Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites fins de siècles

Les élites locales

Entre distinction et reconnaissance : les élites locales

Jean Dumas

Texte intégral

1Parlementaires fugaces ou dotés d'une solide permanence, ténors de barreaux provinciaux, chefs d'entreprises attachés à des fabrications ancrées dans des savoir-faire patiemment développés ou personnes dévouées aux multiples facettes de la cause associative, nombreux et divers sont tous ceux qui émergent, plus ou moins durablement, de l'infinie diversité de ces micro-sociétés localisées qui constituent le substrat de la France contemporaine.

2Parler à leur sujet de distinction c'est reconnaître l'identification de mérites divers qui les sortent de l'anonymat de la vie quotidienne. L'historien les recherche, mêlant particularisme et exemplarité, comme autant de vies susceptibles d'établir une reconnaissance au sein de chacun de ces groupes particuliers, communautés concrètes de chaque cité, partout où se conjugue, en d'infinies nuances, la société en ses distributions spatiales.

  • 1 Pierre Bourdieu. La distinction, critique sociale du jugement, Editions de Minuit, 1979.
  • 2 Celle qui loin d'être marquée de signes exceptionnels se fonde dans ses caractères de représentati (...)

3Cependant, si distinguer et reconnaître participent de toute démarche inductive, appliqués à la société contemporaine ils ne sauraient se réduire à une quasi-entomologie des situations particulières, isolable des sens et des valeurs produits sur les faits particuliers et sur les individus. Jouer, plus ou moins explicitement de la relation entre l'attitude du chercheur, qui sépare et identifie, et l'état de ceux qu'ils dénomme et qu'il dénombre, c'est reconnaître que le sens commun, par la distinction, introduit des hiérarchies fondées sur la réussite et le talent associés et par la reconnaissance, admet le mérite accumulé, c'est-à-dire le rôle tenu dans l'organisation et la modification sociales. Au cœur du (sens commun1), prend position (l'élite commune2) comme participation individualisée à la détention du pouvoir, de faire ou d'influencer, dans tout groupe organisé.

  • 3 Sur l'approche générale voir : M. Crozier, E. Friedberg, L'acteur et le système, Paris, Seuil, 197 (...)

4Au terme d'enquêtes méticuleuses par l'étroitesse des objets d'observation, parler d'élites locales constitue donc un acte qui s'inscrit dans la dialectique du sens donné et du sens produit. L'acte même de dégagement constitue, à l'évidence, une production qui isole et met en scène des personnages définis comme représentatifs du sens historique donné au moment étudié. Mais cette élection, par l'écriture plus ou moins biographique, est en elle-même la reconnaissance d'un rôle tenu et reconnu par la société elle-même. Le travail sur les élites communes3 ne prend tout son sens que par une réflexion sur les signes qui permettent de les identifier, c'est-à-dire sur les valeurs et sur les structures qui autorisent l'individuation de destinées considérées à la fois comme remarquables (si ce n'est exemplaires) et comme représentatives des mouvements des sociétés limitées.

  • 4 Au sens de Pierre Gremion étudiant l’administration française dans Le pouvoir périphérique, Paris, (...)

5A ce point de la réflexion, il apparaît que ces travaux historiques peuvent être enrichis de la connaissance de ces structures périphériques4 telles qu'elles ont été analysées par les sciences du politique — ou plus largement du pouvoir — considéré en tant que capacité d'influence et d'orientation des choix. Puisque ces travaux s'inscrivent dans le propos de l'Equipe de recherche en histoire politique contemporaine, l'occasion se présente de détailler des outils, des questions aussi, issus d'investigations qui insistent plus sur les structures et les régularités sociales que sur les faits et les individus, fournissant ainsi des codes d'intelligence et des règles de classement.

6La nature des élites constitue, à l'évidence, l'approche initiale qui justifie le travail historique. Elle résulte des subtiles variations d'échelles dans l'utilisation de catégories générales qui déterminent la participation au pouvoir et à sa reconnaissance. L'ordre de l'économie, celui de la politique, de l'administration, de l'esprit, autant de cadres établis dont on pense qu'ils sont susceptibles de distinguer ceux qui y participent. Dans ce premier temps, la démarche est de type déductif puisqu'elle s'applique à inscrire des destinées particulières dans le champ bien connu de larges régularités sociales, les illustrant à l'infini de constituants particuliers.

7Cependant, la pratique des changements d'échelle dans le temps et dans l'espace modifie notablement ce que le catalogage initial peut avoir d'abstrait et de systématique. Ainsi, pour prendre un sujet intéressant à la fois la fin du xixème siècle et celle du xxème, une chose est d'évoquer globalement le mouvement général de création de petites entreprises liées à des progrès scientifiques — le moteur à explosion dans un cas, la conception assistée par ordinateur dans l'autre — autre chose est d'en cerner des aspects très concrets avec la réussite locale d'entrepreneurs, ingénieurs ou techniciens à l'origine, qui accèdent au statut et aux responsabilités de chef d'entreprise, désormais reconnus dans leur cité, leur département, plus largement encore dès lors qu'ils accèdent à des responsabilités professionnelles sanctionnant la réussite de leur entreprise.

  • 5 Désigne par analogie avec les obligations des hautes magistratures romaines, le don gratuit accord (...)
  • 6 Voir les perspectives développées sur de nombreux plans par Eugen Weber, Ma France, Fayard 1991.

8Considérant ainsi le rôle du temps social observé depuis des lieux particuliers, peut être pourrait-on proposer de mieux apprécier ces élites selon la segmentation plus ou moins marquée de leur reconnaissance. En forçant le trait, on pourrait ainsi opposer des élites anxieuses parce que plus ou moins éphémères à des élites satisfaites assurées de la durée sinon de la permanence. Les premières, dépendant du cycle des mandatures pour les élus ou des nominations de carrière pour les fonctionnaires, les secondes de l'héritage ou de la lente reconnaissance des mérites quand elles ressortent de l'économie, de l’esprit ou de l'évergétisme associatif5, social ou sportif. Qu'il y ait des nuances et des ponts à établir, c'est l’évidence, mais ils sont moins nombreux qu'on peut le penser. En tout état de cause, cette grille est susceptible de rendre compte de la constitution des réseaux affinitaires locaux et, plus important sans doute, de l'insertion et de la participation à ces systèmes politico-administratifs particuliers dont il apparaît de plus en plus que leur connaissance ouvre un champ immense à une connaissance approfondie de la société française6.

9Le renouvellement des élites forme le corollaire indispensable de toute recherche dès lors qu'elle est introduite par l'approche socioéconomique générale. Mais, encore une fois, si l'on change d'échelle, c’est-à-dire si l’on passe au cadre local et temporellement contingent, c'est plus exactement du remplacement dont il s'agit, et donc de la succession concrète des acteurs de la décision et de l'influence. Renouvellement, remplacement, tout se trouve dans les conditions qui assurent ce que l'on propose d'appeler le passage biographique des élus (thème bien connu des politologues), des administrateurs, des dirigeants économiques... ou des esprits influents (à travers la presse ou la vie culturelle).

  • 7 Toute société locale se prête à ce travail. On rêve, cependant, à ce qu'il pourrait être pour Bord (...)

10Dans ce cadre là, l'art de l'assemblage des trajectoires personnelles au sein de compositions locales est indispensable au dégagement de ces mises en scène, révélées par les jeux du pouvoir. Selon les cas, l'équilibre est bien difficile à obtenir, tantôt l'on se trouve entraîné par l'abondance des papiers personnels, tantôt leur indigence conduit à des supputations plus générales. Dans le premier cas, le génétisme guette, qui ordonne toute situation à une trajectoire de vie ; dans le second, le fonctionnalisme peut s'imposer avec ses nécessités d'équilibres partiels au sein desquels les personnes trouvent leur place. Et l'on peut considérer que beaucoup reste à faire, convergences encore à établir entre des recherches trop séparées dans leurs objectifs7.

11Une contre épreuve doit être envisagée, appuyée sur les personnages, ce qui peut être utile pour cerner ces traces sociales de l'influence, ainsi que les grandes régularités s'exerçant autour du caractère exceptionnel de toute réussite particulière. Des recherches sont à conduire sur les échecs, les disparitions sociales : que deviennent les élus battus ? Portés sur le devant de la scène, comment la mise à l'écart s'accompagne-t-elle d'une décomposition des ressources sociales constituées par l'élection (prise au sens plein du terme) ? De la même manière, mais thème sans doute plus délicat à aborder, comment les disparitions d’entreprises s'accompagnent-elles, diversement, d'une dilution des familles dirigeantes dont les modalités expriment l’importance des liaisons personnelles et professionnelles ? Il est important de ne jamais perdre de vue qu'il n'y a renouvellement que par des successions qui, en dehors même du champ politique sont en réalité des évictions où les destinées individuelles sont le reflet des potentielles modifications sociales ou, au contraire, ne traduisent que maintien et permanence au-delà des cas individuels.

  • 8 Pierre Sansot, Les gens de peu. Presses Universitaires de France, 1991.

12Plus globalement, la légitimation scientifique de l'élite suppose un travail d'élucidation dans les rapports entretenus par la biographie avec la statistique, ou encore l'individu dans sa contingence historique avec la trame sociale inscrite dans un espace déterminé. Car, d'une certaine manière, et pour paraphraser le bel ouvrage de Pierre Sansot8, c’est d'élites de peu dont il s'agit lorsque l'on porte attention à ce niveau local où se tisse la structure profonde de l'histoire politique et sociale. Point de héros, de démiurge ou d'« acteur de l'Histoire », mais des destinées modestes qui, faute d'exprimer les grandes ruptures ou les évolutions importantes en expriment, cependant, les mouvements plus lents, les écoulements qui fixent les rapports entre les individus et les structures de la vie quotidienne.

13Etudes modestes donc, qui cependant rencontrent la décision, donc le pouvoir et s'inscrivent dans cette position scrutatrice dont témoigne le renouveau général du genre de la biographie. Etudes qui permettent de connaître ceux qui, dans leur destinée, sont l'expression de mouvements sociaux qu'ils traduisent à travers certains signes illustratifs, ceux qui sont tout à la fois reflet et partie constitutive de ces domaines multiples où l'on peut saisir ces élites modestes. Personnages autant que personnes, ceux qui sont l'objet de ces investigations permettent de cerner des rapports sociaux autant que des trajectoires individuelles, double observation qui conduit à dégager les réalités particulières au sein des mouvements généraux de la société. Ainsi les Elites de peu sont-elles une base d'étude incontournable pour qui veut aller à la rencontre de ce pouvoir banalisé et anonyme, mais au cœur des grandes régularités socio-spatiales.

14C'est dans cette optique que l'on pourra aborder des questions aussi essentielles que la formation de l'opinion commune, l'émergence des valeurs politiques ou la constitution concrète de l'urbanisation contemporaine. Dans ces domaines, en apparence très éloignés, on maîtrise convenablement les principaux résultats obtenus, on ne connaît guère les mécanismes précis qui y conduisent, c'est-à-dire les rapports entre les hommes acteurs modestes, qui jouent de leur influence, de leurs informations, de leur compétence ou de leur puissance.

15Une telle approche est ambitieuse et fort délicate, elle présente le risque permanent de l'éclatement, cependant c'est elle qui permettra d'analyser cette relation complexe entre temps et société qui fonde ces élites, objets du regard de l'historien attentif, se plongeant dans la reconnaissance de la société au quotidien.

Notes

1 Pierre Bourdieu. La distinction, critique sociale du jugement, Editions de Minuit, 1979.

2 Celle qui loin d'être marquée de signes exceptionnels se fonde dans ses caractères de représentativité de situations de proximité, où la notoriété s'inscrit dans la reconnaissance de groupes limités.

3 Sur l'approche générale voir : M. Crozier, E. Friedberg, L'acteur et le système, Paris, Seuil, 1977 ; S. Moscovici, Introduction à la psychologie sociale, Paris, Larousse, 1973 ; J.G. Padioleau, L'ordre social, Paris, L'Harmattan, 1986.

4 Au sens de Pierre Gremion étudiant l’administration française dans Le pouvoir périphérique, Paris, Seuil, 1976.

5 Désigne par analogie avec les obligations des hautes magistratures romaines, le don gratuit accordé aux associations, caritatives ou sportives, comme traduction, attendue mais nécessaire, de la réussite économique. On peut définir ainsi une sorte de mécénat social qui participe au financement du fonctionnement d'institutions sans but lucratif.

6 Voir les perspectives développées sur de nombreux plans par Eugen Weber, Ma France, Fayard 1991.

7 Toute société locale se prête à ce travail. On rêve, cependant, à ce qu'il pourrait être pour Bordeaux et pour Lyon dont les bases socio-économiques sont largement explorées tandis que les personnalités, politiques et économiques, furent assez diverses pour réfléchir à la nature des "réussites", et à leur sens.

8 Pierre Sansot, Les gens de peu. Presses Universitaires de France, 1991.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540