Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites fins de siècles

Les élites nationales

La prosopographie des élites : état de la question

Jean-Marie Mayeur

Texte intégral

1Les organisateurs de ce colloque m'ont fait l'honneur de me demander de présider cette séance consacrée aux élites politiques nationales. Qu'il me soit permis d'abord de rendre hommage aux initiateurs de cette rencontre, et d'abord à Madame Sylvie Guillaume. Elle a su donner vie à une équipe de recherche en histoire politique contemporaine, qui renoue pleinement avec la tradition ouverte dans cet établissement par Georges Dupeux. Il m'est particulièrement agréable de lui dire ici combien les historiens de ma génération ont été redevables au précieux guide de recherche en sociologie électorale dont il fut l'auteur, avec François Goguel, voici une quarantaine d'années. En ces années où l’histoire politique connaissait une certaine défaveur, les approches de la sociologie électorale, appliquée à l'histoire, permirent d'approfondir la connaissance des attitudes politiques, insérées dans tous les aspects de la réalité sociale. De l'étude des opinions, Georges Dupeux s'était tourné vers celle de la « classe politique », entendue en son sens le plus large, puisqu'il avait entrepris une vaste enquête sur les candidats aux élections législatives et les élus. De ce projet, malheureusement interrompu, faute de moyens, subsistent des matériaux, conservés dans les locaux de l’équipe de recherche en histoire politique contemporaine de l'Université Michel de Montaigne-Bordeaux III. Lorsqu'à l’été 1983, Maurice Agulhon et moi-même avons pris l'initiative de soumettre au cnrs, sous l'égide du centre d'histoire du xixe siècle de Paris I-Paris IV, une recherche sur le personnel parlementaire de la IIIe République, nous nous inscrivions, en quelque manière, dans le prolongement de l'initiative plus ancienne de Georges Dupeux, et, dois-je ajouter, nous l'ignorions. Notre objectif était à certains égards plus modeste que celui de notre collègue bordelais : borné à la IIIe République, il ne retenait d'autre part que les élus à la Chambre et au Sénat, plus de 6 000 personnes. En revanche, notre propos s'inspirait délibérément de deux préoccupations qui s'affirmèrent avec force dans l'historiographie française de la période contemporaine au tournant des années quatre-vingt : l'attention portée aux élites, l'intérêt pour la méthode prosopographique. Après que leur droit à l'histoire ait été rendu aux masses anonymes longtemps négligées, il parut indispensable de revenir aux élites sociales, politiques, intellectuelles, religieuses. Au reste les sociologues, de Raymond Aron à Pierre Bourdieu, n'avaient pas manqué de poser des questions aux historiens sur l'unité et la diversité des élites, sur les relations entre les différentes élites, sur la formation, la continuité, la mobilité de celles-ci. A ces interrogations, la méthode prosopographique, c'est à dire la constitution, selon une même grille de biographies parallèles croisées d'un groupe déterminé, pouvait permettre d'apporter des réponses précises, fondées sur des sources de première main. Cette méthode était depuis longtemps largement utilisée en histoire de l'antiquité, médiévale, moderne. Elle allait s'imposer pour l'étude des élites contemporaines.

2Ces orientations se firent jour en plusieurs lieux, à la IVème section de l'Ecole pratique des Hautes Etudes, autour de Jean Tulard et de Guy Thuillier, péoccupés par la connaissance du haut personnel administratif, à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales autour de Pierre Bourdieu, auquel Christophe Charle, qui préparait alors sa belle thèse sur les élites de la république est largement redevable. Mais il importe aussi de dire le rôle que joua l'Institut d’histoire moderne et contemporaine. Ce laboratoire proche du cnrs, dont la mission était de constituer des instruments de travail, fut créé à la fin de 1978. Tout comme l'Institut d'histoire du temps présent, issu du Comité d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale, enlevé à la tutelle du Premier ministre, il attestait la volonté du cnrs de développer la recherche historique, en liaison étroite avec les universités. Edmond Lisle était alors directeur scientifique, et François Crouzet présidait la commission d’histoire moderne et contemporaine. Celle-ci, dans ses réflexions sur les tâches de l'ihmc, lui avait assigné de susciter des recherches sur les élites françaises de la période moderne et contemporaine. Qu'il me soit permis comme premier directeur de l'ihmc d'évoquer la journée d'études tenue à l'automne 1979 sur la prosopographie des élites et le Guide de recherches, œuvre collective dirigée par Denis Woronoff. Certes, tous les projets ne furent pas suivis de réalisation. Mentionnons cependant parmi d'autres les séries aujourd'hui publiées consacrées aux hommes d'affaires du Second Empire, ou aux universitaires parisiens.

3On me pardonnera ce témoignage qui se justifie par une double raison : apporter quelques précisions à la connaissance de l'historiographie, suggérer que les quelques années passées à l'ihmc me persuadèrent de la nécessité d'une étude prosopographique du personnel parlementaire. Celle-ci invite à dépasser les limites inévitables de la sociologie globale en réintroduisant dans le quantitatif le qualitatif, en restituant les itinéraires et l'originalité des hommes. Elle permet lorsque l'information est suffisante de décrire les liens familiaux et les alliances, d'éclairer la formation et les premiers engagements politiques.

4Cette enquête, compte tenu des moyens limités qui sont les siens, et du fait qu'elle repose avant tout sur des chercheurs motivés et bénévoles, progresse régulièrement. Elle associe la plupart des universitaires qui s'intéressent de façon privilégiée à l'histoire politique de cette période. On a compris que l'équipe bordelaise est au premier rang de ce projet et y contribue de façon décisive. La collaboration nouée sur ce terrain depuis quelques années me vaut sans doute la charge agréable de présider cette séance.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540