Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites fins de siècles

Les élites locales

Perception et composition des élites locales à la fin du xixe siècle : le cas du Lot-et-Garonne

Jean-Paul Jourdan

Texte intégral

  • 1 charle chr., Les élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1985. p. 11.

1La définition des élites n'est pas simple. Christophe Charle dans Les élites de la République (1880-1900) en propose une pour la fin du xixe siècle : « ce que les contemporains mettaient sous ce mot »1. Le mérite de cette définition, qui met l'accent sur le regard social, est la souplesse. Cependant le type de sources utilisées par l'auteur (annuaires d'élite, dossiers administratifs individuels, dictionnaires biographiques) aboutit à privilégier un seul point de vue, celui de l'élite elle-même. La raison de ce rétrécissement du champ de l'analyse par rapport à la définition préalable tient à une raison simple. Sauf à glisser dans l'empirisme, l'étude des élites ne peut être que celle d'un groupe auto-reconnu : c'est la perception que les élites ont d’elles-mêmes qui définit leur composition. Cette auto-reconnaissance se fait sur le critère flou de la notoriété. En réalité, les choses sont un peu plus complexes que cela, comme le montre l'étude du Dictionnaire biographique de Lot-et-Garonne.

I - LE DICTIONNAIRE BIOGRAPHIQUE DE LOT-ET-GARONNE

2Le Dictionnaire biographique de Lot-et-Garonne publié en 1894 est le 11ème volume de la série départementale dont l'imprimeur-éditeur parisien Henri Jouve entreprit la publication à la fin du xixe siècle. L'ouvrage, non paginé, compte 1108 notices et 19 « glyptographies », certaines de petit format et dont le choix ne nous est pas apparu toujours opportun. Toutes les notices sont construites sur le même modèle. Elles indiquent les noms et prénoms des notables locaux, leurs lieux et dates de naissance, leurs professions et fonctions. On trouve aussi, éventuellement, mention des titres et décorations, de l'appartenance à telle ou telle association, société ou organisation. Les travaux et publications érudites sont présentés. Parfois aussi figurent quelques éléments sur la formation, les cursus scolaire, universitaire, et professionnel des intéressés. Les renseignements relatifs à la vie privée sont exceptionnels. Seules sont indiquées les relations parentales entre personnes figurant sur le dictionnaire (elles lient 65 personnes) et plus rarement encore les alliances matrimoniales (6 cas) : deux indices qui illustrent la conception individualiste prévalant à la définition des élites. Enfin, presque toutes ces notices concernent des hommes, 18 femmes seulement apparaissent dans le dictionnaire (7 femmes de lettres ou artistes, 11 enseignantes).

  • 2 Ibid., p. 13.

3La préface du dictionnaire, largement délocalisée, dit les intentions de l'ouvrage. Il entend proposer « la liste et les biographies des notabilités dans les Lettres, les Sciences et les Arts, dans la Politique, la Magistrature, l'Enseignement, l'Armée, la Noblesse, le Haut-Clergé, dans la grande Industrie, le grand Commerce, l'Agriculture, la Finance, etc... ». Le dictionnaire de Lot-et-Garonne est ainsi typique des dictionnaires biographiques de l'époque. Le terme de notabilité est encore utilisé alors qu'il n'a plus cours dans les autres types d'annuaire comme l'a montré Christophe Charle2. L'énumération des groupes abordés est aussi conforme aux canons des dictionnaires biographiques avec, en tête, les élites de la culture puis les personnalités officielles, les gens du monde et les élites des affaires : des élites traditionnelles aux élites nouvelles.

4La notabilité locale présentée par le dictionnaire est conçue de façon extensive. S'il est naturel d'y trouver tous les étrangers au département exerçant des fonctions-clés dans celui-ci, plus surprenant est de prime abord la présence de Lot-et-Garonnais de naissance œuvrant et vivant hors du département (122 cas soit 11 %) et de grandes notabilités étrangères mais rattachées à l'Agenais par les seuls fils de la propriété d'une résidence (fut-elle un « château ») occupée épisodiquement. Dans ces deux derniers cas, le dictionnaire exprime tout à la fois un patriotisme départemental et un souci de rattacher la notabilité locale aux élites nationales, c'est-à-dire parisiennes. Les deux formules aboutissent à décloisonner l’élite locale qu'une présentation départementale tend à contraindre dans un cadre géographique étroit. Mais ce constat a une autre signification. Il illustre le destin commun des élites locales françaises. A tous les plans, le succès contribue à un moment ou à un autre à les déposséder de leurs éléments les plus brillants aspirés par les élites nationales, aimantés par Paris ou ré-employés ailleurs. Stricto sensu, les élites locales sont condamnées à être, par la fatalité de la centralisation, des élites moyennes.

5Celles-ci sont sélectionnées sur un critère d'utilité sociale. Le dictionnaire se présente comme « un véritable monument élevé à la gloire des hommes de tous les partis et de toutes les classes qui, par leur travail, leur intelligence ou leur dévouement se sont distingués ou ont illustré leurs pays à différentes tâches ». Il s'agit, en somme, d’inscrire sur « un grand Tableau d'Honneur... les noms de tous les hommes de travail et de cœur qui ont tracé leur sillon dans la vie ». Dictionnaire de contemporains, l'ouvrage renferme néanmoins les biographies de 8 personnes disparues entre 1889 et l'année de publication des notices (1894). Il entend être un lieu de mémoire : « grâce à notre ouvrage, des noms qui seraient fatalement tombés dans l'oubli avant un demi-siècle seront pieusement conservés... Nos photographies résisteront aux années et seront plus tard l'objet d'une légitime curiosité ».

6Enfin, le dictionnaire est un ouvrage collectif. Henri Jouve évoque en préface pour les remercier les nombreux correspondants et collaborateurs ayant apporté leur concours à son entreprise. La conséquence est que les notices manquent au moins d'unité de ton. Il est impossible de se prononcer sur l'unité de perception des élites car les biographies sont présentées dans l'ordre alphabétique et non par arrondissement.

II - COMPOSITION DES ELITES LOT-ET-GARONNAISES

  • 3 Ibid., p. 21.

7Toute étude sociologique rencontre sur son chemin le problème de la classification. Question cruciale s'il en est puisque du système retenu dépendent les conclusions : un tableau ne fait apparaître que ce qu'on y a mis. Le titre développé du dictionnaire suggère un classement. Son inconvénient est le nombre élevé de rubriques énoncées par ailleurs d'une façon non limitative. Le codage social proposé par Christophe Charle3 est inadapté ici. C'est de lui cependant que nous nous sommes inspiré pour construire le tableau suivant.

Tableau 1 - Composition des élites agenaises en 1894

Tableau 1 - Composition des élites agenaises en 1894
  • 4 Ibid., p. 13.

8Plusieurs enseignements sont à tirer du tableau et tout d'abord la faible représentation des professions économiques : quelques négociants auxquels s'ajoutent deux administrateurs de succursale bancaire, un manufacturier, trois industriels enfin. Cette médiocre présence des professions économiques répond certes au caractère peu industrialisé de l'Agenais et de ses marges. Mais aussi elle marque la faible ouverture du dictionnaire local aux élites industrieuses contrairement à une évolution que l'on a pu souligner ailleurs4.

9En revanche, les élites locales sont largement pénétrées par le groupe des fonctionnaires de l'administration publique. Cette part illustre une hésitation du dictionnaire entre la formule de l'annuaire et celle d'une liste des élites. A tout le moins, elle dévoile les préoccupations bourgeoises de l'éducation et de la fortune. Dans le détail, on ne peut en effet que souligner la place tenue par les fonctionnaires de l'instruction publique, ceux de « l'empire du milieu » (l'enseignement secondaire) comme ceux des facultés : professeurs du lycée d'Agen, des collèges de Marmande et de Villeneuve-sur-Lot, professeurs des facultés de Bordeaux, Toulouse, Paris, etc... d'origine locale. Il est vrai aussi que l'on a affaire ici à des élites à fort capital culturel, que l'on pourrait amalgamer d'ailleurs au groupe des artistes et écrivains voire à celui des représentants des Eglises dont beaucoup se signalent par l'exercice de fonctions d'éducation. Il n'en va pas de même de la trentaine de receveurs de l'enregistrement mentionnés par le dictionnaire. Là, l'indication est purement d'utilité.

10Prises dans leur ensemble, les professions libérales forment le groupe dominant de la notabilité locale : médecins, avocats, avoués, notaires, journalistes. Ce sont les fameuses capacités dont la promotion sociale associée à celle des fonctionnaires et des professeurs caractérise les premières décennies de la Troisième République. Ainsi donc la notablilité lot-et-garonnaise des années 1890 englobe-t-elle une partie des « nouvelles couches » chères à Gambetta. Elles cohabitent dans le dictionnaire avec des éléments de l'ancienne élite bourgeoise et aristocratique. L'élite locale de la fin du xixe siècle est donc synthétique. Les représentants des principales familles nobles ou à prétention nobiliaire y conservent leur rang : 183 notices (soit 16 %) leur sont consacrées ; 42 titres de marquis, baron, comte ou vicomte ont été recensés ainsi que 12 références héraldiques. La propriété de la majorité des « châteaux » (59 sur 77) dont le dictionnaire permet de dresser la liste, caractérise le groupe. Dans plus de deux cas sur cinq (44 %), cette noblesse ou pseudo-noblesse est oisive. Sa part active se rencontre parmi les professions libérales (la médecine surtout) et, vocation nobiliaire traditionnelle, dans le service de l'Etat (l'armée, la diplomatie, la magistrature, la haute fonction publique).

11La référence à l’activité professionnelle seule ne circonscrit qu'une partie de l'élite. Là n'est donc pas l'essentiel de la définition du groupe. Il est symptomatique de constater que cette référence fait défaut dans 10 % des cas. En fait la notabilité lot-et-garonnaise telle qu'elle se dégage du dictionnaire est avant tout une élite de fonction, non de profession. Cependant l'exemple nobiliaire montre l'existence d'une autre composante de l'élite, une composante inactive, a-professionnelle et pour partie a-fonctionnelle.

12Dans ce schéma ternaire de la composition des élites (élite par profession, élite par fonction, élite de renom), le dictionnaire met l'accent sur le second élément. C'est à l'élite de fonction que sont consacrées les notices les plus développées, principalement parce que c'est sur elle qu'il y a le plus à dire.

III - UNE ELITE DE FONCTION

13Les apports des élites au développement et à la modernité agricoles sont un point souligné par le dictionnaire. On y distingue nettement les organisateurs (membres des bureaux des comices des arrondissements d'Agen, Marmande, Nérac, Villeneuve-sur-Lot) et les expérimentateurs souvent aussi diffuseurs de l'innovation. Bien entendu, les trois phares de la polyculture lot-et-garonnaise apparaissent ici : la vigne, la prune et le tabac. Il est évident, pour prendre quelques exemples non isolés, que tel notaire (Brousse-Mélet), tel ingénieur (Couderc) ou tel horticulteur (Brunet) doivent respectivement leur statut de membre de l'élite à leur effort de reconstitution des vignes ravagées par le phylloxéra, à une étude sur les Etuves à prunes et à des travaux sur la culture du tabac.

14Les notables locaux, conservateurs ou républicains, jouent un rôle essentiel dans la représentation des intérêts professionnels paysans. Les premiers, grands propriétaires d'origine noble très souvent, regroupés au sein de la Société des Agriculteurs de France sont les plus nombreux (57 mentions). Les quelques syndicats agricoles repérés par le dictionnaire paraissent se situer dans le sillage de cette société. En revanche, la Société Nationale d'Encouragement à l'Agriculture, née à l'initiative des républicains n'est que très faiblement représentée parmi la notabilité lot-et-garonnaise. Elle regroupait pourtant elle aussi de grands propriétaires. Le dictionnaire ne donne pas en fait une image exacte du rapport de poids réel entre les deux sociétés dans le département. Le déséquilibre apparent comme la sous-représentation des grands propriétaires républicains ne sont que la conséquence de la forte présence nobiliaire au sein de la liste des notabilités. En tout cas, l'étude des élites rurales exclut toute explication faisant intervenir un a priori du dictionnaire.

15En effet, conformément aux intentions déclarées dans la préface, le dictionnaire est politiquement œcuménique. Parmi les publicistes, toutes les tendances politiques locales apparaissent, de La Dépêche ou du Radical du Sud-Ouest à L'Ami du Peuple, royaliste ou au Paysan du Sud-Ouest, conservateur en passant par le Journal de Lot-et-Garonne, L'Indépendant du Lot-et-Garonne, L'Echo de Marmande ou le Progrès de Villeneuve... Les élus locaux, maires et conseillers généraux, sont présentés de la façon la plus neutre qui soit : leur étiquette politique n'est jamais précisée. Les notices des chefs des « partis » républicain, monarchiste et bonapartiste comme celles des parlementaires fournissent essentiellement des renseignements d'ordre factuel et sont rédigées dans un style informatif, qu'il s'agisse de Sarrette, ancien député conservateur ou du socialiste Léo Melliet. Il y a cependant des exceptions, en sens opposé ; elles indiquent que le dictionnaire est l'œuvre de plusieurs auteurs aux sensibilités politiques différentes. L'intervention des rédacteurs peut être abrupte : ici (notice de Bellecombe) les idées démocratiques de 1848 sont décrites comme « subversives » et le parti royaliste ou légitimiste pouvait être regardé « avec raison » sous la IIème République « comme le seul drapeau loyal et honnête qui put abriter les destinées futures de la France ». Ailleurs l'intervention est plus subtile ; ainsi à propos de Lanelongue, conseiller général : « on lui doit d'avoir gagné le canton de Laplume à la République ». Enfin la présentation des élites politiques de 1894 n'est pas sans sacrifier à l'actualité du moment. A la présentation détachée de la biographie d'Armand Fallières on peut opposer celle, enthousiaste de Georges Leygues tout juste nommé ministre de l'instruction publique dans le cabinet Dupuy (mai 1894) : « Il sera très bien à l'instruction publique. C'est un homme jeune intelligent, ouvert à des aspirations d'art et de littérature qui ne seront pas pour déplaire aux littérateurs et aux artistes... Esprit large, caractère aimable, cerveau très meublé... »

16L'élite lot-et-garonnaise s'identifie encore par sa fonction sociale. Il y a les représentants des corps : présidents, secrétaires, rapporteurs, trésoriers, syndics des chambres d'arrondissement, des avoués, des notaires, bâtonniers de l'ordre des avocats. Il y a aussi les bienfaiteurs sociaux : médecins chargés du service médical de la protection du premier âge, membres des bureaux de bienfaisance, fondateurs et organisateurs des sociétés de secours mutuels, philanthropes surtout. Ces derniers présentent tous à peu près le même profil déterminé par leur âge, leur origine familiale, leur sensibilité politique : « Issu d'une vieille famille d'Agen M. [Joseph] Amblard [né en 1828] continue les traditions de dévouement et de charité qui ont toujours été l'apanage des siens. Elu conseiller municipal d'Agen sous l'Empire, il a été depuis 1870 pendant de longues années maire conservateur de la commune de Nicole ». Sur Gaston de Mézailles, né à Moncrabeau en 1830 et propriétaire du château de La Hitte : « ses opinions royalistes hautement affirmées [l'] ont tenu éloigné de toutes fonctions publiques. Il se contente de faire autour de lui le bien et y réussit ». Les biographies des philanthropes expriment toute la nostalgie d'un paternalisme traditionnel. Ici émerge une conception de la société, des rapports sociaux, du rôle des notables. Il n'en reste pas moins que dans sa vision des élites sociales, le dictionnaire ajoute aux acteurs d'une charité personnelle les artisans d'une assistance institutionnalisée.

17Enfin, l'ouvrage accorde une grande importance aux productions de l'esprit. Certaines notices apparaissent ainsi comme de véritables bibliographies. Les listes des publications médicales sont en particulier abondamment fournies. Par exemple celles du Docteur Bergonié, professeur à la faculté de médecine de Bordeaux courent sur une page. Le caractère plus ou moins exhaustif de ces listes crée une inégalité dans la représentation des élites. Produire une série de références ou préciser sans plus, que « l'exposé des titres et travaux scientifiques du docteur Laulanié ne comprend pas moins de 37 pages in-4 » ou encore n'évoquer que les thèmes des publications n'a évidemment pas la même valeur. Mais l'inégalité de traitement peut ne traduire qu'une inégalité d'information ou le poids des contraintes de l'édition. Le tout n'est cependant pas sans incidence sur l'image de l'élite laissée par l'ouvrage.

18Il est vrai cependant que cette élite de la culture et de la science n'apparaît pas pour elle-même dans le dictionnaire, sauf le cas particulier des écrivains et des artistes (peintres et sculpteurs). Pour l'essentiel, les élites culturelles sont à la croisée des élites économiques, politiques et sociales. Ainsi le dictionnaire renseigne avant tout sur les préoccupations culturelles des élites, leurs centres d'intérêts. L'histoire érudite et les lettres dominent si l'on en juge par l'importance des œuvres produites. La géologie et la paléontologie, toutes deux souvent liées à l'archéologie, l'entomologie et la botanique sont des matières moins fréquentées. La géographie est pratiquement ignorée. La théologie, l'exégèse, le droit canon et le panégyrique sont bien sûr le fait d’hommes d'Eglises, catholiques et protestants. Les goûts dominants disent le type de sociétés savantes auxquelles le plus couramment appartiennent les élites : sociétés académiques, historiques et archéologiques locales. L’appartenance à des sociétés de notoriété régionale ou nationale (comme l'Académie de Médecine) marque la renommée culturelle tout comme l'exposition aux « salons » et les récompenses témoignent d'une renommée artistique. Mais, à ce niveau là, dans le domaine de la culture (comme dans les autres) on a affaire à des élites qui ne sont plus déjà agenaises.

19On a parlé à propos des années 1870-1880 de fin des notables. En utilisant le terme de notabilité le Dictionnaire biographique de Lot-et-Garonne paraît au contraire accréditer l'idée de leur survivance pendant la Belle-Epoque. En fait, la réalité sociale présentée par l'ouvrage est très différente de ce que la notion de notable recouvrait au milieu du xixe siècle. Ce déphasage entre discours et objet est sans doute le propre d'une époque de transition qui voit coexister élites traditionnelles et nouvelles. Mais il est aussi le signe du retard que prennent souvent les représentations mentales par rapport aux transformations sociales.

Notes

1 charle chr., Les élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1985. p. 11.

2 Ibid., p. 13.

3 Ibid., p. 21.

4 Ibid., p. 13.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Composition des élites agenaises en 1894
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/19444/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540