Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les élites fins de siècles

Les élites locales

Les élites face à l'innovation électrique dans le grand Sud-Ouest au tournant des xixe et xxe siècles

Christophe Bouneau

Volltext

  • 1 Il s'agit d'un grand Sud-Ouest englobant 17 départements (Ariège, Aude, Aveyron, Dordogne, Haute-Ga (...)
  • 2 Sur les acteurs à l'échelle nationale de l'électrification et donc le rôle des différentes composan (...)
  • 3 Voir globalement beltran a. et carre p. a., La fée et la servante. La société française face à l'él (...)

1Au tournant des deux siècles, le développement de l'innovation électrique constitue dans le Sud-Ouest1, comme dans le reste de l'hexagone, un biais original et non anecdotique pour analyser le dynamisme d'un système élitaire régional ou au contraire son apathie2. Avant même les responsables politiques, pour qui l'électrification, intégrée parfois dans une stratégie électorale, reste avant tout une opération de prestige, et les consommateurs, pour qui « la fée électricité », plus qu'une servante, représente un signe de distinction sociale et de modernité3, les élites économiques jouent naturellement dans ce processus un rôle prépondérant. Entrepreneurs et ingénieurs, dont les profils se superposent fréquemment dans le secteur économique, prennent en effet à l'époque un risque financier majeur avec la mise en œuvre de systèmes techniques encore balbutiants. Ils doivent d'abord convaincre les décideurs locaux, en l'occurrence les municipalités, de leur fiabilité, et susciter une demande par une politique active de promotion et de propagande.

2Dans cette étude de la genèse régionale de l'économie électrique, la notion de « fin de siècle » s'identifie dans une stricte continuité à l'ensemble de la période 1880-1914, en englobant donc naturellement la Belle Epoque. La structuration spatiale du grand Sud-Ouest en trois pôles majeurs (agglomération bordelaise, agglomération toulousaine, partie orientale des Pyrénées et de leur piémont) permet d'évaluer la contribution à cette genèse des élites économiques locales, dans leur acception la plus large, et de discerner d'importantes disparités géographiques internes.

I - BORDEAUX : UN RETARD PARADOXAL ?

  • 4 Voir sur ce boom industriel dupeux G. in Histoire de Bordeaux, T VI, Bordeaux au xixe siècle, Borde (...)

3A la fin du xixe siècle la capitale girondine ne semble pas manquer d'atouts pour l'avènement de l'électrification. Outre son rang démographique de métropole à l'échelle nationale (261 000 habitants au recensement de 1911), offrant donc aux entrepreneurs un important potentiel de desserte domestique, elle bénéficie de 1895 à 1914 d'une excellente conjoncture locale grâce à un boom industriel multiforme, qui vivifie les branches traditionnelles et voit l'expansion de nouvelles (métallurgie, chimie)4. Dans le domaine spécifique de la science et de l'industrie électriques, les manifestations positives sont cependant réduites. Bordeaux figure certes parmi les quatre Facultés des Sciences provinciales, avec Montpellier, Lille et Lyon, qui ont l’honneur d’envoyer un représentant au Comité de l’Exposition internationale d'électricité décisive de Paris en 1881. Son délégué, le Professeur Abria, titulaire de la chaire de physique, mène de nombreuses recherches dans son « cabinet » personnel sans déboucher pour autant sur la moindre application industrielle.

  • 5 Bordeaux dispose d'une ligne de tramway électrifiée dès 1893. Voir froelicher a., Histoire des Tram (...)

4A la périphérie du système éducatif, la Société philomatique de Bordeaux crée dès les années 1890 un cours du soir d'électricité, consacré à l'éclairage, au télégraphe et au téléphone. Il faut pourtant attendre 1920 pour qu'une école supérieure voie le jour, l'Ecole de Radiotélégraphie, spécialisée d'ailleurs dans un domaine technique restreint de la filière électrique. En aval de celle-ci, la capitale girondine, vu l'extension de son agglomération, se place à la pointe de l'électrification des transports urbains et suburbains : pour le développement des tramways électriques elle constitue en 1910 la troisième ville de province, avec un réseau de 135 km5, tandis que Toulouse n'apparaît qu'au dixième rang avec seulement 35 km.

  • 6 Voir sur la genèse difficile de l'éclairage électrique à Bordeaux, à partir de la consultation des (...)

5Au-delà de ces quelques indices favorables, l'électrification de Bordeaux se caractérise globalement au tournant des deux siècles par son retard chronologique pour l'éclairage électrique public et même privé et donc son insuffisante diffusion par rapport à d'autres zones du Sud-Ouest et de l'hexagone, comme nous le verrons plus loin. Surtout, aucun entrepreneur local d'envergure n'investit dans ce secteur économique d'avenir et donc les initiatives et les capitaux ne peuvent venir que de l'extérieur. Ainsi les intérêts spécifiquement girondins sont très réduits dans le capital et le Conseil d'administration de la Compagnie du gaz, qui multiplie les résistances avant de se transmuer en 1904 en Compagnie Générale d'Eclairage de Bordeaux et de jouer au contraire jusqu'en 1919 un rôle décisif dans le processus d'électrification municipale6. Il en est de même pour la Société d’Eclairage Electrique de Bordeaux et du Midi qui à la veille de la guerre alimente le centre urbain proprement dit avec sa petite usine de la rue du Temple.

6Seule l'action de l'ingénieur Emile Tricoche, prototype de l'ingénieur-installateur dynamique, c'est-à-dire à l'époque du bricoleur entreprenant, relève de l'initiative strictement locale : ayant réalisé en 1887 la première installation privée de la ville pour l'éclairage des ateliers d'un journal, il constitue progressivement un « secteur Tricoche », qui réussit à se maintenir jusqu'à la création de la Régie Municipale en desservant une partie du quartier de la Bastide et le quartier de la gare Saint-Jean.

  • 7 La zone d'action de l'e.e.s.o. s'étend à la veille de la guerre sur les trois départements de la Do (...)
  • 8 Son Président A. Féraud est en même temps celui d'e.e.l.m. tandis que son vice-président G. Cordier (...)
  • 9 Ce tableau a été élaboré à partir de la consultation des archives des sociétés concernées conservée (...)
  • 10 Dès 1894 la c.f.t.h. a pris le contrôle de la société de tramways de Bordeaux-Pessac.

7Au contraire, la grande entreprise de production-distribution, l'Energie Electrique du Sud-Ouest, formée en 1906 pour exporter notamment les disponibilités hydrauliques de l'usine de Tuilière sur la basse Dordogne vers l'agglomération bordelaise7, appartient au groupe national Cie Française Thomson-Houston Energie Electrique du Littoral Méditerranéen, appelé couramment « groupe Cordier ». Placée au cinquième rang des sociétés hydroélectriques en France en 1914, l'e.e.s.o. ne compte aucun représentant direct des élites girondines au sein de son Conseil d'administration8. Ses principales caractéristiques et ses résultats commerciaux et financiers figurent dans le tableau annexé, présentant les neuf sociétés de production-distribution les plus importantes du grand Sud-Ouest à cette date9. De même la Cie Française Thomson-Houston prend le contrôle dès la fin des années 1890 des Tramways Electriques et Omnibus de Bordeaux (t.e.o.b.)10.

8Bordeaux n'offre cependant que le cas le plus poussé, le plus révélateur, de l'intervention générale des entreprises extérieures dans l'électrification du grand Sud-Ouest. Des villes moyennes telles que Montauban et Auch sont par exemple électrifiées au tournant des deux siècles par les Cies réunies de gaz et d'électricité, créées par les frères Vautier, entrepreneurs lyonnais qui investissent dans l'ensemble du secteur. Pour le domaine spécifique des tramways l'intervention des groupes nationaux et multinationaux est de toute façon la règle, à cause de la lourdeur des immobilisations financières et de la nécessité de mettre en œuvre un système technique complet, faisant appel à de nombreux brevets. Ainsi le groupe Empain gère les tramways de Montpellier tandis que l'Omnium lyonnais, qui travaille en étroite collaboration avec l'Alsacienne de constructions mécaniques, aménage ceux de Pau. Mais en dehors de la question de l'origine géographique des entrepreneurs, le plus étonnant dans le cas de Bordeaux reste la grande discrétion, pour ne pas dire la quasi-absence, de la branche électrique dans le tableau de l'expansion industrielle multiforme de la Belle Epoque. C'est aussi bien le cas d'ailleurs pour les constructions électriques en amont que pour la production-distribution d'énergie proprement dite. Une explication géographique et technique évidente réside dans la prépondérance absolue de l'énergie thermique pour l'alimentation de la ville jusqu'en 1914, avant les progrès majeurs de l'interconnexion dans l'entre-deux-guerres.

II- TOULOUSE : LE DYNAMISME DES INITIATIVES LOCALES

9A la fin du xixe siècle Toulouse pâtit de la comparaison économique avec sa rivale girondine dans presque tous les domaines. Géographiquement elle ne constitue pas encore une agglomération cohérente et sa population municipale représente moins des deux tiers de celle de Bordeaux, avec 150 000 habitants en 1911. Elle ne bénéficie pas surtout d'une industrialisation diversifiée nourrie par l'activité d'un port dynamique : sa position continentale semble alors constituer un réel handicap, d'autant plus que l'intégration de la partie centrale du massif pyrénéen, voire son piémont, paraît encore fragile.

  • 11 Grenade-sur-Garonne est cependant la première commune du département de la Haute-Garonne à bénéfici (...)
  • 12 L'éclairage public de Toulouse au moyen de lampes à arc ne commence cependant à fonctionner qu'en m (...)
  • 13 Dès le milieu des années 1890 le général De-dieu-Anglade crée en Haute-Garonne un des premiers rése (...)

10Pourtant les élites toulousaines prennent rapidement conscience des enjeux de l'électrification et du potentiel stratégique offert par la mise en valeur de la houille blanche. Elles multiplient les initiatives et si elles s'associent parfois à des entrepreneurs extérieurs, en particulier grenoblois, elles ne leur laissent jamais le pouvoir réel de décision et de gestion. La préfecture de la Haute-Garonne est ainsi la première grande ville de France à disposer en 1888 d'un éclairage d'origine hydro-électrique11. Une dynamo de 200 CV est en effet installée à cette date au Bazacle, moulin sur la Garonne exploité depuis le Moyen-Age, et le courant produit est transporté en basse tension jusqu'au Capitole et son quartier. Les 72 abonnés initiaux de 1888 utilisent déjà 400 lampes de 10 « bougies » chacune12. Cette réalisation industrielle pionnière joue un rôle d'entraînement pour l'ensemble du département de la Haute-Garonne, qui se traduit par une arrivée précoce, à l'échelle nationale, de la lumière électrique dans les petits centres urbains, tels l'Isle-en-Dodon en 1889, Revel en 1891 et Auterive en 189213.

  • 14 Le baron Victor Reille est par ailleurs secrétaire de l'Alsacienne de Constructions Mécaniques cons (...)
  • 15 G. Moulun (1870-1946) constitua jusqu'à la Seconde Guerre mondiale «l'âme» technique et industriell (...)
  • 16 A la veille de la Grande Guerre, en laissant de côté la distribution pour l'éclairage, l’agglomérat (...)

11Son vice-président, le baron Amédée Reille, qui détient aussi le fauteuil d'administrateur délégué de la s.t.b., personnifie parfaitement ces intérêts toulousains14, de même que son directeur Georges Moulun, ingénieur polytechnicien ancien officier d'artillerie, qui se révèle comme un concepteur à la pointe de l'innovation technique15. Sous sa responsabilité, la s.p.e.e. aménage en effet de 1908 à 1910 la première centrale pyrénéenne «géante», à Orlu (17 500 KVA de puissance installée), qui garda jusqu'à la fin de l'entre-deux-guerres le record mondial de hauteur de chute (936 m). A peine cette centrale achevée, elle met d'autre part en service en octobre 1910 une ligne de transport de force de 150 km à 55 000V, en établissant ici un record de tension pour l’époque, reliant Orlu à Toulouse, pour alimenter massivement la s.t.b. en houille blanche pyrénéenne. Elle complète désormais les fournitures de l'usine du Bazacle, et accède donc directement au marché porteur de l'agglomération toulousaine16.

  • 17 Conformément à un jeu de comparticipation financière classique, la s.p.e.e. partage cependant le co (...)
  • 18 La non distribution de dividende jusqu'en 1919 est aussi la preuve que les actionnaires toulousains (...)
  • 19 La s.p.e.e. dessert notamment les centres industriels de Castres, Mazamet et Lavelanet.

12En 1914 la s.p.e.e. contrôle outre la s.t.b. deux autres sociétés de production-distribution hydro-électriques d'envergure, la Biterroise de Force et Lumière17 et les Forces Motrices de l'Agout. Comme le montre le tableau synthétique annexé, le bilan de ses réalisations est déjà impressionnant, même si elle ne peut accorder encore aucun dividende18. Elle constitue bien un groupe électrique de premier plan, dont le réseau s'étend sur 7 départements différents, en posant ainsi les bases d'une interconnexion régionale19.

  • 20 En 1919 Firmin Pons, déclinant, confie la direction de la c.t.t. à un autre ingénieur centralien, P (...)

13Dans le domaine industriel des tramways électriques, les élites toulousaines jouent aussi un rôle actif, puisque c'est une « dynastie » locale, la famille Pons, qui a établi et gère le réseau municipal, même s'il est, comme nous l'avons vu, d'extension kilométrique limitée par rapport à celui de Bordeaux. Ainsi Firmin Pons, ingénieur centralien, fils du fondateur de la Compagnie des Tramways de Toulouse, introduit dans un premier temps la traction hippomobile sur rails, avant d'adopter définitivement au tournant des deux siècles la traction électrique à trolley20.

  • 21 Henri Bouasse publie en 1908 un cours complet de physique, « conforme au programme des certificats (...)

14Parmi les initiatives locales, qui assurent dès la Belle Epoque une croissance soutenue de l'électrification dans la région toulousaine, il faut également compter l'émergence d'un milieu scientifique et technique spécifique, qui met en place une structure de formation centrée sur l'électricité. En juillet 1902 le Professeur Henri Bouasse, titulaire de la chaire de physique, inaugure une liaison féconde et durable entre l'Université et l'industrie en créant un cours d'électricité industrielle postscolaire21. Celui-ci explique ainsi les objectifs à l'origine modestes de cette initiative :

  • 22 Ministère de l'Instruction publique, Enquêtes et documents relatifs à l'enseignement supérieur, Par (...)

« un enseignement d'électrotechnique réclamait sa place dans notre université. Nous avons institué cet enseignement en restant dans des conditions qui nous ont paru véritablement pratiques. Nous ne songeons pas à faire des ingénieurs ; nous nous estimerions heureux si nous parvenions à former de bons contremaîtres, sachant comment se comporte la force qu'ils manient, et comment il faut la conduire, et pourquoi »22.

15Le succès de ce cours du soir, complété à partir de 1904 par des séances de travaux pratiques, dépasse toutes les prévisions et un rapport de 1905 du Ministère de l'Instruction publique souligne à la fois l'importance de la demande sociale correspondant à cette formation et la qualité du bagage scolaire initial des élèves intéressés et sélectionnés :

  • 23 Ibid., p. 407.

« M. le Professeur Bouasse a choisi cette année, parmi les multiples demandes faites, un auditoire d'environ 35 personnes, composé de jeunes gens ayant fait des études primaires supérieures ou même secondaires et qui se destinent à des professions où des connaissances précises d'électricité sont indispensables, candidats aux télégraphes, aux ponts et chaussées, futurs électriciens, avocats même, qui veulent pouvoir traiter avec compétence les affaires où il est question d'électricité »23.

  • 24 Voir L'Ecole Nationale Supérieure d'Electrotechnique, d'Electronique et Hydraulique de Toulouse, br (...)
  • 25 Babonneau L., Les génies occitans de la science, Toulouse, Editions toulousaines de l'ingénieur, 19 (...)
  • 26 Ibid., p. 184.

16Charles Camichel prend en charge cet enseignement en 1907 et occupe la nouvelle chaire spécifique d'électricité industrielle, fondée par la municipalité elle-même. Il déploie une intense activité dans ce domaine, mettant sur pied dès novembre 1907 un bureau de contrôles et d'essais mécaniques et électriques, qui représente un lien opérationnel direct et précoce entre l'université et les entreprises électriques. Surtout, devant l'ampleur des besoins, Ch. Camichel obtient en octobre 1908 la signature par la ville et l'université de Toulouse d'une convention créant une structure spécialisée, l'Institut électrotechnique, dont il devient naturellement directeur, et lui assurant ses moyens de fonctionnement24. Le soutien du Doyen Sabatier a constitué ici un atout : fervent régionaliste, celui-ci refuse en 1907 un poste à la fois à la Sorbonne et au Collège de France pour continuer sur place son œuvre multiforme, en affirmant que « la lumière ne doit pas venir que de Paris mais aussi de la province »25 ; prix Nobel de chimie en 1912, il est élu en 1913 à l'Académie des Sciences à l'un des six nouveaux fauteuils créés justement pour des provinciaux. Ch. Camichel lui-même lui rend hommage en 1922 à l'occasion de son élévation au grade de Commandeur de la légion d'honneur en déclarant qu'« il était la personnification des universités provinciales »26.

17Toulouse, avec Nancy, Lille et Grenoble — et non Bordeaux — bénéficie ainsi de l'implantation d'un des quatre Instituts électrotechniques qui fonctionnent en France à la veille de la Grande guerre. Par une croissance rapide du nombre de leurs élèves ils contribuent largement à l'expansion des universités alors qu'au contraire les effectifs des étudiants « classiques » en licence ès sciences stagnent à cette époque. Certains universitaires, dans une vertueuse indignation, accusent pourtant ces instituts de trahir les exigences traditionnelles de la recherche et de l'enseignement scientifiques par un souci excessif de vulgarisation et de rapprochement avec l'industrie. Tel est le cas du Professeur Bouasse, pourtant initiateur, comme nous l'avons vu, du premier enseignement d'électricité industrielle :

  • 27 Soubrier M., Les industries électriques d'hier et de demain. L'enseignement de l'électricité indust (...)

« une des formes du gâchis où la France est enlisée par rapport à l'Allemagne est l'incapacité de faire le métier pour quoi on est payé et la prétention d'en remontrer au voisin sur le métier qu'on ignore. Aujourd'hui les universités transforment dans de nouveaux Instituts en ingénieurs électriciens des gens qui ne savent même pas les quatre règles »27.

  • 28 Voir Bouneau chr., « Le personnel de l'industrie électrique dans le Sud-Ouest durant la première mo (...)
  • 29 Pour cette promotion d'ingénieurs les enseignements d'électricité industrielle de la faculté des sc (...)
  • 30 L'i.e.t. est devenu après 1945 l'Ecole Nationale Supérieure d’Electrotechnique, d'Electronique et H (...)
  • 31 Sur P. Juppont (1861-1948) voir babonneau l., Au pays d'Oc. Ingénieurs et savants illustres du pass (...)

18A l'i.e.t. Ch. Camichel, véritable pionnier, met en place des enseignements novateurs adaptés aux besoins de deux niveaux différents de formation : d’une part le brevet de conducteur électricien, avec une scolarité limitée à deux ans, d'autre part le diplôme d'ingénieur électricien, correspondant à trois années d'études28. La première promotion d'ingénieurs, avec 41 diplômés, sort dès 191029 et fournit désormais des cadres à l'ensemble des entreprises électriques du grand Sud-Ouest30. L'action efficace de Ch. Camichel rencontre au même moment celle du centralien Pierre Juppont, qui se place à la croisée de la recherche scientifique et économique, de l'enseignement technique et de la politique municipale31. Dès 1897 il effectue une communication au Congrès national pour l'avancement des sciences sur la houille blanche dans les Pyrénées et ses perspectives de développement. En 1910 il réalise surtout un rapport complet sur cette question, publié par la grande maison d'édition locale, Privat. Inspecteur départemental de l'enseignement technique, membre de l'Académie des sciences, inscriptions et belles lettres, adjoint au maire à la veille de la guerre, responsable des grands travaux urbains et du secteur des transports, P. Juppont symbolise parfaitement le dynamisme des élites toulousaines, ouvertes à l'innovation électrique.

  • 32 Voir sur ce rôle moteur de l'agglomération grenobloise pour l'électrification de la région alpine l (...)

19Toulouse voit donc dès avant 1914 les prémices de la constitution d'un complexe industriel cohérent, c'est-à-dire d'un réseau d'entreprises, financièrement liées et techniquement connectées, et de structures d'enseignement et de recherche, dont le développement est accéléré par les deux conflits mondiaux. Elle cherche à s'affirmer comme la capitale régionale de l'innovation électrique, en particulier comme le centre de commandement de l'électrification pyrénéenne, en imitant le rôle joué par Grenoble pour la région alpine32. Par exemple, en 1907, elle obtient le siège du Service des grandes forces hydrauliques du Sud-Ouest, nouvel organe régionalisé du Ministère des Travaux Publics, dont les ingénieurs des Ponts et Chaussées exercent un pouvoir de contrôle étendu.

20Elle offre en tout cas des conditions préalables de formation scientifique et technique favorables, contrairement à Bordeaux, avec un i.e.t. qui fait figure de précurseur sur le plan des relations entre l'université et l'industrie. Le tournant des xixe et xxe siècles, surtout l'immédiat avant-guerre, représente globalement une période décisive dans la naissance de la compétition économique entre les deux métropoles du grand Sud-Ouest, Toulouse amorçant juste le rattrapage de son retard sur la capitale girondine.

III - LE LANGUEDOC-ROUSSILLON À LA POINTE DE L'INNOVATION ÉLÉCTRIQUE

21La partie orientale des Pyrénées et de leur piémont, centrée sur les départements des Pyrénées-Orientales et de l'Aude, se situe au tournant des deux siècles à la pointe de l'électrification régionale et même nationale. Elle concentre à la veille de la guerre pas moins de la moitié de l'équipement hydro-électrique total du massif.

  • 33 Sur la conjonction de ces facteurs géographiques favorables à cette région voir cavailles h., « Le (...)
  • 34 La densité des équipements hydromécaniques est également très importante dans le département des Ba (...)
  • 35 Voir benoit s., « De l'hydromécanique à l'hydroélectricité. Le rôle des sites hydrauliques anciens (...)

22Pour expliquer cette position originale il faut certes invoquer des conditions topographiques favorables, avec des hauteurs de chute remarquables à faible distance de la mer et de brusques ruptures de pente, le taux d'urbanisation élevé et la présence d'une agriculture spécialisée normalement rémunératrice33. D'autre part, l'importante densité dans cette zone du piémont pyrénéen34 des équipements hydromécaniques traditionnels, liés à des papeteries, minoteries ou filatures, facilite l'électrification par l'installation de nombreux petits moteurs électriques : nous retrouvons ici une stricte continuité dans le passage de la « houille verte » à la « houille blanche »35. Mais il faut surtout invoquer l'action dynamique de multiples entrepreneurs et ingénieurs locaux, dont les deux figures de proue sont indiscutablement E. Bartissol et J. Estrade par leur rayonnement régional, voire national.

  • 36 E. Bartissol est député de Céret puis de Perpignan. Voir globalement sur l'électrification de Perpi (...)

23L'industriel Edmond Bartissol, qui mène parallèlement une carrière politique d'envergure comme député des Pyrénées-Orientales, est le principal acteur de l'électrification de Perpignan et d'une bonne partie du département36. En décembre 1888 il obtient déjà de la ville la concession de l'éclairage électrique du théâtre municipal et à partir de la fin de l'année suivante, grâce à la construction d'une centrale thermique digne de ce nom, il entreprend, dans une intense compétition avec l'ancienne concessionnaire, la Compagnie du Gaz, l'installation de l'éclairage public. Celui-ci ne devient définitif et général qu'en février 1898.

  • 37 Le Roussillon, 9 février 1898 et L'Indépendant, 10 février 1898.
  • 38 La Compagnie Centrale des Tramways Electriques, dont le siège social est établi à Lyon, est le conc (...)
  • 39 La Société Méridionale de Transport de Force de J. Estrade prend le contrôle financier de la Sociét (...)

24E. Bartissol, célébré alors par la presse locale comme un grand mécène perpignanais, dispensateur des bienfaits de la modernité technique37, réalise un nouveau saut quantitatif en aménageant une centrale hydro-électrique sur la Têt, mise en service en 1900, pour répondre convenablement à la demande croissante des particuliers et des Tramways Electriques de Perpignan, dont le réseau est achevé en 190138. Face à l'extension de ses activités il fonde en septembre 1899 une société anonyme, la Société Hydro-Electrique Roussillonnaise, au capital de 2 millions de francs, sur lesquels son apport personnel s'élève à 1,6 millions39. Ses associés actionnaires sont tous des notables locaux, industriels, avocats ou médecins. Progressivement, outre la desserte de la ville même de Perpignan, la s.h.e.r. assure celle de toutes les communes avoisinantes.

  • 40 L'ensemble de cette analyse de l'action de J. Estrade et de sa Société Méridionale de Transport de (...)

25Plus encore qu'E. Bartissol, Joachim Estrade (1857-1936) possède par son action technique et économique multiforme la stature d'un pionnier de l'électrification à l'échelle nationale40. Originaire du petit village de Beyrède-Jumet dans les Hautes-Pyrénées, il est reçu à l’école des Arts et Métiers d'Aix-en-Provence, d'où il ressort major de sa promotion en 1876. Il entre alors classiquement dans l'administration des Ponts et Chaussées, affecté en 1879 dans le département de l'Aude au contrôle de la construction des lignes de chemins de fer. Sa carrière de pionnier de l'industrie électrique, inspiré par l'exemple alpin du début des années 1880, ne commence qu'en 1887 lorsque, comprenant les possibilités d'expansion de ce secteur, il installe à titre privé l'éclairage électrique dans les communes de Quillan et d'Alet-les-Bains, un an avant la première distribution publique à Toulouse du Bazacle.

26Son activité industrielle devenant incompatible avec ses fonctions administratives, il quitte les Ponts et Chaussées en 1890 pour fonder en 1891 sa première entreprise, la Société Méridionale d'Electricité. Celle-ci obtient aussitôt des villes importantes de Carcassonne et de Narbonne la concession de la distribution d'énergie électrique, assurée d'abord par la construction de centrales thermiques. Au tournant des deux siècles la concurrence atteint son apogée avec les compagnies gazières, qui essayent de moderniser leur exploitation en adoptant notamment le bec intensif Auer.

  • 41 La s.m.t.f. absorbe en Novembre 1906 par voie de fusion la première entreprise de J. Estrade, la So (...)

27Pour faire face à cette concurrence, en améliorant la sécurité et la continuité du service public, et pour répondre à la croissance soutenue et la diversification de la demande, J. Estrade crée d'une part sa propre fabrique de lampes à incandescence. D'autre part il fonde en juin 1899 une nouvelle entreprise, la Société Méridionale de Transport de Force, dont le siège est établi à Carcassonne et dont il apporte personnellement le tiers du capital initial de 2 millions de francs41. La dénomination même de la s.m.t.f. montre indirectement ses larges ambitions : mettre en valeur le potentiel hydro-électrique pyrénéen grâce aux progrès techniques du transport d'énergie, en permettant ainsi la diffusion de l'électricité dans l'ensemble de la région.

28La s.m.t.f. met en service dès 1901 la première centrale pyrénéenne de haute chute, Saint-Georges sur l'Aude d'une puissance de 3 200 CV, deux ans après son équivalent alpin, la centrale de Champ-sur-Drac. En avance même sur la région alpine, elle résout un goulot d'étranglement technique majeur en aménageant en même temps deux lignes de transport de force en alternatif triphasé à 20 000 V, reliant Saint-Georges à Carcassonne et Narbonne à 100 km de distance. S'inspirant de l'expérience allemande réalisée en 1891 entre Lauffen et Francfort, J. Estrade réalise ici une « première » technique en France par le niveau record de tension employé et contribue à la victoire définitive du courant alternatif sur le courant continu pour le transport d'énergie et dans une moindre mesure sa distribution.

  • 42 A. e.d.f. s.m.t.f. 1025 - 1.

29Propagandiste et vulgarisateur de talent, il construit sa réputation auprès des ingénieurs français et de l'opinion publique régionale en organisant des démonstrations spectaculaires, véritables « happenings » avant la lettre, qui utilisent abondamment le thème de la « fée électricité » élevée au rang de panacée. Ainsi le 28 mai 1901, dans une mise en scène élaborée jouant sur les « mystères » du transport d'un flux invisible, devant une foule enthousiaste réunie sur la place du marché de Carcassonne et préparée psychologiquement par une campagne de presse et d'affichage, il actionne personnellement la manette qui allume une immense ampoule à filament de carbone, alimentée directement par la centrale de Saint-Georges42. Si cette inauguration constitue une grande fête républicaine associant les notables à l'ensemble de la population, les difficultés d'exploitation technique du réseau s'avèrent cependant considérables jusqu'en 1907-1908 puisqu'à la fois les transformateurs, les isolateurs et les poteaux sont endommagés, voire détruits, à plusieurs reprises.

30Ces lignes à 20 000 V représentent alors un banc d'essai des matériels haute tension à l'échelle nationale et J. Estrade met d'ailleurs au point une innovation technique supplémentaire en adoptant les poteaux à la créosote, fournis par une entreprise qu'il crée à cet effet, la société des poteaux noirs : la créosote, extrait de goudron, est injectée dans le bois pour le rendre absolument imputrescible et augmente donc les durées de service.

  • 43 jorre g., « La distribution de l'énergie électrique pyrénéenne dans la région toulousaine », Revue (...)

31Le président de la s.m.t.f., qui siège à la chambre de commerce de Carcassonne à partir de 1904 avant de la diriger en 1923, fait figure également de pionnier de l'électrification dans le domaine économique et social. Dès 1911 il se plaît à affirmer que « la clé du problème de l'électricité est exclusivement dans le développement aussi étendu que possible de sa consommation »43 Par cette fausse évidence il montre surtout la nécessité impérative pour les entrepreneurs d'une politique multiforme de construction de la demande. Il applique pleinement celle-ci en calquant strictement son programme d'équipement hydro-électrique sur le rythme de progression de la consommation. Sa politique consiste donc à n'équiper une nouvelle centrale que lorsque toute sa production est déjà placée à l'avance. Dans l'intervalle, il construit une usine thermique beaucoup plus vite aménagée (un an en moyenne au lieu de cinq) et au coût d'établissement modeste, servant ainsi d'usine de transition puis d'appoint et de secours.

32A la veille de la Grande guerre le domaine d'action de la s.m.t.f., titulaire de près de 300 concessions municipales, s'étend à l'ensemble du département de l'Aude, au sud de l'Hérault et au nord des Pyrénées Orientales jusqu'à Perpignan. Même si elle s'est d'abord appuyée, comme toutes les entreprises de production-distribution, sur la desserte d'agglomérations importantes telles Carcassonne et Narbonne, elle doit désormais son expansion aux progrès de la distribution d'énergie aux communes rurales, dans une région dont la richesse est essentiellement agricole. Dès 1902 la s.m.t.f. a adopté avec succès une politique financière spéciale pour celles-ci. Elle obtient les concessions municipales en octroyant des conditions particulièrement avantageuses pour l'éclairage public tandis qu'elle établit la viabilité générale de l’électrification, même de communes peu peuplées, grâce à une tarification au forfait de la consommation domestique. En effet cette tarification, basée sur l’utilisation d'un basculateur limitant la puissance, assure à l'entreprise une recette minimale et régulière et lui évite théoriquement le danger d'une demande supérieure aux possibilités de fourniture.

33J. Estrade fonda cependant des espoirs assez utopiques sur le développement des applications agricoles de l'électricité en constituant une Société d'Electromotoculture, qui mit au point plusieurs modèles de treuil de labourage électrique dont la diffusion commerciale resta limitée.

34Globalement, en 1914, le patrimoine industriel de la s.m.t.f. est le plus important des entreprises électriques du grand Sud-Ouest avec ceux de la s.p.e.e. et de l'e.e.s.o. présentés plus haut, comme le montre le tableau synthétique annexé. Il comprend surtout le réseau haute tension le plus étendu de France, qui par jonction avec les réseaux des sociétés voisines, s.p.e.e., Forces motrices de l'Agout et Biterroise de Force et Lumière, permet la genèse de la première interconnexion régionale d'envergure : celle-ci ouvre en effet déjà six départements, de Toulouse à Béziers d'ouest en est et d'Albi à la vallée de l'Ariège du nord au sud. L'assise financière de la s.m.t.f. est largement assurée en 1914 puisqu'elle dégage des bénéfices nets de 793 000 F, dont 620 000 F de bénéfices distribués.

  • 44 Le Sud-Ouest Economique souligne ainsi cette situation privilégiée : « en 1914 le département de l' (...)
  • 45 L'information, supplément financier, 30 mars 1917
  • 46 Le Sud-Ouest Economique, ibid.
  • 47 babonneau l. l'intègre pleinement dans le panthéon des « génies scientifiques » d'Occitanie dans so (...)
  • 48 sarda c., L'électrification des Pyrénées-Orientales, op. cit., p. 69.

35Les réalisations de J. Estrade ont ainsi valeur de modèle à l'échelle régionale et nationale, transformant leur berceau, le département de l'Aude, en champ d'expérience privilégié pour les différents secteurs de l'industrie électrique44. La s.m.t.f. se voit alors honorée des épithètes les plus flatteuses, « une de nos plus remarquables sociétés de distribution d'énergie »45, « la plus ancienne des sociétés françaises de distribution d'énergie électrique à haute tension »46. Toute une légende dorée vient nimber la figure pionnière de J. Estrade, « génie occitan de la science »47, au-delà de ses réalisations effectivement remarquables. N'obtient-il pas la consécration officielle de la Légion d'Honneur en 1920 pour « avoir construit un immense réseau, dispensateur de la force et de la lumière, qui rattachait à la vie industrielle des régions jusqu'alors complètement déshéritées et portait jusque dans les moindres bourgades ces éléments d'activité et de fortune »48.

36J. Estrade et son entreprise principale ont certes bénéficié de conditions géographiques favorables à l'échelle du grand Sud-Ouest, en particulier d'un habitat rural groupé et d'une bonne accessibilité des ressources de houille blanche. Mais leur réussite s'explique également par l’attitude réceptive des notables et responsables politiques locaux, qui ont tout de suite intégré l'adoption de la « fée électricité » dans un comportement et une mentalité de consommateur moderne, entraînant derrière eux leurs concitoyens. Leur action fournit une réponse originale à la problématique essentielle du dualisme économique régional de la France au tournant des deux siècles. Elle montre en effet que l’innovation technologique, grâce à une politique commerciale dynamique développée par des entrepreneurs et des ingénieurs polyvalents, peut s'imposer dans des milieux a priori répulsifs, où dominent les modèles de consommation traditionnels, voire rétrogrades.

37En fin de compte pour apprécier sereinement le dynamisme des élites du grand Sud-Ouest, en particulier de ses dirigeants économiques, face à l'innovation électrique, il faut éviter les excès fréquents à la fois du misérabilisme régional et de l'apologie du terroir. Globalement les Pyrénées, et donc leur arrière-pays aquitain et languedocien, accusent un retard quantitatif, statistique, indéniable sur le massif alpin dans le processus d'électrification au tournant des deux siècles. Mais grâce à l'action de pionniers tels que J. Estrade et M. Moulun ce retard reste somme toute limité d'un point de vue technique et qualitatif : quatre à cinq ans pour les concessions municipales de distribution d'énergie électrique, deux ans pour les centrales de haute chute et il se transforme même en avance pour la mise au point du transport de force et de l’interconnexion.

38Les disparités régionales internes dans le comportement des élites économiques face à l'électrification s'avèrent alors cependant très sensibles. La dichotomie géographique classique entre la façade littorale atlantique et l'espace montagnard et submontagnard est ici inversée car elle s'identifie à un nouveau partage énergie thermique/énergie hydraulique en faveur de la seconde jusqu'à l'avènement d'une interconnexion à grande échelle dans l'entre-deux-guerres. Pour la première fois dans le secteur énergétique et bientôt industriel l'avantage est donné aux Pyrénées, au détriment de la région bordelaise, dont les élites gardent le regard braqué sur le négoce traditionnel, le port et les horizons coloniaux.

  • 49 Voir bouneau c., Jean-Raoul Paul et la compagnie du Midi, acteurs du développement régional du Sud- (...)

39Un nouveau complexe électrique industriel et humain, animé par des entreprises et des organismes dynamiques qui tentent déjà de coordonner leurs efforts, s'est bien constitué en 1914 dans la partie orientale des Pyrénées et à Toulouse. Son centre de gravité se déplace vers l'ouest du massif pyrénéen, autour de Tarbes et de Bagnères-de-Bigorre surtout, durant la Grande Guerre, qui joue un rôle catalyseur, et durant l’entre-deux-guerres, marqué par la politique industrielle ambitieuse de la Compagnie du Midi menée par Jean-Raoul Paul49.

LES ENTREPRISES ELECTRIQUES (PRODUCTION-DISTRIBUTION) DU GRAND SUD-OUEST EN 1914

LES ENTREPRISES ELECTRIQUES (PRODUCTION-DISTRIBUTION) DU GRAND SUD-OUEST EN 1914

Source : A. E.D.F. Blois

Anmerkungen

1 Il s'agit d'un grand Sud-Ouest englobant 17 départements (Ariège, Aude, Aveyron, Dordogne, Haute-Garonne, Gers, Gironde, Hérault, Landes, Lot, Lot-et-Garonne, Lozère, Basses-Pyrénées, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Tarn et Tarn-et-Garonne), correspondant au cadre géographique de nos études précédentes ou en cours, d'histoire économique régionale. Voir en particulier bouneau c., « La consommation d'électricité dans le grand Sud-Ouest de 1914 à 1946 : la formation d'un marché régional », L'électricité et ses consommateurs, Actes du quatrième colloque de l'Association pour l'Histoire de l'Electricité en France, Paris, mai 1987, p.u.f., 1988, pp. 17-37.

2 Sur les acteurs à l'échelle nationale de l'électrification et donc le rôle des différentes composantes du système élitaire voir cardot f. et caron f. dir., Histoire générale de l'électricité en France, T I 1880-1919, Paris, Fayard, 1991.

3 Voir globalement beltran a. et carre p. a., La fée et la servante. La société française face à l'électricité xixe-xxe siècles, Paris, Belin, 1991.

4 Voir sur ce boom industriel dupeux G. in Histoire de Bordeaux, T VI, Bordeaux au xixe siècle, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1969, pp. 375-396 et la thèse de dumas J., Les activités industrielles dans la Communauté urbaine de Bordeaux, Etude de géographie économique et sociopolitique, Bordeaux, 1980, dont l'apport théorique est essentiel.

5 Bordeaux dispose d'une ligne de tramway électrifiée dès 1893. Voir froelicher a., Histoire des Tramways électriques de Bordeaux, ter SS dir. caron f., Université de Paris IV, 1990. A titre indicatif la première ligne de tramways électriques à alimentation extérieure a été mise en service en France en 1889 entre Clermont et Royat.

6 Voir sur la genèse difficile de l'éclairage électrique à Bordeaux, à partir de la consultation des archives municipales, fernandez a., « L'installation de la lumière électrique à Bordeaux 1887-1904 », Bulletin d'Histoire de l'Electricité, no 8, Décembre 1986, pp. 89-101.

7 La zone d'action de l'e.e.s.o. s'étend à la veille de la guerre sur les trois départements de la Dordogne, de la Charente et de la Gironde. Sa clientèle est d'emblée diversifiée puisque outre la distribution publique proprement dite, elle comprend les tramways d'Angoulême, de Bordeaux et de la Gironde, les poudreries d'Angoulême et de Saint-Médard-en-Jalles et la fonderie de la Marine de Ruelle.

8 Son Président A. Féraud est en même temps celui d'e.e.l.m. tandis que son vice-président G. Cordier représente à la fois e.e.l.m., Alais Froges et Camargue et le p.l.m. Son administrateur-délégué appartient à l'état-major de la c.f.t.h. Parmi les autres membres du conseil figurent A. Giros (Loire et Centre et c.f.t.h.), L. Goury de Roslan (c.f.t.h.) et Ch. Rebuffel (Grands travaux de Marseille).

9 Ce tableau a été élaboré à partir de la consultation des archives des sociétés concernées conservées au dépôt central e.d.f. de Blois. Voir en particulier bouneau c., « L'électrification extensive d'une région économique : le Sud-Ouest avant 1914 », Pour une histoire régionale de l'électricité, Actes de la cinquième journée de l'Association pour l'Histoire de l'Electricité en France, Paris, mars 1989, Bulletin d'Histoire de l'Electricité, no 13, 1989, pp. 43-61.

10 Dès 1894 la c.f.t.h. a pris le contrôle de la société de tramways de Bordeaux-Pessac.

11 Grenade-sur-Garonne est cependant la première commune du département de la Haute-Garonne à bénéficier en 1887 d'un éclairage d'origine hydro-électrique, grâce à l'aménagement classique d'un ancien site hydromécanique. Voir dutil l., La Haute-Garonne et sa région. Géographie historique, Toulouse, Privat, 1928, pp. 278-279.

12 L'éclairage public de Toulouse au moyen de lampes à arc ne commence cependant à fonctionner qu'en mai 1891. Dès février 1892, confirmant bien l'importance de l’électrification dans le débat local et dans les préoccupations de la communauté universitaire, un professeur de droit, Arnault, prononce à la faculté une conférence sur « L'éclairage électrique à Toulouse ».

13 Dès le milieu des années 1890 le général De-dieu-Anglade crée en Haute-Garonne un des premiers réseaux de l'hexagone, sinon le premier, spécialisé uniquement dans la distribution aux communes rurales, malgré les difficultés considérables de rentabilité financière. Voir dutil l., op. cit..

14 Le baron Victor Reille est par ailleurs secrétaire de l'Alsacienne de Constructions Mécaniques constituée à Belfort en 1913.

15 G. Moulun (1870-1946) constitua jusqu'à la Seconde Guerre mondiale «l'âme» technique et industrielle de la s.p.e.e., s'affirmant comme un grand spécialiste à la fois des questions de production, de transport et de distribution d'électricité. Dans l'entre-deux-guerres il est promu au rang d'administrateur délégué de la société.

16 A la veille de la Grande Guerre, en laissant de côté la distribution pour l'éclairage, l’agglomération toulousaine représente cependant encore moins de la moitié du marché bordelais pour les usages industriels. Ce décalage important de la consommation énergétique des deux métropoles provient alors du boom industriel bordelais de la Belle Epoque qui, commme nous l'avons vu, affecte pratiquement toutes les branches, à l'exclusion justement de celle des constructions électriques. C'est l'alimentation de la s.t.b. par la s.p.e.e. à partir d'octobre qui conduit directement à la prise de contrôle financier de la première par la seconde.

17 Conformément à un jeu de comparticipation financière classique, la s.p.e.e. partage cependant le contrôle de la Biterroise de Force et Lumière avec la Société des Banques de Province, qui investit dans plusieurs entreprises de houille blanche du Sud-Ouest et la Banque Charpenay de Grenoble, qui joue un rôle essentiel dans la mise en valeur de l'hydro-électricité alpine.

18 La non distribution de dividende jusqu'en 1919 est aussi la preuve que les actionnaires toulousains ne recherchaient pas uniquement dans la s.p.e.e. un placement de rentier mais plutôt un investissement apte à favoriser un développement régional global, dont ils retireraient plus tard un très large profit.

19 La s.p.e.e. dessert notamment les centres industriels de Castres, Mazamet et Lavelanet.

20 En 1919 Firmin Pons, déclinant, confie la direction de la c.t.t. à un autre ingénieur centralien, Pierre Juppont, grand acteur de l'électrification de la région toulousaine. Voir infra.

21 Henri Bouasse publie en 1908 un cours complet de physique, « conforme au programme des certificats de licence et de l'agrégation de physique », intégrant pleinement le domaine de l'électricité industrielle.

22 Ministère de l'Instruction publique, Enquêtes et documents relatifs à l'enseignement supérieur, Paris, 1905, p. 367.

23 Ibid., p. 407.

24 Voir L'Ecole Nationale Supérieure d'Electrotechnique, d'Electronique et Hydraulique de Toulouse, brochure de son cinquantenaire, Toulouse, 1964.

25 Babonneau L., Les génies occitans de la science, Toulouse, Editions toulousaines de l'ingénieur, 1947, p. 183.

26 Ibid., p. 184.

27 Soubrier M., Les industries électriques d'hier et de demain. L'enseignement de l'électricité industrielle, Paris, Dunod, 1918, pp. 157-158.

28 Voir Bouneau chr., « Le personnel de l'industrie électrique dans le Sud-Ouest durant la première moitié du xxe siècle », Profession : électricien, Actes de la quatrième journée de l'Association pour l'Histoire de l'Electricité en France in Bulletin d'Histoire de l'Electricité, no 1 1, 1988, pp.145-164.

29 Pour cette promotion d'ingénieurs les enseignements d'électricité industrielle de la faculté des sciences ont remplacé en 1907-1908 la première année de scolarité normale à l'i.e.t.

30 L'i.e.t. est devenu après 1945 l'Ecole Nationale Supérieure d’Electrotechnique, d'Electronique et Hydraulique de Toulouse. Celle-ci constitue toujours un élément important du réseau d'écoles d'ingénieurs de niveau intermédiaire implanté à Toulouse.

31 Sur P. Juppont (1861-1948) voir babonneau l., Au pays d'Oc. Ingénieurs et savants illustres du passé, Editions toulousaines de l'ingénieur, Toulouse, 1960.

32 Voir sur ce rôle moteur de l'agglomération grenobloise pour l'électrification de la région alpine l’ouvrage récent de morsel h. et parent j.f., Les industries de la région grenobloise, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1991.

33 Sur la conjonction de ces facteurs géographiques favorables à cette région voir cavailles h., « Le marché de la houille blanche dans le Sud-Ouest », Actes du Congrès de l'aménagement hydraulique de la région du Sud-Ouest, Bordeaux, juin 1922, Paris, Librairie de l'enseignement technique, 1922, pp. 348-359.

34 La densité des équipements hydromécaniques est également très importante dans le département des Basses-Pyrénées.

35 Voir benoit s., « De l'hydromécanique à l'hydroélectricité. Le rôle des sites hydrauliques anciens dans l'électrification de la France. 1880-1914 », La France des électriciens 1880-1980, Actes du deuxième colloque de l'association pour l'histoire de l'électricité en France, Paris, avril 1985, Paris, p.u.f., 1986, pp. 5-37.

36 E. Bartissol est député de Céret puis de Perpignan. Voir globalement sur l'électrification de Perpignan et ses acteurs, sarda c., L'électrification des Pyrénées-Orientales 1880-1946, mém. de maîtrise ss dir. caron f., Univ. de Paris IV, 1984, pp. 51-76, dactyl.

37 Le Roussillon, 9 février 1898 et L'Indépendant, 10 février 1898.

38 La Compagnie Centrale des Tramways Electriques, dont le siège social est établi à Lyon, est le concessionnaire à la fois du réseau urbain et de la ligne Perpignan-Le Canet reliant la ville à sa plage attitrée.

39 La Société Méridionale de Transport de Force de J. Estrade prend le contrôle financier de la Société Hydro-Electrique Roussillonaise à la veille de la Grande guerre.

40 L'ensemble de cette analyse de l'action de J. Estrade et de sa Société Méridionale de Transport de Force est fondé sur a.e.d.f. Société Méridionale de Transport de Force 1025 et sur la notice biographique réalisée par babonneau l. dans son ouvrage Les génies occitans de la science, op. cit., pp. 125-163.

41 La s.m.t.f. absorbe en Novembre 1906 par voie de fusion la première entreprise de J. Estrade, la Société Méridionale d'Electricité, alors au capital de 1 6000 000 F.

42 A. e.d.f. s.m.t.f. 1025 - 1.

43 jorre g., « La distribution de l'énergie électrique pyrénéenne dans la région toulousaine », Revue de géographie alpine, 1932, T. XX, p. 164.

44 Le Sud-Ouest Economique souligne ainsi cette situation privilégiée : « en 1914 le département de l'Aude comptait parmi les premiers de ceux en France où l'usage de l'électricité était le plus répandu et il avait déjà réalisé en grande partie l'électrification des campagnes, qui fut ensuite généralisée dans la France entière, grâce aux subventions de l’Etat, après 1924 » in L'électrification de la France, numéro spécial 238-239, septembre-octobre 1933, p. 903.

45 L'information, supplément financier, 30 mars 1917

46 Le Sud-Ouest Economique, ibid.

47 babonneau l. l'intègre pleinement dans le panthéon des « génies scientifiques » d'Occitanie dans son ouvrage Les génies occitans de la science, op. cit., tout à fait significatif des représentations de la révolution industrielle dans le Midi toulousain, avec une vision très classique des rapports science industrie.

48 sarda c., L'électrification des Pyrénées-Orientales, op. cit., p. 69.

49 Voir bouneau c., Jean-Raoul Paul et la compagnie du Midi, acteurs du développement régional du Sud-Ouest et des Pyrénées (1900-1937), mém. de d.e.a. ss. dir. guillaume p., i.e.p. de Bordeaux-cervl, 1984, dactyl. et id., « Seconde révolution industrielle et promotion sociale : un dirigeant novateur, Jean-Raoul Paul », L'Information Historique, 1987, no 2, pp. 78-85.

Abbildungsverzeichnis

Titel LES ENTREPRISES ELECTRIQUES (PRODUCTION-DISTRIBUTION) DU GRAND SUD-OUEST EN 1914
Bildunterschrift Source : A. E.D.F. Blois
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19456/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 280k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540