Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites fins de siècles

Les élites locales

Les élites culturelles bordelaises de la fin du xxe siècle et le pouvoir politique local

Françoise Taliano-Des Garets

Texte intégral

1Quel que soit le versant par lequel on l'aborde, la culture ne cesse d'exiger, avant toute recherche et analyse, des précautions conceptuelles. Que doit-on entrevoir sous l'expression « élite culturelle » ?

  • 1 chaussinand-nogaret g., constant j.-m., durandin c., jouanna a., Histoire des élites en France du x (...)

2Si, comme Guy Chaussinand-Nogaret dans son ouvrage sur L'histoire des élites en France du xvie au xxe siècle1 on estime « qu'une bonne partie de l'industrie des hommes tend à produire de la hiérarchie, des marques d'honneur et des instruments et symboles de puissance destinés à placer ceux qui en bénéficient en position d'autorité et de prestige », l'élite culturelle locale serait cette fraction de la population qui concentrerait pouvoir et influence dans le domaine de la culture.

3Par ailleurs, s'il est question de pouvoir culturel, nous nous placerons du côté de l’offre, de préférence à celui de la demande. Il faut entendre par offre culturelle tout ce qui concerne la création et la diffusion. Ces deux domaines présentent un champ d'analyse relativement vaste. La demande culturelle relève, quant à elle, des pratiques, de la consommation culturelle ; elle conduirait donc à n'envisager que les privilégiés de la consommation culturelle dans la société locale de la fin du xxe siècle.

4Nous nous limiterons plus volontiers ici à l’étude des différents diffuseurs et créateurs bordelais dans leur rapport avec le pouvoir politique municipal depuis 1981 et ce dans le cadre d'intervention particulier des Lettres et Arts. 1981 sert de date butoir compte tenu de l'évolution politique nationale ; la politique culturelle a été largement concernée par le changement de majorité politique. Il convient de se poser, en second lieu, la question suivante : cette élite entretient-elle des rapports obligés avec le pouvoir municipal ? La mesure de cette proximité, ou de cette distance, selon les cas, mérite attention ne serait-ce que du seul point de vue de « l'enjeu financier » qui conditionne, d'une part, toute offre culturelle et, d'autre part, toute politique culturelle municipale. Le problème de la reconnaissance par la municipalité de certains acteurs culturels plutôt que d'autres sert aussi à identifier l'élite culturelle. De sorte que la question de savoir quelle est la part du pouvoir politique dans la formation de l'élite culturelle, mais aussi dans son espérance de vie et sa reproduction ne manque pas de se poser. Inversement, cette élite culturelle est-elle utile au pouvoir et pourquoi la soutient-il ? Autant de considérations qui s'inscrivent dans un cadre municipal spécifique où le premier élu, Jacques Chaban-Delmas, exerce son magistère depuis 1947, où la culture occupe, depuis lors, une part non négligeable, où les phénomènes d'usure de pouvoir ne sont peut-être pas que des hypothèses.

5Enfin, l'espace culturel bordelais, depuis 1981, a subi, et c'est le deuxième intérêt de la période envisagée, l'impact d'une politique de décentralisation, dont il pourra être utile d'estimer les effets sur les rapports élites culturelles/pouvoir municipal.

I - LES ÉLITES CULTURELLES DE LA FIN DU xxe SIÈCLE : LES CRITÈRES D'IDENTIFICATION

6Si l'on admet que l'existence d'une hiérarchie dans le domaine culturel sous-entend l'existence d'une élite, il faut cependant déterminer avec le plus de précision possible ce qui permet d'identifier cette élite.

7Deux conditions doivent être remplies : la reconnaissance de l'élite, catégorie par définition numériquement réduite, par le reste de la société locale constitue une première condition ; elle est d'ordre symbolique. La deuxième est l'exercice d'un pouvoir culturel.

8Diffuseurs et surtout créateurs sont l'objet de toute l'attention de la presse locale et c'est sur elle, en premier lieu, que le critère de reconnaissance peut, en grande partie se fonder. Il est clair en la matière que les médias jouent à la fois leur rôle de miroir, mais aussi leur rôle d'amplificateur. La reconnaissance que la société locale accorde à l'élite culturelle y est, de la sorte, transcrite quand elle n'y prend pas naissance. Sur qui axent-ils leurs projecteurs ?

9Au nombre des diffuseurs, on peut distinguer des élites institutionnelles et des élites privées. Parmi les premières, on compte les responsables des institutions culturelles : directeurs et conservateurs de musées, conservateur des archives ou de la bibliothèque municipale, commissaires généraux de salons ou de festivals, directeurs de théâtre. Ces personnalités sont à la tête soit de structures permanentes comme pour les conservateurs de musée, soit de structures temporaires à la périodicité jusque-là régulière, comme le Festival Sigma, mais dont on ne peut pas garantir la stabilité.

10Les médias s'attachent à ces personnalités à l'occasion de manifestations d'envergure, de présentation annuelle de programmes, de modification des équipements, ou encore à l'occasion de leur mise à la retraite et de leur prise de fonction. Portraits ou entretiens, photographies à l'appui, font de ces officiels de la culture des figures médiatiques locales. Les acteurs privés captent moins régulièrement l'attention des médias. Tel éditeur bénéficie d'un entretien dans les colonnes de Sud-Ouest au moment de la parution d'un ouvrage marquant. Tel galeriste au moment d'une exposition jugée de qualité. Les occasions d'attirer l'attention sont, ici, moins nombreuses.

11A la longue, des réseaux de sociabilité se tissent entre les journalistes et les élites culturelles publiques ou privées, ce qui ne nuit pas, bien sûr, à la durée de la reconnaissance. Ainsi, la reconnaissance médiatique est bien devenue la reconnaissance obligée pour l'élite culturelle et une condition d'existence en tant que telle. Sans doute est-ce là un trait propre à cette fin de siècle ? On peut, dès lors, se poser la question de la légitimité de cette élite. En effet, la reconnaissance médiatique ne peut être un critère suffisant. Ceux de la compétence ou du savoir paraissent plus fiables et moins aléatoires.

12Par l'intermédiaire de la presse, ces élites obtiennent du prestige et de la notoriété. Toutes choses qui leur confèrent un pouvoir symbolique. Toutefois leur pouvoir peut revêtir d’autres formes.

13Les diffuseurs ont, par exemple, celui de choisir la programmation et ce pouvoir s'exerce, en premier chef, sur les créateurs. Ainsi entend-on reprocher au directeur du Centre d'Arts Plastiques Contemporains (capc), Jean-Louis Froment, de ne pas suffisamment diffuser les artistes locaux. D'autre part, il n'est pas rare que les créateurs eux-mêmes recherchent des relais de diffusion extérieurs à Bordeaux, car plus valorisants. Les éditions parisiennes, par exemple, assurent plus d'estime à un auteur. L'élite culturelle locale, dans le secteur de la diffusion, a en outre, un pouvoir limité. Tant d'un point de vue financier que par le public auquel elle s'adresse, public à qui l'on ne peut pas tout imposer.

14Les obstacles rencontrés par l'élite culturelle locale lors des décennies précédentes l'ont amenée à quitter Bordeaux. Cela se vérifie surtout pour des créateurs comme François Mauriac ou Philippe Sobers. L'exil des artistes s'est-il maintenu en cette fin de siècle ?

15Il est quantitativement impossible de le mesurer. Les facilités qu'offrent, aujourd'hui, les moyens rapides de communication, invitent à penser que l'hémorragie est moins systématique et le départ moins impérieux. Habiter en province ne signifie plus l'exclusion des milieux parisiens. Au contraire, ce peut être gage de confort et de tranquillité créatrice. En outre, l'élite locale a plus de chance d'occuper ce rang en province qu'à Paris.

16Ce n'est sans doute pas tant l'amélioration de la diffusion culturelle en province qui joue en faveur de l'enracinement — les réseaux de diffusion parisiens gardent toute leur prééminence — que l'amélioration des communications entre Paris et Bordeaux.

II - LES RAPPORTS ÉLITES CULTURELLES LOCALES/POUVOIR MUNICIPAL

17La contrainte financière peut restreindre la marge de manœuvre de l'élite culturelle locale et la rend dépendante, selon les cas, des financements publics. Encore faut-il distinguer, ici, les officiels de la culture des acteurs privés. Le rapport au pouvoir politique s'établit donc à des degrés divers. Rapport d'extrême proximité pour les dirigeants d’institutions municipales comme le directeur du Grand-Théâtre ou du Centre d'Arts Plastiques Contemporains. Rapports très lointains dans le cas des diffuseurs privés comme les galeristes ou dans celui des créateurs (écrivains, peintres...).

  • 2 Gironde Magazine, octobre-décembre 1991.

18De nombreuses nuances sont envisageables entre ces deux pôles. Les institutionnels qui dépendent de l'Etat comme le Conservateur du musée des Beaux-Arts ont des rapports très proches avec la mairie de Bordeaux même si leur nomination ne dépend pas officiellement de celle-ci. Il est néanmoins patent que le choix de la personne ne se fait jamais sans l'accord tacite ou explicite du maire. De plus, la référence au maire est quasi systématique dans les entretiens accordés à la presse. Le conservateur du musée des Beaux-Arts l'exprime ainsi : « la décision du transfert des collections dans un bâtiment neuf a été prise par le président Chaban-Delmas à qui nous remettrons à l'automne le travail de préparation effectué par le programmateur2 ».

19Nous abordons, ici, un point fondamental de la relation élites institutionnelles/pouvoir politique local. Si la fonction culturelle définit l'élite, comment le pouvoir politique bordelais détermine-t-il ses choix ? On distinguera, parmi les élites institutionnelles proches de la municipalité, les nouvelles des anciennes.

20Les élites nouvelles nous conduisent à apprécier le processus de mise en place, d'accession à la reconnaissance. Au cours des années qui nous intéressent, cinq institutions culturelles ont vu arriver des dirigeants nouveaux : le Grand-Théâtre, le musée des Beaux-Arts, l'Orchestre National de Bordeaux-Aquitaine, l’école municipale des Beaux-Arts et le Centre Dramatique National qui, à la différence des institutions précédentes, est de création récente.

21Deux départs à la retraite sont à l'origine du changement de direction au Grand-Théâtre (celui de Gérard Boireau) et à l'école municipale des Beaux-Arts (celui de René Bouilly). Dans le cas du musée des Beaux-Arts, il s'agit d'une demande de mutation et, dans celui de l'Orchestre National Bordeaux-Aquitaine (alors dirigé par Roberto Benzi), d'un départ vivement encouragé. Leurs successeurs sont des personnalités extérieures à la ville. Alain Lombard a pris la double direction du Grand-Théâtre et de l'Orchestre National de Bordeaux-Aquitaine ; Jean-Louis Thamin, celle du Centre Dramatique National ; Francis Ribemont celle du musée des Beaux-Arts et Guadalupe Etcheveria celle de l'école des Beaux-Arts. Force est de constater cette évolution du recrutement aux dépens de candidats locaux.

22Le fait n'est pas nouveau concernant le musée des Beaux-Arts où la tutelle de l'Etat représente une explication suffisante. Il n'en va pas de même pour les autres structures. Sans doute faut-il chercher l'explication dans la politique de prestige que mène la ville dans le secteur culturel. Les nominations de Jean-Louis Thamin et Alain Lombard sont, à cet égard, très significatives. Alain Lombard était à la tête de l'opéra de Strasbourg et Jean-Louis Thamin à celle du Centre Dramatique de Nice. Autant dire que la municipalité a voulu des hommes de compétence et de renommée pour assurer, il est vrai, de lourdes tâches. La mission assignée à Jean-Louis Thamin a quelque chose de pionnier : « Bordeaux est une ville où il n'y a pas eu de continuité dans l'action théâtrale. J'aimerais créer cette continuité ».

  • 3 Sud-Ouest, 23 avril 1990.
  • 4 Sud-Ouest, 23 avril 1990.

23Mais si Alain Lombard capte 6 milliards de centimes pour le seul onba3, le Centre Dramatique National est plus mal loti et n'obtient que 3,8 millions de la ville en cette même année 19904. Certes les besoins ne sont pas identiques et le cdn est un équipement moins lourd. Il n'empêche, les élites institutionnelles n’obtiennent pas toutes le même soutien de la municipalité. Il importe alors de savoir si l'explication tient aux personnes ou aux choix culturels de la ville.

  • 5 taliano-des-garets f., La vie culturelle à Bordeaux, 1945-1975 : les Lettres et les Arts.
  • 6 Sud-Ouest, 23 juin 1990.
  • 7 Sud-Ouest, 23 juin 1990.

24Il faut être nuancé. Si l'on compare la politique menée depuis 1947 en matière de musique et en matière de théâtre, il est clair que la musique a toute la priorité5 et que le théâtre a pris un retard considérable. Toutefois, il n'est pas impossible que telle ou telle élite puisse incliner les choix municipaux et permettre le développement de l'équipement dont elle a la charge. Le meilleur exemple nous est fourni, dans les années quatre-vingt, par Jean-Louis Froment, directeur du capc et par Roger Lafosse, le commissaire général du Festival Sigma. L'enjeu s'est greffé sur un lieu culturel destiné, depuis son rachat par la ville de Bordeaux en 1973, à la polyvalence : l'entrepôt Laîné. Le capc et Sigma comptaient parmi les utilisateurs de cet ancien entrepôt maritime. Depuis lors, le capc n'a pas cessé de progresser. En 1984, il devient musée et, en 1989, il évince les autres locataires dont Sigma. Le rapport entre les hommes et le pouvoir municipal a été déterminant dans cette évolution. En sorte que les élites culturelles peuvent être perçues comme concurrentes dans leur rapport avec la municipalité. Cela explique le mécontentement ou les récriminations que certaines élites moins favorisées expriment dans la presse locale. Jean-Louis Thamin ne cesse de réclamer une salle de spectacle plus grande6. « Je me bats pour la création de la grande salle » déclare-t-il, formulant également le souhait que les subventions de l'Etat et de la ville soient à parité. En 1990, la subvention de l'Etat est de 4,5 millions de francs ; celle de la ville n'atteint que 3,8 millions de francs7.

25L'insatisfaction du commissaire général de Sigma, Roger Lafosse, n'est guère moins dissimulée. Dans chacune de ses interventions à travers la presse, depuis son éviction de l'entrepôt Laîné, en 1989, il n'a de cesse de réclamer un local définitif. Mais Sigma est, peut-être, victime de son vieillissement. Il est devancé désormais par des organismes plus prestigieux comme l'onba ou le capc. L'exemple de Roger Lafosse et de Jean-Louis Thamin souligne que les élites peuvent, à l'occasion, manifester sinon un désaccord, du moins une insatisfaction vis-à-vis de la mairie, même si elles en dépendent financièrement et pour la stabilité de leur fonction. Il convient de noter que les évictions sont rares. La seule qui puisse être signalée est celle de Roberto Benzi. Elle fit grand bruit et tend à montrer que le rayonnement de ses élites culturelles est une des priorités de la municipalité. Lorsque ce rayonnement est moindre, la municipalité peut les désavouer.

  • 8 Nouvel Observateur, 27 juin-3 juillet 1991.
  • 9 Le Monde, 19-20 janvier 1992.

26Cette fin de siècle, à Bordeaux, pose aussi le problème de l'usure du pouvoir du maire. Il est perceptible dans la presse locale et nationale. Le thème du complot est maintes fois exposé comme dans l'article de Serge Raffy du Nouvel Observateur « Contre le Duc d'Aquitaine, les complots vont bon train »8 et Marc Ambroise-Rendu de s'interroger dans Le Monde : « Jacques Chaban-Delmas est-il encore Duc d'Aquitaine ? »9. Paradoxalement, c'est dans ce climat de fin de règne que les initiatives culturelles municipales se multiplient : onba, cdn comme nous l'avons vu mais aussi création d'un salon du livre à l'automne 1987, inauguration d'un nouveau musée d'Aquitaine en juin 1991, construction d'une nouvelle bibliothèque centrale dans le quartier Mériadeck inaugurée en octobre 1991 et restauration du Grand-Théâtre. Des projets fleurissent sur la rive droite : construction d'un auditorium, transfert du musée des Beaux-Arts. Dans un tel contexte, les élites culturelles ont de quoi être satisfaites. L'envergure des projets et leur réalisation expliquent, pour une bonne part, — à l'exception toutefois de la bibliothèque municipale —, le renouvellement des élites auquel on a pu assister et la recherche de personnalités de renom souvent extérieures à Bordeaux.

III - ÉLITES CULTURELLES ET MUNICIPALITÉ À L'HEURE DE LA DÉCENTRALISATION

27La fin de siècle, à Bordeaux, est marquée par la décentralisation. La loi du 2 mars 1982, complétée par celle du 22 juillet 1983, ouvrait, y compris en matière de culture, des perspectives plus larges à la commune, au Département, à la Région.

28Quel bilan peut-on tirer, dix ans après, de cette émergence des collectivités locales dans les rapports élites culturelles/pouvoir municipal ? Il serait vain d’oublier, dans cette réflexion, l'intervention de l'Etat. Promoteur de la décentralisation, il l'a largement accompagnée. On pourrait également parler d'un cinquième acteur avec la communauté urbaine de Bordeaux. Mais elle ne possède pas, à proprement parler, de compétence dans le domaine culturel. Tout au plus peut-elle subventionner, à titre exceptionnel, telle ou telle manifestation comme le salon du livre de Bordeaux.

29La politique culturelle française connaît donc, avec la décentralisation, des acteurs sinon nouveaux du moins plus importants. En 1984, elle est assumée à 56,7 % par les collectivités locales, à 49,8 % par les communes, à 5,3 % par les départements et à 1,6 % par les régions. Ce pluralisme des décideurs politiques locaux a-t-il modifié les rapports entre les élites et la municipalité ?

30Le premier impact de la décentralisation culturelle fut, en effet, de permettre à l'élite culturelle, qu'elle soit institutionnelle ou privée, qu'il s'agisse des créateurs ou des diffuseurs, d'élargir le champ des partenaires politiques. La décentralisation a suscité la création ou le renforcement d'organismes chargés de mener à bien une politique culturelle tant au Département qu'à la Région.

  • 10 Conseil Général, cac+cdc=iddac, Sud-Ouest, 8 mai 1991.

31Au sein du Département, ce fut le Conseil Départemental de la Culture (cdc), créé en 1980, peu de temps après l'accession de Philippe Madrelle à la Présidence du Conseil Général, pour coordonner la politique culturelle du Département. Les vicissitudes électorales ont tour à tour éloigné ou rapproché cet outil des institutions culturelles bordelaises10. Dernier changement en date, le cdc a disparu pour s'associer, en mai 1991, au cac de Saint-Médard-en-Jalles. Cette fusion a abouti à la création de l'iddac (Institut Départemental de Développement Artistique et Culturel). Ses statuts lui confèrent des missions dans les domaines de la diffusion, de la création, de la formation des publics et des professionnels de la culture.

32Au sein de la Région, ces dix dernières années ont vu la création, en 1983, du Centre Régional des Lettres et du Fonds Régional d'Art Contemporain ; le premier avait pour mission de développer une politique du livre en région avec tous les partenaires (éditeurs, auteurs, bibliothécaires, traducteurs, libraires...) ; le second d'acquérir et de diffuser de l’art contemporain. Là encore, les renversements de majorité ne furent pas sans conséquences sur les orientations adoptées. En avril 1985, la Présidence du Conseil Régional échoit à Jacques Chaban-Delmas. Il occupe ce poste jusqu'en 1988 où il est frappé par la loi de cumul des mandats. Il est remplacé par Jean Tavernier.

33Les élites culturelles, quels que soient les changements politiques intervenus, ont dans l'ensemble bénéficié pour leurs actions de financements dits croisés. Ainsi, l'onba est financé par la ville de Bordeaux, la Région, le Département et l'Etat. De même, le Grand-Théâtre a-t-il été restauré avec le soutien de la ville, de l'Etat et de la Région. Le cdn bénéficie, quant à lui, du financement de l'Etat, de la ville, de la Région et du Département.

  • 11 renard j., L'élan culturel. La France en mouvement, Paris, puf, 1987.

34Dès lors, on peut se demander si le pluralisme des financements évite la dépendance des élites à l'endroit du pouvoir municipal ? Si, pour Jacques Renard11, ce pluralisme est indispensable, il n'en est pas moins manifeste que les rapports entre élites et pouvoir politique ont peu évolué, et ce pour trois raisons.

35La première, c'est que la ville est le financeur principal des institutions qui sont installées sur son territoire. Elle en a la tutelle conformément à la loi de décentralisation du 22 juillet 1983. Historiquement, c'est elle qui dispose du patrimoine le plus important. De sorte que la Région et le Département s'immiscent sur un terrain largement occupé. D'autre part, le poids d'un élu comme Jacques Chaban-Delmas pour qui la culture a toujours été une priorité affichée est responsable des rapports étroits entre les élites et la personne du maire lui-même, voire entre les élites et son épouse Micheline Chaban-Delmas, dont le rôle dans la sphère culturelle à Bordeaux n'est plus à démontrer. Enfin, le contrôle par les chabanistes du Département et de la Région, selon les périodes, a nui à une diversification des choix. Le maire manifeste, plus ou moins clairement, une volonté de « récupération », à son profit, des actions culturelles menées par les autres collectivités locales.

36Néanmoins, il ne serait pas juste de réduire les résultats de la décentralisation à un renforcement du « système Chaban ». Les organismes culturels régionaux se sont par exemple efforcés de combler quelques lacunes, notamment en aidant les créateurs. C'est ainsi que le Conseil Régional attribue à des plasticiens des aides individuelles à la création et que des auteurs bordelais sont aidés par le crl Aquitaine. Une distinction doit être faite ici entre création et diffusion. Les élites sont différemment traitées par la Région, le Département ou la ville. La Région et le Département jouent bien un rôle supplétif.

37En cette fin de siècle où la culture a acquis sa véritable légitimité politique tant sur le plan national que bordelais, les élites culturelles occupent une place originale dans la cité. En position de notabilisation évidente, on trouve les élites institutionnelles. Elles sont proches du pouvoir municipal, choisies par lui à des fins de prestige. Les élites privées ont une vaste autonomie sauf si elles recherchent la manne municipale. Les diffuseurs ont dans cette démarche plus de chances que les créateurs. Au terme de dix années de décentralisation, la commune, on l'a vu, est restée très maîtresse de son territoire. Sans doute faudra-t-il attendre encore quelques années pour que les autres collectivités locales précisent leurs modes d'intervention et d'innovation privilégié et s'affirment, de la sorte, comme un recours équilibrant, en espérant que le pluralisme puisse être un barrage tangible contre un certain clientélisme.

Notes

1 chaussinand-nogaret g., constant j.-m., durandin c., jouanna a., Histoire des élites en France du xvie au xxe siècle, Paris, Olivier Orban, 1986.

2 Gironde Magazine, octobre-décembre 1991.

3 Sud-Ouest, 23 avril 1990.

4 Sud-Ouest, 23 avril 1990.

5 taliano-des-garets f., La vie culturelle à Bordeaux, 1945-1975 : les Lettres et les Arts.

6 Sud-Ouest, 23 juin 1990.

7 Sud-Ouest, 23 juin 1990.

8 Nouvel Observateur, 27 juin-3 juillet 1991.

9 Le Monde, 19-20 janvier 1992.

10 Conseil Général, cac+cdc=iddac, Sud-Ouest, 8 mai 1991.

11 renard j., L'élan culturel. La France en mouvement, Paris, puf, 1987.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540