Version classiqueVersion mobile

Identifier et catégoriser les langues minoritaires en Europe

 | 
Joan Busquets
, 
Sébastien Platon
, 
Alain Viaut

L'exemple irlandais et les pôles paradoxaux de l'identité linguistique

Les spécificités politiques de la question linguistique dans le contexte de l’Irlande : des paradoxes liés à l’instrumentalisation politique du gaélique et du scots d’Ulster

Political Features Implied in the Linguistic Issues of Ireland: the Paradoxical Aspects of Gaelic and Ulster-Scot Languages as Means to Achieve Political Targets

Emmanuel Sur

Résumé

Très peu pratiquées aujourd’hui, les langues minoritaires que sont le gaélique et le scots d’Ulster tiennent paradoxalement chacune une place primordiale au sein des enjeux politiques, culturels et identitaires de l’Irlande. Les accords du « Vendredi Saint » de 1998 ont marqué un tournant politique pour l’Irlande. Certains sont d’avis que le processus de paix entamé était avant tout symbolique. Or, de cette réconciliation transparaît une évolution des ambitions politiques de la république d’Irlande et du Royaume-Uni. En rapport étroit avec les politiques nationales, les politiques linguistiques mises en œuvre en Irlande ont forcément évolué elles aussi. Jadis instrument de contestation, le gaélique est devenu symbole de l’identité nationale irlandaise. Beaucoup plus récemment, les Irlandais du Nord se sont attachés au scots d’Ulster, cette langue germanique, apparentée à l’anglais du Royaume-Uni, s’étant, à l’image de leur histoire, implantée sur le territoire irlandais. Aujourd’hui le Royaume-Uni et la République d’Irlande ont cessé de s’affronter pour le territoire de l’Irlande du nord. En ne reconnaissant que le gaélique, alors que l’Irlande du nord considère les deux langues minoritaires de manière égale, la République d’Irlande se distingue de l’autre partie de l’île. Les langues conservent donc leur fonction symbolique identitaire mais à des fins politiques différentes : hier vecteurs d’unification, elles sont aujourd’hui utilisées pour maintenir une certaine distance.

Texte intégral

1L’analyse que nous proposons est une analyse des politiques linguistiques dans le contexte particulier de l’Irlande, si étranger aux deux éléments de la représentation commune qui le caractérisent souvent : le romantisme et le manichéisme. À qui en a perçu la substance, même de manière lointaine, l’Irlande est une terre de paradoxes et un terrain fertile de la dialectique vivante : la violence et la douceur ; le mensonge et la sincérité ; le moyen et la fin ; l’idéalisme et le pragmatisme.

2L’objet d’une telle approche contextuelle doit être précisé. Il ne concerne pas l’analyse linguistique à proprement parler, qui s’attache aux origines d’un langage, à ses structures et à ses évolutions. Il ne concerne pas non plus la simple analyse du statut juridique du gaélique et du scots d’Ulster en Irlande, même s’il doit être pris en considération. Si l’approche juridique est nécessaire pour évaluer la nature d’une politique linguistique et déterminer en quoi elle consiste, elle n’en constitue jamais qu’un élément de compréhension. Pour en évaluer la portée, il faut connaître le discours, mais aussi le terrain. L’approche juridique est l’analyse d’un discours. Elle n’est donc pas suffisante. Il convient par conséquent d’analyser la signification des politiques linguistiques en Irlande par rapport à sa singularité culturelle, juridique et politique, ici résumée par le mot contexte.

  • 1 Sources : Conseil de l’Europe ; Department of the Taoiseach ; Northern Ireland Department of Cultu (...)
  • 2 Zones géographiques essentiellement réparties sur la côte ouest de l’Irlande, où le gaélique est c (...)

3Quelques données quantitatives permettent de prendre la mesure du gaélique et du scots d’Ulster dans le contexte culturel irlandais1. S’agissant d’abord du gaélique, seule une infime minorité de la population de la République d’Irlande – moins de 2 % – le parle comme langue maternelle. Certes, 30 % de la population déclarent en posséder des notions, mais seul un sur six d’entre eux, essentiellement dans les Gaeltacht2, peut sérieusement prétendre parler cette langue. De fait, l’essentiel de la population de la République d’Irlande ne connaît, dans le meilleur des cas, que quelques mots, quelques expressions gaéliques. En Irlande du Nord, 10 % de la population déclarent avoir une certaine connaissance du gaélique, mais seuls 40 % d’entre eux estiment être en mesure de le parler, de le lire et de l’écrire. À l’échelle de l’Irlande, le gaélique est donc bien une langue minoritaire. Quant au scots d’Ulster, sa quantification est plus problématique parce que sa définition est beaucoup plus ambiguë. Même au profane, le scots d’Ulster, parlé et écrit, apparaît comme un langage dérivé de l’anglais, comme un de ses dialectes. On peut imaginer que certaines personnes utilisent des formes linguistiques empruntées au scots d’Ulster sans véritablement le savoir, mais on peut aussi imaginer que des gens qui prétendent parler le scots d’Ulster n’utilisent en fait que des formes dérivées de l’anglais, étrangères au scots d’Ulster. Certaines anecdotes cocasses illustrent la difficulté d’identifier le scots d’Ulster. Ainsi ces jeunes loyalistes de Belfast qui avaient dévissé des plaques de rues, croyant qu’elles étaient rédigées en gaélique. Quoi qu’il en soit, selon une enquête réalisée en 1999, seuls 2 % des Irlandais du Nord déclaraient parler le scots d’Ulster. En République d’Irlande, on ne connaît pas de locuteurs du scots d’Ulster.

4Si marginaux qu’ils soient du point de vue quantitatif dans le contexte culturel de l’Irlande, le gaélique et le scots d’Ulster sont pourtant considérés comme des vecteurs politiques de la première importance, dont la nature et l’ampleur dépassent très largement les considérations linguistiques. C’est bien le premier paradoxe du contexte irlandais que d’offrir une dissymétrie manifeste entre la présence très faible des langues minoritaires et leur très grande importance culturelle et politique. Si la Constitution de la République d’Irlande est la seule Constitution européenne à accorder à une langue minoritaire une valeur officielle inversement proportionnelle à son importance quantitative en consacrant le gaélique « première langue nationale », c’est bien évidemment que l’intérêt politique du gaélique dépasse très largement le gaélique lui-même. De la même façon, mais dans une moindre mesure, si le scots d’Ulster est revendiqué comme langue minoritaire devant être traitée avec la même dignité que le gaélique, c’est bien que l’intérêt politique du scots d’Ulster dépasse le scots d’Ulster lui-même.

5Mais toute la question est évidemment de savoir quels intérêts sont en cause et quelles sont les perspectives politiques de la question linguistique en Irlande.

6Dans un premier temps, il est assez facile de savoir quelles ont été ces perspectives. En se référant à l’histoire de l’Irlande, on comprend, en effet, que bien avant sa consécration constitutionnelle en République d’Irlande, le gaélique a constitué l’un des piliers de l’identité irlandaise. Le gaélique et le combat politique pour la nation irlandaise ont donc été étroitement liés. La politisation du scots d’Ulster est un phénomène beaucoup plus récent. Il n’apparaît qu’à partir des années soixante-dix, et de façon progressive. Il est circonscrit à l’Irlande du Nord, mais lui aussi est révélateur de la charge politique que peut contenir une langue minoritaire : en l’occurrence, l’attachement au Royaume-Uni. Dans les deux cas, il est clair que la langue n’a fait que servir des enjeux politiques qui, au moins pour les plus importants, étaient déjà définis. On peut donc parler d’instrumentalisation politique du gaélique et du scots d’Ulster, sans que cela, bien évidemment, diminue l’intérêt qu’on doit leur porter.

7Mais si le gaélique et le scots d’Ulster sont étroitement couplés à des enjeux politiques, il faut alors admettre que la charge politique de ces deux langues change dès lors que les enjeux évoluent. Il faut donc se demander si ces enjeux se sont transformés pour maintenir, ou non, la grille de lecture que nous offre l’histoire de l’Irlande sur cette question. Le problème est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît.

8La question du statut de l’Irlande du Nord a évidemment été l’objet principal des différentes prétentions politiques au Sud comme au Nord. Or les nouveaux moyens légaux et légitimes que doivent désormais emprunter ces différentes prétentions politiques ont été définis dans les accords du « Vendredi Saint » signés au Parlement de Stormont le 10 avril 1998, lesquels, pour l’essentiel, ont établi un véritable code procédural applicable au règlement de la question statutaire en même temps qu’un nouveau régime de partage du pouvoir entre les deux communautés. C’est donc à travers ce prisme, et non plus à travers des notions identitaires abstraites, que les stratégies politiques en présence doivent être analysées, puisqu’une des caractéristiques processuelles des accords du « Vendredi Saint » est que l’ensemble des acteurs du conflit nord-irlandais ont accepté de s’y soumettre.

9Deux grandes interprétations de ces accords peuvent être proposées. D’après la plus courante, le règlement procédural de la question statutaire n’aurait que peu d’effets, voire aucun effet, sur la nature des prétentions politiques en présence. Suivant cette interprétation, la pacification du conflit serait une chose, les prétentions politiques en seraient une autre. Les accords du « Vendredi Saint » se limiteraient donc à « moraliser » des prétentions politiques inchangées. Dans cette optique, l’instrumentalisation politique du gaélique et du scots d’Ulster répondrait aux mêmes objectifs. Cette interprétation nous semble reposer sur une lecture extrêmement superficielle et formelle des accords du « Vendredi Saint ». Elle nous semble ignorer une dynamique politique profonde qui, dans les accords, n’apparaît qu’au second plan, et qui, pourtant, joue le premier rôle. C’est pourquoi nous proposons une autre interprétation : celle qui conduit à observer que la réévaluation des moyens légaux et légitimes d’un contentieux historique a été, en réalité, l’occasion de manifester une évolution très substantielle des prétentions politiques. On doit alors comprendre que le gaélique et le scots d’Ulster ne remplissent plus la même fonction. Qui plus est, la manière dont les acteurs du conflit ont eux-mêmes défini les moyens de régler leurs différends et de gouverner, ainsi que leur manière de mettre ces moyens en application montrent que les prétentions politiques ne sont plus si éloignées qu’on pourrait le croire. Le gaélique et le scots d’Ulster sont, comme hier, des vecteurs politiques de la première importance, mais, dans un contexte nouveau, les finalités qu’ils portent ont changé.

10Nous commencerons par observer que le gaélique et l’Ulster-Scots ont été les vecteurs linguistiques de stratégies politiques concurrentes ; nous poursuivrons notre analyse en observant que les accords du « Vendredi Saint » ont concrétisé une réévaluation des politiques linguistiques en faveur du gaélique et du scots d’Ulster, ce qui nous permettra de comprendre que le gaélique et le scots d’Ulster sont désormais les vecteurs linguistiques de stratégies politiques paradoxalement convergentes.

Le gaélique et le scots d’Ulster ont été les vecteurs linguistiques de stratégies politiques concurrentes

11Il est nécessaire de rappeler les principales étapes de l’histoire politique du gaélique et du scots d’Ulster pour comprendre en quoi ils ont été les vecteurs politiques de stratégies politiques concurrentes (pour une présentation générale, voir : Guiffan 1992, Kearney 1989, Maignant 1996).

12C’est à l’âge de fer que des Celtes appelés Gaëls arrivent en Irlande et y apportent non seulement un système politique évolué, caractérisé par la hiérarchie des rois, mais, de surcroît, (ajouter : par) un véritable culte du savoir, les druides et les poètes formant alors une catégorie sociale à part. Le gaélique résiste d’autant mieux à la christianisation de l’Irlande au Ve siècle que la société chrétienne, fondée très largement sur l’organisation monastique, permet de le protéger, et même de le diffuser. Il résiste à nouveau aux invasions des Vikings, à partir de la fin du VIIIe siècle ; nombre d’entre eux, assimilés à la société irlandaise, en deviennent des locuteurs.

13À partir de la fin du XVIIIe siècle, la célèbre victoire de Guillaume d’Orange sur Jacques II, en 1690, marque le début d’une politique de discrimination, décidée par le pouvoir protestant, envers la communauté catholique. Cette politique interdit notamment l’accès à l’instruction pour les enfants catholiques, ainsi que l’enseignement du gaélique. Le gaélique n’est plus parlé que dans des milieux sociaux miséreux dont se désintéresse le pouvoir officiel. Malgré cela, mais peut-être aussi grâce à cela, il se maintient ; même si, par la force des choses, il commence à perdre du terrain au profit de l’anglais.

14Les premiers grands théoriciens du nationalisme moderne dans les milieux protestants éclairés d’Ulster comprennent vite l’intérêt et la nécessité de remettre la culture gaélique à l’honneur pour alimenter les nouvelles revendications. C’est ainsi que la United Irishmen Society, créée en 1791, et dirigée par Wolfe Tone, assure la publication de nombreux ouvrages en gaélique, ainsi que la traduction en gaélique de nombreux ouvrages anglais. Élément remarquable : c’est en dehors de la sphère religieuse qu’apparaît l’idée de promouvoir le gaélique comme le ferment de la nouvelle nation irlandaise. Les United Irishmen préconisent en effet une république non sectaire fondée sur les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

15Même si le Gardiner’s Act de 1778 rétablit les droits fonciers au profit des catholiques, puis le droit à l’instruction de leurs enfants, le gaélique n’en reste pas moins une langue de pauvres raillée par l’élite sociale, à l’exception de la nouvelle élite protestante, acquise aux récentes théories nationalistes. Au début du XIXe siècle, la moitié de la population de l’île le parle encore, très majoritairement dans les zones les plus reculées et les plus rurales de l’île, qui constituent aujourd’hui les Gaeltacht.

16La Grande Famine de 1845, qui affecte surtout les zones les plus rurales de l’île, porte un coup fatal au gaélique : nombre de ses locuteurs périssent, et nombre d’entre eux émigrent, essentiellement aux États-Unis où ils doivent parler la langue anglaise. L’administration américaine voit d’ailleurs d’un assez mauvais œil des immigrants censément anglophones qui sont loin de l’être toujours.

17À la fin du XIXe siècle, le combat républicain s’organise. Un peu plus tard, en 1904, Griffith et Clarke créent le parti Sinn Fein avec le soutien de l’Irish Republican Brotherhood. La nécessité de politisation du gaélique est d’autant plus forte que ses locuteurs ne forment plus qu’une extrême minorité de la population, et qu’il convient d’accréditer la thèse selon laquelle le gaélique représente une unité politique perdue, même si cette thèse n’a que de très lointains rapports avec l’histoire politique de l’Irlande. Le combat linguistique correspond alors exactement au combat politique. Bien des poètes – l’Irlande en compte beaucoup parmi les plus illustres – s’emparent du gaélique pour lui redonner vie. Mais le Gouvernement britannique prend conscience de la politisation de cette langue, et commence à prendre des mesures d’interdiction. C’est ainsi que la Ligue gaélique, fondée en 1893 par Douglas Hyde, est finalement interdite en 1915.

18Le gaélique apparaît alors comme le seul moyen de fonder l’idée d’une nation irlandaise une et indivisible, et d’inscrire cette nation dans la perception d’un passé commun, certes fictif, mais dont la projection dans le présent doit créer des effets bien réels. Alors que la Révolution française s’était fondée sur l’idée d’une nation à venir, autrement dit sur une idée constructiviste du corps politique, le nationalisme irlandais, lui, se fonde sur celle d’une nation existante.

19Encore faut-il que cette idée prenne corps, et se définisse, par conséquent, par rapport à un territoire. Mais quel territoire ?

20Une première réponse nous est donnée par l’article 4 de la Constitution du 6 décembre 1922, établie en pleine guerre civile par les partisans du traité de 1921, qui avait consacré la partition de l’Irlande, déjà prévue par le Government of Ireland Act de 1920. Le gaélique y est reconnu comme « la langue nationale de l’État libre d’Irlande » alors que l’anglais y est reconnu comme « langue officielle ». Cette distinction subtile limite cependant la territorialité du gaélique au Free State, et n’emporte par conséquent aucune revendication sur les six comtés du Nord sous juridiction britannique. Autrement dit, l’adjectif « nationale » relève quasiment du jeu de mots, puisqu’il évoque l’idée de nation sans pour autant faire du gaélique la langue de la nation irlandaise, telle que se la représentent, en tout cas, les rédacteurs de la Constitution de 1922. Mais, de manière immédiate, le gaélique n’a aucune portée offensive sur les six comtés de l’Ulster administrés par la Couronne.

21La deuxième réponse nous est donnée par l’article 8 de la Constitution du 1er juillet 1937, préparée par l’ancien président d’une république théorique, futur président d’une république reconnue, et alors Premier ministre d’un Free State dont il ne reconnaît pas la légitimité, Eamon de Valera. Cet article change radicalement l’orientation politique du gaélique : « Le gaélique, en tant que langue nationale, est la première langue officielle. » Cette disposition ressemble évidemment à la première, mais en diffère sur un point capital : celui de la territorialité de la nation irlandaise. La Constitution de 1922 la circonscrivait au Free State : elle est désormais étendue par le premier alinéa de l’article 2 de la Constitution de 1937 à « toute l’île d’Irlande, les îles et les eaux territoriales qui s’y rattachent ». Autrement dit, le gaélique est théoriquement la langue officielle de l’ensemble de l’île, même si le premier alinéa de l’article 3 précise qu’« en attendant la réunification du territoire national […] les lois votées par le Parlement ont les mêmes domaines et étendue d’application que celles votées par l’État libre d’Irlande. »

22Cette souveraineté de la République d’Irlande sur l’ensemble de l’île n’est certes que théorique, mais elle a au moins deux conséquences directes sur les six comtés de l’Ulster administrés par la Couronne : d’une part, toutes les langues parlées en Irlande du Nord, à l’exception du gaélique, seule langue nationale, et de l’anglais, deuxième langue officielle, n’ont aucune valeur vis-à-vis de la Constitution irlandaise ; d’autre part, la République, maîtresse chez elle, s’arroge le droit de décider unilatéralement du statut du Nord.

23Dès lors qu’il devient synonyme de spoliation possible de l’Irlande du Nord et de la culture de la majorité de sa population, le gaélique ne peut être perçu par les loyalistes et unionistes du Nord que comme une véritable arme offensive d’assimilation politique et culturelle de l’île.

24Mais, dans un premier temps, le Nord ignore superbement l’offensive culturelle du Sud. Ses positions lui semblent suffisamment établies pour ne pas avoir à riposter sur le même mode. Plus encore, toute revendication d’une spécificité, fût-elle linguistique, eût paru contre-productive aux loyalistes et unionistes du Nord au moment du Government of Ireland Act de 1920, puisque leur principale revendication était justement le maintien de l’absence de spécificité de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni. On se souvient en effet qu’aucun député unioniste n’avait d’abord accepté de voter cette loi qui accordait une véritable autonomie politique au Gouvernement d’Irlande du Nord, au motif que l’Acte d’Union de 1800 devait rester en vigueur. On se souvient également que ce n’est qu’en contrepartie de la règle de la majorité, qui leur assurait de dominer le Gouvernement de l’Irlande du Nord, que les députés unionistes finirent, à contrecœur, par voter la loi, de laquelle était issu le traité de 1921. Il n’est donc pas interdit de dire que, jusqu’à une période que l’on peut situer au début des années soixante-dix, le scots d’Ulster pouvait éventuellement servir de repère – au sens d’une identité politique déjà existante –, mais qu’il n’avait aucune charge politique particulière – au sens d’une identité politique à préserver, et encore moins à conquérir.

25La fin des années soixante et le début des années soixante-dix consacrent un tournant décisif vers la politisation du scots d’Ulster, à l’image du gaélique au Sud. Deux raisons permettent de l’expliquer.

26En premier lieu, la communauté catholique s’organise pour protester contre toutes les discriminations dont elle est officiellement l’objet. Même si certains de ses membres y voient une occasion de nourrir le combat républicain contre l’existence même de l’Irlande du Nord, la plupart n’y voient qu’un moyen de faire respecter l’égalité de traitement. Si le Gouvernement britannique répond, dans un premier temps, par une politique particulièrement répressive, c’est bien qu’il prend beaucoup plus au sérieux la contestation « interne » du Gouvernement de l’Irlande du Nord par les manifestants que la négation « externe » de l’existence de l’Irlande du Nord par la République d’Irlande. Mais une telle politique de répression ne peut régler aucun problème, même si elle peut avoir ponctuellement quelque utilité. Pour la première fois, la communauté protestante se voit contrainte de justifier la place qu’elle occupe dans la société nord-irlandaise. Il apparaît ainsi en filigrane l’idée du scots d’Ulster comme langue authentique et traditionnelle de l’Irlande du Nord, même si personne ne sait exactement ce qu’est cette langue, même si peu d’individus peuvent prétendre la parler.

27En deuxième lieu, cette revendication d’égalité se prolonge dans le domaine constitutionnel par la remise en cause de la règle de la majorité au sein du Stormont, règle jugée trop favorable aux unionistes. En 1973, la question est déjà abordée lors de la négociation de Sunningdale. Le partage intercommunautaire du pouvoir exécutif est proposé mais, devant la victoire unioniste aux législatives de 1974 et la pression du mouvement gréviste, l’exécutif est renversé, l’assemblée dissoute et le Direct Rule rétabli. Un tournant s’opère en 1985 lors des accords de Hillsborough qui consacrent, pour la première fois, le principe selon lequel le statut de l’Irlande du Nord ne peut être modifié sans l’accord d’une majorité de ses habitants. L’accusation de traîtrise portée à l’égard du Gouvernement de Mme Thatcher par les unionistes du D.U.P. du révérend Ian Paisley est un des éléments de la prise de conscience que le statut de l’Irlande du Nord peut bel et bien changer avec l’accord du Gouvernement britannique. Il faut donc trouver un vecteur politique interne au Royaume-Uni, mais suffisamment autonome pour consolider la revendication politique unioniste. Le scots d’Ulster se trouve ainsi arrimé au combat politique, non pas comme une réponse tardive à la politisation du gaélique, mais pour trouver une riposte culturelle à l’incapacité du Gouvernement britannique de garantir le maintien pur et simple de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni.

Les accords du « Vendredi Saint » ont concrétisé une réévaluation des politiques linguistiques en faveur du gaélique et du scots d’Ulster

28La charge politique qui a pesé, d’abord sur le gaélique, puis sur le scots d’Ulster, a été largement modifiée par les accords du « Vendredi Saint » signés en 1998 (voir Hadden 1989, Sur 2001 et 2003). Rappelons brièvement que le premier effet de ces accords négociés par l’ensemble des acteurs du conflit, et endossés par la République d’Irlande et le Royaume-Uni au titre d’un engagement international, est de consacrer le principe selon lequel aucune modification du statut de l’Irlande du Nord ne pourrait s’opérer sans le consentement explicite d’une majorité du peuple de l’Irlande du Nord. Mais deux préalables étaient nécessaires : d’une part, le Royaume-Uni devait intégrer la possibilité d’un changement de statut de l’Irlande du Nord dans sa législation constitutionnelle et, d’autre part, la République d’Irlande devait abandonner sa souveraineté théorique sur l’ensemble de l’île.

29Ces deux préalables ont été respectés. Côté britannique, le Government of Ireland Act de 1920 a été abrogé afin de faire disparaître la référence explicite de la souveraineté britannique sur l’Irlande du Nord ; côté irlandais, c’est sans aucun état d’âme que les électeurs irlandais, saisis par référendum, ont approuvé à plus de 94 % des suffrages exprimés la proposition visant à abroger les articles 2 et 3 de la Constitution de 1937.

30On peut presque s’étonner qu’un des principes fondateurs de la Constitution irlandaise ait été enterré avec autant d’enthousiasme. Mais, en réalité, il ne s’agissait que d’une simple formalité puisqu’il était acquis depuis longtemps que ce principe n’était que théorique. Comme l’a remarqué notre éminent collègue de la Sorbonne, Wesley Hutchinson, la reconnaissance de l’Irlande du Nord par la République d’Irlande avait déjà été opérée depuis longtemps (Hutchinson 1997 et 2002). La visite du Taoiseach Sean Lemass au Stormont en constituait la première étape. De même, la réunion de représentants de l’exécutif nord-irlandais et du Gouvernement irlandais dans le cadre de structures officielles de négociation, comme ce fut le cas en 1973 lors de la négociation de Sunningdale, ne laissait aucun doute à ce sujet.

31En fait, les électeurs irlandais ont mis fin à une logique politique de représentation de la nation irlandaise qui prenait pour une réalité ce qui n’était fondamentalement qu’une possibilité virtuelle : la grande nation irlandaise insulaire. Il est d’ailleurs très remarquable qu’en substituant à la souveraineté théorique de la République d’Irlande le souhait d’unifier tous les peuples qui partagent l’Irlande, les nouveaux articles 2 et 3 de la Constitution irlandaise procèdent à l’exacte inversion de cette logique, puisque c’est désormais la grande nation irlandaise insulaire qui devient une simple possibilité.

32Ce changement de représentation de la nation irlandaise entraîne une conséquence capitale sur la signification politique du gaélique : l’identification du gaélique à la grande nation irlandaise est abandonnée. Autrement dit, le gaélique n’est plus pour la République d’Irlande qu’une langue à usage interne, un vecteur d’identité nationale sans aucune propension expansionniste. Retournement ou simple retour ? L’idée d’un retour est assez convaincante puisque, finalement, la Constitution de 1937 retrouve celle de 1922.

33Mais les accords du « Vendredi Saint » ne se résument pas à un code de règlement de la question statutaire. Ils prévoient également un partage du pouvoir entre les deux communautés, et donnent ainsi satisfaction à une vieille revendication nationaliste. Les accords prévoient en effet que, pour les décisions les plus importantes, comme les nominations du Premier ministre et du Vice-Premier ministre, l’accord des deux communautés est indispensable. Les décisions de moindre importance sont toujours prises à la majorité. L’abandon de la règle de la majorité qui, jusque-là, était appliquée à toutes les décisions et assurait donc le pouvoir aux unionistes, ne s’est pas fait sans mal. En 1998, David Trimble, chef du U.U.P., futur colauréat du Prix Nobel de la Paix avec M. John Hume, chef du S.D.L.P., avait fait l’objet de bien des critiques de la part de son parti ; certains membres lui reprochant même de favoriser le camp adverse. En réalité, la règle du partage du pouvoir a permis à la communauté protestante vieillissante de se prémunir contre les effets inéluctables de la progression démographique de la communauté catholique, qui lui aurait assuré, dans un futur proche, d’exercer seule le pouvoir en Irlande du Nord.

  • 3 Article 3 du Chapitre Economic, Social and Cultural Issues contenu dans le volet Rights, Safeguard (...)

34D’après ce régime, aucune communauté n’est donc en mesure d’imposer à l’autre une décision importante. Par conséquent, le partage du pouvoir est aussi favorable au maintien du gaélique qu’à celui du scots d’Ulster. Il l’est d’autant plus qu’il induit un égal respect envers les deux langues. À titre spécifique, les Gouvernements britannique et irlandais s’engagent en effet à reconnaître « l’importance du respect, de la compréhension et de la tolérance envers la diversité linguistique, qui inclut en Irlande du Nord la langue irlandaise, le scots d’Ulster et les langues des communautés ethniques3. »

35Pour autant, cette disposition ne concerne que le territoire de l’Irlande du Nord, c’est-à-dire qu’elle n’a d’effet obligatoire que sur le Gouvernement britannique. Certes, le Gouvernement irlandais a pris des engagements, a reconnu le scots d’Ulster comme langue minoritaire en Irlande du Nord, mais il n’a pris aucune disposition concernant l’Ulster-Scots sur son propre territoire dans la perspective d’une éventuelle unification de l’île. Dès lors que la procédure d’évolution du statut de l’Irlande du Nord impose le consentement du peuple de l’Irlande du Nord, mais aussi celui du peuple irlandais dans les conditions déterminées par la Constitution de 1937, on comprend qu’aucune garantie juridique ne soit offerte aux locuteurs du scots d’Ulster dans l’hypothèse d’une unification politique de l’île.

36En particulier, la République d’Irlande, contrairement au Royaume-Uni, s’est bien gardée de signer la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires qui, dans une telle hypothèse, l’aurait contrainte à reconnaître le scots d’Ulster. Il faut donc constater qu’en l’état actuel, et dans toutes les hypothèses possibles, les deux seules langues reconnues officiellement sur le territoire de la République d’Irlande sont le gaélique et l’anglais.

37Au regard de ce qui précède, on peut alors observer que les accords du « Vendredi Saint » ont permis à la République d’Irlande de se désolidariser des enjeux politiques du gaélique parlé en Irlande du Nord, et de limiter « son » gaélique à ses propres frontières. Si l’on prend en considération ce nouveau couplage du territoire et de la langue et, par conséquent, ce nouveau désintérêt envers la langue hors du territoire, on constate que la nouvelle politique linguistique de la République d’Irlande est devenue dissuasive vis-à-vis du Nord.

38Mais on peut aussi constater qu’en mettant l’accent sur l’égale dignité du gaélique et du scots d’Ulster en Irlande du Nord, le Gouvernement britannique n’a entendu favoriser aucune prétention politique par le biais de sa politique linguistique. Pour assurer une telle égalité, il n’a pas lésiné sur les moyens : création du Bureau de la langue irlandaise, création du Bureau du scots d’Ulster, signature et ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires et, plus récemment, en 2006, la loi sur l’Irlande du Nord, dite accord de St. Andrews, dans laquelle le Gouvernement local est encouragé à voter une loi de promotion et de protection du gaélique et du scots d’Ulster. Cette politique est évidemment très subtile, puisqu’elle favorise un modèle de société en face duquel la société irlandaise peut sembler plus sectaire. La République peut dissuader les unionistes parce qu’elle ne leur accorde pas. La Couronne peut retenir les nationalistes parce qu’elle leur accorde.

39Or ces deux politiques ont une conséquence commune : la régionalisation des enjeux politiques de la question linguistique en Irlande du Nord. De la même manière que les accords du « Vendredi Saint » ont provoqué une régionalisation de la question statutaire, les politiques linguistiques de la République et de la Couronne ont contribué à circonscrire le champ territorial du conflit nord-irlandais à un niveau sub-étatique pour le Royaume-Uni, et extra-étatique pour la République d’Irlande. Mais le conflit ne disparaît pas pour autant : il change de nature et de visage. Les décors classiques ont disparu, mais la scène est la même. « There’s something like a cultural war » (c’est quelque chose comme une guerre culturelle) déclarait en 2008 le Premier ministre nord-irlandais, M. Peter Robinson. Il avait probablement raison s’il voulait dire qu’une radicalisation identitaire s’était produite à l’échelle locale.

Le gaélique et le scots d’Ulster sont désormais les vecteurs linguistiques de stratégies politiques paradoxalement convergentes

40Il est clair que l’ensemble des politiques linguistiques menées en Irlande par la République d’Irlande ou le Royaume-Uni répond à une stratégie globale de positionnement dans le conflit nord-irlandais. Plus que jamais, les politiques linguistiques menées en Irlande sont plus politiques que linguistiques. Pour des raisons différentes, et par des moyens différents, le gaélique et le scots d’Ulster sont devenus les vecteurs linguistiques de stratégies politiques paradoxalement convergentes : celles qui ont permis au Royaume-Uni et à la République d’Irlande de se désinvestir de la charge culturelle du conflit nord-irlandais.

41En effet, aucun des deux États ne veut plus être partie prenante dans le conflit, fût-ce symboliquement. Sur un plan purement historique, il peut sembler paradoxal que la République d’Irlande ait été la figure de proue d’une telle politique ; en réalité, il y a bien longtemps qu’elle n’a plus aucune revendication territoriale sur le Nord. Il suffit, pour s’en persuader, de constater la totale indifférence de la société irlandaise envers les affaires du Nord. Lorsque l’Irlande était encore un pays très pauvre, le Nord pouvait représenter une source d’enrichissement ; il ne représente plus aujourd’hui, pour le Sud, qu’une source d’ennuis.

42La réalité politique, c’est que, de manière pacifique, nuancée, mais néanmoins significative, le Gouvernement irlandais a montré qu’il n’était pas seulement indifférent aux affaires du Nord, mais qu’il était aussi hostile à une perspective d’unification de l’île. De fait, il n’a pas manqué une occasion de renforcer le vecteur d’identité nationale que constitue le gaélique, renforçant ainsi, par là-même, la spécificité de la société irlandaise par rapport à la nord-irlandaise. Par exemple, en 2003, le Parlement de Dublin a adopté une loi, la OLA (Official Languages Act), pour accentuer la place du gaélique dans la société irlandaise.

43La principale conséquence des politiques linguistiques menées en Irlande du Nord est de reléguer l’attachement à la langue – jadis synonyme d’attachement à une idée de la nation – à un simple attachement communautaire dans un cadre géographique déterminé. Cette évolution est évidemment capitale, puisqu’elle établit apparemment de nouveaux mécanismes d’identification qui semblent plus réducteurs que les précédents. Donc, en théorie, deux hypothèses se présentent : ou bien l’abandon des référentiels nationaux produit une crispation communautaire ; ou bien, au contraire, elle incite à en produire de nouveaux.

44La socialisation du conflit nord-irlandais, entraîné par sa dépolitisation partielle et la suppression des référentiels nationaux, est un phénomène dont on peut percevoir les échos dans une nouvelle forme de violence sociale. Toutefois, ce phénomène ne saurait être exagéré, puisque l’Irlande du Nord est justement l’un des rares contextes où l’organisation communautaire a préexisté à une telle évolution. C’est peut-être, et de manière encore paradoxale, ce qui fait aujourd’hui sa force, puisqu’elle ne saurait vouloir pour l’avenir ce qu’elle a déjà durement expérimenté.

45Tout ce que l’on sait aujourd’hui, c’est que le destin politique et l’identité culturelle de l’Irlande du Nord ne dépendent que de la pérennité de l’actuel processus de paix. S’il réussit, comme bien des signes encourageants permettent de le penser, l’Irlande du Nord ne pourra que maintenir l’égale dignité du gaélique et du scots d’Ulster et, peut-être même, en faire un principe fondateur d’un nouvel État nord-irlandais. S’il échoue, comme dans l’hypothèse plausible d’une arrivée au pouvoir du Sinn Fein et d’une opposition unioniste et loyaliste radicale, le risque est alors très important que l’antagonisme communautaire se focalise sur le critère linguistique. Mais, de toute façon, le Royaume-Uni et la République d’Irlande ont déjà choisi de ne pas en subir la charge. Les Irlandais du Nord sont donc seuls, séparés, divisés, mais ils vivent sur une terre de paradoxes : c’est dire à quel point leurs chances de réussite sont grandes.

Bibliographie

Références bibliographiques

Guiffan Jean (1992), Histoire de l’Irlande, Paris, Hatier.

Hadden Tom, Boyle Kevin (1989), The Anglo-Irish Agreement: Commentary, Text and Official Review, London, Sweet & Maxwell.

Hutchinson Wesley (1997), La Question irlandaise, Paris, Ellipses.

---- (2002), « La langue irlandaise en Irlande du Nord : vers une possible neutralité ? », Hérodote, no 102, pp. 142-153.

Kearney Hugh (1989), The British Isles : A History of Four Nations, Cambridge, Cambridge University Press.

Maignant Catherine (1996), Histoire et civilisation de l’Irlande, Paris, Nathan.

Sur Emmanuel (2001), « Les accords du “Vendredi Saint” et la nouvelle Irlande du Nord : Repères constitutionnels d’une paix fastidieuse », Politeia – Les cahiers de l’Association Française des Auditeurs de l’Académie Internationale de Droit Constitutionnel, vol. 1, pp. 57-66.

---- (2003), « Une autonomie nouvelle en Irlande du Nord », dans Lavroff Dmitri-Georges (dir.), La République décentralisée, Paris, L’Harmattan, pp. 121-146.

Notes

1 Sources : Conseil de l’Europe ; Department of the Taoiseach ; Northern Ireland Department of Culture, Arts and Leisure.

2 Zones géographiques essentiellement réparties sur la côte ouest de l’Irlande, où le gaélique est considéré comme la langue dominante.

3 Article 3 du Chapitre Economic, Social and Cultural Issues contenu dans le volet Rights, Safeguards and Equality of Opportunity.

Auteur

Juriste, maître de conférences, Université de Bordeaux (Faculté de Droit et Science politique), CRDEI.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search