Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites fins de siècles

Les élites nationales

Élites étudiantes et socialisme : le groupe des étudiants collectivistes de Paris à la fin du xixe siècle

Marie-Christine Bouneau-Bouillare

Texte intégral

  • 1 charle ch., « Les étudiants et l'Affaire Dreyfus », Cahiers Georges Sorel, No 4, 1986.

1A la fin du xixe siècle, quatre termes (élites, étudiants, socialisme et Intellectuels) sont associés dans le cadre de l'Affaire Dreyfus. Les Intellectuels et les étudiants deviennent en effet « des groupes identifiables, mobilisés et investis politiquement dans la durée »1. Les étudiants, « ces grands oubliés de l'Histoire », constituent ainsi de nouvelles élites ; à cause de leurs origines bourgeoises et parce qu'ils ont suivi des études supérieures les amenant à occuper les postes clés du pays, ils s'intégreront d'ailleurs aussi aux élites traditionnelles.

2Si la rencontre des quatre termes se cristallise autour de l'Affaire Dreyfus, ce n'est que l'aspect le plus connu de l'action multiforme de ces jeunes élites. En effet, la contribution des étudiants socialistes est décisive par la réflexion théorique, l’animation et la participation à la vie socioculturelle et politique de l'époque. C'est le cas en particulier du Groupe des Etudiants Collectivistes de Paris, qui a servi de modèle et de référence aux groupes socialistes de province. Ce groupe est significatif, de par sa scission en 1898, des hésitations du socialisme français au tournant du siècle. Il a enfin contribué à l'émergence d'une nouvelle voie socialiste tout en prenant part au grand débat sur la place tenue par les Intellectuels face au socialisme.

3Malgré la difficile affirmation du g.e.c., le rayonnement national et international est incontestable pour ces jeunes élites de la pensée.

I - UNE AFFIRMATION DIFFICILE

1 - La naissance d'un nouveau groupe au quartier latin

4Dans le cadre de la réforme de l'enseignement supérieur des années 1880-90, la IIIème République décida de mettre en place des Associations d'Etudiants, chapeautées par des professeurs pleins de zèle, de façon à « resserrer la solidarité du corps des étudiants » considérés comme trop individualistes, trop peu assidus aux cours et souvent esseulés et désœuvrés dans une grande ville. Les Associations d'Etudiants avaient un but précis : participer à la constitution d'une élite acquise à l'Université.

5Le préambule de l'Association Générale de Paris, constituée en 1884, stipulait très nettement sa dépendance vis-à-vis de l'Université. Or, cette dépendance explique la crise dont ces associations furent victimes. Un article de la Jeunesse Socialiste (revue des étudiants socialistes toulousains) de mai 1895, condamne très vivement ces Associations : « les défauts des Associations d'Etudiants se résument ainsi : main-mise sur la jeunesse par les pouvoirs publics ; [...] obligation [pour les étudiants] de s'abstenir de tout acte politique, asservissement plus ou moins déguisé à telle opinion régnante, suppression de toute liberté, de toute originalité » etc... On comprendra facilement par suite que la grande majorité des étudiants ne fasse point partie de ces groupements stériles. La jeunesse répugne à l'enrégimentement.

6Les étudiants parisiens mais aussi provinciaux semblent donc préférer les mouvements spontanés et les groupements idéologiques. Au Quartier Latin, les Etudiants Socialistes Révolutionnaires Internationalistes apparaissent en 1891 ; ils condamnent les Associations d'Etudiants qualifiées de « réactionnaires » et veulent diffuser le socialisme scientifique. L'année suivante, (1892) un groupe se sépare des e.s.r.i. pour former la Ligue Démocratique des Ecoles (l.d.e.) alors que les e.s.r.i. penchent de plus en plus vers l'anarchisme. En leur sein, se dessine une fraction, collectiviste, s'efforçant de démontrer qu'il ne suffit pas d'aspirer à tout ce qui peut apparaître comme une protestation contre l'ordre établi et que le sentiment de la révolte est finalement inférieur à la connaissance des lois historiques et économiques.

7C'est au mois de mai 1893 qu'un noyau d'étudiants menés par Alexandre Zévaès se détacha complètement des e.s.r.i. pour fonder le Groupe des Etudiants Collectivistes de Paris. En septembre 1893, après un certain nombre d'hésitations le g.e.c. adhère à l'Agglomération Parisienne du Parti Ouvrier Français et adopte le programme et la tactique de celui-ci. Son but : « Mener au quartier Latin le bon combat socialiste » et chercher à secouer l'indifférence d'un trop grand nombre d'étudiants. Mais le g.e.c. a du mal à se faire reconnaître.

2 - Une crédibilité souvent contestée

  • 2 La Paix, 27 avril 1894.
  • 3 Archives de la Préfecture de Police Ba/1527, rapport du 12 février 1899.

8La presse parisienne ne manque pas de saluer avec une ironie, parfois teintée de mépris l'avènement du g.e.c. : « Les bons jeunes gens qui, issus de la bourgeoisie, adhèrent au Parti Ouvrier, se préoccupent évidemment moins d'étudier le droit ou la médecine que de préparer la réalisation de prochaines ambitions politiques »2. Le commissaire chargé par la Préfecture de Police de surveiller les réunions du Groupe, note dans un rapport : « ces jeunes gens sont à peu près tous de futurs arrivistes »3. Ils semblent bien peu pris au sérieux...

  • 4 moody j. n., French Education Since Napoleon, Syracuse University Press, 1978.
  • 5 harrigan p. j., Mobility, Elites and Education in French Society of the Second Empire, Waterloo, 19 (...)
  • 6 charton e., Guide pour le choix d'un état ou dictionnaire des professions, Paris, F. Chamurot, 1851

9Qui sont-ils ? Ce sont des étudiants en droit, en médecine, en lettres. De par leurs origines sociales, ils appartiennent aux élites traditionnelles. Les facultés de droit, par exemple, recrutaient « presque exclusivement parmi les classes supérieures traditionnelles »4. Or, pour P.J. Harrigan, ces dernières s'identifient aux « propriétaires, rentiers, juristes et hauts fonctionnaires »5. Il a d'ailleurs démontré que 62 % de fils de juristes souhaitaient suivre une carrière semblable à celle de leur père. De plus, suivre des études supérieures coûte cher. Edouard Charton a évalué à 6 000 F la somme nécessaire à un jeune homme poursuivant trois années de droit à Paris et vivant tout juste décemment, sans estimer bien évidemment les frais d'établissement dans une carrière6. Enfin, ses études supérieures achevées, le jeune étudiant pourra à son tour se fondre dans le corps des élites traditionnelles.

  • 7 bure e., L'Ordre, 24 mars 1939, « il passait pour très riche. Au Groupe des Etudiants Collectiviste (...)

10Si on observe plus précisément le cas des Etudiants Collectivistes, les origines de ceux-ci sont essentiellement bourgeoises. Ainsi, Maurice Olivier est fils de négociant et de conseiller général ; Verhaeghe fils de percepteur des contributions directes ; Alexandre Bourson qui prit le pseudonyme d'A. Zèvaés pour ne pas être en rupture avec son milieu est fils de militaire ; Hubert Lagardelle est fils de gros propriétaires terriens et recevait de ses parents une pension mensuelle de 700 F7 ; Anatole de Monzie issu d'une famille « de petite noblesse et d'ancienne fortune » selon sa propre expression est fils d'un directeur des contributions directes ; Ernest Lafont, fils d'industriel ; André Morizet, fils de notaire etc...

11Ces étudiants collectivistes, conscients de leurs origines, ne cessent pourtant de renier celles-ci dans leurs tracts, en particulier l'éducation bourgeoise qui commence au lycée et se poursuit à l'Université.

12Le manque de crédibilité vient de ce paradoxe : de jeunes bourgeois qui se proclament « ouvriers de la pensée ». En effet, les Etudiants Collectivistes dénoncent la prolétarisation des diplômés qui par suite de l'encombrement des carrières libérales ne trouvent pas à employer leur science. Le « monde extérieur » trompé par un certain nombre de tracts se polarise sur cette cause unique pour expliquer leur ralliement au socialisme et au monde ouvrier. D'où les difficultés pour ces étudiants bourgeois qui se définissent comme des « prolétaires intellectuels ».

13A ces difficultés par rapport au « monde extérieur », s'ajoutent des difficultés « internes » qu'elles soient matérielles ou idéologiques. Ces dernières conduisent à une scission définitive en 1898 au moment où le socialisme français connaît des reclassements.

3 - Difficultés internes et scission

14Difficultés liées d'abord aux effectifs qui sont faibles : vingt adhérents à peine au départ. Jusqu'à la rupture de 1898, les chiffres oscillent entre vingt et trente. Après la scission le g.e.c. autonome dépassera ce nombre tandis que le g.e.c./p.o.f. deviendra groupusculaire (tombant en dessous de dix membres). Cette faiblesse s'explique par la nature du recrutement — des étudiants — et le système de cotisations : celles-ci sont mensuelles ; le tout facilite une grande mobilité. A partir de 1896-97 on assiste à un renouvellement et à une timide féminisation.

  • 8 willard cl., Les Guesdistes, Paris, éditions sociales, 1965.

15Les groupes collectivistes provinciaux ont encore plus de mal à rassembler des adhérents : le Cercle d'Etudes Sociales des Etudiants Bordelais ne vit que par « intermittence » (selon l'expression de Cl. Willard)8 et ne compte qu’une demi-douzaine de membres à ses beaux jours ; à Toulouse les chiffres varient entre quinze et trente adhérents mais le groupe ne peut survivre au départ en 1895 de ses principaux animateurs Joseph Sarraute et Hubert Lagardelle, qui rejoignent d'ailleurs le g.e.c. de Paris où comme tous les enfants issus des élites régionales ils viennent terminer leur droit.

  • 9 A.P.P. Ba/1527, rapport du 24 décembre 1899.

16Le g.e.c. éprouve parfois des difficultés financières. Il vit essentiellement des cotisations de ses adhérents, des recettes des conférences publiques (prix d’entrée : 30 centimes au siège ; 50 centimes à l’Hôtel des Sociétés Savantes), de quelques dons (notamment ceux d’A. de Monzie au g.e.c. autonome) et de prêts (en particulier ceux des socialistes belges). Mais les dépenses sont importantes : impression de tracts, manifestes, brochures, location de salles, paiement de certains conférenciers. Les calculs deviennent parfois extrêmement précis notamment lorsque le g.e.c./p.o.f. organise la venue de Clara Zetkins : « on lui paiera le voyage en première classe et les frais de résidence à Paris. Les frais sont ainsi établis : Salle des Sociétés Savantes : location : 110 F ; affiches et imprimés divers : 60 F ; voyage et frais de la conférencière : 150 F ; au total : 320 F. Cette somme sera compensée par la vente des places qui aux Sociétés Savantes sont au nombre approximatif de 800. Le quart des places sera de 1F et le restant à 0,50F »9. Difficultés enfin pour trouver un local.

  • 10 Archives Nationales F7 12886, rapport du 16 juillet 1897.

17Mais les tensions idéologiques sont autrement plus graves, elles apparaissent dès 1897 et conduisent au schisme de 1898. Au congrès national du p.o.f. qui se tient à Paris en juillet 1897, la Fédération Parisienne noyautée par les Etudiants Collectivistes ose s’opposer à Guesde en lui soumettant une modification du règlement général à propos des Fédérations régionales. La façon dont le représentant des étudiants Hubert Lagardelle s’exprime est significative de la place du G.E.C. par rapport au Parti. « H. Lagardelle prend la parole : il est étudiant, dit-il et regrette que certains membres aient cru devoir insinuer que les propositions de la Fédération Parisienne ne devait pas être prise en considération car c'était un projet d’étudiant'. Le discours du représentant des étudiants porte puisque Guesde doit mettre sa personne en jeu pour arracher un vote de complaisance'. Le commissaire note avec lucidité : « Guesde considère comme un scandale sans précédent dans le parti, que des jeunes gens [...] se soient montrés d’un avis opposé au Conseil National. C’est l’ère des déceptions qui s’ouvre pour Guesde qui sera impuissant à satisfaire ou à contenir les ambitions qu’il a déchaînées parmi les jeunes gens lettrés, médecins, avocats, publicistes, étudiants qui forment la nouvelle couche du parti »10.

18La rupture est quasiment consommée : il y a distorsion entre les vieux membres du p.o.f. qui s’accrochent à une certaine forme d’immobilisme et ces jeunes gens qui constituent de plus en plus une élite de la pensée et aspirent à des changements ; il s’agit d'un problème de génération.

  • 11 A.P.P Ba/1527, rapport du 15 janvier 1898.

19De plus, en 1897-98 on est en pleine Affaire Dreyfus et le p.o.f. a une attitude pour le moins attentiste. Or, dès janvier 1898, le Commissaire remarque : « le fils Longuet essaie de créer un mouvement favorable à Zola au Quartier Latin »11.

20Lors du Congrès National du p.o.f. tenu à Montluçon (1898) le g.e.c. a délégué Duciel, Boucher et A. de Monzie qui tentent d’amener l’Affaire Dreyfus au premier plan mais Guesde « se refuse à engager le p.o.f. dans la mêlée ». Dès lors, ceux qui sont en train de devenir des Intellectuels au sens où on l’entend désormais, aspirent à l’autonomie et c’est sous la conduite de Longuet et de Lagardelle que la majorité du g.e.c. l’obtient en novembre 1898.

21Dès lors le g.e.c. est scindé en un g.e.c./p.o.f. réuni autour de Habasse, Nivet (James Haig), Phalippou, Desrousseaux et un g.e.c. autonome (de plus en plus proche de Jaurès) rassemblé autour de Longuet, Lagardelle, De Monzie, Buré, Péguy, Thiroux, Landrieux, Olivier, Sarraute. Pendant quelques mois un certain nombre de reclassements — parfois douloureux — ont lieu entre les deux g.e.c. Les tensions, les querelles, voire les échauffourées ne cessent plus entre les membres des deux groupes, chacun à la recherche d’une spécificité au moment où le socialisme français est bien morcelé.

22L’histoire du g.e.c. est mouvementée, les embûches ne manquent pas, l’affirmation est souvent difficile et pourtant grâce à une énergie hors du commun, les Etudiants Collectivistes bénéficient d’un rayonnement incontestable.

II - ET POURTANT UN INCONTESTABLE RAYONNEMENT

1 - D’infatigables propagandistes

23L’activité principale des Etudiants Collectivistes réside en effet dans la propagande. A chaque début d’année universitaire, le Manifeste du g.e.c. adressé « aux étudiants de Paris » renouvelle cette volonté : « le g.e.c. compte sur vous [...] pour poursuivre avec succès dans le milieu universitaire parisien sa mission de propagande socialiste ».

24Cette propagande passe par l’organisation une fois par mois de conférences publiques, parfois contradictoires. Celles-ci organisées et animées par les Etudiants Collectivistes attirent un public compris entre 200 et 700 personnes avec quelques pointes notamment pour écouter J. Jaurès. Le public est composé d’étudiants mais aussi d’ouvriers, quelques femmes viennent écouter mais elles sont en minorité.

25L’auditoire est important car les orateurs constituent l’élite du socialisme de l’époque. Les étudiants ne font pas de sectarisme et invitent les principaux représentants de l’ensemble des courants socialistes : Zévaès, Guesde, Millerand, Viviani, Duc-Quercy, Sembat, Lafargue, le socialiste belge Vandervelde. Après la scission le g.e.c./p.o.f. a des difficultés pour continuer à organiser des conférences publiques, mais le g.e.c. autonome a un rayonnement plus important qu’auparavant. On peut citer : Jaurès mais aussi Vandervelde, Louis de Brouckère, professeur à l’Université Nouvelle de Bruxelles, Louis Rivelin, professeur au Collège Libre des Sciences Sociales, Francis de Pressensé, Enrico Ferri, député de Mantoue et professeur à l’Université de Rome, Gaston Moch, professeur au Collège des Sciences Sociales qui illustre son exposé d’une projection à la lumière oxydrique, Elenri Van Kol, député au Parlement de Hollande, Légitimus, député de la Guadeloupe.

26Dans un souci scientifique, les Etudiants invitent des contradicteurs catholiques, antisémites ; à partir de 1894, ils assurent des conférences contradictoires au Comité des Avocats Parlementaires.

27Les thèmes abordés touchent surtout à la doctrine (« les collectivistes », « socialisme chrétien et socialisme scientifique », « la conception de l’Etat opposée à la société socialiste », « l’idéalisme de l’histoire », « l’idéalisme et le matérialisme ») ou concernent plus directement les étudiants (« le socialisme et les étudiants », « le prolétariat intellectuel », « le 1er mai et les étudiants »). On mesure ainsi l’énergie dépensée par ces Etudiants. Le g.e.c./p.o.f. crée même en son sein une école d’orateurs.

28La propagande se réalise grâce à la publication de brochures (reprenant souvent les conférences publiques). Le g.e.c. autonome est particulièrement actif en publiant à la librairie Giard et Brière, dans la bibliothèque du Mouvement socialiste, à la librairie Jacques, en commun avec le Théâtre civique. Ils utilisent enfin des revues : l’éphémère Ere Nouvelle (d’ailleurs fondée par des Etudiants Collectivistes), la Petite République, La Revue Socialiste, Les Cahiers de la Quinzaine, le Mouvement Socialiste et avant lui la Jeunesse Socialiste.

29Les Etudiants Collectivistes sont à la tête d'une activité multiforme : ils contribuent à développer, préciser et diffuser le plus scientifiquement possible les théories socialistes mais ils sont aussi à l’origine d’une certaine sociabilité étudiante et politique.

2 - Les « animateurs » d’une nouvelle sociabilité politique

30Le g.e.c. organise des réunions privées du Comité toutes les semaines. Ils se réunissent au siège toujours situé dans le Quartier Latin et qui correspond à un café, à une librairie.

  • 12 bourgin h., De Jaurès à L. Blum. L’Ecole Normale et la politique, Librairie A. Fayard, 1938.

31Notons au passage que le g.e.c. a été hébergé quelques mois à la Société Nouvelle de Librairie et d’Edition (ou Librairie Bellais), 17 rue Cujas à quelques pas de la Sorbonne ; la Librairie Bellais est la maison fondée par Péguy (qui appartiendra d’ailleurs au g.e.c.). « Cette maison n’était pas seulement une maison de commerce : c’était un lieu de rassemblement » écrit Hubert Bourgin12. Outre Péguy, Lagardelle et l’équipe du Mouvement socialiste y tiennent un moment leurs quartiers. H. Bourgin nous donne une description de cette librairie pas comme les autres. « Rez de chaussée : un magasin pour les livres et une salle pour les relations avec l’extérieur ; premier étage : une dunette, un poste de commandement ; et le sous-sol : un corps de garde pour les conjurés ! » Nul doute que le g.e.c.. ait occupé le sous-sol.

32Café, librairie ou local loué et aménagé avec soin. Outre les tables, bancs et chaises nécessaires l’élément essentiel est la bibliothèque qui correspond à la volonté de propagande et d’éducation. Celle-ci revêt aux yeux des étudiants une importance fondamentale car nombreux sont ceux qui deviendront (ou sont parallèlement) professeurs dans les Universités Populaires.

33Un piano trône souvent dans la salle. Au g.e.c./p.o.f., on sait par le Commissaire qu’une militante une certaine Madame Phalippou ou « le fils Guesde » (comme le désigne le commissaire), se mettent régulièrement en fin de séance au piano et tout le monde entonne l’Internationale ou la Carmagnole. Des soirées artistiques et littéraires sont parfois organisées à la suite des conférences publiques, comme le 30 mai 1899 avec Renaud de l’Opéra ; Madeleine Leconte de la Comédie Française, Louise Grandjean de l’Opéra ; Georgette Leblanc de l’Opéra-Comique, Blanche Dufresne du Théâtre Sarah Bernhardt ; Romuald Joube du Théâtre Civique et Ragneau du Théâtre de la Monnaie. Le tout pour un franc, le programme illustré étant vendu au profit de la propagande ! Souvent, après les conférences, l’assistance se retrouve dans une certaine convivialité autour d’un punch.

34Mais les Etudiants travaillent sérieusement et réalisent un véritable apprentissage politique au cours des réunions privées consacrées à l’organisation des futures conférences publiques, à l’actualité étudiante et socialiste et enfin aux questions matérielles. Au g.e.c./p.o.f., grâce à l’école d’orateurs, copiée sur le modèle allemand, deux vendredis par mois, par roulement, un des membres désigné doit traiter pour ses camarades un sujet social, économique, historique capable d’entraîner la critique et par suite la discussion.

35Ces talents d’animateurs expliquent le rayonnement national et international du Groupe, ce qui fait bien d’eux des élites à part entière.

3 - Un rayonnement national et international

36En effet le g.e.c. sert de modèle aux groupes d’étudiants provinciaux qui calquent leur organisation, leurs action, leur mode de fonctionnement sur le g.e.c. et répercutent les propositions de celui-ci.

37Le g.e.c. est en relation permanente avec les groupes d’étudiants socialistes de Lille, Lyon, Montpellier, Toulouse, Rennes. Un véritable réseau se noue entre les étudiants socialistes de France et le G.E.C. en constitue la tête, d’autant qu’il sert d’aboutissement. En effet, de nombreux étudiants ont d’abord milité au sein de groupes régionaux avant de rejoindre le g.e.c. en gagnant la capitale pour achever leurs études.

38Si le rayonnement est incontestablement national, il est aussi international. L’examen de la liste de conférenciers est significatif. Mais le g.e.c. autonome s’ouvre dans son recrutement. En janvier 1899, le Commissaire note : « le g.e.c. s’est enrichi des collectivistes étrangers, il y a dans le Groupe des Juifs, des Créoles, des Belges, des Allemands et des Russes des deux sexes ». Les nouvelles recrues ont sans doute favorisé les contacts avec les socialistes étrangers.

  • 13 A.P.P. Ba/1527, rapport du 13 février 1899.

39Cet élargissement du rayonnement est aussi à mettre au compte des liens entretenus avec le Mouvement Socialiste de Lagardelle, revue internationale, paraissant dès janvier 1899 et en partie subventionnée à ses débuts par les recettes des conférences organisées par le g.e.c.13. Cette revue sert à la fois de tribune aux socialistes du monde entier et de carrefour propice aux rencontres. Les étudiants collectivistes y écrivent à titre personnel ou collectivement ; la plupart de l’équipe du Mouvement Socialiste appartient d’ailleurs au g.e.c.

40Enfin, ces Etudiants grâce à leur appartenance aux élites traditionnelles ont le moyen de voyager et d’étudier dans des Universités étrangères, leur permettant ainsi — certes à titre individuel le plus souvent — de nouer des liens et de participer à une sorte d’internationale socialiste étudiante. D'ailleurs, le g.e.c. autonome entretient régulièrement des relations avec les Etudiants Socialistes de Bruxelles, Liège, Genève, Zurich, Berlin, Vienne et Prague.

41Même si l’histoire du g.e.c. est mouvementée, si l’affirmation de celui-ci est difficile, il n’en reste pas moins un lieu de passage pour de nombreux futurs hommes politiques et a contribué à l’émergence de nouvelles élites de la pensée.

III - POUR DE NOUVELLES ELITES DE LA PENSEE

42Si ces jeunes gens appartiennent aux élites socialement (de par leur milieu d’origine et de leur intégration probable et future à ce corps), ils occupent aussi le premier rang de par leur formation, leur culture mais ils contribuent surtout à l’émergence d’une nouvelle forme d’élite qui naît en cette fin du xixe siècle, c’est-à-dire les Intellectuels.

1 - L’émergence parallèle des étudiants et des intellectuels

  • 14 prost a., Histoire de l’enseignement en France 1800-1967, A. Colin, 1968.

43Cette coïncidence est particulièrement nette dans le cadre du g.e.c. autonome. C’est avec la réforme de l’enseignement supérieur qu’une figure nouvelle apparaît : celle de l’étudiant. Pour Antoine Prost, « l’étudiant naît en 1877 »14 à cause de l’arrêté du 3 novembre 1877 créant 300 bourses de licence et des maîtres de conférences mettant en place une sorte de communauté morale entre maîtres et étudiants.

  • 15 charle ch., Naissance des « Intellectuels », 1880-1900, les éditions de Minuit, 1990.

44L’étudiant des années quatre-vingt est associé aux élites politiques ; il est porteur selon Christophe Charle15 dans le cadre de cette réforme universitaire d’un idéal démocratique et se fait le défenseur de la république contre le boulangisme. Or l’étudiant des années 90 se détache des élites politiques traditionnelles, manifeste son autonomie c’est-à-dire son engagement, devenant ainsi un Intellectuel donc une nouvelle forme d’élite : celle de la pensée.

45C’est précisément le choix que font les étudiants du g.e.c. autonome opérant une scission en 1898 de façon à pouvoir s’engager dans l’Affaire Dreyfus. Ils font ainsi reconnaître leur autonomie comme Intellectuels à la différence de ceux du g.e.c./p.o.f. qui ne restent que de simples militants sans aucune autonomie.

46Dès janvier 1898 c’est-à-dire consécutivement au « J’accuse » de Zola, les Etudiants du g.e.c. signent la protestation du journal L’Aurore. Les premières listes-manifestes sont surtout signées par des professeurs et des étudiants, ce qui souligne bien l’enjeu que représente ces derniers. Jaurès écrivait dans La Lanterne le 15 janvier 1898 : « Dès maintenant, nous saluons avec une émotion respectueuse tous ces jeunes hommes, cette élite de pensée et de courage, qui sans peur proteste publiquement contre l’arbitraire croissant des porteurs de sabre, contre le mystère dont ils environnent leur palinodie de justice... ».

47Dans les années 1898-99, les Etudiants du g.e.c. autonome multiplient les manifestes, organisent les meetings. C’est toute l’Affaire Dreyfus au cours de ces deux années qu’on peut lire dans leurs réunions d’ailleurs ponctuées de « Vive Jaurès ! Vive Zola ! Vive Picquart ! »

  • 16 A.P.P. Ba/1527, rapport du 2 octobre 1899.

48Ainsi par exemple lors de la réunion de rentrée du 2 octobre 1899, les Etudiants Collectivistes ne se contentent bien évidemment pas de la grâce accordée à Dreyfus par le Président de la République le 19 septembre 1899, ils veulent faire prononcer hautement son innocence, « ils veulent faire du mouvement dans le Quartier Latin »16.

  • 17 A.P.P. Ba/1527, rapport du 2 décembre 1898.

49De même, s’ils se rapprochent de l’équipe du Mouvement Socialiste, de la Librairie Bellais de Péguy, ils se rapprochent d’autres étudiants pour former une « Union » des groupes d’Etudiants républicains et socialistes pour opposer à celle des étudiants nationalistes et antisémites. « Il s’agit d’une alliance non pas politique mais matérielle pour la rue en vue des manifestations »17.

50L’Affaire Dreyfus a donc permis aux Etudiants Collectivistes de s’intégrer aux Intellectuels naissants mais aussi de tenter de renouveler le socialisme.

2 - La tentative de redéfinition du socialisme par le G.E.C. autonome

51Le g.e.c./p.o.f. est marginalisé après la scission de 1898. Cet effacement est parallèle à la crise traversée par le p.o.f. qui demeure trop intransigeant, qui reste à l’écart de l’Affaire Dreyfus et trop en retrait par rapport aux tentatives d’Unité Socialiste prônée essentiellement par Jaurès.

  • 18 A.P.P. Ba/1527, rapport du 2 décembre 1899.

52Les effectifs du g.e.c./p.o.f. diminuent : ils ne sont plus que huit membres lors de la dernière mention dans les Archives les concernant le 26 février 1901. De plus, à l’heure même où le terme d’intellectuels apparaît et tend à prendre une place grandissante dans la société, le g.e.c./p.o.f. rejette le terme. Ainsi, l’article premier du Règlement Intérieur donne lieu à discussion. Initialement on pouvait lire : « le g.e.c. est ouvert aux étudiants, anciens étudiants et tous les intellectuels des deux sexes qui s’occupent de questions sociales » pour finalement remplacer le terme d’« Intellectuels » par « jeunes gens » !18

  • 19 A.P.P. Ba/1527, rapport du 29 décembre 1898.

53Les tentatives de renouvellement reviennent donc à l’avant-garde c’est-à-dire au g.e.c. autonome. Progressivement celui-ci contribue à redéfinir un socialisme plus ouvert, moins doctrinal et plus indépendant, d’où leur volonté d’Unité socialiste. Les différents manifestes adressés aux étudiants font largement référence à celle-ci. « Vous viendrez donc à nous : le g.e.c. n’adhérant plus à aucune fraction déterminée du Parti parce qu’il est partisan de la grande Unité Socialiste est largement ouvert à tous ceux qui acceptent le programme et la tactique préconisés dans les Congrès ouvriers nationaux et internationaux » !19.

  • 20 A.P.P. Ba/1527, rapport du 16 février 1900.

54Les étudiants multiplient les actions en faveur de cette Unité notamment en organisant des conférences que l’on pourrait qualifier d’« œcuméniques » comme en février 1900 lorsqu'ils réunissent, grâce aux démarches de Sarraute et H. Lagardelle, Sembat et Jaurès pour « faire voir que tout le monde veut l’Union » (même si la polémique se développe autour du punch lorsque Sembat déclare l’Unité socialiste à l’état d’embryon et vouloir « limiter l’Unité socialiste à des questions de principes en laissant à chaque parti son autonomie »20.

55De plus, dès le lendemain du premier Congrès général des organisations socialistes (3-8 décembre 1899) le g.e.c. autonome décide de mettre en place des groupes de propagandistes socialistes qui adhéreront au Parti Socialiste Unifié. Les groupes devront pousser à la propagande par l'utilisation de circulaires, de brochures, à la fondation de cercles d’études et à l’organisation d’excursions dans les campagnes de façon à faire de la propagande.

56L’Unité socialiste passe par l’union des travailleurs intellectuels et des travailleurs manuels. C’est une idée permanente dès les premiers manifestes en 1893/94. Cette union des deux prolétariats apparaissait comme une nécessité : les Etudiants ne manquaient pas d’évoquer la conscience qui commandait cette union mais aussi l’intérêt qui l’exigeait !

57Or, progressivement, le problème semble posé différemment. Le g.e.c. tente de dégager le rôle nouveau, la fonction des Intellectuels par rapport au monde ouvrier, donnant un rôle propre aux étudiants futurs ou déjà Intellectuels.

  • 21 lagardelle h., « Les Intellectuels devant le socialisme », causerie faite au g.e.c. le 14 décembre (...)

58L’effort théorique on le doit notamment à H. Lagardelle [au cours du troisième Congrès des Etudiants et Anciens Etudiants Socialistes (1900) et lors d’une Conférence faite au g.e.c. le 14 décembre 190021]. Il opère une distinction entre plusieurs types d’intellectuels. Il y a ceux qu’il considère comme des « déchets appartenant à la tourbe des diplômés sans emploi », rejetés à la fois par le capitalisme et le socialisme auxquels ils n’adhèrent que par intérêt (étant prolétarisés). Et puis, il y a les autres, « les intellectuels d’élite » venant au socialisme pour des motifs d’ordre moral et/ou des raisons scientifiques. Ce sont eux qui ont un rôle à jouer à condition qu’il existe un organisme capable de les encadrer c’est-à-dire à condition que l’Unité socialiste soit réalisée. Les intellectuels doivent aider le prolétariat à dégager sa propre théorie.

  • 22 cohen y., « Avoir 20 ans en 1900 ; à la recherche d’un nouveau socialisme », Le Mouvement Social, N(...)

59Ainsi, H. Lagardelle et le g.e.c. tendent, grâce au développement triomphant de la science que les étudiants apprennent à maîtriser, à accorder une place non négligeable aux Intellectuels bien encadrés dans le renouvellement du socialisme. Y. Cohen écrit très justement qu’H. Lagardelle « opère une synthèse incluant le prolétariat comme force de la révolution tout en conférant à ses pairs une place privilégiée comme penseurs du processus révolutionnaire »22.

60Désormais étudiants et Intellectuels dans un Parti en voie d’unification et grâce à l’affaire Dreyfus qui leur a permis véritablement de s’engager, peuvent jouer un rôle fondamental dans la vie sociopolitique. Ceci explique en partie sans doute la raison pour laquelle le g.e.c. a attiré de futurs hommes politiques qui ont accompli une certaine forme d’apprentissage politique au g.e.c. et, pourquoi pas, acquis un certain nombre de rites de passage à la vie adulte.

61Même si ces étudiants ne se considèrent modestement qu’« auxiliaires » du mouvement ouvrier, on ne peut s’empêcher de penser qu’ils ont tout de même une conception quelque peu élitiste de leur nouveau rôle puisqu’ils deviennent « penseurs privilégiés du processus révolutionnaire ».

62Nous avons brossé « l’histoire » très complexe et ambiguë d’une cristallisation entre étudiants, Intellectuels, élites et socialisme, à un moment, c’est-à-dire à la fin du xixe siècle, où le socialisme se modifie, où Intellectuels et étudiants émergent renouvelant ainsi les vieilles élites du xixe siècle.

63A. de Monzie a été plusieurs fois ministre, H. Lagardelle ministre du Travail sous Vichy, Péguy le célèbre écrivain que l’on connaît, tous ont contribué à l’émergence de ces nouvelles élites de la pensée avant de se fondre dans les élites socialement traditionnelles.

Notes

1 charle ch., « Les étudiants et l'Affaire Dreyfus », Cahiers Georges Sorel, No 4, 1986.

2 La Paix, 27 avril 1894.

3 Archives de la Préfecture de Police Ba/1527, rapport du 12 février 1899.

4 moody j. n., French Education Since Napoleon, Syracuse University Press, 1978.

5 harrigan p. j., Mobility, Elites and Education in French Society of the Second Empire, Waterloo, 1980.
Ces deux dernières références sont tirées de l'ouvrage de burney j. m., Toulouse et son université, Facultés et étudiants de la France provinciale du 19ème siècle, Presses universitaires du Mirail, éditions du C.N.R.S., 1988.

6 charton e., Guide pour le choix d'un état ou dictionnaire des professions, Paris, F. Chamurot, 1851.

7 bure e., L'Ordre, 24 mars 1939, « il passait pour très riche. Au Groupe des Etudiants Collectivistes on se murmurait à l'oreille, sans envie basse d'ailleurs, qu'il recevait de sa famille sept cents francs par mois ! Que pouvait bien faire un étudiant en droit, sans vices coûteux, sans aucun vice même, mais plein de flamme révolutionnaire, d'une pareille rente mensuelle ? » Voir bouneau-bouillare c. Hubert Lagardelle, un bourgeois révolutionnaire et son époque 1874-1958, thèse en préparation sous la direction de Madame le Professeur Sylvie guillaume

8 willard cl., Les Guesdistes, Paris, éditions sociales, 1965.

9 A.P.P. Ba/1527, rapport du 24 décembre 1899.

10 Archives Nationales F7 12886, rapport du 16 juillet 1897.

11 A.P.P Ba/1527, rapport du 15 janvier 1898.

12 bourgin h., De Jaurès à L. Blum. L’Ecole Normale et la politique, Librairie A. Fayard, 1938.

13 A.P.P. Ba/1527, rapport du 13 février 1899.

14 prost a., Histoire de l’enseignement en France 1800-1967, A. Colin, 1968.

15 charle ch., Naissance des « Intellectuels », 1880-1900, les éditions de Minuit, 1990.

16 A.P.P. Ba/1527, rapport du 2 octobre 1899.

17 A.P.P. Ba/1527, rapport du 2 décembre 1898.

18 A.P.P. Ba/1527, rapport du 2 décembre 1899.

19 A.P.P. Ba/1527, rapport du 29 décembre 1898.

20 A.P.P. Ba/1527, rapport du 16 février 1900.

21 lagardelle h., « Les Intellectuels devant le socialisme », causerie faite au g.e.c. le 14 décembre 1900 publiée in Cahiers de la Quinzaine, 4ème Cahier de la 2ème série 1901.

22 cohen y., « Avoir 20 ans en 1900 ; à la recherche d’un nouveau socialisme », Le Mouvement Social, No 120, juillet-septembre 1982.

Auteur

Professeur agrégée d'histoire

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540