Version classiqueVersion mobile

Identifier et catégoriser les langues minoritaires en Europe

 | 
Joan Busquets
, 
Sébastien Platon
, 
Alain Viaut

Résumés/Abstracts

Texte intégral

1Christian Lagarde
« Le modèle écolinguistique espagnol et ses langues minoritaires »

2Après avoir donné des précisions concernant une définition de l’écologie des langues, ce texte présente le développement des Communautés autonomes de l’Espagne, comme modèle écolinguistique. La Constitution espagnole de 1978 établit trois catégories de langues : le castillan, « les autres langues espagnoles » et « les différentes modalités linguistiques ». Les langues régionales des Communautés autonomes appartiennent à la deuxième catégorie. Cette catégorisation par l’État traduit une hiérarchie en faveur du castillan. Cependant, chaque Communauté autonome a pu, par le biais de ses textes législatifs, rééquilibrer cette hiérarchie, en favorisant sa « langue propre ». Cette notion de « langue propre », à travers sa dimension identitaire, a une influence importante sur les représentations et attitudes des locuteurs, contribuant ainsi au maintien et à la survie de ces langues minoritaires. La mise en place des Communautés autonomes a favorisé la revitalisation des langues minoritaires face au castillan. Pour autant, les castillanophones, malgré les craintes d’une perte en puissance de la langue, sont toujours aussi nombreux ; alimentés par les phénomènes migratoires, la langue officielle restant la langue de communication systématique des nouveaux arrivants. Le développement des Communautés autonomes aura par ailleurs permis la montée en puissance des compétences bilingues castillan/langue propre.

3“Spain as an Ecolinguistic Model and its Minority Languages”

4Following a comprehensive definition of language ecology, this text presents the development of the Autonomous Communities of Spain, as an ecolinguistic model. The 1978 Spanish Constitution establishes three categories of languages: Castilian language, “the other Spanish languages” and “the different language modalités”. Regional languages of the Autonomous Communities belong to the second category. This categorization by the state reflects a hierarchy in favor of Castilian language. However, each Autonomous Community has been able, through its laws, to rebalance this hierarchy, by promoting its “own language” (“lengua propria” in Spanish). The identity dimension this notion of “own language” involves has had a significant influence on speakers’ linguistic attitudes and representations, thereby contributing to the maintenance and survival of minority languages. The settlement of the Autonomous Communities has helped the revival of minority languages. Despite fears of seeing the language lose its power, the number of Castilian speakers has not reduced; migration explains the figures, as the official language remains the consistent language of communication used by newcomers. The development of the Autonomous Communities has also enabled the rise of Castilian/“own language” bilingual skills.

5Chrystelle Burban
« L’enseignement comme témoin des représentations des situations linguistiques minoritaires en Espagne : le cas de la Catalogne »

6À partir du concept de « langue propre » pour caractériser le catalan, cette langue est devenue la langue véhiculaire dans le système éducatif en Catalogne grâce à des stratégies mises en place en plusieurs étapes depuis les années quatre-vingt. Pourtant, le catalan reste statistiquement minoritaire dans les pratiques et les représentations des locuteurs. Cela montre les limites de ce concept : pour l’État espagnol, l’emploi de « langue propre » permet d’éviter toute représentation des autonomies espagnoles en tant que nations (à l’inverse du concept de « langue nationale »). L’expression renvoie à une langue en voie de normalisation, par conséquent inévitablement minoritaire. Quoi qu’il en soit, le concept de langue propre a avant tout une portée symbolique : il confère une légitimité aux langues minoritaires qui manquent de reconnaissance juridique.

7“Education as a Testimony of the Representations of Minority Language Situations in Spain: the Case of Catalonia”

8The concept of “own language” has made Catalan the language used throughout the education system of this Autonomous Community, thanks to strategies set up in several phases since the 1980s. However, the figures regarding language use and representations show that Catalan remains statistically a minority language. This puts into evidence the limits of this concept: for the Spanish state, using the term “own language” is a way to avoid Spanish autonomies being seen as nations (unlike the concept of “national language”). The term refers to a language on its way to standardization, therefore inevitably a minority language. The concept of own language has first and foremost a symbolic value: it gives legitimacy to minority languages which lack legal recognition.

9Miriam Broderick
« Politique linguistique et langues minoritaires dans la République d’Irlande »

10L’idée commune selon laquelle l’anglais suffirait pour communiquer à l’international est un frein à la promotion du plurilinguisme. En tant que pays anglophone, l’Irlande n’échappe pas à ce phénomène. Cependant, avec l’irlandais comme langue nationale et la diversité linguistique et culturelle qu’apporte une immigration récente et constante, il devient urgent de développer des politiques linguistiques prenant en compte l’ensemble des langues parlées en Irlande.

11À partir de constats des réalités linguistiques du pays, confrontées aux terminologies différenciatrices et aux législations en vigueur, l’auteure propose des aménagements des politiques linguistiques éducatives, réussissant à réunir les problématiques de l’irlandais et celles d’autres langues en situation minoritaire en Irlande (langues de migrants principalement). Faire de l’enseignement des langues une priorité des politiques éducatives constituerait une avancée majeure. Face aux attitudes négatives envers l’apprentissage des langues, il convient de faire prendre conscience de l’importance de la compétence plurilingue. Afin de garantir un enseignement de qualité, il faut fusionner les méthodes d’enseignement des langues et les nombreux dispositifs séparés selon les catégories de langues enseignées. Utiliser la méthode CLIL en situation d’éducation « bilingue » permettrait aussi une intégration meilleure et plus rapide des enfants pour qui l’anglais est langue seconde.

12“Language Policy and Minority Languages in the Republic of Ireland”

13The common idea that knowing English is enough to be able to communicate worldwide impedes on the promotion of multilingualism. As an English-speaking country, Ireland is no exception to this phenomenon. However with Irish as the national language and a growing linguistic and cultural diversity brought by recent and steady immigration, it has become urgent to develop language policies taking into account all the languages spoken in Ireland.

14Comparing the state of multilingualism in Ireland today with the terminology used to describe it as well as the legislation that concerns it, brings the author to reflect on a way to implement new strategies in linguistic educational policies to meet the challenges relative to Irish language and other minority languages (mainly migrants’ home languages). To make language teaching a priority in educational policies would represent a major step forward. To deal with negative attitudes towards language learning, awareness needs to be raised about the importance of multilingual skills. To ensure quality in education, language teaching methods as well as teaching devices must merge together regardless of the languages taught. Using CLIL methods in situations of “bilingual” education would also allow for better and faster integration of children for whom English is a second language.

15Alexandra Eftimie et Oana Macovei
« Protection des locuteurs et protection des langues minoritaires ou régionales en Roumanie »

16La protection des langues minoritaires ou régionales d’un État membre de l’Union européenne dépend du droit national comme du droit international européen. Suite aux conséquences de la Première Guerre mondiale puis de la chute du bloc communiste, diverses lois ont permis une protection juridique des minorités nationales en Roumanie. En 2007, ce pays devient membre de l’Union européenne et ratifie la Charte des langues régionales ou minoritaires. La protection juridique en faveur des langues minoritaires, définie par l’État roumain, est fortement influencée par les institutions européennes. Cette protection se décline selon trois aspects et deux approches : les deux premiers aspects sont la langue en tant qu’élément porteur d’identité et les principes d’égalité et de non-discrimination. Ils correspondent à une approche subjective, centrée sur le locuteur ou la communauté linguistique. Il s’agit de l’approche adoptée traditionnellement par les politiques nationales roumaines, que viennent renforcer certains textes européens. La ratification de la Charte entraîne l’application des principes d’égalité et de non-discrimination au respect de l’emploi même de la langue. Ceci conduit au troisième aspect, la protection de la langue, objet culturel, témoin d’un patrimoine à sauvegarder (approche objective). Cette approche récente dans le domaine est amenée à se développer, en Roumanie comme dans le reste de l’Europe.

17“Protection of Regional or Minority Languages and their Speakers in Romania”

18The protection of regional or minority languages in the European Union member States relies on both national and European international laws. Following the consequences of the First World War and of the fall of the communist bloc, various laws have been made to protect national minorities in Romania. In 2007, this country joined the European Union and ratified the European Charter for Regional or Minority Languages. Legal protection for minority languages in Romania is strongly influenced by European institutions. This protection is defined according to three aspects and two different approaches: language as a key-element of identity represents the first aspect, the equality and non-discrimination principles, the second. These are underlying aspects of a subjective approach, which focuses on the speaker or the linguistic community. This approach has been traditionally used in the making of Romanian national policies, and is confirmed by some of the European texts. The Charter ratification implies that the equality and non-discrimination principles have to be respected also regarding language use. This brings us to the third aspect, the protection of the language, as a cultural object, witness of a heritage that needs to be preserved (objective approach). This recent approach in the field will develop in Romania as well as in the rest of Europe.

19Friedrich Germelmann
« Le droit allemand des langues minoritaires : panorama général et notions »

20La reconnaissance des langues minoritaires dans le droit allemand est une préoccupation récente. À partir du XVIIIe siècle, suite à la guerre des Trente Ans, la langue allemande est devenue symbole d’unification nationale, aux dépens de langues minoritaires délaissées par leurs usagers. Ce n’est que depuis les années quatre-vingt-dix, suite à la réunification de l’Allemagne que la protection de langues minoritaires a pris de l’importance. Les constitutions des Länder et les aménagements linguistiques mis en place montrent une motivation certaine envers la protection des langues minoritaires qui bénéficient d’ailleurs d’attitudes généralement positives de la part des citoyens allemands. Les progrès de ces dernières décennies en faveur des langues minoritaires sont conséquents mais il reste beaucoup d’efforts à fournir pour assurer leur survie. L’avenir est plutôt optimiste et l’Union européenne pourrait jouer un rôle en légitimant le maintien et la transmission de ces langues.

21“German Law for Minority Languages: General Outlook and Notions”

22Recognising minority languages within German law has only recently become a concern. From the eighteenth century, following the Thirty Years’ War, German language has become a symbol of national unity at the expense of minority languages, which have been left out by their users. It is only since the 1990s, following the reunification of Germany, that the protection of minority languages has gained importance. The constitutions of Länder and language planning show there is motivation to protect minority languages, which generate positive attitudes from German citizens. Improvements over the last decades in favor of minority languages are significant but a lot of effort remains to be made to ensure their survival. The future is rather optimistic and the European Union could participate actively towards it by legitimating minority language maintenance and transmission.

23Véronique Bertile
« Les Langues de l’outre-mer français : des langues régionales ou minoritaires ? »

24Le patrimoine linguistique de la France comprend, non seulement, les langues pratiquées sur le territoire métropolitain mais également les langues en usage dans les collectivités françaises situées outre-mer. Nombreuses, ces dernières sont majoritairement, à l’inverse des premières, particulièrement vivantes, de sorte que le paysage linguistique français outre-mer n’est en rien comparable à celui de la « métropole ». Si l’unilinguisme domine ici, le bilinguisme – voire le plurilinguisme – règne là.

25Le droit français n’a pas traité différemment ces situations pourtant différentes. Les langues de la métropole et de l’outre-mer sont des langues régionales qui appartiennent au patrimoine de la France (article 75-1 de la Constitution) tandis que le français est la langue de la République (article 2 de la Constitution). Ce statut uniforme de langues régionales, en ce qu’il nie les réalités sociolinguistiques de celles-ci, n’est pas satisfaisant ; il ne l’est pas en métropole, il l’est encore moins outre-mer où des perspectives d’évolution vers une différenciation des langues régionales semblent se dessiner.

26“Should French Overseas Languages be Considered Regional or Minority Langages?”

27The linguistic heritage of France not only includes the languages spoken on the mainland but also the languages spoken in the overseas territories of France. Many of these overseas languages are, unlike the mainland ones, vibrant and dynamic. So in comparison, the French overseas linguistic landscape is in any way similar to the mainland linguistic landscape. If monolingualism dominates here, bilingualism - and even multilingualism – reigns there.

28French law has not treated differently these different situations. Both mainland languages and overseas languages are considered regional languages that belong to the heritage of France (article 75-1 of the Constitution) while French is the official language of the Republic (article 2 of the Constitution).

29This uniform status of regional languages, in that it denies the sociolinguistic realities is, in its actual state, not satisfactory. Overseas, perspectives for evolution towards a differentiation of the regional languages seem to be emerging.

30Philip Blair
« La notion de langues régionales et/ou minoritaires au Conseil de l’Europe »

31L’emploi des deux épithètes dans la notion de « langues régionales ou minoritaires » invite à s’interroger sur ce qui est réellement signifié par ce syntagme et sur les raisons expliquant un tel choix terminologique. A priori, il s’agirait de deux concepts réunis sous une même entité. Cependant, on peut supposer une certaine perméabilité entre les deux réalités sous-jacentes. La comparaison de situations linguistiques concernées par cette dénomination à travers l’Europe permet d’illustrer la diversité des cas et la complexité d’une telle problématique. La définition donnée dans l’article 1 de la Charte invite à se concentrer sur le rapport à l’espace, à la présence historique, ainsi qu’à la relation entretenue avec la langue officielle pour approfondir la notion de « langue régionale ou minoritaire ». Si la frontière sémantique entre la notion de « langue régionale » et celle de « langue minoritaire » n’est pas toujours tranchée, chacun est doté de connotations différentes, variant selon les régions et les enjeux politiques. La mention des deux épithètes dans la terminologie juridique adoptée par le Conseil de l’Europe relève aussi d’un choix stratégique et diplomatique pour une plus grande inclusion de langues et une meilleure adhésion de la part des États concernés.

32“The Council of Europe’s notion of Minority and/or Regional Languages”

33The fact that two adjectives are used in the concept of “regional or minority languages” triggers the question of what is actually meant by this phrase and why such a choice of terminology was made. At first glance, it seems two concepts were brought together under a single entity. We can assume however that the two underlying realities overlap. The comparison of the situations throughout Europe that fall under this designation shows how diverse and complex the concept needs to be. Article 1 of the Charter gives a definition which invites the reader, eager to get a deeper grasp of the concept, to focus on aspects such as the relation to space, to historical settlements, and the relationship shared with the official language. The semantic boundary between the concepts of “regional language” and “minority language” is not always clear and each one has different connotations, varying across regions and according to political issues. The use of these two adjectives in the legal terminology adopted by the Council of Europe reflects a strategic and diplomatic choice to enable a wider inclusion of languages and a better adoption of the Charter by the involved Member States.

34Francette Fines et Héloïse Gicquel
« L’Union européenne, menace ou levier pour la valorisation des langues régionales et minoritaires ? »

35Le multilinguisme de l’Union européenne est relatif. La langue officielle de chaque État membre est reconnue officielle et langue de travail au sein des institutions européennes, ce qui ne laisse aucune place aux langues en situation minoritaire. L’adhésion à l’Union européenne a souvent été perçue comme une menace pour la survie des langues régionales ou minoritaires. En revanche, si l’unité reste un objectif constant, celle-ci n’est pas pour autant incompatible avec un respect de la diversité en présence. Parmi les actions notamment financières ou politiques démontrant une volonté de valoriser les langues régionales ou minoritaires, le Parlement européen a récemment accordé un statut de « langue additionnelle » aux langues basque, catalane et galicienne, langues co-officielles en Espagne. Loin de constituer une menace, la construction européenne semble avoir déclenché un nouveau rapport aux langues régionales ou minoritaires, amené à évoluer de manière à contribuer à leur promotion et à leur valorisation.

36“The European Union, a Threat or a Resource for the Enhancement of Regional or Minority Languages?”

37Multilingualism in the European Union is an arguable issue. Each Member State’s official language has the official and working language statuses within EU institutions, leaving no space for minority languages. Joining the European Union has often been perceived as a threat to the survival of regional or minority languages. However, although unity is the constant goal, it does not mean that local diversity cannot be respected. Amongst the various financial or political actions which have been led and have shown willingness to promote regional or minority languages, the European Parliament has recently granted the status of “additional language” to Basque, Catalan and Galician, co-official languages of Spain. Far from being a threat, it seems the construction of Europe has triggered a new way to relate to regional or minority languages, which will undoubtedly evolve and contribute to their promotion and enhancement.

38Alexia Bos i Solé
« Usages linguistiques en Catalogne, dans la Communauté valencienne et aux Îles Baléares »

39L’évolution du catalan dans les trois régions de l’Espagne où cette langue a un statut co-officiel – la Catalogne, la Communauté valencienne et les Îles Baléares –, est analysée en se basant sur les résultats d’enquêtes sociolinguistiques de ces dernières décennies. La situation singulière de cette langue permet de s’interroger sur sa place parmi les langues minoritaires. À travers le territoire étudié, la vitalité du catalan semble plutôt forte, avec une transmission qui se poursuit de génération en génération et une pratique dans toutes les sphères sociales. Il s’agit d’une langue standardisée, disposant d’une large production écrite, semblable à celle d’une langue majoritaire. Cependant, certaines disparités se creusent entre les régions et pourraient nuire à sa vitalité : dans la Communauté valencienne, le choix d’une dénomination distinctive, le « valencien », isole le territoire et sa promotion linguistique ; la situation pourrait évoluer vers une substitution linguistique du catalan par le castillan comme langue majoritaire dans cette région comme dans les Îles Baléares. Une dénomination unique permettrait de consolider les liens entre les régions et ainsi de renforcer la position du catalan en tant que langue majoritaire. Pour lutter contre la substitution linguistique, il convient de réfléchir à la mise en place de stratégies mettant en avant les intérêts professionnels, sociaux et culturels du catalan dans ces régions, de sorte que les nouveaux arrivants se dirigent vers le catalan comme langue de communication.

40“Language uses in Catalonia, the Valencian Community, and the Balearic Islands”

41The evolution of Catalan language in three Spanish regions where it has a co-official status – Catalonia, the Valencian Community and the Balearic Islands – is analyzed according to the results of sociolinguistic surveys carried out in recent decades. The unusual character of this language situation raises questions about its belonging to the minority languages group. All through its territory of use, the vitality of Catalan seems rather strong, with an ongoing transmission from generation to generation and language use in all social spheres. It is a standardized language which presents an extensive written production, comparable to that of a majority language. However, disparities are becoming more and more apparent between regions and may affect its vitality: the Valencian Community’s choice to use a distinctive name, “Valencian”, isolates the territory and its language promotion; the situation could develop into the linguistic substitution of Catalan by Castilian as the majority language in this region, just like in the Balearic Islands. A unique name would consolidate the links between the regions, thus strengthening the position of Catalan as a majority language. To fight against linguistic substitution, the implementation of strategies should be considered, to put forward the professional, social and cultural interests of Catalan in these regions, so that newcomers look up to Catalan as the language of communication.

42Antoni Milian i Massana
« Le catalan, langue officielle sur une partie du territoire d’un État membre de l’Union européenne »

43Vingt-trois langues sont reconnues institutionnellement au niveau de l’Union européenne en tant que langues officielles, langues de travail et de traités. Pour être reconnues, ces langues doivent être officielles sur l’ensemble d’un territoire État membre de l’Union européenne. Le catalan est langue officielle sur une partie du territoire de l’Espagne et ne bénéficie pas, par conséquent, de cette reconnaissance institutionnelle à l’échelle européenne. Le cas singulier du catalan démontre la nécessité de revoir son statut et de le promouvoir au rang de langue officielle de l’Union européenne. En tant que langue officielle d’une partie du territoire espagnol, il ne s’agit pas à proprement parler d’une langue régionale ou minoritaire au sens de la Charte du Conseil de l’Europe. Le catalan a un nombre élevé de locuteurs (plus important que certaines langues officielles de l’Union européenne), une vitalité dans tous les domaines et un usage généralisé sur un vaste territoire : les problématiques liées à sa promotion et à sa protection se rapprochent plutôt de celles d’une langue majoritaire. L’adhésion de l’Espagne à l’Union européenne a eu pour conséquence une minorisation de la langue catalane. Accorder un statut institutionnel à cette langue permettrait de réparer les dommages causés et de lui réattribuer les droits dont elle devrait disposer.

44“Catalan, official Language of Part of a European Union Member State Territory”

45Twenty-three languages re recognized as official languages, working languages and languages of the treaties within the European Union administration. Only languages that are official on the entire territory of a member state of the European Union can be recognized as such. Catalan language has the official status on part of the Spanish territory and cannot therefore benefit from this institutional recognition at the European Union level. The singularity of the Catalan case shows that its status needs to be reconsidered and promoted to official language of the European Union. As an official language of a part of the Spanish territory, it is not strictly speaking a regional or minority language as the Council of Europe defines it in its Charter. Catalan represents a large community of speakers (larger than some of the official languages of the European Union), vitality in all domains of use, and a widespread use on a vast territory: the issues related to its promotion and protection are closer to those of a majority language. Making Spain become a member of the European Union has led to the minorization of Catalan language. Granting an institutional status to this language would repair the damage caused and reassign the rights it deserves.

46José Manuel Pérez Fernández
« La catégorisation de la langue asturienne comme “langue régionale, statutaire et traditionnelle” »

47La langue asturienne est reconnue dans les Communautés autonomes de la Principauté des Asturies et de Castille et León comme « langue régionale, statutaire et traditionnelle ». Quelle est la portée réelle des termes choisis pour catégoriser cette langue ? Conformément à la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe, l’asturien bénéficie de protections juridiques en tant que langue régionale ou minoritaire. À l’échelle nationale, les statuts d’autonomie devraient aussi lui conférer un « certain » caractère d’officialité. La confrontation de la notion de « langue traditionnelle » avec les concepts de « langue propre » et de « langue officielle » permet ici une meilleure compréhension des enjeux sociolinguistiques et juridiques de l’asturien. L’analyse propose en outre une nouvelle dimension à prendre en compte en ce qui concerne la notion d’officialité : si, à l’heure actuelle, l’asturien n’a pas un statut officiel, au même titre que celui d’une autre langue de Communauté autonome en Espagne (catalan, galicien,...), sa reconnaissance est officielle à l’échelle régionale, nationale et européenne. Il faudrait ainsi considérer le caractère officiel d’une langue comme un paramètre graduel, susceptible d’être modulé. La catégorisation de l’asturien en tant que « langue traditionnelle », à la croisée entre « langue propre » et « langue officielle » (si l’on considère le paramètre d’officialité comme modulable) témoigne de nouvelles perspectives en Espagne en ce qui concerne le pluralisme linguistique, considérant un intermédiaire possible et évolutif entre protection et officialité d’une langue.

48“The Categorisation of Asturian Language as a ‘Regional, Statutory and Traditional Language’”

49Asturian language is recognised as a “regional, statutory and traditional language” within the Principality of Asturias and Castile and León Spanish Autonomous Communities. What is the real significance of the terms chosen to categorise this language? Following the Council of Europe’s European Charter for Regional or Minority Languages, Asturian is legally protected as a regional or minority language. On a national scale, the language should also enjoy “certain” official characteristics thanks to the autonomous statutes. Comparing the notion of “traditional language” with the concepts of “own language” and “official language” allows for a better understanding of the sociolinguistic and legal aspects specific to the Asturian language. In addition, this analysis suggests a new dimension to consider within language official matters: if, so far, Asturian has not gained an official status, as have other languages of the Autonomous Communities of Spain (Catalan, Galician,...), its recognition has been made official on the regional, national and European scale. The official aspect of a language should hence be considered as a variable parameter, which may be adjusted. Labelling Asturian a “traditional language”, a category at the crossroads between “own language” and “official language” (if we consider the official character of a language as an adjustable parameter) reflects Spain’s new perspectives on linguistic pluralism, taking into account the possibility of a transitional stage between protecting and making a language official.

50Carlos Alves
« Le mirandais, langue minoritaire ou langue minorée ? »

51Depuis 1998, une certaine reconnaissance juridique est attribuée au mirandais par l’État portugais, jusqu’alors réputé unilingue. Cette évolution s’est faite majoritairement grâce à l’influence de l’Europe dont la définition de « langue régionale ou minoritaire » correspond à la situation du mirandais. Le Portugal n’a pour autant ni signé ni ratifié la Charte régionale des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe et ne considère pas la communauté mirandaise comme une minorité éligible à la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales qu’il a néanmoins ratifiée. Les mesures concernant le mirandais assurent une protection précaire : elles se concentrent sur l’acquisition de la langue, cantonnée au milieu scolaire, à l’apprentissage facultatif à l’école primaire du mirandais en tant que matière et non langue d’enseignement, et sur l’usage dans la vie sociale, qui reste très faible, conférant à la langue dans le meilleur des cas un statut d’infra-officialité avec le portugais. Les droits linguistiques dont peuvent jouir les locuteurs se résument au droit à l’éducation (lui-même restreint) et ne concernent que les enfants. La protection du mirandais pourrait se concrétiser grâce à des actions menées à l’échelon européen, impliquant inévitablement des concessions de la part du Portugal.

52“Mirandese, a Minority Language or the Language of an Unrecognized Minority Group?”

53Since 1998, Portugal has started giving Mirandese some legal recognition, despite the state’s monolingual reputation. The influence of Europe, whose definition of a “regional or minority language” matches the Mirandese case, is mainly responsible for this evolution. However, Portugal has neither signed nor ratified the European Charter for Regional or Minority Languages issued by the Council of Europe; although the Framework Convention for the Protection of National Minorities has been ratified, the state does not consider the Mirandese community as an eligible minority for such a protection. Only a precarious protection of the Mirandese language is provided: it focuses on language acquisition through school, on optional classes of Mirandese as a subject and not as a language of instruction, and on its use in social life, which remains very weak, giving the language, in the best possible case, a sub-official status with Portuguese. Language rights sum up to the right to education (itself limited) which only concerns children. Mirandese protection could be achieved through actions at the European level, inevitably involving some concessions to be made by the Portuguese state.

54Joseph Marko
« Les droits linguistiques en Autriche : la législation dans les textes et dans la pratique »

55Les contextes historiques, les idéologies et doctrines qui ont marqué l’Autriche au XXe siècle permettent d’expliquer l’évolution des droits linguistiques de ce pays. Depuis 1920, avec l’adoption de la Constitution, l’allemand est déclaré langue officielle, ce qui fait de tout usage d’une autre langue une exception à la règle. D’un modèle pluri-ethnique, l’Autriche adopte alors celui d’État-nation mono-ethnique. En conséquence, comment sont considérées les minorités linguistiques ? Doit-on parler en termes de nationalités ? De quels droits disposent-elles ? Qui peut prétendre à l’enseignement en langue maternelle ?

56Aujourd’hui, de nouvelles minorités issues de l’immigration s’affirment à travers le pays. Aussi, les langues minoritaires, jusqu’alors identifiées et protégées sur des territoires précis, se délocalisent vers d’autres régions : nombreux sont les locuteurs de ces langues qui ont quitté leur région pour rejoindre les villes. Une révision de la catégorisation des langues en usage en Autriche et des protections juridiques dont elles devraient bénéficier est nécessaire à l’échelle nationale et doit prendre en compte ces nouvelles minorités linguistiques et la délocalisation des langues minoritaires déjà recensées.

57“Language Rights in Austria: Law in the Books and Law in Practice”

58Ideologies, doctrines and the historic contexts that have marked Austria throughout the twentieth century can explain the evolution of language rights in this country. Since 1920, with the adoption of the Constitution, German has been known as the official language, making the use of any other language an exception to the rule. From a pluri-ethnic model, Austria has shifted to a mono-ethnic nation-state model. How do minority languages fit in this framework? Should we speak in terms of nationalities? What rights do they have? Who is entitled to mother tongue education?

59Today, we see the emergence of new immigrant minorities throughout the country. Also, minority languages, which had been identified to specific territories where they were protected, are moving to other regions: many speakers of these languages have left their home regions for the cities. There is a need to reconsider the categorisation of languages in use in Austria and their legal protection, taking into account these new linguistic minorities and the relocation of minority languages already identified.

60Rudolf de Cillia
« Les notions désignant les langues minoritaires autochtones en Autriche (Volksgruppensprache, Minderheitensprache,…) : approche sociolinguistique »

61Cette contribution porte sur les minorités linguistiques autochtones et les notions désignant les langues minoritaires en général en Autriche. Tout d’abord, afin de connaître le contexte linguistique et politique, la situation linguistique en Autriche est présentée avec les statistiques concernant les langues minoritaires sont présentées ainsi que le cadre de la politique linguistique autrichienne, notamment les dispositions constitutionnelles et législatives concernant la langue d’État, l’allemand, et les langues minoritaires. Par la suite, sont abordées les questions concernant la terminologie et les notions employées dans les différentes lois concernant les minorités, « Volksstämme » (nationalités), « Minderheit » (minorité) et « Volksgruppe » (groupe ethnique) – ce dernier terme étant pour ainsi dire une particularité autrichienne – et « Österreichische Gebärdensprache » (langue des signes autrichienne). Suit une discussion au sujet des ethnonymes et des notions désignant les langues minoritaires en Autriche en incluant le terme fortement contesté de « Windisch ». Quelques remarques sur des exonymes employés dans le langage habituel, souvent dans un sens péjoratif, clôturent cette étude.

62Notions used for Indegenous Minority Languages in Austria (Volksgruppensprache, Minderheitensprache,…) : Sociolinguistic Approach

63This text is about indigenous linguistic minorities and the different concepts used for minority languages in the context of Austria. First of all, a presentation of the linguistic and political context is given: the linguistic situation of Austria is presented with statistics concerning minority languages, and the Austrian language policy framework is set with details of the constitutional and legislative provisions regarding the state language, German, and minority languages. Then, questions are raised about the terminology and concepts used in several laws to talk about minorities: “Volksstämme” (nationalities), “Minderheit” (minority) and “Volksgruppe” (ethnic group) – the latter being specific to the Austrian context – and “Österreichische Gebärdensprache” (Austrian Sign Language). Follows a discussion about ethnonyms and concepts for minority languages in Austria, including the highly contested term “Windisch”. Some remarks on exonyms used in everyday language, often in a negative way, close this study.

  • 1 Restantes (y compris inconnues).

64Brigitta Busch
« “Sonstige (einschließlich unbekannt)1 : les notions désignant les langues associées à l’immigration en Autriche »

65Les notions pour désigner des langues en situation minoritaire et le choix de leur catégorisation par les institutions gouvernementales reflètent la vision politique à l’égard de ces langues et des individus. Focalisé sur les langues issues de l’immigration en Autriche, il s’agit d’analyser la façon dont elles sont désignées et catégorisées, en liaison avec le rapport d’altérité exercé avec la langue officielle, l’allemand. Sont exposées dans cette contribution les compétences linguistiques exigées des nouveaux arrivants en Autriche ainsi qu’une analyse des recensements démographiques et linguistiques nationaux des dernières décennies et des divers dispositifs d’enseignement des langues présents dans le système éducatif. Au résultat, loin des réalités linguistiques, le prototype du citoyen autrichien est germanophone monolingue. Les situations linguistiques relevées en Autriche sont définies en termes négatifs selon leurs différences et déficits par rapport à la situation germanophone. Enfin, un amalgame existe toujours entre les langues recensées et les territoires auxquels elles sont communément associées. De la manière dont sont dénommées ou catégorisées les langues transparaît une hiérarchisation de ces dernières par rapport à la langue nationale, de référence, selon le prestige qui leur est accordé.

  • 2 Remaining (including unknown).

66“‘Sonstige (einschließlich unbekannt)’2 : Notions Used for Immigrant Minority Languages in Austria”

67The notions used to describe minority languages and the ways they are categorised by governmental institutions reflect how these languages as well as their speakers are seen by politics. Focusing on immigrant minority languages in Austria, the aim is to analyse how they are identified and categorised, in constant relation with the official language, German. In this paper are discussed the language skills required for newcomers in Austria, and are analysed national population and language censuses issued in recent decades, as well as language teaching devices available in the education system. The results show that, far from the linguistic realities, the prototype of the German Austrian citizen is monolingual. Linguistic situations identified in Austria are defined in negative terms, based on their differences and deficits in comparison with the German speaking context. Finally, there is still general confusion between the identified languages and the territories they are commonly associated with. The naming of these languages and the categories they are associated with reflect a hierarchy process in which the national language is the reference, and the position of the other languages is linked to the prestige they are commonly granted with.

68Auke van der Goot
« Les notions de langue régionale ou minoritaire aux Pays-Bas : l’importance de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires »

69Bien avant l’introduction de la Charte, les Pays-Bas pratiquaient déjà une catégorisation législative de leurs langues, qui distinguait le néerlandais, le frison et les « streetkaalen », idiomes régionaux. À l’échelle nationale, ces notions sont-elles suffisantes pour répondre aux enjeux que soulève la Charte ? Chacune de ces catégories sont confrontées aux diverses problématiques mises en avant par le Conseil de l’Europe. Il en résulte une nouvelle catégorisation des langues régionales ou minoritaires des Pays-Bas : langue officielle moins répandue (le frison), langues régionales (telles que le bas-saxon et le limbourgeois) et langues non territoriales (comme le yiddish et le romani). Cette nouvelle catégorisation a permis une valorisation du statut du frison, jusque-là connu comme seconde langue nationale. Certains idiomes qualifiés de « streetkaalen » ont gagné un certain prestige en étant reconnus langues régionales ; d’autres, désormais identifiés comme dialectes de langues minoritaires, bénéficient d’une protection relative, définie selon la catégorie de la langue dont ils sont une variante. Certains idiomes faisant l’objet d’un attachement particulier, en revanche, sont ignorés et ne bénéficient pas de protection juridique, car ils ont été identifiés comme dialectes du néerlandais.

70“Notions used for Regional or Minority Languages in the Netherlands: the Importance of the European Charter”

71Long before the introduction of the Charter, the Netherlands already had a legislative categorisation of their languages set up, distinguishing Dutch, Frisian and “streetkaalen” regional idioms. At the national level, can these notions meet the challenges raised by the Charter? All these categories present aspects which correspond to issues the Council of Europe puts forward. The introduction of the Charter has given rise to a new categorisation of regional or minority languages in the Netherlands: lesser used official language (Frisian), regional languages (such as Low Saxon and Limburger) and non-territorial languages (such as Yiddish and Romany). This new categorisation has enabled the promotion of Frisian, known until then as the second national language. Some idioms described as “streetkaalen” have gained some prestige in being recognized regional languages; others now identified as dialects of minority languages are more or less protected, depending on the language category they belong to. However, some idioms which were identified as such because of a special attachment but are now recognised as dialects of Dutch, are ignored in this categorisation and therefore cannot claim legal protection.

72Martin Walton
« Les langues “parlées” en Irlande : territoire, écritures, lecture et discours »

73Afin de comprendre la situation actuelle de cette langue minoritaire co-officielle avec l’anglais, il convient d’étudier son évolution dans la société irlandaise au cours des siècles. Celle-ci se caractérise par un rapport paradoxal du XIIe siècle à nos jours entre la réalité linguistique vécue par les locuteurs et l’évolution de l’écriture, au sens strictement graphique, mais aussi religieux, administratif et juridique.

74Ainsi, la christianisation de l’Irlande s’est faite par l’apprentissage du latin qui a permis l’établissement d’un système graphique de l’irlandais. Par la suite, dans un souci de propagande religieuse, malgré l’interdiction de l’usage de l’irlandais dans la vie commerciale et administrative, la traduction des textes religieux a persisté, parfois même avec le soutien appuyé du pouvoir britannique.

75Or, si la langue écrite s’est maintenue, elle reste cantonnée à un domaine restreint et n’est pas lue par tous les irlandophones. On peut regretter le manque de supports pédagogiques et de publications en irlandais. L’inexistence de traductions de grands textes de la littérature mondiale en irlandais montre que pour les irlandophones, ces textes doivent être lus en anglais. Si la notion de modèle peut être utilisée pour parler de la préservation de l’irlandais, il est nécessaire de tenir compte de son contexte politique unique : sa promotion est liée, depuis le XXe siècle, au processus de paix en Irlande du Nord.

76“Languages ‘spoken’ in Ireland: Territory, Writing, Reading and Discourse”

77Studying the evolution of Irish language in the Irish society over the centuries will help understand its present linguistic situation, as a minority language that shares the co-official status with English in Ireland. From the twelfth century onwards, there has always been a paradoxical relationship between linguistic reality experienced by Irish speakers and the evolution of writing (in the graphic, religious, administrative and legal meanings of the term).

78Ireland became Christian through learning Latin, which simultaneously led to the creation of a graphic system for Irish language. Subsequently, in the interests of religious propaganda, despite the ban to use Irish for commercial and administrative concerns, the translation into Irish of religious texts persisted, sometimes with the strong support of the British government.

79However, although the language in its written form has been maintained, it remains confined to a specific domain of use and not all Irish speakers read it. One may regret the lack of teaching materials and publications in Irish. The fact that great International writers have not been translated into Irish shows that for Irish speakers, great literature works should be read in English. If the notion of model can be used to describe the preservation of Irish, it is necessary to take into account its unique political context: since the twentieth century, its promotion has been linked to the peace process in Northern Ireland.

80Emmanuel Sur
« Les spécificités politiques de la question linguistique dans le contexte de l’Irlande : des paradoxes liés à l’instrumentalisation politique du gaélique et du scots d’Ulster »

81Très peu pratiquées aujourd’hui, les langues minoritaires que sont le gaélique et le scots d’Ulster tiennent paradoxalement chacune une place primordiale au sein des enjeux politiques, culturels et identitaires de l’Irlande. Les accords du « Vendredi Saint » de 1998 ont marqué un tournant politique pour l’Irlande. Certains sont d’avis que le processus de paix entamé était avant tout symbolique. Or, de cette réconciliation transparaît une évolution des ambitions politiques de la république d’Irlande et du Royaume-Uni. En rapport étroit avec les politiques nationales, les politiques linguistiques mises en œuvre en Irlande ont forcément évolué elles aussi. Jadis instrument de contestation, le gaélique est devenu symbole de l’identité nationale irlandaise. Beaucoup plus récemment, les Irlandais du Nord se sont attachés au scots d’Ulster, cette langue germanique, apparentée à l’anglais du Royaume-Uni, s’étant, à l’image de leur histoire, implantée sur le territoire irlandais. Aujourd’hui le Royaume-Uni et la République d’Irlande ont cessé de s’affronter pour le territoire de l’Irlande du nord. En ne reconnaissant que le gaélique, alors que l’Irlande du nord considère les deux langues minoritaires de manière égale, la République d’Irlande se distingue de l’autre partie de l’île. Les langues conservent donc leur fonction symbolique identitaire mais à des fins politiques différentes : hier vecteurs d’unification, elles sont aujourd’hui utilisées pour maintenir une certaine distance.

82“Political Features Implied in the Linguistic Issues of Ireland: the Paradoxical Aspects of Gaelic and Ulster-Scot Languages as Means to Achieve Political Targets”

83Although Gaelic and Ulster-Scots are not practiced very much nowadays, these minority languages hold a prominent place in the political, cultural and identity issues of Ireland. The Good Friday Agreements of 1998 marked a political turning point for Ireland. Some believe that the initiated peace process had primarily a symbolic value. However, this reconciliation reflects an evolution in political ambitions from both the Republic of Ireland and the United Kingdom. Closely linked to national policies, Ireland’s language policies must have evolved too. Once used as an instrument of protest, Gaelic has become a symbol of the Irish national identity. Much more recently, some people in Northern Ireland have become attached to Ulster-Scots, this Germanic language related to English, which has along with their British ancestors, moved to and settled on the Irish land. Nowadays, the United Kingdom and the Republic of Ireland have ceased to compete for the territory of Northern Ireland. With the sole recognition of Gaelic, the Republic of Ireland sets itself appart from Northern Ireland where both minority languages are considered equally. Languages therefore retain their symbolic identity function in order to serve different political purposes: yesterday vectors for unification, they are now used to maintain a certain distance.

84Eugene McKendry
« Sur les marges linguistiques de l’Irlande du Nord : législation et enseignement. Aperçu historique »

85L’irlandais est aujourd’hui majoritairement une langue seconde, et non plus une langue première. À travers les événements du XVIIe siècle à nos jours et en comparant avec d’autres langues minoritaires (le gallois, l’Ulster-scots), la situation sociolinguistique et les enjeux éducatifs auxquels l’irlandais doit faire face en Irlande du Nord sont décryptés. Les attitudes négatives des unionistes protestants envers l’irlandais depuis la division de l’Irlande en 1921 ont eu des répercussions durables dans le domaine de l’éducation. La signature de la Charte des langues régionales ou minoritaires en 2000 ainsi que la reconnaissance institutionnelle de l’irlandais au sein de l’UE en 2005 ont donné l’espoir d’une évolution positive. L’irlandais est enseigné à l’école au même titre que l’espagnol ou le français, en tant que « langue moderne ». Un manque de motivation général est cependant constaté pour l’apprentissage des langues. Il convient de faire prendre conscience des bénéfices de la maîtrise d’une langue minoritaire, dans une approche en phase avec les réalités sociales, professionnelles et culturelles environnantes, de favoriser des attitudes positives envers les langues en général et les compétences linguistiques, de montrer l’apprentissage d’une langue minoritaire non plus comme un repli sur soi, mais comme une ouverture vers d’autres langues.

86“At the Linguistic Margins in Northern Ireland: Legislation and Education. Historical Overview”

87For most speakers in Northern Ireland, Irish has become a second language and not a first language anymore. From the events of the seventeenth century onwards, and by comparing with other minority languages of the United Kingdom (Welsh, Ulster-Scots), this text presents the sociolinguistic situation and educational challenges of the Irish language in Northern Ireland today. Since the division of Ireland in 1921, the Unionists’ negative attitudes towards the Irish language have had lasting effects in the field of education. When the European Charter for Regional or Minority Languages was signed in 2000 and when Irish became officially recognised in the EU in 2005, new hopes were given for a positive evolution. Irish is taught at school, just like Spanish or French, as a “modern language”. There is however a general lack of motivation for learning languages. Raising awareness of the benefits of mastering a minority language according to the local social, professional and cultural contexts, promoting positive attitudes towards languages in general and towards language skills, and presenting minority language learning not as a personal withdrawal, but as a way to open up to other languages, are three essential moves to make in order to change the trend regarding minority language learning.

Notes

1 Restantes (y compris inconnues).

2 Remaining (including unknown).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search