde moitié des années quatre-vingt, pour susciter l'émergence des grandes structures d'encadrement de l'opinion. Il a déjà été question du rôle joué à l'Union Libérale Républicaine naissante par des hommes comme Léon Say (un élu de février 1871) ou Edouard Aynard (entré à la Chambre des députés en 1889). Les années 1898-1903 ont été marquées par une sorte de mobilisation — parfois un peu brouillonne — des proches de Méline, le personnage-clef étant sans doute ici le sénateur Charles Prévet12, président de l'Alliance des Républicains Progressistes au Palais du Luxembourg, membre du premier comité directeur de la Fédération Républicaine et futur président du parti (de 1911 à 1914). On doit enfin souligner la permanence d'une tradition gambettiste insistant à la fois sur la nécessaire participation des élites économiques à la vie de la Cité et sur les bienfaits intrinsèques de l'action collective organisée. L'industriel Antoine Poirrier, sénateur de la Seine, président du groupe de l'Union Républicaine (le groupe de Waldeck-Rousseau, véritable conservatoire de l'esprit gambettiste) donne son nom avec la meilleure grâce du monde : il siège ainsi au conseil général de l’Association Nationale Républicaine (liste de 1897), au conseil du Grand Cercle, au comité d'honneur de la jeune Alliance Républicaine Démocratique (1901)13. Conviction profonde ou simple geste de courtoisie à l'égard d'excellents collègues ? Peu importe ici. L'essentiel réside dans le conseil implicite et dans les encouragements donnés à ceux qui s'engagent à leur tour dans la vie publique.

  • 14 En ce qui concerne l'ucids, voir la troisième partie de la présente étude. Sur la carrière politiqu (...)

23Député du Nord de 1898 à 1906, maire de Roubaix de 1902 à 1912, président-fondateur de la Fédération Républicaine (automne 1903), placé durant près de vingt ans aux avant-postes du combat contre la progression électorale du socialisme dans les circonscriptions et dans les villes « ouvrières », Eugène Motte apparaît un peu comme la figure emblématique de la nouvelle génération, celle des chefs d'entreprise d'emblée séduits par le dynamisme des groupements politiques structurés. Grosso modo, l'image peut être tenue pour conforme à la réalité, à la condition toutefois de serrer la chronologie au plus près et d'apporter quelques légères retouches. Avant les élections générales de 1898 et sa propre entrée à la Chambre des députés, Eugène Motte semble bien s'être contenté de rapides incursions dans le monde des organisations politiques nationales : il a observé avec sympathie les campagnes de propagande conduites par l'Union Libérale Républicaine (au point de donner son adhésion ?) et il a rejoint l'équipe du Grand Cercle Républicain de Waldeck-Rousseau (Eugène Motte a même siégé, on l'a vu, au conseil général du Cercle). C'est à la fois peu et beaucoup. A partir de 1898, en revanche, le jeune parlementaire — il a été élu à la Chambre à l'âge de 39 ans — déploie un zèle tout à fait impressionnant. Eugène Motte est un des principaux dirigeants de la Ligue des Contribuables de Jules Roche (hiver 1898-1899), occupant successivement les fonctions de vice-président (premier bureau mis en place) et de trésorier (au plus tard en 1901). Il est au comité directeur de l'Association Nationale Républicaine (liste de 1902). Il fréquente les réunions de l'Union du Commerce et de l'Industrie pour la Défense Sociale — une organisation politico-économique chargée de collecter des fonds au bénéfice du « parti » progressiste — et en accepte la présidence à la fin du mois de juin 190314. Bientôt, il prend la tête d'un « comité d'initiative » chargé de préparer la voie au regroupement des forces de l'opposition modérée. On sait que ce comité d'initiative fut la cellule mère de la Fédération Républicaine Progressiste, constituée officiellement en novembre 1903. L'infatigable député de Roubaix en fut le premier président, le poste de secrétaire général étant confié au jeune et talentueux avocat Frédéric Clément.

  • 15 Nous tenons à remercier Monsieur Robert Expert-Bezançon de nous avoir aidé à cerner l'intéressante (...)
  • 16 Joseph Kergall animait deux publications : La Démocratie rurale et La Revue Economique et financièr (...)
  • 17 Février 1900. Mais de nombreux points resteraient à éclaircir.

24Un cas, tout à fait différent mais non moins intéressant, est celui de l'industriel parisien Charles Expert-Bezançon, maire du XIIIème arrondissement de Paris, élu sénateur de la Seine — assez tardivement — en janvier 190015. Charles Expert-Bezançon avait été mêlé au mouvement d'organisation professionnelle, assurant la présidence de la Chambre syndicale des produits chimiques et, à partir de l'année 1894, celle du Comité national des Chambres syndicales. Sur le plan politique, son accession date des dernières années du siècle. Membre de l'Association Nationale Républicaine, il entre au comité directeur — en 1897, au plus tard — et prend place parmi les cinq vice-présidents. Parallèlement, Charles Expert-Bezançon fonde et préside le Comité National Républicain du Commerce et de l'Industrie, un organisme constitué en février 1897 sous les auspices de l'anr, et qui semble bien avoir fonctionné comme une sorte de groupement annexe de l'Association. On le retrouve, l'année suivante, au bureau du Grand Cercle Républicain. Présent sur de multiples fronts, il participe également, au cours de l'hiver 1898-1899, à la création d'une ligue de défense fiscale, la Fédération des Contribuables, animée par un proche de Jules Méline, le publiciste Joseph Kergall, président du Syndicat Economique Agricole Français16. En 1900, enfin, le nouveau sénateur est porté à la présidence du Grand Cercle Républicain, cette élection consacrant la rupture survenue entre les minoritaires — fidèles à Waldeck-Rousseau et décidés à appuyer la politique du gouvernement de défense républicaine — et les majoritaires, « antiministériels » proches de Méline et de ses amis17. On sait que le président de l'anr, Honoré Audiffred, avait lui-même rompu avec Waldeck-Rousseau et entraîné son mouvement sur les chemins de l'opposition.

25Une deuxième catégorie est celle des hommes d'affaires qui ont limité leurs ambitions à jouer les intermédiaires entre deux mondes, le monde de l'économie et le monde de la politique.

  • 18 charle Christophe, Les Elites de la République, 1880-1900, Paris, Fayard, 1987, pp. 167-168. Emile (...)
  • 19 Le nom d'Emile Mercet ne figure pas sur la liste des membres du conseil général de l'anr en 1898.
  • 20 Emile Mercet appartenait au Cercle de l'Union Artistique. Signalons la présence de Paul Deschanel, (...)
  • 21 Membre actif de la Société d'Economie Politique, Emile Mercet s'intéressait beaucoup à ces question (...)
  • 22 Fernand Périer siégea également au conseil général de la Fédération des Industriels et Commerçants (...)

26La figure la plus curieuse est sans doute celle d'Emile Mercet. Grâce aux travaux de Christophe Charle18, on dispose aujourd'hui d'excellents éléments d'information sur la trajectoire professionnelle et sociale d'un enfant du peuple — Mercet était le fils d'un domestique et d’une femme de chambre entré chez Mallet frères à l'âge de seize ans, avant de devenir l'associé de la banque Périer et de s'installer à la tête du Comptoir National d'Escompte de Paris (en qualité de vice-président, en 1894, puis de président huit ans plus tard, en 1902). On sait moins que ce financier un peu atypique a manifesté, à l'extrême fin du siècle, un vif intérêt pour les organisations à caractère politique. Emile Mercet, en effet, a appartenu à l’équipe restreinte du comité de l'ulr (en 1896 au plus tard), participé aux réunions du conseil général de l'anr (son nom, en tout cas, apparaît sur la liste officielle des membres du conseil pour l'année 1897) et a accepté de remplir les fonctions de trésorier de la Ligue des Contribuables, une sorte de groupe de pression fondé, au cours de l'hiver 1898-1899, par le député progressiste Jules Roche avec le soutien actif de l'anr et de l'ulr. Pourquoi tant de zèle, et à un tel moment ?19. Emile Mercet ne semble pas avoir nourri le projet — à notre connaissance tout au moins — de briguer un mandat parlementaire. A défaut de sources de première main, on doit donc se contenter d'évoquer des logiques de situations et de formuler des hypothèses. Désir de consécration sociale ?20 Volonté de défendre, avec davantage d’efficacité, les idéaux du libre-échange, d'utiliser, pour ce faire, de nouveaux instruments de propagande et de combattre aux côtés de quelques uns des vétérans de la cause libre-échangiste ?21 Effet d’entraînement dû au jeu des relations personnelles nouées à l'intérieur même du monde économique et financier ? Le bâtonnier Barboux, rappelons-le, avait été l'avocat du Comptoir National d'Escompte. Et Ferdinand Périer, associé d'Emile Mercet, était l'un des principaux dirigeants de l'Union du Commerce et de l'Industrie pour la Défense Sociale. Ferdinand Périer assura même un temps les fonctions de président de l'Union, avant de céder la charge à Eugène Motte.22

  • 23 Parmi tous les grands notables libéraux de cette génération, Georges Picot — président-fondateur de (...)

27Reste le cas d'un homme comme Georges Picot, magistrat démissionnaire, publiciste, historien fécond, qui fut à la fois secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences Morales et Politiques et vice-président de la Compagnie des chemins de fer du Midi. Ce républicain libéral, ancien collaborateur de Dufaure au Ministère de la Justice, a rêvé d'un destin politique, briguant, sans succès, les suffrages des électeurs de Seine-et-Oise (1885) et du Cher (1893 et 1898). A défaut de disposer d'un mandat parlementaire et de la tribune du Palais-Bourbon, Georges Picot n’en a pas moins exercé une influence considérable, par le biais de ses écrits, bien sûr, mais en raison aussi du rôle qu'il a joué à la tête d'une foule d'associations (la Société d'études pour la Représentation Proportionnelle, le Comité de Défense et de Progrès Social, la Ligue de Décentralisation, la Ligue de la liberté de l'Enseignement, le Musée Social, etc.). On voit bien ici comment la participation à la vie des groupements politiques naissants (l'ulr et, à partir de 1908, la Fédération Républicaine) s'inscrit dans une démarche d'ensemble, le monde des associations et de leurs instances de direction servant un peu de terrain de repli et de substitut. Il faut se méfier des grilles d'analyse qui aboutissent à regarder l'émergence des partis organisés sous l'angle exclusif de la « modernité démocratique : au sein de toute une frange de l'ancienne élite dirigeante — imprégnée d'une culture que, pour faire vite, on qualifiera d'orléaniste » — les partis ont également pu apparaître comme des instruments permettant de discipliner le suffrage universel et de ressaisir l'influence perdue23.

  • 24 On peut penser aussi à l'économiste Paul Leroy-Beaulieu, qui fut, comme son ami Georges Picot, régu (...)

28Gendre du comte de Montalivet, Georges Picot est sans doute davantage représentatif du monde des grands notables que du milieu des hommes d'affaires. Si l'on s'en tient à la période examinée ici — antérieure, rappelons-le, à l'apparition des véritables partis politiques —, le rapport entretenu par l'éminent secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences Morales avec la chose publique conserva d'ailleurs quelque chose de tout à fait original24 mais, l'autorité personnelle de Georges Picot, son inlassable activité, la justesse de quelques-unes de ses vues, l'attention bienveillante qu'il portait aux hommes de la nouvelle génération, en ont fait un conseiller, un précurseur et, à bien des égards, un modèle.

III - LES MOTIVATIONS DES ÉLITES ÉCONOMIQUES

29On ne s'avancera pas beaucoup en disant que cet intérêt soudain pour la vie des groupements politiques organisés procédait d'un besoin, plus global, de meilleure participation aux affaires publiques. Rarement, en effet, le climat avait été aussi favorable à une prise de conscience, dans les rangs de la bourgeoisie économique, de la nécessité de porter le regard au-delà des préoccupations d'ordre professionnel ou d'ordre privé.

30Trois ensembles de raisons plaidaient fortement en ce sens :

  1. le désir de faire barrage à la montée du socialisme et d'empêcher les élus « ouvriers » de saisir les rênes du pouvoir municipal ;

  2. la nature des controverses à l'ordre du jour, avec le déplacement des enjeux de la sphère politico-institutionnelle en direction de la sphère socio-économique et des questions financières (refonte de la législation fiscale, réforme du système de protection douanière, modernisation de l'appareil de crédit, etc.) ;

  3. les sollicitations venues d'une élite gouvernementale exposée elle-même à la pression des radicaux et soucieuse — des amis de Méline aux amis de Waldeck-Rousseau — de trouver de nouveaux points d'appui et de nouveaux relais d'influence.

31Laissons toutefois de côté ces éléments d'explication qui renvoient à une histoire politique très générale. Mieux vaut s'attacher, dans une étude telle que celle-ci, à mettre en lumière quelques aspects, moins connus, concernant de manière directe les appareils constitués, leur recrutement et leurs ramifications à l'intérieur de la société des notables.

321/ - Il faut tenir compte tout d'abord de la personnalité intellectuelle de quelques uns des principaux dirigeants de ses organisations embryonnaires, de leurs univers de préoccupations et de leurs réseaux de relations.

  • 25 Voir surtout la notice nécrologique, très étoffée, publiée dans Le Temps du 9/11/1933. Paul Delombr (...)
  • 26 Georges Villain a confié aux lecteurs de la Revue Politique et Parlementaire quelques réflexions dé (...)

33L'exemple de l'anr fournit ici une ample matière à réflexion. Des origines jusqu'au milieu de l'année 1898, le poste de secrétaire général de l'Association a été occupé par Paul Delombre, député des Basses-Alpes, successivement rapporteur général du budget, président de la Commission du budget et ministre du Commerce. Avocat de formation, journaliste, responsable de la rubrique économique du quotidien Le Temps, Paul Delombre était, à juste titre semble-t-il, considéré comme l'un des parlementaires les mieux avertis des questions touchant au commerce, aux douanes et aux finances. Libéral à l'ancienne mode, bien introduit dans les milieux d'affaires, Delombre fréquentait les réunions de la Société d'Economie Politique et — chose beaucoup moins répandue dans le personnel politique français — les réunions du prestigieux Cobden-Club.25 A l'anr, plusieurs de ses collaborateurs du secrétariat manifestaient le même intérêt pour l'étude des problèmes économiques et sociaux. L'avocat Roger Merlin, observateur attentif du mouvement d'organisation professionnelle, était un des piliers de l'équipe du Musée Social (équipe dont il sera question un peu plus loin). Georges Villain, secrétaire puis secrétaire général-adjoint de l'Association, donna des articles très fouillés au Temps et à la Revue politique et parlementaire. Après la dispersion de l'équipe fondatrice de la rpp, il abandonna la vie publique pour la Haute Administration et occupa les fonctions de directeur au Ministère du Commerce26.

  • 27 D'origine bordelaise, Marcel Fournier était apparenté à la famille Samazeuilh. Le banquier Fernand (...)

34On pourrait sans difficultés développer l'argument en se penchant sur d'autres cas individuels, celui de Marcel Fournier27, par exemple, devenu directeur de l'Enregistrement après l'épisode du Grand Cercle Républicain, ou celui de Georges Lachapelle. Tout le monde connaît les savants travaux de l'ex-secrétaire général de l'ulr sur les résultats électoraux et les modes de scrutin. Il faut peut-être ajouter que Georges Lachapelle consacra également de solides ouvrages aux finances de la IIIème République.

352/ - Un deuxième facteur d'explication réside dans l'essor des groupements parallèles, c'est-à-dire des organisations qui ont fonctionné comme des structures-ponts reliant l'univers socio-professionnel et le monde politique proprement dit.

  • 28 L'Union du Commerce et de l'Industrie pour la Défense Sociale (1897) ne dissimule en rien ses sympa (...)

36En s'interdisant de brosser un tableau d'ensemble des associations de défense patronale au cours d'une période caractérisée par la floraison des initiatives, on limitera ici les remarques aux groupements qui affichaient leurs préoccupations politiques et aux organisations qui servaient de relais habituels à l'action de personnalités placées elles-mêmes au cœur même du débat public.28

37Deux points doivent être vigoureusement soulignés :

  • l'extrême diversité de ces organisation : sociétés d'études (telle la Société d’Economie Politique Nationale), groupes de pression (à l'instar de la vieille Association de l'Industrie et de l'Agriculture Française, véritable centre des réseaux mélinistes), associations de défense fiscale (la Ligue des Contribuables du député progressiste Jules Roche et sa sœur rivale, la Fédération des Contribuables de Joseph Kergall), groupements remplissant des tâches de propagande et rassemblant des fonds électoraux (le Comité National Républicain du Commerce et de l'Industrie et l'Union du Commerce et de l’Industrie pour la Défense Sociale, nés l'un et l'autre en 1897).

  • l'étroite imbrication existant entre les instances de direction des organisations concernées et les états-majors politiques modérés. La remarque vaut pour les chefs de file et les parlementaires influents (Eugène Motte et Joseph Thierry président successivement l'ucids. Jules Méline règne à l’aicf, Honoré Audiffred, le bâtonnier Barboux et Edouard Aynard siègent, en qualité de vice-présidents, au bureau de la Ligue des Contribuables, Charles Expert-Bezançon, président du cnrci, est vice-président de la Fedération Kergall, etc.). Elle s'applique également aux hommes d'appareil et aux officiers d'état-major Félix Roussel, secrétaire général de l’Alliance des Républicains Progressistes, et Frédéric Clément, futur secrétaire général de l'anr, appartiennent au premier comité de la Fédération des Contribuables).

383/ - On doit enfin s'interroger sur les liens tissés entre le monde de ces associations politiques et le public des sociétés savantes, de certaines catégories d'entre elles en tout cas : sociétés d'économie politique, sociétés industrielles, sociétés de géographie et de géographie commerciale, groupements de propagande coloniale, réseau des organisations et des cercles d'études gravitant autour de la Société d’Economie Sociale des disciples de Le Play (avec, notamment, les Unions de la Paix Sociale et le Comité de Défense et de Progrès Social, fondé en 1894 par Anatole Leroy-Beaulieu avec l'aide de son ami Georges Picot).

  • 29 Rappelons que le président était Jules Siegfried, député de la Seine-Inférieure, lui-même ancien né (...)
  • 30 Le bâtonnier Barboux participait également aux travaux du Musée.
    On retrouve la bâtonnier Barboux, G (...)

39Cette observation d'ordre général pourrait être illustrée par l'examen de nombreux cas particuliers. Deux exemples invitent tout spécialement à la réflexion. Le premier est celui de la vieille et prestigieuse Société d'Economie Politique, dont Léon Say, « mentor » de l'Union Libérale Républicaine, était l'un des deux présidents (le second étant Frédéric Passy, futur prix Nobel de la Paix). A y regarder de près, on voit vite apparaître la symbiose existant entre l'état-major de l'organisation du bâtonnier Barboux et le cercle des habitués des manifestations et des séances de travail de la Société d'Economie Politique : Maurice Monjean, ancien rédacteur aux Débats, ancien « précepteur » de Léon Say, ancien directeur du Collège Chaptal, membre du comité de l'ulr, avait été un des fondateurs de la Société ; Gustave Roy, également membre du comité, était l'un des piliers de la maison ; Emile Mercet, très assidu, s'occupait d'un certain nombre de problèmes matériels, du financement du Bulletin et des publications, notamment. Le Musée Social, inauguré en mars 1895, a constitué un deuxième pôle de regroupement. Léon Say avait été choisi comme président d'honneur29. Honoré Audiffred et Georges Picot, responsables successivement de la section dite des « institutions patronales » et de la section des « missions » à l'étranger, ont siégé au comité de direction. Une des chevilles-ouvrières de l'administration du Musée était l'avocat Roger Merlin, qui avait longtemps figuré dans l'équipe des secrétaires de l'Association Nationale Républicaine30.

  • 31 L'étonnante mine de renseignements constituée par les bulletins, revues et annuaires de ces société (...)

40Les finalités d'une compagnie savante ne sont pas celles d'un groupement politique, et la présence de tel ou tel homme d'affaires sur les listes d'une société d'économie sociale ou d'une société de géographie commerciale n'implique pas que cet homme lui ait consacré une part appréciable de son temps. Mais il faut prendre acte de deux choses. La première est que ces sociétés savantes de la fin du siècle ont été des lieux de rencontres entre parlementaires, dirigeants d'appareils politiques et représentants de l'élite économique, des centres de préparation à la discussion publique et des canaux permettant de relier, de manière permanente et ordonnée, cercles parisiens et cercles provinciaux. La seconde est que tous les industriels, négociants et banquiers dont on repère la trace au sein d'une formation politique organisée ont été, à un moment ou à un autre, intéressés par les activités de ces groupes et de ces sociétés31. Dans ces conditions, est-il vraiment excessif de parler d'antichambres des partis ? Oui, certainement, si on met l'accent sur les ambiguïtés de cette société savante et sur le relatif échec de ces premières tentatives d'encadrement de l'opinion. Non, si l'on accepte l'idée qu'il y a eu dans les secteurs libéraux et modérés, un modèle original de développement des partis, reposant sur un système d'articulation souple entre les coteries parlementaires, les groupements parallèles et des réseaux traditionnels de la société des notables.

Notes

1 L’étude porte essentiellement sur les états-majors de ces partis « avant les partis ». On se contentera donc de quelques rapides allusions à l'Alliance et à la Fédération, à propos, surtout, des responsabilités exercées à la tête de ces organisations de l'âge « adulte » par les dirigeants issus des associations de la période 1888-1903.

2 On a donc laissé de côté l'Alliance des républicains progressistes, une organisation lancée par Jules Méline au cours de l'hiver 1898-1899. Cette Alliance était, en réalité, un comité de liaison interparlementaire, chargé de coordonner les initiatives du groupe républicain progressiste de la Chambre des députés et de l'Alliance des républicains progressistes du Sénat (sorte d'intergroupe — ou d'amicale — réunissant les sénateurs proches de la ligne défendue à la Chambre par Méline et par Ribot).
Méline et ses amis ont tenté, au moins dans un premier temps, de consolider cette formation parlementaire en la doublant d'un appareil, qui tenait à la fois de l'office de propagande et de la cellule de réflexion. L'avocat Félix Roussel, ancien adjoint de Marcel Fournier à la RPP, fut le premier secrétaire général de l'organisation.

3 Cf. La République française, numéro en date du 10/3/1896.
Nous ne disposons d'aucune indication précise sur la composition des premiers comités de l'u.l.r.

4 Cf. sorlin pierre, Waldeck-Rousseau, Paris, A. Colin, 1966.
Les bureaux du Grand Cercle étaient installés au coin de la rue de Grammont (au numéro 30) et du boulevard des Italiens (numéro 15). On parle souvent de « Cercle de la rue de Grammont », à propos du Grand Cercle ou des organisations annexes Comité des Conférences Démocratiques et, un peu plus tard, Union Démocratique Républicaine).

5 Notre documentation est donc très incomplète. Elle ne permet pas, en particulier :
- de dater plus précisément la relève opérée dans le petit monde des responsables administratifs de l'anr après la mort de Spuller et l'accès d'Audiffred à la présidence de l'organisation ;
- de suivre dans le détail les péripéties de la crise de juillet-août 1899, du conflit opposant la minorité « waldeckiste » et la majorité « méliniste » et de la dissidence des éléments restés fidèles à Waldeck.
On ignore, par exemple, quand Paul Delombre — secrétaire général depuis l'origine — a quitté ses fonctions et si Constant Dulau, député des Landes, a été son successeur immédiat.

6 Attaché au cabinet de Jules Méline en 1896-1898, Georges Lachapelle devait diriger par la suite le quotidien La République française, organe attitré du courant méliniste.

7 On peut également citer le nom de l'ancien conseiller d'Etat Alphonse Dunoyer (1829-1908), professeur à l'Ecole des Sciences Politiques, chargé de l'enseignement des « doctrines économiques ». Alphonse Dunoyer était le fils de l'économiste libéral Charles Dunoyer (1786-1862), membre de l'Institut.

8 Gustave Roy avait des liens de parenté avec Georges Berger, député modéré de Paris, membre de l'ulr. Il a laissé des Souvenirs, publiés en 1906. L'ouvrage passe complètement sous silence l'épisode de l'ulr.

9 L'étroitesse des liens noués entre l'ulr et les élites économiques apparaît de façon encore plus évidente à l'échelon des groupements locaux et de leurs états-majors. En Gironde, par exemple, le comité de l'ulr constitué en 1896 comprend dix représentants du monde des affaires sur un total de dix membres. Citons notamment : Marc Maurel, président du comité, ancien membre de la Chambre de Commerce, le banquier Fernand Samazeuilh (alias Théodore Ferneuil, écrivain et rédacteur à la rpp), vice-président, et le trésorier Zénon Uzac, négociant.

10 En comptant l'industriel Eugène Motte, qui devait être élu député du Nord quelques semaines plus tard.

11 Un cas un peu particulier est celui de l'avocat Georges Maurin, président de l'Union des Syndicats agricoles de Provence, membre du conseil du Syndicat Economique Agricole de Joseph Kergall (un proche de Méline). Voir plus loin sur ce J. Kergall et son réseau.

12 Son frère, Jules Prévet, président de la Chambre de Commerce de Meaux, membre du bureau de l'Association des présidents de Chambre de Commerce, fut élu député de Seine-et-Marne en 1919. Ce Jules Prévet fut, durant près de vingt ans, le trésorier de la Fédération Républicaine.
Les frères Prévet ont longtemps été à la tête de la puissante Union des syndicats de l'Alimentation en gros.

13 Antoine Poirrier avait appartenu à la Chambre syndicale des produits chimiques et à la Chambre de Commerce de Paris. Il avait également siégé au conseil d'administration du quotidien La République française.
Sur son rôle politique dans le département de la Seine, voir brunet, Jean-Paul Saint-Denis. La ville rouge, 1890-1939. Paris, Hachette, pp. 8 et 154. On notera que l'industriel Ernest Lourdelet, dirigeant national de l'anr, fut candidat d’« Union des républicains antiplébiscitaires » (opportunistes) dans la 2ème circonscription de l'arrondissement de Saint-Denis lors des élections législatives de 1889.

14 En ce qui concerne l'ucids, voir la troisième partie de la présente étude. Sur la carrière politique locale d'Eugène Motte, la plus récente mise au point est due à David Gordon. Cf. « Liberalism and Socialism in the Nord : Eugène Motte and republican politics in Roubaix, 1898-1912 », French History, 1989, Vol. 3, pp. 312-343. Nombreuses références bibliographiques.

15 Nous tenons à remercier Monsieur Robert Expert-Bezançon de nous avoir aidé à cerner l'intéressante personnalité de son grand-père.
Lettre à l'auteur, 5/12/1991.

16 Joseph Kergall animait deux publications : La Démocratie rurale et La Revue Economique et financière. C'était un adversaire acharné des projets d'impôt sur le revenu.
La Fédération des Contribuables fut créée officiellement en décembre 1898. Parmi les fondateurs citons : le comte de Chambrun, Paul Leroy-Beaulieu et l'avocat Georges Deloison, orateur national de l'ulr.

17 Février 1900. Mais de nombreux points resteraient à éclaircir.

18 charle Christophe, Les Elites de la République, 1880-1900, Paris, Fayard, 1987, pp. 167-168. Emile Mercet avait également travaillé au Crédit Lyonnais.

19 Le nom d'Emile Mercet ne figure pas sur la liste des membres du conseil général de l'anr en 1898.

20 Emile Mercet appartenait au Cercle de l'Union Artistique. Signalons la présence de Paul Deschanel, de Fernand Périer et du comte Pierre de Lur-Saluces, vice-président du comité de l'ulr girondine, responsable de la Ligue des Contribuables.

21 Membre actif de la Société d'Economie Politique, Emile Mercet s'intéressait beaucoup à ces questions. 11 aida à la création, en 1904, de la Revue économique internationale (publiée en Belgique). Il participa enfin, en juillet 1900, aux travaux du Congrès International du Commerce et de l'Industrie (avec Aynard, Gustave Roy et le sénateur Prévet).
L'ulr campait très clairement sur des positions libre-échangistes. L'anr, en revanche, était un lieu de rencontres entre protectionnistes et libre-échangistes. Mais Paul Delombre, secrétaire général, était lui-même un partisan convaincu du libre-échange.

22 Fernand Périer siégea également au conseil général de la Fédération des Industriels et Commerçants Français, une association patronale fondée, en 1903, par André Lebon, ancien député progressiste des Deux-Sèvres et ancien ministre de Méline. Georges Lachapelle fréquentait ce milieu. Ajoutons que le président du Comptoir National d'Escompte était le sénateur Louis Denormandie, ancien gouverneur de la Banque de France, très proche des cercles de l'ancien centre gauche.

23 Parmi tous les grands notables libéraux de cette génération, Georges Picot — président-fondateur de la Société d'Etudes pour la Représentation Proportionnelle — est sans doute celui qui a défendu avec le plus de conviction la cause des partis organisés.
On se reportera notamment à la très intéressante brochure de propagande publiée en 1896 sous les auspices de l'ulr : La lutte contre le socialisme révolutionnaire. Voir surtout le Chapitre V : « Ce qu'est un parti ».

24 On peut penser aussi à l'économiste Paul Leroy-Beaulieu, qui fut, comme son ami Georges Picot, régulièrement maltraité par le suffrage universel. Paul Leroy-Beaulieu et son frère, Anatole Leroy-Beaulieu, ont très certainement appartenu à l’ulr. Mais il ne semble pas avoir siégé au sein des instances dirigeantes de l'organisation.

25 Voir surtout la notice nécrologique, très étoffée, publiée dans Le Temps du 9/11/1933. Paul Delombre fut également la cheville-ouvrière de la Société de participation aux bénéfices. Il était entré au Temps en 1878.

26 Georges Villain a confié aux lecteurs de la Revue Politique et Parlementaire quelques réflexions désabusées sur l'« insouciance » de la bourgeoisie et son manque d'intérêt pour la « politique militante ». Voir, « Les Classes dirigeantes et le Pouvoir politique », rpp, 10/1/1901.
Georges Villain appartenait à la Société d'Economie Politique.

27 D'origine bordelaise, Marcel Fournier était apparenté à la famille Samazeuilh. Le banquier Fernand Samazeuilh était — selon toute vraisemblance — son cousin au premier degré. Renseignements aimablement fournis par Olivier Forcade, professeur agrégé d'Histoire.
F. Samazeuilh (alias Théodore Femeuil) était l'un des collaborateurs attitrés de la rpp. Il siégea dans les instances nationales de la Ligue des Contribuables.

28 L'Union du Commerce et de l'Industrie pour la Défense Sociale (1897) ne dissimule en rien ses sympathies et ses activités politiques. Trois de ses présidents — Eugène Motte (1903), Joseph Thierry (1903-1906), et l'économiste Paul Beauregard (1906-1919) — ont joué un rôle de premier plan au groupe progressiste de la Chambre et à la direction de la Fédération Républicaine.
Association de défense fiscale, la Ligue des Contribuables est, en théorie, une organisation apolitique. Dans la pratique, la ligue fut un instrument au service de son président, le député progressiste Jules Roche, successeur de Georges Lachapelle à la tête de La République française.

29 Rappelons que le président était Jules Siegfried, député de la Seine-Inférieure, lui-même ancien négociant et ancien ministre du Commerce. Jules Siegfried était proche de l'Alliance Démocratique.

30 Le bâtonnier Barboux participait également aux travaux du Musée.
On retrouve la bâtonnier Barboux, Georges Picot et un certain nombre d’avocats proches de l'ulr (Henry Bonnet, Georges Deloison) dans le réseau, très actif, des Congrès de l'Union de la Propriété bâtie. Georges Picot présida le premier congrès, réuni à Lyon en 1894.

31 L'étonnante mine de renseignements constituée par les bulletins, revues et annuaires de ces sociétés a permis d'identifier de très nombreuses personnalités restées à l'écart de la carrière des honneurs. « Colcombet (Alex), industriel », qui figure sur la liste des membres du conseil général du Grand Cercle sans autres indications, est très certainement Alexandre Colcombet, vice-président (1908) de la Société d'études économiques du département de la Loire et vice-président (1898) du « comité local de défense de l'industrie de la soie ». On pourrait multiplier les exemples de ce type.

Auteur

Professeur à l'Université de Nancy

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540