Desktop versionMobile version

Les élites fins de siècles

Les élites locales

Les élites économiques de fins de siècle en Aquitaine (fin xixe-fin xxe siècles)

Hubert Bonin

Full text

  • 1 Avec notamment des mémoires de maîtrise sur les maisons de négoce des vins et spiritueux, dans le c (...)

1Il serait illusoire de considérer qu'une synthèse concernant les élites économiques en Aquitaine sur deux fins de siècles comparées puisse s'appuyer sur des analyses prosopographiques solides et exhaustives. Nous nous contentons en effet d'exploiter des études fragmentaires, notamment géographiques, les analyses développées par les conseillers économistes et géographes des aménageurs aquitains (Comité d'expansion. Institut d'études régionales du Sud-Ouest), et des fiches constituées depuis cinq ans que nous scrutons l'économie du Grand Sud-Ouest au gré de nos recherches, de celles des étudiants et de nos collègues, par exemple P. Butel1, J. Dumas ou P. Guillaume — voire de notre participation à l'enquête lancée par l'Institut d'Histoire Moderne et Contemporaine sur Les patrons sous le Second empire pour l'ouvrage concernant l'Aquitaine, qui nous incite à recenser les flux « entrepreneuriaux » sur plusieurs générations.

2Cette réserve effectuée, nous sommes incité à penser que les deux « fins de siècle » présentent en Aquitaine des aspects tout à fait contraires, malgré la similitude des tendances économiques longues : les élites économiques sont de plus en plus d'une nature différente, ce qui tend à faire évoluer le contenu même de la notion d'élites économiques régionales. En effet, aux patrons ou « entrepreneurs » issus de la région, appuyés sur des entreprises créées puis animées par des familles régionales — même si ces firmes accèdent à une puissance nationale voire intercontinentale —, et maintenant les centres de décision et de responsabilité dans les Places ou capitales aquitaines, se substituent de plus en plus des élites économiques salariées, dépendant d'entreprises de toute origine géographique, dotées d'un pouvoir de décision variable selon leur niveau de participation aux choix d'investissement. Une interrogation surgit alors en cette seconde fin de siècle : la région peut-elle disposer de Places suffisamment solides pour conserver des fonctions décisionnelles, par exemple dans les métiers du tertiaire supérieur ?

1 - DE FAUSSES ÉVIDENCES

3Certaines fausses évidences sont véhiculées en idées reçues sur les bourgeoisies — « la Bourgeoisie » girondine et aquitaine contemporaine — selon lesquelles l'effort d'industrialisation n'aurait guère été possible à cause des déficiences de l’esprit d'entreprise, de la cristallisation des élites économiques en patriciats conservateurs sinon sclérosés, et d'un « tempérament » propre au Sud-Ouest aquitain, dont l'expression serait une nonchalance de type Côte atlantique méridionale. Il faudrait par conséquent des vagues d'immigration — en provenance de pays du Grand Sud-Ouest, de Paris, voire de l'étranger — pour bousculer l'ordre social et mental établi et insuffler le dynamisme nécessaire à l'économie régionale. Le choc subi pendant la Révolution française et la dictature bonapartiste a été l'une des causes premières de cet affaissement de l'esprit entrepreneurial, tandis que l'éloignement des grands pôles énergétiques et industriels aurait accentué un phénomène tendanciel de désindustrialisation.

4Par chance, Paul Butel, historien « moderniste » qui a commencé à descendre les décennies et à lancer des recherches sur la première moitié du xixe siècle, s'est mis à entamer ces fausses évidences et à bousculer les idées reçues, alors qu'il aurait pu, notamment grâce à ses recherches sur le commerce et les marchands des Temps modernes, entretenir la nostalgie bien bordelaise du Grand siècle — qu'à Bordeaux l'on situe au xviiie siècle... Certes, bien évidemment, Bordeaux, la Gironde et l'Aquitaine n'ont guère participé à la Première industrialisation (1800/1820-1880/1890), faute de ressources énergétiques charbonnières et hydrauliques suffisantes, faute d'une économie lainière ou linière, à cause d'un éloignement vis-à-vis des pôles essentiels de l'économie cotonnière et métallurgique ; l'industrie sidérurgique du Périgord, héritée de la protoindustrialisation, a au contraire achevé son histoire à cette époque. Les années 1820-1880 furent le règne du négoce, de la pêche, tant sur Bayonne que sur Bordeaux. Seul le Piémont pyrénéen a connu une industrie peu à peu consolidée, autour de la chaussure, de la laine, grâce au couple mouton-force hydraulique.

  • 2 dumas j., Les activités industrielles dans la Communauté urbaine de Bordeaux. Etude de géographie é (...)

5Cependant, la première « fin de siècle » de notre étude est marquée par un bouleversement de la civilisation économique aquitaine. La reprise de la croissance occidentale dans le cadre du mouvement long ascendant 1895-1930 coïncide avec la percée de la Seconde industrialisation et l'essor de la grande industrie : tandis que, encore mal étudiée, faute de chercheurs, l'industrie du Piémont pyrénéen et du pays bayonnais se renforce (produits chaussants, bérets, industrie lainière, conserveries de poisson, Forges de l'Adour), l'agglomération bordelaise devient un solide pôle industriel. Dans sa magnifique thèse de géographie de 1977, qui a pris depuis figure d'ouvrage d'histoire économique, Jean Dumas2 a reconstitué la diversité et la force de l’industrie du Port de la lune : chantiers navals, industries métallurgiques et mécaniques de toute nature, chaussure, habillement, agroalimentaire (huileries, conserveries, biscuiteries), etc. Dans le même temps, alors que se replie le négoce du vin — à cause de la crise du phylloxéra — et le trafic avec l’Amérique latine, s'épanouissent les relations avec l'Afrique noire, avec l'Océan Indien et avec l'Indochine.

II - LES ÉLITES DE LA FIN DU xixe SIÈCLE

  • 3 denis e., Bordeaux et la Cochinchine sous la Restauration et l'Empire, éditions Delmas, 1965.
  • 4 butel p. (sous la direction de), Histoire de la Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux (170 (...)
  • 5 bonin h., La splendeur des Samazeuilh, banquiers à Bordeaux (1812-1913), à paraître.
  • 6 bonin h., Histoire de la Société Bordelaise de cic (1880-1990), Bordeaux, éditions L'Horizon chimér (...)

6Les élites économiques de la fin du xixe siècle se sont ainsi diversifiées et enrichies. Les élites désormais traditionnelles se sont maintenues : avec de nombreuses racines germaniques, suisses ou britanniques, les familles qui ont construit le renouveau du négoce des vins et de la mer sous la Monarchie constitutionnelle et le Second empire se sont érigées peu à peu en « dynasties bordelaises », tel que P. Butel les a décrites récemment. Elles ont été renforcées, au sein de leurs branches d'activité, par des « parvenus » qui ont tiré parti de la dilatation des affaires de celles-ci, comme Descas dans le vin, ou Denis3 et Chalès dans le négoce asiatique. Ces élites devenues classiques se sont organisées leur monde relationnel, autour de la Chambre de commerce4, des banques locales (Soula-De Trincaud Latour, Samazeuilh5, Piganeau), avant la consécration que constitue la création de la Société bordelaise de c.i.c. en 1880 : le conseil d'administration de cette banque moderne, société anonyme cotée en Bourse et ouverte à un large public d'actionnaires et de clients bourgeois, accueille nombre de représentants de ces bourgeoisies d'affaires, sous la présidence de l'armateur Adolphe Chalès6.

  • 7 Voir : londeix o., Histoire de la société Lillet, des armées 1870 à 1945, mémoire de maîtrise d'His (...)

7Néanmoins, ces élites qui tendent à s'institutionnaliser en patriciat sont rejointes par de nouvelles couches, issues de la multiplication des entreprises industrielles et commerciales surgies dans les dernières décennies du siècle et à la Belle époque. L'industrialisation sécrète des bourgeoisies d'encadrement et de direction au sein des grandes entreprises établies à Bordeaux — ateliers de la Compagnie du Midi, constructions navales — par des firmes d'envergure nationale ou plurirégionale ; mais celles-ci animent des confédérations de p.m.e. sous-traitantes et fournisseurs, notamment dans la métallurgie de transformation et la mécanique, en un foisonnement du patronat industriel, doté parfois de gros-moyens patrons importants. Dans le même temps, des chefs d'entreprise d'envergure se hissent dans la hiérarchie sociale, en toute autonomie d'affaires, car ils ont édifié des sociétés moyennes-grandes qui se sont munies de marchés régionaux, coloniaux, maritimes et même nationaux : c'est le cas de Carde, dans la construction en bois et en métal, les wagons, etc., de Desse, dans la construction métallique ; des patrons de firmes d'alimentation, comme Louit, Olibet, Lillet7 — sans parler des conserveurs de Bayonne-St Jeande-Luz.

  • 8 Voir les recherches en cours du géographe Yves pehaut sur Maurel et Prom, grâce aux archives de cet (...)
  • 9 Voir : aubret e., Les Tandonnet, armateurs bordelais (1796-1904), mémoire de l'i.e.p., 1990, sous l (...)

8Les affaires maritimes et coloniales ont vu se consolider les bourgeoisies portuaires, souvent bicéphales : des membres de la famille oeuvrent en Afrique noire, dans une Maison soeur de la Maison (ou Comptoir) installée à Bordeaux même, avec de grandes familles, déjà anciennes (chez Maurel et Prom8, chez Maurel Frères, notamment), accompagnées d'une floraison de familles plus récentes, de tous niveaux, qui tirent parti des opportunités d'enrichissement au fur et à mesure que se densifient les réseaux de factoreries en Afrique noire : Buhan, Teisseire, Assemat, Peyrissac, Vézia, etc., s'intègrent avec punch dans la Bonne bourgeoisie du cru — qui a entre-temps perdu les Tandonnet9, dont la Maison a été engloutie dans de mauvaises affaires. Plus exotique encore, surgit alors la famille des Ballande, si active dans la mise en valeur commerciale, minière et industrielle (étain) de la Nouvelle-Calédonie.

9Ces élites de la fin du xixe siècle sont donc marquées par un intense renouvellement et une vive diversification, encore mal évaluée, il est vrai, faute d'enquêtes historiques systématiques et faute d'archives. Les Girondins — et certainement les Béarnais et les Basques, mal connus encore — ont ainsi accueilli des bourgeoisies entrepreneuriales dynamiques, qui ont su accompagner la croissance et s'adapter à l'évolution des marchés. Bordeaux — pour ne parler que d'elle — est alors bien un centre de décision, car la Place héberge des sièges sociaux, dans l'industrie, le négoce, les assurances, maritimes ou non, la banque (Société bordelaise de cic, Soula-De Trincaud Latour qui devient la Banque de Bordeaux, bien que Piganeau s'effondre dans un krach dans les années 1890).

10La ville est bien une « Place » diversifiée, avec des élites réellement dirigeantes, même si, à Bordeaux comme en Aquitaine, certaines branches échappent plus ou moins à un pouvoir de décision local, comme pour les chemins de fer, les succursales des grandes banques parisiennes et pour nombre de firmes de la production électrique et de l'électrotechnique qui viennent exploiter le potentiel hydroélectrique pyrénéen, comme l'analyse Christophe Bouneau — encore qu'une firme comme Soulé, à Bagnères-de-Bigorre (matériel électrique et ferroviaire) soit une expression du capitalisme entrepreneurial à la lisière de l'Aquitaine.

III - LES CRISES DE LA FIN DU xxe SIÈCLE

  • 10 Voir : robin r., Histoire du Comité d'expansion en 1954-1970, mémoire de maîtrise d'Histoire, 1991, (...)
  • 11 Voir : daviaud e., Histoire de Ford en Aquitaine, mémoire de maîtrise de l'Université Michel de Mon (...)

11L'apogée de ces élites se situe dans les années 1920-1950 ; certes, elles subissent des déconvenues dans les années 1930, en particulier avec le gigantesque krach des rhumiers qui balaye l'essentiel de la profession sur Bordeaux ; elles tardent ensuite à s'extraire de la stagnation des années 1930-40, et l'économiste Joseph Lajugie insiste, dans ses analyses, sur l'atonie de l'esprit d'entreprise qui aurait régné dans la première moitié des années 1950, ce qui aurait incité certains décideurs à lancer le Comité d'expansion Bordeaux-Sud-Ouest10. Pourtant, la prospérité est revenue, ample et soutenue, comme dans toute la France des Vingt glorieuses. Les activités tertiaires (négoce outremer, négoce des vins et spiritueux) et industrielles vivent une expansion réelle, renforcée par la percée de la mise en valeur du bois (papeterie), tandis que, souvent grâce à l'entregent des municipalités et aux vigoureux réseaux d'influence chabanistes, viennent s'installer en Aquitaine les industries lourdes autour des pôles de Lacq et d'Ambès-Ambarès (énergie, chimie) et dans les zones industrielles de l'agglomération bordelaise (comme Ford)11.

12Pourtant, notre fin de siècle connaît en Aquitaine une dépression aiguë, avec des taux de chômage départementaux inquiétants : l'économie a subi une sorte d'implosion dramatique dans les années 1960-1980 ; elle a englouti la majorité des branches industrielles et tertiaires qui avaient constitué le vivier des élites depuis trois quarts de siècle. Alors même que la Chambre de commerce de Bordeaux accueille comme présidents successifs Desse ou Delmas, les firmes de ces deux notables économiques disparaissent de l'histoire... Il semble qu’une erreur stratégique essentielle ait été commise par les Autorités politiques et économiques aquitaines, notamment au sein du Comité d'expansion, celle de donner la priorité à la greffe sur la région d'industries lourdes « industrialisantes », à une époque où la mode privilégiait il est vrai la structuration de gros pôles, du genre Fos ou Dunkerque, les plates-formes industrielles. S'il était indéniablement fort utile d'attirer de tels établissements si créateurs d'emplois (près de 4 000 pour les deux usines Ford à Blanquefort), l'on a négligé de réfléchir aux méthodes permettant aux branches et entreprises puissantes de se reconvertir, de se redéployer, de changer de champ d'activité géographique ou sectoriel.

13Or, la crise des élites du dernier tiers du xxe siècle a consisté essentiellement dans leur impuissance à discerner les cheminements du redéploiement qui aurait permis aux entreprises de survivre et de maintenir sur place des centres de décision. Quand l'économie de l'outremer (Afrique noire, Indochine, Océan indien) s'effrite, quand les industries de biens de consommation sont confrontées au décloisonnement des économies régionales et à la compétition nationale et européenne, les élites se retrouvent nues. Presque toutes les sociétés sont balayées : les huileries (qui assuraient pourtant près des deux cinquièmes de la production d'huile en métropole dans les années 1950...), les négociants en Afrique — avec la perte de débouchés pour l'industrie du Grand Sud-Ouest que ce repli a suscitée —, les industriels de la chaussure, de l'habillement, de la biscuiterie, de la construction métallique, de la métallurgie lourde (forge, fonderie) et fine de transformation disparaissent quasiment tous.

14Cela a fait du Sud-Ouest aquitain (surtout dans les pôles bayonnais et bordelais), une nécropole du capitalisme régional. Le manque de lucidité suscité par une excessive confiance dans la force de la tradition, les divisions familiales sur l'utilisation des capitaux rapatriés d'outremer, l'amenuisement de l'esprit d'entreprise chez un patriciat dépourvu peut-être d'héritiers compétents, et surtout le manque de capitaux propres — à cause de la fermeture du capital familial — expliquent un tel déclin, une telle désindustrialisation et, plus grave encore, une telle « détertiairisation ».

15Celle-ci semble plus grave en effet, car si l'on peut penser — en adoptant, avec beaucoup de réticence, certaines idées reçues — que la région n'a pas de « vocation industrielle », faute de ressources naturelles, l'on doit en revanche imaginer le dynamisme qu'auraient dû montrer les firmes tertiaires, grâce à la tradition acquise dans l'armement maritime, les fonctions d'accompagnement du négoce (transit, etc.). Or, Bordeaux et l'Aquitaine n'ont sécrété presque aucune entreprise tertiaire importante, ni dans le négoce, ni dans les prestations de services : l'on n'y a vu surgir aucun des pionniers de l'hôtellerie, de la restauration, de l'ingénierie informatique, des transports, du travail temporaire, du nettoyage, de la grande distribution, etc., comme en ont produit plusieurs villes comme Marseille, Lille ou Lyon.

16Au terme de ces mutations économiques amples, l'on peut, au tournant des années 1980, discerner seulement quelques îlots qui abritent des élites économiques issues du terroir régional et conservant des pouvoirs de décision autonomes, par une sorte de « girondinisme économique » : La Ruche méridionale, Guyenne et Gascogne (créée en 1913 et gérée depuis Bayonne), Etablissements François, dans la grande distribution, Pouey, dans les renseignements économiques interentreprises, gt Location dans la location de véhicules avec chauffeur. Certes, Thomas, créée en 1851 à Agen, et intégrée désormais dans e.r.p.i.., important groupe de négoce et de répartition de produits pharmaceutiques, a acquis une dimension nationale. Toutefois, parmi ces firmes, Pouey n'a plus guère d'ancrage décisionnel sur Bordeaux, l.r.m. a été absorbée par la c.f.a.o., comme Cantelaube, puis par Casino, François a été intégrée dans Docks de France ; Guyenne et Gascogne atteint presque les 6 milliards de chiffre d'affaires en 1991, mais elle partage ses grands hypermarchés avec Carrefour dans une filiale commune.

  • 12 bonin h., c.f.a.o. (Compagnie française de l'Afrique occidentale). Cent ans de compétition (1887-19 (...)
  • 13 keswick m., The thistle and the jade. A celebration of 150 years of Jardine, Matheson & Co, Londres (...)

17Aucune firme du négoce outremer n'a réussi une métamorphose semblable à celle de la marseillaise c.f.a.o.12, voire de la parisienne s.c.o.a., tandis que Peyrissac a disparu dès 1955 au sein d'Optorg. Certes, après avoir mené pendant un quart de siècle une reconversion longtemps satisfaisante sur l'Afrique noire et la métropole, puis après avoir cédé peu à peu ses activités africaines et métropolitaines, Denis Frères continue à entretenir une vie commerciale intéressante dans le négoce du Sud-Est asiatique ; mais elle ne dispose plus du rayonnement ni de la puissance de jadis, et ne peut être comparée à ses consœurs britanniques Inchcape et Jardine and Matheson13... ; Ballande maintient une flamme manquant quelque peu de hauteur mondiale sur son fief néocalédonien ; seule la Financière Louis Teisseire, l'héritière de la glorieuse Buhan et Teisseire, est parvenue à compenser le repli de ses affaires africaines — elle garde un comptoir à Dakar — et son redéploiement métropolitain, appuyé sur le contrôle d'une demi-douzaine de firmes de distribution en gros d'articles de quincaillerie et de construction, mais son chiffre d'affaires n'atteint pas le demi-milliard de francs en 1991.

18Bordeaux et l'Aquitaine n'ont donc pas été un grand pôle de l'esprit d'entreprise tertiaire dans cette fin de siècle ; Touton s'est intégrée dans le groupe parisien Sucres et denrées, les transitaires n'ont pas fait souche et le Port de la lune n'a pas vu se développer de grande firme dans le transport multimodal : Balguerie reste bien modeste, malgré son essaimage, et c'est la marseillaise Daher qui a repris en 1991 l'activité Affrètement aérien et maritime de Soulet de Brugière, née en 1919, tandis que la strasbourgeoise Heppner en a acquis la branche Transport routier et commissionnement en douane ; dans le même temps, ce sont des Rochelais (Delmas-Vieljeux) ou des Bretons (Pinault, Bolloré, avec s.c.a.c. puis aussi Delmas-Vieljeux, Cam, avec Rallye) qui ont pris le flambeau de la modernité tertiaire d'origine atlantique...

19Le négoce des vins et spiritueux a servi de couverture à cette désertification tertiaire, alors que la majorité des firmes girondines sont restées de petite taille comme Nathaniel Johnston ou la fameuse Schröder et Schyler, qui fait seulement 60 millions de francs de chiffre d'affaires ! D'ailleurs, malgré l'euphorie de certains lustres, des piliers du patriciat ont été balayés par l'histoire managériale (Delor, Cruse), tandis que nombre de sociétés solides passaient sous le contrôle de groupes nationaux (Pernod-Ricard pour l'ex-Cruse) ou étrangers (Barton et Guestier, Calvet chez Allied Lyons, c.v.b.g. chez Bols, etc.). Un manque de fonds propres, le retard dans la prise de conscience de l'importance de la grande distribution, dans la capacité d'innovation et de conception de marques de négociants spécifiques, etc., tout cela explique l'amenuisement de la force de frappe managériale proprement aquitaine : les centres de décision sont à l'étranger ou à Paris, même si l'élevage du vin et la conception des crus maintiennent les maîtres de chais et les œnologues parmi les élites économiques girondines...

IV - LES ÉLITES DE LA FIN DU xxe SIÈCLE

20Que reste-t-il donc des élites économiques en cette dernière décennie du xxe siècle ? Faut-il désespérer de l'Aquitaine et penser que l'esprit d'entreprise s'y est étiolé ? Une telle vision serait fallacieuse, car les élites économiques y ont connu un vaste renouvellement et une vive diversification, qui structurent une bourgeoisie d'affaires bien différente de celle de la fin du xixe siècle.

1 - Une première strate : les élites traditionnelles

21Les couches traditionnelles, issues du xixe siècle, de la Belle époque ou de l'entre-deux-guerres, subsistent, en vestiges pittoresques des Familles du patriciat ; elles conservent un patrimoine, une position sociale, des hagiographes, des châteaux viticoles. Mais, en leur sein, il ne faut pas se cacher que nombre d'éléments dynamiques ont assuré leur « reproduction sociale » en s'intégrant dans les élites nouvelles. Par contre, des firmes sont parvenues, au prix d'exigences managériales drastiques, voire de crises familiales, à assurer leur croissance et leur autonomie aquitaine : le cas de Marie Brizard — devenue société anonyme quand Yves Glotin en prend la présidence — en est symbolique, tout comme celui de Bardinet — toujours dirigée par la famille Bardinet depuis sa création en 1857 — et de Gascogne. Ce dernier groupe, géré depuis Dax, a réussi à s'extraire de Mimizan — où est installée Papeteries de Gascogne — pour accéder à une dimension nationale, par le biais de produits de papeterie de bonne valeur ajoutée et d’une diversification vers l'aval ou vers le bois d'œuvre propice à son rayonnement et à sa santé financière. Mais Paul Glotin, l'actuel président de Marie Brizard, et Philippe Blanc, à Gascogne, ont acquis par exemple des diplômes et une compétence managériale qui dépasse l'héritage du pouvoir familial.

22Par leur rayonnement — P. Blanc à la tête de sa petite banque Pelletier-Dupuy et de la société de financement régional Auxitex ou au conseil d'administration de la S.D.R. Expanso ; P. Glotin à la présidence de la Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux en 1992 —, ils expriment ce « girondinisme économique » dont Bordeaux garde la nostalgie et qu'ils veulent faire revivre. Peu de sociétés industrielles ont des racines lointaines et peuvent se rattacher aux élites des Familles : les plus anciennes remontent souvent à l'entre-deux-guerres, comme les Papeteries de Gascogne, montées au milieu des années 1920, ou Abzac, petite firme de cartonnages créée en 1928, dont le troisième rang national dans sa spécialité et le dynamisme ne peuvent dissimuler la petite taille (moins de 400 salariés) ; leurs dirigeants rejoignent donc la seconde strate, celle des « parvenus ».

2 - Une seconde strate : les patrons parvenus récemment au sommet des affaires

23Cette fin de siècle consacre le temps des parvenus — même s'ils sont parfois partis d'un premier capital familial. Le négoce du vin est envahi par des entrepreneurs novateurs qui ont conçu de nouveaux concepts commerciaux et appliqué des méthodes de gestion modernes. Taillan, B. Magrez (Williams Pitters International, Malesan), Hernandez animent le cercle des iconoclastes plus préoccupés du marché que de rente sociale ; en leur sein, l'on distingue une « filière corrézienne », avec des patrons descendus du Massif central pour animer des affaires à Libourne (les Moueix) ou dans le Bordelais (Borie, ou Mau, à la tête d'Yvon Mau, issue de deux générations de courtiers en vins, mais développée en firme de négoce vivace depuis 1971 par les deux générations suivantes).

24Si ces familles sont parfois parvenues à traverser deux générations, il reste à la majorité des firmes qu'elles animent à prouver qu'elles peuvent résister à la transmission du témoin entre générations ; c'est le cas notamment pour Castel frères, la grosse société lancée en 1949 par les quatre frères Castel, fils d'un petit immigré espagnol ; elle a peu à peu pris le contrôle d'un vaste segment du négoce des vins courants en France (Castelvin, Damoy, Nicolas, Société des vins de France acquise auprès de Pernod-Ricard en 1992) ou en Afrique noire francophone où elle ajoute la branche Bière. Les parvenus du bâtiment ou de la construction métallique accompagnent ces hommes du vin : ils ont édifié des entreprises pendant la période d'expansion (Mas, lancée en Béarn en 1964, Chantiers Modernes, Moter, Chantiers d'Aquitaine, un moment tous trois réunis autour du défunt Hubert Touya) ou plus récemment (Hernandez, Clément Fayat, venu lui aussi de Corrèze). Enfin, la famille Lemoine, au terme de deux générations, a affirmé depuis la Guerre son contrôle sur le groupe de presse Sud-Ouest, dont une société familiale parvient à garder le contrôle en amont.

3 - Une troisième strate : les dirigeants salariés

25Une troisième strate de ces élites économiques de la fin du xxe siècle est constituée des cadres dirigeants qui œuvrent dans les filiales ou les établissements régionaux des firmes nationales ou multinationales, dans les services publics dépendant de l'Etat ou des collectivités locales, dans la tradition des ingénieurs de l'ex-Compagnie du Midi. Les opérations de décentralisation, de valorisation des plate-formes aérospatiale (Dassault, s.n.p.e., s.e.p., Aérospatiale), chimique et pétrolière — pour superviser les 6 000 salariés d'Elf-Aquitaine en Aquitaine en 1987 : c'est à Pau qu'Elf-Aquitaine (snea-p) a implanté son centre mondial pour la recherche pétrolière —, papetière (Saint-Gobain-Cellulose du Pin), pharmaceutique, la réussite dans l'attraction d'îlots de firmes multinationales (ibm, Ford), la mise en valeur de la ressource naturelle régionale qu'est le lait par des groupes français ou européens (Nestlé-Chambourcy et Besnier à Bordeaux, Bongrain en Dordogne et dans le Piémont pyrénéen), ont grossi ces couches de cadres. Les dirigeants des établissements de l'aéronautique ont ainsi porté le flambeau des grandes écoles techniques ou de Polytechnique sur les terres girondines, en une profonde greffe de « têtes d'œuf ». Les sociétés d'argent ont elles aussi répandu leurs cadres en Aquitaine : les banques non mutualistes en rassemblent quelque 5 600 en Aquitaine en 1990.

26La floraison de matière grise a surgi de ce terreau d'élites constituées par brassage national, au sein des laboratoires des puissantes universités bordelaises ou des centres de recherche des entreprises privées et publiques, comme Elf-Aquitaine dans le bassin palois ou sa filiale pharmaceutique Elf-Sanofi, même si le potentiel de recherche aquitain — avec 251 laboratoires en 1990 — ne place la région qu'au neuvième rang national — loin derrière les 704 de Rhône-Alpes. Mais quelque 1 600 chercheurs — 5 000 avec les techniciens de recherche — œuvrent dans le secteur privé et placent la région au cinquième rang national. Les bureaux d'études de l'aéronautique aquitaine symbolisent l'existence de pôles de matière grise relativement puissants.

27Ces élites n'ont de régional que leur emploi, même si, en fin de carrière, les régionaux aspirent parfois à se faire nommer en Aquitaine pour y retrouver leurs racines. Mais elles ont pu y faire souche, s'intégrer au tissu des bourgeoisies « moyenne » et « bonne » locales, y exercer même des responsabilités réservées jadis au patriciat : la Chambre de commerce a été ainsi présidée par certains d'entre eux, comme Louis Nebout (raffinerie d'Ambès) — également consacré président de la Société bordelaise de cic —, Jack Nègre (usine de Bordeaux des Grands moulins de Paris) ou Bernard Hanquiez (Docks de France). Les deux sous-groupes se côtoient au sein des sociétés rachetées par des groupes nationaux ou internationaux, quand les familles des animateurs ou ceux-ci eux-mêmes se frottent aux cadres venus de la firme propriétaire : cette mixité des élites a surgi ainsi à chaque fois que des entreprises moyennes-grandes ont franchi le cap de la grande entreprise en s'intégrant dans un ensemble plus vaste, comme les semences du landais J.J. Lesgourgues au sein de Cargill, la firme de distribution métallurgique Béraud-Sudreau (montée à Bordeaux en 1783) dans Usinor en 1990, la solide société basque de panneaux indicateurs Neuhaus, qui, à la troisième génération, passe sous le contrôle de la grosse société lyonnaise Burelle, les sociétés d'agroalimentaire haut de gamme Rougié et Labeyrie au sein du groupe Suez ou la société pharmaceutique agenaise upsa (plus de 1 300 salariés en 1989, au lieu de 60 en 1958), rapprochée en 1990 du géant anglo-saxon Bristol-Myers-Squibb après la mort de son patron Jean Bru, le fils du fondateur.

  • 14 bonin h., 3A. L'homme, le lait, la nature. Histoire d'un groupe coopérateur laitier (1893-1993), à (...)
  • 15 bonin h., Histoire du Crédit agricole de Gironde (1901-1991), édition multigraphiée, 4 volumes, Bor (...)

28L'histoire du mouvement coopérateur et mutualiste a permis de sécréter une strate de dirigeants salariés choisis par les instances élues. Les tentatives des Aquitains de monter une vaste coopérative laitière sur les décombres de firmes capitalistes en 1970-1974 (avec Aquitalait) ont sombré dans les mêmes défauts, d'où le transfert du centre de décision coopérateur sur Toulouse (3A-Alliance agroalimentaire14). Mais, par chance, des p.m.e. du mouvement coopérateur se sont hissées à l'échelle de la moyenne-grande entreprise, comme certaines caisses régionales de Crédit agricole15, certaines coopératives d'approvisionnement après quelques concentrations (Coop de Pau, forte de près de 3,5 milliards de francs de chiffre d'affaires en 1991, Coopérative agricole de céréales du bassin de l'Adour-cacba, Maïsadour, dans le sud de l'Aquitaine, Bois et sciages gascons-bsg International, Coopasso en Gironde, etc.) et certaines coopératives de commercialisation vinicole (Univitis-Sovicop). Ces entités coopératives ou mutualistes, ainsi que les structures de la profession agricoles, ont épaissi les élites régionales, soit par le recrutement ou la promotion de cadres, soit par les fonctions de dirigeants élus dont le rayonnement est ample, tel que Marcel Cazalé, président national de l'Association générale des producteurs de maïs, mais aussi de Coop de Pau (et du Conseil économique et social d'Aquitaine), ou Jacques Castaing, président de Maïsadour.

29La multiplication des services publics a gonflé les effectifs de hauts fonctionnaires à vocation économique — autour du Préfet de région, des Finances, de l'Agriculture, etc. —, de cadres dirigeants de sociétés d'aménagement, de sociétés d'économie mixte (Gaz de Bordeaux, avec 52 cadres sur 683 salariés en 1991, Electricité et Services de Gironde, etc.), de sociétés tournées vers le logement social (Office public de h.l.m. de la c.u.b. ou de Gironde, s.b.u.c., Domofrance-c.i.lg., etc.), de sociétés de services (liées aux groupes Lyonnaise des eaux-Dumez et Compagnie générale des eaux), ainsi que de la s.n.c.f., en acteurs clés de la vie économique, mais aussi parfois politique (voire sportive...) locale — notamment dans l'agglomération bordelaise pour y assurer la vie de quelque 700 000 habitants. Enfin, les services marchands ont eux aussi sécrété des emplois de haut niveau, par exemple pour la gestion des grandes surfaces ou celles des entrepôts les alimentant, dans les plates-formes régionales des groupes de grande distribution (comme Système U à Langon ou Leclerc à Coutras), ou pour l'animation des firmes de communication (Atlantique fca !, Harmonie communication, bca communication, etc.).

4 - Une quatrième strate : les patrons de P.M.E.

30Une quatrième strate constitue le cœur des élites économiques rêvées par tous les prophètes du développement régional. Ce sont tous les patrons de p.m.e. qui s'évertuent à maintenir ou à lancer des firmes insérées désormais dans la spécialisation interrégionale voire internationale : sous-traitants et fournisseurs des grands établissements installés en Aquitaine, valorisateurs des richesses locales (bois, aquaculture, tourisme, nature), fournisseurs des marchés de consommation en produits agroalimentaires, etc… Ils bénéficient de conditions financières souvent ad hoc, grâce à une bonne couverture de la région par les banques, les sociétés de capital-développement, voire de capital-risque, tant nationales que régionales.

31Toutefois, ces myriades de p.m.e. débouchent rarement sur des entreprises de niveau élevé, donc sur des élites destinées à renouveler les bourgeoisies supérieures du cru : l'échec des frères Etcheparre à Lectra Systèmes (matériel de découpe textile à laser) symbolise la griserie qui a entouré une percée aussi extraordinaire, en une bulle financière vite éclatée par les pointes d'une gestion défaillante. Le secteur tertiaire est animé de multiples p.m.e. tournées vers la communication ou diverses prestations de services, sans qu'aucune ait atteint de niveau notable. Ces bourgeoisies économiques moyennes ne parviennent guère à constituer le vivier d'où émergeraient les élites de la fin du siècle. Pourtant, certains patrons se sont affirmés, comme Lesgourgues dans les semences, avant qu'il s'associe avec le groupe américain Cargill, comme la famille Jacquemain à Dax (dans la torréfaction du café), etc.. Une nouvelle bourgeoisie entrepreneuriale semble se constituer, qui tente de compenser l'ébranlement des structures productives héritées des époques lointaines ou plus récentes par la promotion d’activités de haute technologie (comme Com 1 lancée en 1987 dans l'électronique), de productions agroalimentaires (comme Aqualandes) ou de services tertiaires, en une substitution qui, à terme, pourrait regonfler la capacité de développement aquitain. Certains patrons — diplômés et salariés qui se mettent à leur compte, expatriés revenant d’outremer avec leurs capitaux, comme Y. Châtelier dans les constructions navales touristiques ou C. Guillaume dans la production et la distribution de chaussures — peuvent aussi appartenir au groupe des « repreneurs », qui achètent et revitalisent des p.m.e. en difficulté et les relancent sur de nouveaux marchés ou de nouvelles techniques. La fragilité de ces firmes est commune à l'ensemble du monde des p.m.e.., mais les défaillances de gestion semblent faire vaciller trop d'entreprises lorsqu'elles s'aventurent à franchir le cap des 500 millions de francs de chiffre d'affaires : les nouvelles élites économiques peuvent-elles concilier esprit d'entreprise et talent managérial ? Les drames récents de Lectra systèmes et de Larroche (conserverie alimentaire de Lot-et-Garonne) et les hésitations subites des financiers et banquiers vis-à-vis des engagements de capital-risque ou développement sont des indices inquiétants.

5 - Une cinquième strate : les diplômés aquitains qui ont quitté la région

32L'on constate ainsi que le pouvoir décisionnel des pôles économiques aquitains s'est considérablement effrité en cette fin de xxe siècle. Bordeaux a perdu l'essentiel de ses sièges sociaux, et la Société bordelaise de cic a même été nationalisée en 1982, bien qu'elle garde l'essentiel de ses capacités d'action sur place. Certes, des pôles de compétence se sont constitués — autour de Pau pour les hydrocarbures, autour de Bordeaux pour l'aérospatial — mais ils sont fragiles car ils dépendent des décisions stratégiques de firmes nationales. Le marché aquitain est trop réduit souvent pour les filiales ou établissements des entreprises tertiaires (banques, communication, etc.), et elles doivent batailler, depuis Bordeaux, pour animer des activités étendues sur plusieurs régions atlantiques ou le Grand Sud-Ouest. Malgré l'ampleur de son économie viticole, malgré la force de l'économie de la forêt et du bois, Bordeaux et l'Aquitaine ne font plus figure de grande plate-forme de compétence internationale sur les cartes de l'Europe des pouvoirs économiques, des métropoles animées par les flux du « tertiaire supérieur ».

33Aussi une cinquième strate de dirigeants économiques se serait constituée, qui regrouperait tous les diplômés aquitains qui ont quitté la région pour effectuer leur carrière dans le reste du pays, en un exode de matière grise caractéristique de l'amenuisement du pouvoir d'impulsion économique régional. C'est d'ailleurs ainsi que l'on peut retrouver des descendants des Familles au sein d’élites économiques nationales : la dynastie des Balaresque alimente aujourd'hui le dirigeant du Groupement foncier français, à La Défense, où l'a rejoint récemment l'ancien secrétaire général de la s.d.r. Expanso ; un De Luze est directeur général de Martini et Rossi-France. José Bidegain, chez Saint-Gobain, Jean Lamey, à la Compagnie La Hénin, Jean-Paul Pétriat, à la fnac, Jean Bergougnoux, directeur général d'e.d.f., René Sautier, fondateur et p.-d.g. de Sanofi en 1973-1988, Yves Laulan, directeur général du Crédit municipal de Paris depuis 1984, etc., ont symbolisé ou symbolisent ce brain drain, qu'entretiennent désormais de jeunes diplômés de nos universités et de l'i.e.p., voire de Sup de Co, pourtant conçue dans l'autre fin de siècle pour alimenter les firmes de négoce du cru...

Notes

1 Avec notamment des mémoires de maîtrise sur les maisons de négoce des vins et spiritueux, dans le cadre du Centre d'étude des espaces atlantiques, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III. Pour les élites de la fin du xviiie siècle, nous renvoyons à : butel p., Les négociants bordelais, l'Europe et les Iles au xviiie siècle, Aubier-Montaigne, 1974.

2 dumas j., Les activités industrielles dans la Communauté urbaine de Bordeaux. Etude de géographie économique et sociopolitique, Bordeaux, éditions Bière, 1980, deux tomes.

3 denis e., Bordeaux et la Cochinchine sous la Restauration et l'Empire, éditions Delmas, 1965.

4 butel p. (sous la direction de), Histoire de la Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux (1704-1985), Bordeaux, Chambre de commerce, 1988.

5 bonin h., La splendeur des Samazeuilh, banquiers à Bordeaux (1812-1913), à paraître.

6 bonin h., Histoire de la Société Bordelaise de cic (1880-1990), Bordeaux, éditions L'Horizon chimérique, 1991. Une édition complète multigraphiée est disponible dans les principales bibliothèques bordelaises.

7 Voir : londeix o., Histoire de la société Lillet, des armées 1870 à 1945, mémoire de maîtrise d'Histoire, Bordeaux, 1992, sous la direction d'h. bonin et s. guillaume.

8 Voir les recherches en cours du géographe Yves pehaut sur Maurel et Prom, grâce aux archives de cette Maison, déposées aux Archives départementales de la Gironde.

9 Voir : aubret e., Les Tandonnet, armateurs bordelais (1796-1904), mémoire de l'i.e.p., 1990, sous la direction de Pierre guillaume et Danièle audigey.

10 Voir : robin r., Histoire du Comité d'expansion en 1954-1970, mémoire de maîtrise d'Histoire, 1991, sous la direction d'Hubert bonin et Sylvie guillaume, dans le cadre d'un contrat d'histoire appliquée avec le Comité d'expansion.

11 Voir : daviaud e., Histoire de Ford en Aquitaine, mémoire de maîtrise de l'Université Michel de Montaigne-Bordeaux III (1990), sous la direction d'Hubert bonin et Sylvie guillaume, dans le cadre d'un contrat d'histoire appliquée avec Ford.

12 bonin h., c.f.a.o. (Compagnie française de l'Afrique occidentale). Cent ans de compétition (1887-1987), éditions Economica, 1987.

13 keswick m., The thistle and the jade. A celebration of 150 years of Jardine, Matheson & Co, Londres, Octopus Books, 1982.

14 bonin h., 3A. L'homme, le lait, la nature. Histoire d'un groupe coopérateur laitier (1893-1993), à paraître en 1993.

15 bonin h., Histoire du Crédit agricole de Gironde (1901-1991), édition multigraphiée, 4 volumes, Bordeaux, 1991. Ou édition abrégée : Bordeaux, éditions L'Horizon chimérique, à paraître en 1992.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search