Version classiqueVersion mobile

Identifier et catégoriser les langues minoritaires en Europe

 | 
Joan Busquets
, 
Sébastien Platon
, 
Alain Viaut

L'exemple irlandais et les pôles paradoxaux de l'identité linguistique

Les langues « parlées » en Irlande : territoire, écritures, lecture et discours

Languages ‘spoken’ in Ireland: Territory, Writing, Reading and Discourse

Martin Walton

Résumé

Afin de comprendre la situation actuelle de cette langue minoritaire co-officielle avec l’anglais, il convient d’étudier son évolution dans la société irlandaise au cours des siècles. Celle-ci se caractérise par un rapport paradoxal du XIIe siècle à nos jours entre la réalité linguistique vécue par les locuteurs et l’évolution de l’écriture, au sens strictement graphique, mais aussi religieux, administratif et juridique.
Ainsi, la christianisation de l’Irlande s’est faite par l’apprentissage du latin qui a permis l’établissement d’un système graphique de l’irlandais. Par la suite, dans un souci de propagande religieuse, malgré l’interdiction de l’usage de l’irlandais dans la vie commerciale et administrative, la traduction des textes religieux a persisté, parfois même avec le soutien appuyé du pouvoir britannique.
Or, si la langue écrite s’est maintenue, elle reste cantonnée à un domaine restreint et n’est pas lue par tous les irlandophones. On peut regretter le manque de supports pédagogiques et de publications en irlandais. L’inexistence de traductions de grands textes de la littérature mondiale en irlandais montre que pour les irlandophones, ces textes doivent être lus en anglais. Si la notion de modèle peut être utilisée pour parler de la préservation de l’irlandais, il est nécessaire de tenir compte de son contexte politique unique : sa promotion est liée, depuis le XXe siècle, au processus de paix en Irlande du Nord.

Texte intégral

  • 1 Central Statistics Office (CSA) (2006), Irlande : recensement 2006, tableau 35.

1Comment décrypter la minorisation actuelle de l’irlandais ? Langue première en Irlande jusqu’au XVIIe siècle, et langue maternelle pour plus de la moitié de ses 7,5 millions d’habitants au début du XIXe siècle, elle se verra en 1911 réduite à moins de 600 000 locuteurs, dont seulement 16 973 unilingues (Crowley 2006). Mais encore, comment jauger les tentatives pour la restaurer en tant que langue déclarée « officielle » et « nationale » depuis l’indépendance du pays en 1922 ? Le dernier recensement en 2006 affiche, sur une population totale de 4,2 millions, seulement 53 471 personnes qui la parleraient « tous les jours » alors que, dans ce même recensement, 1,7 million déclare en avoir acquis une compétence « orale », celle-ci restant toutefois indéterminée et relevant sans doute pour la plupart, d’une langue obligatoire apprise à l’école1.

2S’il convient d’apprendre à partir de ce qui constituerait, pour McCloskey (2005 : 74), un premier « modèle de combat » tenté contre l’extinction menacée d’une langue, alors faudra-t-il essayer d’éclairer ce « combat » en esquissant l’évolution de la politique linguistique en Irlande aux périodes clés de son histoire. Au-delà d’un aperçu des conditions de vie attestées chez les habitants de l’île et leurs pratiques linguistiques, il en ressortira de notre corpus, en quatre prises de vue, juridique, cartographique, ecclésiastique et « typographique » depuis le XIIe siècle jusqu’à nos jours, quelques nouvelles pistes de réflexion cherchant à expliquer la situation minoritaire de la langue irlandaise aujourd’hui. En effet, s’agissant de lire des écritures, textes ou chiffres, il ne suffira pas d’en faire « une » lecture de leur discours implicite ou de mieux distinguer leurs « auditeurs » et « lecteurs », mais encore faudra-t-il tenir compte du rôle déterminant de « la » lecture elle-même pour ces « locuteurs » de langues « parlées » en Irlande ; aspect qui, comme nous le constaterons dans la lente configuration du territoire linguistique actuel, sera aussi problématique que texte juridique ou discours politique.

Texte juridique en territoire plurilingue : savoir de l’alphabet et du manuscrit

  • 2 Par Lionel, duc de Clarence, fils cadet du roi Édouard III et envoyé dans la « Seigneurie d’Irland (...)

3Notre premier texte juridique, extrait de l’article 3 des Statuts de Kilkenny promulgués2 en 1367 est assez révélateur. Non seulement parce qu’il interdit explicitement aux « Anglais » vivant en Irlande d’« utiliser » la langue irlandaise, mais surtout parce qu’il fut rédigé non pas en langue anglaise mais en français hiberno-normand (appelé le plus souvent, anglo-normand) :

  • 3 Traduit par Martin Walton à partir de la traduction en anglais par Dolan (1991 :142) et du texte d (...)

Il est aussi ordonné et établi que chaque Anglais utilise la langue anglaise et soit nommé par un nom anglais, en laissant de côté entièrement la manière de nommer utilisée par les Irlandais ; et que chaque Anglais utilise, à l’anglaise, coutume, mode, manière de monter à cheval et habillement anglais, selon son rang, et si un Anglais ou Irlandais vivant parmi les Anglais, utilise la langue irlandaise entre eux, contraire à cette ordonnance, que ses terres et ses tenanciers, s’il en possède, soient saisis et intégrés dans les terres de son seigneur hiérarchique immédiat, jusqu’à ce qu’il viendra à un des lieux de notre Seigneur le Roi où il trouvera sûreté suffisante pour adopter et utiliser la langue anglaise, et alors il aura la restitution de ses dites terres, par un décret écrit émanant du Lieu-dit […]3.

4Ainsi, s’il semble vouloir donner l’impression qu’il n’existe à cette époque que deux langues en Irlande, l’irlandais et l’anglais, ce texte juridique atteste justement par sa langue de rédaction, d’une réalité toute autre. En effet, à la fin du XIIe siècle en Irlande, on parlait déjà quatre langues :

  • l’irlandais, langue (maternelle) de toute la population indigène ;
  • le latin, langue (seconde) des ecclésiastiques et des classes dirigeantes ;
  • le franco-normand, langue (maternelle) des classes dirigeantes (religieuses ou laïques) ;
  • l’anglais, langue (maternelle) de leurs serviteurs.
  • 4 Traduit par Martin Walton à partir de la traduction en anglais de Hardiman (1843) : texte original (...)

5Les termes précis de ce texte qui proscrivent aux classes dirigeantes (« solonc son estat ») notamment de « parler » la langue irlandaise (« entre eux-mesmes ») dans la vie courante et commerciale (« conversant entre Engleys »), témoignent, non seulement, de l’écart entre langues « écrites » et langues « parlées », mais surtout de ce qui s’était passé réellement en Irlande pendant toute cette période dite « anglo-normande » : une véritable « naturalisation » des descendants des conquérants. Mais encore, la dernière partie de cet article 3 viendra éclairer les obscures coulisses d’une époque ancienne où, depuis le schisme en 1054, s’opposent les deux pôles ecclésiastiques de Rome et de Constantinople pour s’arracher une souveraineté céleste avec, en toile de fond, des territoires suzerains en Europe où, empereur ou pape, roi ou évêque, seigneur ou abbé, chacun rivalise pour défendre ou agrandir son influence territoriale. S’y illustrent surtout les « particularités » de l’Église irlandaise, plutôt monastique depuis la christianisation du pays au Ve siècle : « et aussi, que les bénéficiers de la Sainte Église, vivant parmi les Anglais, utilisent la langue anglaise […] et qu’ils aient un répit pour apprendre la langue anglaise, et d’y pourvoir, d’ici la fête de St Michel prochaine4. »

6En effet, une profonde transformation des cartes linguistiques et des « écritures » avait commencé longtemps avant les conquêtes normandes, d’abord en Angleterre dès 1066 et, ensuite, en Irlande dès 1169 sous le roi angevin Henri II d’Angleterre, époux d’Aliénor d’Aquitaine. Si les abbayes en Irlande sont des lieux d’évangélisation et de prière, elles sont surtout des centres d’« alphabétisation ».

7Si au Proche-Orient les premières écritures pictographiques vont évoluer d’abord en cunéiformes mésopotamiens ou en hiéroglyphes égyptiens, le répertoire de milliers de symboles nécessitera un long apprentissage car, sans entendre « intérieurement » les sons des signes qui représentent la parole, le lecteur ne pourra pas les lire. L’accélération apportée par l’écriture araméenne, cursive et plus pratique, sera accrue par le répertoire restreint de 22 consonnes phéniciennes qui, utilisées d’abord par les marchands syriens, serviront aux Grecs pour créer un véritable « alphabet » comportant aussi de voyelles. Comme l’observe Foucault : « Avec l’écriture alphabétique, en effet, l’histoire des hommes change entièrement. Ils transcrivent dans l’espace non pas leurs idées mais les sons » (Foucault 1966 : 128).

8De même, en Irlande où l’ancien alphabet « oghamique » (fig. 1) sera supplanté par une variante de l’alphabet latin, le Cló Gaelach, la fonction des anciens producteurs de signes pour enregistrer leur narratif du ciel et du temps en tant qu’astrologue, druide ou barde, sera occupée désormais par les ecclésiastiques, nouveaux « savants » monastiques, désormais « lecteurs » des écritures sacrées et traducteurs de langues anciennes.

  • 5 Sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vieil_irlandais#Les_oghams

Figure 1 – Alphabet « oghamique » des Celtes5

Figure 1 – Alphabet « oghamique » des Celtes5
  • 6 Voir De Paor L. (1993, 1996), sa traduction en anglais du texte en latin de Beier L. (ed.) (1952),(...)

9La christianisation de l’Irlande à partir de la fin du IVe siècle apporte surtout une première véritable « alphabétisation » de l’irlandais. D’où le rôle inséparable du « livre » et l’apport primordial au « converti » de l’alphabet, dont on peut observer de nombreux exemples dans les textes sur la vie de St. Patrick ou d’autres évangélisateurs des Irlandais. Ainsi, dans son rêve, c’est bien par la lecture d’une « lettre » (apportée par Victoricus, ange ou facteur céleste) que Patrick reçoit l’appel de la « Voix du peuple irlandais » de venir les baptiser6. Ou encore, dans ses récits des Collectanea datant du VIIe siècle, où l’évêque irlandais Tírechán décrit le voyage en Irlande de St. Patrick, on constate que l’écriture est indissociable de l’évangélisation :

  • 7 Traduit en français par Martin Walton à partir De Paor L. (1993, 1996) : « Patrick came to Selc [b (...)

Patrick est venu à Selc où les fils de Brion avaient leurs édifices. Ils ont campé sur les remparts de Selc et y ont fait leur lit et leur siège parmi les grosses pierres. Sa main a écrit des lettres sur les pierres lesquelles nous avons vu aujourd’hui de nos propres yeux (166).
Patrick écrivit un alphabet pour Óengus le jour où Senachus fut baptisé (168).
Un certain homme, du nom de Macc Dregin, avec ses sept fils païens, vint lui demander le baptême de Dieu. Patrick le bénit et choisit un parmi ses fils, nommé Macc Ercae, écrivit pour lui un alphabet et le bénit avec la bénédiction d’un prêtre (171).
Et il vint à Muirisc à la demeure de Brón fils d’Icne, et il bénit son fils, c’est-à-dire, l’évêque Macc Rime. Ils écrivirent un alphabet pour lui et pour l’évêque Muirethach, qui était sur la rive du fleuve Braith (172)7.

  • 8 Ibid. : 14-15.

10Les abbayes en Irlande, érigées en réseau contre l’ancien ordre celtique où le savoir se transmet en secret et plutôt à l’oral, seront surtout des « écoles de langues ». En précurseurs de nos bibliothèques ou universités, elles permettent à chacun et à chacune d’y apprendre le latin et le grec, langues « internationales » à l’époque. Ces deux langues « officielles » sont en concurrence pour dominer l’empire romain depuis sa division administrative en Ouest et Est sous l’empereur Dalmatien (244-311) et la transformation, sous l’empereur Constantin Ier (272-337) de la ville grecque de Byzance en Constantinople, nouvelle Rome et nouvelle capitale de l’empire8.

11L’apprentissage de la lecture du latin donne accès « gratuit » non seulement aux textes sacrés et à la connaissance du monde, mais aussi, pour la première fois, à la lecture et à l’écriture de sa propre langue irlandaise. Comme l’attestent les gloses sur les vestiges manuscrits de cette époque, des citations des textes bibliques traduits en irlandais désignent l’existence déjà d’une traduction « conventionnelle » de la Bible, au moins à l’oral, chose courante en Orient mais très exceptionnelle à l’époque en Europe (Watkins 2005 : 45-6). L’irlandais serait donc déjà en concurrence directe avec le latin, langue officielle de « lecture du ciel ».

12D’où l’importance de ces abbayes qui rayonnent autant par leur érudition écrite que par leurs vastes territoires acquis, ainsi que par le statut particulier de l’exception privilégiée qui, dans l’article 3 ci-dessus, est accordée aux ecclésiastiques pour qu’ils « apprennent » l’anglais. Dans une lettre qui reste introuvable et qui est contestée, connue sous le nom de « bulle Laudabiliter », Adrien IV, seul pape d’origine anglaise, aurait attribué à Henri II d’Angleterre la suzeraineté de l’Irlande en 1155.

13Serait-ce dans un souci d’uniformiser l’Église romaine et de rapprocher les pratiques ecclésiastiques irlandaises aux aires européennes influencées par Rome auquel, par ailleurs, l’Église irlandaise n’avait jamais envoyé son dû, la dîme connue sons le nom de « Peter’s Pence » ? En tout cas, les effets de cette bulle papale donnant aux rois angevins le titre de « Seigneur d’Irlande » seront confirmés par le pape Alexandre III, de même que les évêques irlandais convoqués au synode de Cashel en 1172 y auraient accepté d’intégrer la liturgie et les pratiques administratives de l’Église anglaise. Par ailleurs, comme pour souligner les enjeux de l’époque, les canonistes anglais, lors du Concile de Constance en 1417, se disputant avec les canonistes français quant à leur préséance en tant que nation « plus ancienne », rappellent justement le transfert aux Anglais de cet ancien « royaume d’Irlande », prérogative ordonnée et précisée au Concile de Lyon en 1255 :

  • 9 Traduit par Martin Walton à partir de : « that, the world being divided into three parts, Europe, (...)

que, le monde étant divisé en trois parties, l’Europe, l’Asie et l’Afrique, l’Europe était repartie en quatre royaumes ; à savoir, en premier, le romain ; deuxième, le constantinopolitain ; troisième, l’irlandais, lequel est maintenant transféré aux Anglais ; et quatrième, le royaume d’Espagne : d’où il est manifeste que le Roi d’Angleterre et son royaume sont parmi les plus éminents et les plus anciens de toute l’Europe ; prérogative que le royaume de France n’est pas déclaré tenir9.

14Toutefois, le nouveau partage féodal du territoire ecclésiastique va peu marquer le territoire linguistique. Comme l’affirme Warren (1997), Henri II et son fils Jean (« Sans Terre »), promu « seigneur d’Irlande » (1185-1199) avant de devenir roi d’Angleterre (1199-1216), auraient considéré de manière plutôt égale leurs sujets en Irlande, Irlandais ou Normands. Finalement, la politique ecclésiastique des rois angevins, s’agissant d’une interférence minimale, se distingue radicalement de celle plus « colonialiste » des Tudors plus tard. En Angleterre, le « français » (franco-normand) étant la langue maternelle des conquérants, le roi et les membres de sa cour n’adopteront l’anglais comme langue seconde que vers la fin du XIIIe siècle. Ce ne sera qu’un siècle plus tard, sous le règne d’Henri IV d’Angleterre (1399-1413) dont la première langue fut l’anglais, que le français y verra son véritable déclin.

15En revanche, en Irlande, le « français » allait vite céder la place à l’irlandais au cours du XIIIe siècle, les descendants des envahisseurs franco-normands ayant rapidement adopté la langue irlandaise et même la culture du pays. En effet, à la fin du XIVe siècle, les Statuts de Kilkenny témoignent du fait que, en Irlande, la langue « française » est déjà en sérieux déclin comme langue parlée, même si elle persistera comme langue écrite à toute fin juridique, municipale et commerciale, ainsi que pour les actes de Parlement jusqu’à 1472, où, sauf exception, ce fut le latin, toujours langue savante, qui s’employait, et non l’anglais.

16Ces interdictions confirment aussi une alarmante « gaélicisation » que cherchera à combattre le roi Édouard III d’Angleterre, mais sans grand succès si l’on peut en juger des cartes (fig. 2 et 3) qui représentent les divisions des territoires en 1300 entre les Normands (en gris) et les Irlandais natifs (hachures), et encore, en 1450, entre les Irlandais natifs (hachures), les « Anglo-irlandais » (gris clair) et le roi d’Angleterre (gris foncé) :

Figure 2 – Territoires anglo-normands en 1300

Figure 2 – Territoires anglo-normands en 1300
  • 10 Sources : www.irelandstory.com.

Figure 3 – Territoires anglo-normands en 145010

Figure 3 – Territoires anglo-normands en 145010

17Pour confirmer ces illustrations cartographiques qui attestent chez les Irlandais natifs d’une étonnante capacité d’assimilation, on trouve dans les archives municipales de Waterford (1492-93), une autorisation d’utiliser l’irlandais aux tribunaux :

  • 11 Traduit par Martin Walton à partir de : « Also, in the said day and year, it was enacted that no m (...)

Aussi, en cette même année et au même jour, l’acte était promulgué qu’aucune catégorie d’homme, ni homme libre ni étranger, ni habitant de la ville ni de ses environs, ne pourra plaider ni défendre en langue irlandaise contre un autre homme devant les tribunaux, mais que tous ceux ayant des affaires à administrer aux tribunaux, auront un homme capable de parler anglais pour déclarer son affaire, sauf si l’une des parties était native de ce pays ; dans ce cas-là, tout tel habitant sera libre de parler irlandais11.

18Un nouvel acte d’Henri VII cherchant, en 1495, à « confirmer » les Statuts de Kilkenny, viendra justement exempter ces interdictions de la langue irlandaise :

  • 12 Traduit par Martin Walton à partir de : « that it be ordained, enacted and established by authorit (...)

[…] qu’il soit ordonné, promulgué et établi par l’autorité de ce Parlement ci-présent, que tout et chacun des statuts ci-mentionnés (exceptés uniquement ceux qui veulent que chaque sujet monte en selle, et ceux qui relèvent de la langue irlandaise) soient autorisés, approuvés, confirmés et considérés bons et effectifs en droit12.

19Ainsi, ce texte juridique vient « réécrire » une réalité qui appartient plutôt aux « locuteurs » irlandais qu’aux « lecteurs » du texte précédent rédigé en franco-normand. Cette relative « bonne santé » de la langue irlandaise va persister jusqu’au XVIe siècle, là où sera renforcée sous les Tudors la nouvelle cartographie administrative de l’île avec les premières « implantations » permettant aux protestants loyaux d’Angleterre, du Pays de Galles et de l’Écosse, de s’établir en Irlande sur des territoires occupés jadis par la population native irlandophone.

Carte juridique et nouveaux termes territoriaux : conditions générales des « locataires »

20Notre deuxième aperçu au début du XVIIe siècle, nécessite auparavant de mettre en avant certaines notions que révèlent la nomenclature et les noms historiques employés pour la division des territoires en Irlande. En effet, si la cartographie ancienne, depuis Ptolémée, partageait l’île selon le nom de ses tribus, apparaît dès la conquête anglo-normande, une nouvelle nomenclature administrative avec ses divisions « juridiques » en « province » et en « comté ».

Figure 4 – Carte des anciennes tribus d’Irlande (xviie siècle)

Figure 4 – Carte des anciennes tribus d’Irlande (xviie siècle)

Source : Hollar Digital Collection, p. 681, avec la gracieuse permission du Thomas Fisher Rare Book Library, Université de Toronto.

Figure 5 – Carte des 4 « provinces » modernes

Figure 5 – Carte des 4 « provinces » modernes

21D’abord le terme « province » : l’île d’Irlande se partage aujourd’hui en 4 « provinces », terme adopté dès l’empire romain : à l’Est, le Leinster (1) ; au Sud, le Munster (2) ; à l’Ouest, le Connaught (3) et au Nord, l’Ulster (4). Or l’ancienne division de l’île en langue irlandaise comportait cinq grands territoires qui représentent les 5 anciens royaumes avant la conquête normande : d’où le terme utilisé en irlandais, « cúige », qui signifie « cinquième part », que l’on utilise en langue irlandaise même aujourd’hui pour nommer chacun des quatre territoires modernes, appelés en anglais « provinces ».

22En effet, ces cinq « parts », ou « royaumes » anciens, représentent des territoires « tribaux » chacun ayant son « roi » ou chef élu dans un système hiérarchique de castes régies par les anciennes lois de Brehon (Brehon Laws). Cet ancien « code civil », ou plutôt cumul de jurisprudence séculaire, est exercé par des « juges », en irlandais « breithiúna » (brune) depuis l’époque celtique et préchrétienne. La pratique de ces anciennes lois, même si elles seront en conflit avec le droit canonique et avec les lois féodales, va survivre en Irlande jusqu’au XVIe siècle. La cinquième « province » fantôme fut l’ancien royaume de Midhe (en anglais, Meath), site de Tara, siège de l’ancien « árd rí » (roi supérieur) d’Irlande, située au centre de l’île : elle fait partie aujourd’hui des 12 « comtés » du Leinster.

23Quant au terme « comté » : les premiers « comtés » en Irlande datent du roi angevin Henri II. Comme pour les célèbres comtés « palatins » (en anglais, earldom) déjà créés en Angleterre, tels que Chester, Durham et Lancaster, le « comte » (en anglais, earl) en Irlande avait autant de pouvoirs régaliens que le « roi dans son palais » (d’où le terme « palatin » venant du latin pallatio). À l’origine de cette délégation de pouvoir royal fut, bien sûr, l’incapacité du roi d’établir une administration efficace dans tout son royaume :

  • 13 Traduction Martin Walton à partir de Falkiner Litton (1904 : 110) : « In the case of England, wher (...)

Dans le cas de l’Angleterre où l’autorité centrale était forte, les palatinats étaient limités aux régions des marches ou des frontières, comme le Chester à la frontière galloise et le Durham aux frontières écossaise et northumbrienne. Dans le cas de l’Irlande, la Couronne n’ayant pratiquement aucune autorité sur l’intérieur de l’île, la politique d’Henri II était de remettre le pays à Strongbow et à ses partisans, avec des pouvoirs quasi-identiques que ceux de la Couronne, sauf pour toute concession de terres soumises à l’Église. Seules les villes côtières et leurs territoires voisins furent réservés au souverain. Et ce fut uniquement dans ces territoires-là que, pendant longtemps, l’autorité des rois anglais pouvait diriger de manière forte13.

24Cette délégation du pouvoir royal, selon le terme parlant de « liberté », s’appliquera d’abord à trois des cinq « provinces » : au Leinster, à l’Ulster et au Meath. Comme l’atteste le Statut 25 d’Édouard Ier, la juridiction d’« une seule liberté » recouvre la « communauté entière » du Leinster, accordée d’abord à Strongbow (Richard de Clare), Justiciar d’Irlande (1130-1176) et ensuite à son beau-fils, William Marshal, comte de Pembroke, qui deviendra Régent en Angleterre pour Henri III. Plus tard, la division du Leinster parmi les cinq héritières de Marshal en cinq « comtés » (le Carlow, le Kilkenny, le Wexford, le Kildare et le Laois) donnera à chacune les mêmes pouvoirs régaliens (Litton Falkiner : 110). La féodalisation du pays en « comtés », chacun avec ses « libertés », se poursuivra pendant toute la période anglo-normande. Toutefois, les frontières de chaque territoire resteront floues, selon le sort des héritiers du titre. Un « comte » peut donc régner sur la moitié d’une « province », comme en témoignent les appellations des énormes territoires contrôlés en 1450 (en gris clair dans la carte en fig. 2) par les deux grandes familles anglo-normandes : celle des Butler (à l’origine, de Bouteiller) deviendra comte d’Ormond (en irlandais, oir Mumhan, le Munster de l’est) ; et celle des Fitzgerald (à l’origine, fils de Gérald) deviendra comte de Desmond (en irlandais, deas Mumhain, le Munster du sud) qui donnera son nom à un « comté » distinct, « le Desmond », territoire disparu aujourd’hui entre les comtés actuels du Cork et du Kerry à l’extrême sud de l’île.

  • 14 Voir Crowley (2000) p. 23 : An Act for the English Order, Habit and Language, 1537.

25C’est sans doute en partie grâce à cette autonomie régalienne que, jusqu’au XVIe siècle, les « comtes » anglo-normands vont vivre en cohabitation avec la population native au point d’assimiler les pratiques locales et même leur langue. Ainsi, dans les Documents d’État d’Irlande (State Papers), on découvre lors de la proclamation en anglais au Parlement de Dublin (1541) donnant à Henri VIII d’Angleterre le titre de « Roi d’Irlande », que seul le comte d’Ormond, parmi tous les parlementaires héritiers des anciennes familles anglo-normandes, sera capable de comprendre l’anglais et devra la traduire en irlandais pour ses paires (Dolan 1991 : 143). Cela va directement à l’encontre de l’acte promulgué en Irlande quatre années auparavant par le même roi qui imposait la langue anglaise « de façon continuelle (sans cesser ni revenir à la langue ou tenue irlandaises) » sous peine d’être accusé de trahison14. Par ailleurs, cette répétition d’interdiction juridique de la langue irlandaise atteste à nouveau de l’incapacité du pouvoir précédent de faire face au territoire linguistique « dicté » encore par les locuteurs eux-mêmes, désormais Irlandais et Anglo-irlandais.

  • 15 Moryson, Fynes (1566-1630), secrétaire privé du Lord Mountjoy qui fut vice-roi en Irlande sous Éli (...)

26De même, au début de XVIIe siècle, la description que nous donne l’observateur privilégié, Fynes Moryson, dans son « itinéraire » en Europe et en Irlande (1591-1603), vient attester de l’usage toujours répandu de la langue irlandaise15. Malgré le débit impudemment colonialiste de ses récits, on y trouve de précieux détails concernant la cartographie juridique de l’île ainsi que les pratiques féodales et ecclésiastiques à cette époque, mais surtout pour ce qui concerne les pratiques linguistiques de ses habitants. En véritable voyageur connaissant la nouvelle science de la Renaissance, Moryson commence sa « Description » de cette île « célèbre » dans la mer « virginienne », en précisant le carré de ses coordonnées géographiques qui s’étendent de 4 degrés de longitude par 4 degrés de latitude, mais aussi une liste de « comtés » pour chacune des cinq provinces où on remarquera déjà de nombreuses différences par rapport à la carte moderne.

  • 16 « The little town, Holy Cross, in the county of the same name, hath many great privileges » (Morys (...)

27Ainsi, la « province » du Munster comportait alors un comté qui s’appelait le Holy Cross (Sainte Croix), dont la petite capitale du même nom, pour reprendre les termes laconiques de Moryson, « a maints grands privilèges16 ». L’auteur ne précise pas que, derrière ce comté fantôme dont personne ne parle aujourd’hui, se dresse une abbaye abritant au moins une relique de la sainte croix (d’où son nom, Holy Cross), laquelle fut un haut lieu de pèlerinage au Moyen Âge (Fennessy 2000). Cette abbaye survivra jusqu’à 1633, sans doute sous la protection de la puissante famille Butler, comte et ensuite duc d’Ormond et Lord-lieutenant d’Irlande. En devenant « prévôté » (sous l’autorité d’un prévôt laïc) en 1534, elle échappera à la suppression officielle des monastères par Henri VIII en 1536, mais non pas à la confiscation de ses terres par Élizabeth Ière qui les donne au duc d’Ormond, ni à la destruction pendant les guerres impitoyables de Cromwell au XVIIe siècle. Finalement, classée monument national en 1896, elle sera restaurée grâce à une législation exceptionnelle du Parlement irlandais en 1969. Quant à la juridiction médiévale du « comté » du Holy Cross, elle survivra jusqu’à 1715 où un statut sous Georges Ier y mettra fin en l’intégrant dans le comté actuel de Tipperary (Little Falkiner 1904 : 134).

28Le sort emblématique de cette abbaye, comme de son comté fantôme, relève finalement de l’évolution de l’ancien système hiberno-normand en une nouvelle juridiction imposée à un peuple qui vit, au début du XVIIe siècle, en conditions de véritable esclavage, comme le révèlent les récits de Moryson. Selon lui, l’île se divise entre les « Irlandais sauvages » (Wild Irish) et les « Anglais-Irlandais » (English-Irish) ou Anglo-irlandais qui habitent dans le « Pale » (du latin, pallus, rempart, d’où le mot « palissade »), région fortifiée autour de Dublin, censée être sous le contrôle réel de Londres à l’époque. Or son récit atteste non seulement des difficultés des « juges itinérants » pour administrer leur nouvelle juridiction où, dans les tribunaux, loi « commune » (Common Law) est en lutte contre la loi « Brehon », mais aussi (au-delà de l’apparition de l’espagnol, langue des nouveaux alliés étrangers) de la résistance de l’irlandais qui demeure la langue utilisée partout, et même, malgré les premières implantations, dans l’Ulster :

  • 17 Traduit par Martin Walton à partir de Moryson (Moryson 1603 : 262) : « myself and others often obs (...)

nous avons observé souvent, moi-même et d’autres, que […] lorsque les juges itinérants faisaient leur circuit à travers le royaume chaque semestre pour tenir les cours d’assises, peu de gens, non, même pas les jurés, pouvaient parler anglais, et dans les séances similaires dans l’Ulster, tous les gentilshommes et gens ordinaires (à l’exception de l’entourage des juges) et même les jurés traitant de la vie et de la mort et de tous les procès en droit, parlent communément irlandais, beaucoup parlent espagnol, et peu ou aucuns ne pouvaient ou ne voulaient parler anglais17.

29Quant aux « Anglais-Irlandais » (English-Irish), Moryson déplore que ces vieilles familles anglo-normandes soient tellement « dégénérées » à travers leur mariage avec les Irlandais, qu’elles aient non seulement adopté la façon irlandaise de s’habiller mais aient même changé leur nom de famille en irlandais et que, « contrairement à la loi », elles utilisent la langue irlandaise laquelle est devenue manifestement outil efficace de résistance :

  • 18 Traduit par Martin Walton à partir de Moryson (ibid.) : « Again, contrary to the said laws, the Ir (...)

Or la loi pour étendre la langue anglaise en Irlande fut toujours interrompue par des rébellions, et beaucoup plus par les sujets mal-affectionnés, tant qu’au moment dont j’écris, les purs Irlandais dédaignaient d’apprendre ou de parler la langue anglaise, mais encore, les Anglais-Irlandais et mêmes les citoyens (sauf ceux de Dublin où réside le Lord-député), bien qu’ils sachent parler anglais aussi bien que nous, toutefois parlent habituellement l’irlandais entre eux, et ne furent à peine persuadés par notre conversation familière de parler anglais avec nous18.

  • 19 Traduit par Martin Walton à partir de Moryson (ibid. : 246-247) : « These lords, challenging all t (...)

30Il est par ailleurs intéressant d’observer que, tout en s’étonnant de l’« obéissance » de ces « mere Irish » (au sens ancien de « purs » Irlandais, et non pas d’« insignifiants ») envers leurs maîtres, Moryson lui-même déplore le pouvoir absolu de ces seigneurs « anglo-irlandais » qui, « contestant tous les biens de leurs métayers » (tenants), distribuent « leurs terres à être cultivées pendant seulement un, deux ou trois ans et donc ces gens ne construisent aucune maison, mais comme des nomades habitant dans des cabanes, se déplacent d’un endroit à un autre avec leurs vaches, et les couchent habituellement dans des bois épais que l’on n’oserait pas pénétrer sans guide. » En effet, ces « locataires » n’ont même pas le droit de changer d’habitation pour aller vivre sur les terres d’un autre seigneur : chacun appartient entièrement à son seigneur tenancier (landlord) qui peut même aller les chercher et les ramener de force (Moryson : 246-247)19.

31Plus de deux siècles plus tard, le récit naïf de Madame Wakefield, dame anglaise voyageant en Irlande en 1824, viendra témoigner que les conditions de vie des natifs, toujours locataires, n’auront guère évolué depuis :

  • 20 Traduit de Martin Walton à partir de Wakefield (1824 : 238-241) : « Most of the cottages, or cabin (...)

La plupart des chaumières, ou cabanes, comme les Irlandais les appellent, sont construites en boue séchée, en général, sans fenêtre ni cheminée. Un petit terrain pour des pommes de terre appartient à presque chaque cabane, comme moyen de subsistance pour la famille ; car les pauvres vivent rarement d’autre chose que de pommes de terre et de lait. Si l’extérieur de ces taudis est misérable, l’intérieur n’est pas moins dégoûtant. La famille, qu’elle soit nombreuse ou non, dort ensemble sur de la paille, bien qu’il y ait parfois des lits ; et la vache, le cochon, le chien, le chat et les poules se reposent dans la même pièce avec leur maître et leur maîtresse20.

32Il n’est pas difficile d’imaginer la suite de misères qu’apportera le mildiou au cours des années 1845-1849 où la population irlandaise sera brisée par les famines et par l’émigration, et notamment parmi ceux qui parlent irlandais comme langue maternelle. Par ailleurs, au cours des deux prochaines étapes de notre analyse, il faudra toujours garder en tête cette arrière-scène derrière tout décor juridique ou discours politique, l’état d’appauvrissement vécu par la majorité de la population irlandaise dont le premier souci, jusqu’à une époque assez récente, sera naturellement de s’en échapper.

Langues et écritures : bataille des livres et des lettres

  • 21 Verset du King James Bible Version 1 cité dans Anderson (1828 : 205). À noter que la traduction fr (...)

There are, it may be, so many kinds of voices in the world, and none of them without signification. Therefore, if I know not the meaning of the voice, I shall be unto him that speaketh a barbarian, and he that speaketh shall be a barbarian unto me.
(St. Paul, 1 Corinthiens 14 : 10-11)21.

33Notre troisième aperçu nécessite d’esquisser d’abord un rapide historique des deux siècles qui suivirent la colonisation (« plantations ») de l’Ulster en 1610, une guerre civile en Grande-Bretagne, la victoire de Guillaume d’Orange à la bataille du Boyne en 1690, et finalement, la prise de contrôle britannique de l’île entière qui aboutit, après la rébellion de 1798 et l’abolition du Parlement irlandais et à l’acte d’Union des deux îles en 1800. Cette période s’accompagne du même partage brutal de terres et de privilèges entre nouvelles castes de Maîtres que sous leurs prédécesseurs anglo-normands. Depuis les Tudors, s’impose, de surcroît, une nouvelle hiérarchie linguistique et religieuse où les livres, autant « livres sacrés » que « livres imprimés », viendront jouer un rôle décisif dans la nouvelle cartographie linguistique.

  • 22 http://library.law.umn.edu/irishlaw/7WIIIc4p254.htm Toute cette série de législation discriminatoi (...)

34Sur le plan religieux, derrière une série de « lois » dites « pénales » se dessine une radicale discrimination en faveur de l’Église anglicane contre, à la fois, presbytériens et catholiques. Ainsi, par exemple, le Corporation Act (1661) obligera tout maire et officier municipal à communier préalablement dans l’Église anglicane ; le Test Act (1673) imposera un serment niant la doctrine catholique de la transsubstantiation laquelle, proclamée officiellement au concile de Trente (1551), prenait position à l’encontre de la consubstantiation prônée par les protestants. Les effets de ces deux actes seront d’exclure de la fonction publique et des deux chambres du Parlement tout membre de religion non-anglicane jusqu’au début du XIXe siècle. En 1695, l’Education Act empêchera d’éduquer son enfant à l’étranger dans une école catholique. Mélange juridique qui vise à la fois catholiques et langue irlandaise, cet acte interdira précisément à tout « papiste » d’enseigner dans des écoles ou d’instruire la jeunesse en littérature, sous « l’excuse » qu’il n’y ait pas assez d’écoles en langue anglaise : il ne faudra plus tolérer ces « papistes », natifs de ce royaume qui sont « ignorants de la vraie religion et étrangers aux saintes écritures » et qui « n’utilisent ni coutume ni langue anglaises22 ».

  • 23 « All proceedings in courts of justice, patents, charters, pardons, commissions, &c. […] shall be (...)
  • 24 « Humble proposition pour empêcher les enfants des pauvres en Irlande d’être à la charge de leurs (...)

35De plus, on observe pour la troisième fois en six siècles, un acte promulgué en 1737 (Administration of Justice [Language] Act Ireland) qui rend obligatoire la langue anglaise dans les actes administratifs et juridiques. On remarquera cette fois-ci, parmi la liste des langues exclues (« le latin, le français ou toute autre langue quelconque ») aucune mention de la langue irlandaise23. Même Swift, doyen de la cathédrale de St. Patrick à Dublin, qui avait pourtant protesté en 1729 contre l’appauvrissement du pays, dans son célèbre pamphlet satirique24 lequel proposait de réduire la misère de la surpopulation irlandaise en se servant des nourrissons comme source de viande, semble, lui aussi, conforter cette politique « linguicide » :

  • 25 Traduit par Martin Walton à partir de : « It would be a noble achievement to abolish the Irish lan (...)

Ce serait une noble réussite d’abolir la langue irlandaise dans ce royaume, jusqu’à, au moins, obliger tous les natifs de parler uniquement l’anglais lors de chaque occasion d’affaires, dans les magasins, marchés, foires, et d’autres lieux de commerce : cependant, je me trompe complètement si cela ne pourrait pas se faire efficacement en moins de la moitié d’une ère, et pour un coût très insignifiant ; pour le faire, je conçois une taxe s’élevant à seulement six mille livres par an pour accomplir une œuvre aussi grande (cité dans Anderson 1829 : 209)25.

  • 26 Traduit par Martin Walton à partir de : « in hope that God in mercy would raise up some to transla (...)

36Une fois encore, on remarquera que les textes juridiques n’auront pas empêché aux locuteurs de la langue irlandaise de rester, de toute évidence, toujours audibles dans les lieux publics au XVIIIe siècle, même si la prédiction de Swift, quant au coût infime pour faire « abolir » cette langue « parlée » s’avérera, comme nous pourrons le constater plus loin, être encore plus juste qu’il ne l’imaginait. Pourtant, s’agissant justement des « écritures » au moins, c’est paradoxalement pendant cette même époque que l’on verra, en 1681, une nouvelle édition des Évangiles traduits en langue irlandaise. Une traduction de Kearney, Walsh et O’Donnell menée au XVIe siècle, avait été publiée d’abord en 1603, première version « imprimée » du Nouveau Testament irlandais : de plus, elle avait été alors typographiée à l’aide de fontes spécialement fabriquées à Londres en 1571 pour les anciens caractères de l’alphabet irlandais, curieusement aux frais personnels de la reine Élizabeth Ière elle-même « en espoir que Dieu en miséricorde veuille élever quelques-uns pour traduire le Nouveau Testament dans leur langue maternelle26. »

37Toutefois, malgré ses bonnes intentions, ces fontes se révèlent comme peu fidèles, comportant de nombreuses lettres empruntées à l’alphabet romain ou du vieil alphabet anglo-saxon (Lynam 1924 : 6-7). Utilisées aussi pour imprimer un nouveau catéchisme anglican et un livre de prières, elles ont mystérieusement disparu avant 1680 lors de la nouvelle édition publiée grâce aux frais, cette fois-ci, de l’Irlandais, Robert Boyle, fils fortuné du comte de Cork et scientifique de renommée. C’est lui qui financera également la fabrication à Londres de nouvelles fontes beaucoup plus fiables qui ressemblent à celles déjà fabriquées en Belgique par les franciscains irlandais en exil ; premières fontes légitimes pour l’alphabet irlandais qui seront conçues à partir de manuscrits irlandais (Lynam 1924 : 7-11). C’est aussi grâce à Boyle que sera publié, en 1686, le manuscrit de la traduction en irlandais de l’Ancien Testament menée dès 1630 par l’Anglais, William Bedell, archevêque anglican de Kilmore, à l’aide de deux savants irlandais, King et O’Sheridan (Anderson 1828 : 55-83).

38Lynam (1924) rappelle que la presse typographique inventée en Europe au XVe siècle ne fera son apparition tardive en Irlande qu’à partir de 1551. De plus, à cause des guerres qui dévastaient l’île à cette époque, les seuls livres imprimés en langue irlandaise, tous religieux, resteront sous le contrôle du Gouvernement anglais qui considère que c’est bien l’instruction religieuse qui représente le besoin principal du peuple dont la plupart ne comprennent d’autres langues que l’irlandais. Ainsi, presque chaque livre édité en langue irlandaise de 1571 jusqu’à 1721, que ce soit en Angleterre, en Irlande ou sur le continent, aura comme unique fin, la propagande religieuse. Néanmoins, c’est curieusement grâce, en quelque sorte, à cette bataille entre livres sacrés que se maintiendront la langue irlandaise, au moins dans sa version « écrite » et « imprimée », et son ancien alphabet lequel aurait pu être vite remplacé par l’alphabet romain, comme ce fut le cas en Écosse (Lynam 1924 : 1-3).

  • 27 Christopher Anderson (1782-1852), pasteur écossais à Edimbourg auprès d’une petite congrégation co (...)

39Dans une analyse sur la minorisation de la langue irlandaise, ce sont sans doute tous ces aspects « graphiques » qui mériteraient d’être examinés de manière plus profonde (comme par ailleurs pour toute langue devenant minoritaire), notamment quant aux effets d’une première alphabétisation dans une autre langue telle que l’anglais, lesquelles porteraient autant sur sa lecture que sur sa transmission et sur son apprentissage ; mais encore, plus précisément dans le cas de l’irlandais, quant au rôle de sa propre « graphie », si longtemps confinée au manuscrit, face à la concurrence de l’anglais dont l’alphabétisation (avec ses caractères romains) viendra se répandre plus rapidement derrière chacune de ces nouvelles technologies. Or, dans ce parcours nécessairement cursif, nous devrons nous contenter de relever les premières interrogations posées déjà par Anderson en 1828 quant aux effets d’une politique linguistique qui ne tiendrait aucun compte des conditions de l’apprentissage de la lecture d’une langue ni du poids incontournable de ses « écritures » dans ce processus27.

  • 28 Dans une citation de l’Histoire de la Conquête de l’Angleterre par les Normands d’Augustin Thierry (...)
  • 29 Online Historical Population reports, University of Essex, 2004-2007, Census 1851 Preliminary tabl (...)

40Ce n’est pas seulement avec un souci « évangélique » que ce pasteur écossais déplore le manque de livres publiés en irlandais, et surtout de traductions en irlandais des textes sacrés chrétiens. C’est aussi en véritable sociolinguiste qui situe cette langue dans le contexte d’autres langues « complètes et régulières28 » en Europe, avec en appui, un bilan de documents historiques, d’observations sur le terrain et de données chiffrées pour les populations dans chaque partie de l’île, qu’il décrit avec consternation l’état d’un peuple alors largement analphabète. Il est utile de rappeler ici que les deux îles affichent à l’époque une croissance de population quasi égale : une comparaison de leurs populations révèle que le nombre estimé d’habitants en Irlande est de 7,5 millions (Anderson 1828 : 15, 227) par rapport aux 16,4 millions recensés en 1831 en Grande-Bretagne (Angleterre, Pays de Galles, Écosse et les îles)29.

  • 30 Traduit de Martin Walton à partir d’Anderson (1828 : 217) : « It has been estimated that the numbe (...)

41Anderson conteste les chiffres du rapport parlementaire en 1825 sur l’éducation en Irlande selon lequel : « les Irlandais qui utilisent exclusivement l’ancienne langue du pays s’élève à pas moins de 500 000, ou qu’au moins un million de plus, quoiqu’ils aient quelque compréhension d’anglais, et sont capables de l’utiliser à des fins ordinaires de commerce, font usage de leur langue à toutes autres occasions, en tant que véhicule naturel de leurs pensées30. » Selon Anderson, le vrai chiffre dépasserait les 3 millions (ibid. : 14) et, d’après ses calculs, s’approcherait plutôt de 4 millions (ibid. : 222-223). Cette situation s’explique, d’après lui, par la mauvaise politique éducative depuis le XVIIe siècle :

  • 31 Traduit de Martin Walton à partir d’Anderson (1828 : 225-226), « Now had the Irish people then bee (...)

Si l’on avait alors appris au peuple irlandais à lire sa langue vernaculaire, et si cette pratique avait continué, puisqu’il existait si peu de livres écrits en irlandais, il est possible que, dans beaucoup de cas, la langue aurait pu s’évaporer, comme la brume de la montagne, devant la lumière d’une langue de son voisinage immédiat, aussi riche en littérature et en livres publiés. Or comme l’éducation, même en anglais, était négligée, et en irlandais entièrement refusée, quelle a été la conséquence ? – Eh bien, que le dialecte familier, bien sûr, a maintenu son ascendance31.

42Ainsi, ce serait paradoxalement le manque d’écritures en langue irlandaise qui aurait pu, grâce à l’apprentissage de la lecture de cette langue, contribuer à faciliter le passage à l’apprentissage de l’anglais, langue bien plus utilisée à l’écrit. Or il craint que dans les écoles irlandaises que la situation ressemble à celle qu’il observe dans les Highlands où des milliers de gens censés savoir « lire » la Bible en anglais, ne comprennent pas un mot de ce qu’ils lisent (ibid. : 229), faute d’instruction en gaélique :

  • 32 Traduit de Martin Walton à partir d’Anderson (1828 : 230-231) : « The truth is, that large sums of (...)

La vérité c’est que de grosses sommes d’argent ont été dépensées en vain, aux Pays de Galles et dans nos Highlands écossaises, au cours des années antérieures, simplement en conséquence d’avoir renversé l’ordre de la Nature, en enseignant d’abord l’anglais, mais avant que le lecteur ne puisse en comprendre un mot. Ce ne sert à rien de refaire la même chose en Irlande, […] où [l’argent actuel] irait cinq fois plus loin si la langue maternelle était utilisée comme support. En tout cas, quant aux grosses sommes votées par le Parlement de ce pays pour l’éducation irlandaise, aucune part n’a été appliquée à la langue native irlandaise […] Que toutes ces promulgations soient multipliées davantage, mais que signifient-elles ? La langue reste une affaire de choix, ou une question de goût. « L’oreille ne juge-t-elle pas des paroles comme le palais savoure les mets ? » est un des plus anciens proverbes qui existent32.

43Désormais, il doit être tenu compte de la problématique économique et « volontariste » de la politique linguistique. Et il ne s’agit pas seulement de celle des « sommes d’argent dépensées en vain » ou celle d’une « affaire de choix », notamment celui de ses locuteurs, mais encore celle qui relève de la didactique de la langue, c’est-à-dire de l’« ordre » des rapports incontournables entre première et nouvelle langues, autant pour des locuteurs déjà compétents qui n’auraient pas encore acquis la graphie mentale de leur langue, que pour ceux, déjà lecteurs dans une autre langue, qui cherchent à l’apprendre à partir d’un support écrit. En effet, peu de commentaires semblent tenir compte du rôle de l’alphabétisation et ses effets sur l’évolution des langues parlées à l’époque où la plupart des gens du peuple sur ces deux îles (qu’ils soient Anglais, Gallois, Écossais ou Irlandais) ne savent lire ni les Évangiles, ni quoi que ce soit en anglais ou en irlandais. Anderson affirme qu’il s’agit de moins de 1 personne sur 8 qui sait lire l’anglais en Écosse (mais moins de 1 sur 16 dans les Highlands), alors qu’en Irlande, le taux varie, selon la région, de 1 sur 12 à 1 sur 150. Selon lui, au moins 3 millions d’Irlandais ont un besoin urgent d’une alphabétisation en leur langue maternelle (ibid. : 16-17).

  • 33 Central Statistics Office (CSA) (2006), Irlande : recensement 2006, tableau 35.

44Son souci pédagogique paraît plutôt prophétique quant au sort actuel de la langue irlandaise où, selon le recensement en 2006, sur la population totale de 4 239 848, en dehors de l’école où elle est obligatoire, seulement 53 471 personnes la parleraient « tous les jours33 ». En effet, même si la situation semble se renverser à mesure que progresse l’alphabétisation du peuple avec la scolarisation généralisée au cours des XIXe et XXe siècles, on verra, de la même façon, les effets inverses, mais semblables, qu’allait produire en Irlande l’enseignement de la langue irlandaise à un peuple devenu largement anglophone un siècle plus tard (et déjà habitué à la lecture répandue de l’alphabet romain) à l’aide d’un corpus trop pauvre de livres qui seront édités, de surcroît, dans l’ancien alphabet irlandais. Finalement, statut « officiel », textes juridiques ou encore, subventions allouées ne s’adresseront pas au manque critique de livres imprimés en langue irlandaise, sans parler de didactique linguistique ou de support pédagogique.

Langue et territoire d’État : discours sans écriture ou lecture sans livres

  • 34 CSA (2006) in : « Persons, males and females in the State at each census since 1841 », dossier 01B (...)

45La période qui vient après les grandes famines au milieu du XIXe siècle marquera pour les Irlandais et pour la langue irlandaise un véritable bouleversement : en 1851, alors que la population recensée en Grande-Bretagne aura atteint 21 millions, celle en Irlande aura baissé jusqu’à 5,1 millions (CSA 2006), parmi lesquelles seulement 1 524 286 qui « parlent irlandais », dont 320 000 unilingues (Crowley 2006 : 23). On devine qu’il s’agit le plus souvent des analphabètes. Pour la suite, les chiffres fournis par le Bureau national des statistiques en Irlande (CSA)34 jusqu’à la création de l’État irlandais en 1921 sont parlants :

Année

Population totale

Nombre parlant irlandais

Nombre ne parlant pas irlandais

1861

4 402 111

1 077 087

3 325 024

1871

4 053 187

804 547

3 248 640

1881

3 870 020

924 781

2 945 239

1891

3 468 694

664 387

2 804 307

1901

3 221 823

619 710

2 602 113

1911

3 139 688

553 717

2 585 971

1926

2 971 992

543 551

2 428 481

46Même si ces chiffres ne précisent pas la compétence des locuteurs recensés, on peut présumer, en ce qui concerne tout recensement avant 1926, qu’il s’agit, pour la plupart, de leur langue maternelle, parlée couramment tous les jours, ce qui ne serait aucunement le cas des recensements plus récents. Justement, une analyse plus fine révèle que, en 1891, le pourcentage d’enfants en dessous de 10 ans qui parlent irlandais ne représente que 3,5 % de leur catégorie d’âge, écart significatif qui refléterait, selon McCloskey (2005) « une décision par la vaste majorité d’irlando-phones de ne pas transmettre la langue à leurs enfants ».

  • 35 Pour le texte original, voir aussi Crowley (2000 : 157).

47Cherchant à expliquer ce « choix », au-delà des effets psychologiques des famines sur les survivants, Crowley (2006) considère qu’il s’agit surtout d’un choix « économique » de la classe moyenne irlandaise pendant le XIXe siècle d’abandonner l’irlandais, devenu emblème de misère et d’isolement, en faveur de l’anglais, devenu langue de prestige. Ainsi, même le « Libérateur » irlandais, Daniel O’Connell, s’adressera en anglais à ses immenses foules dont beaucoup utilisent l’irlandais le plus souvent. Cet abandon semble conforté par la politique de l’Église catholique irlandaise qui, depuis 1795, utilise la langue anglaise dans le centre principal d’éducation du clergé à Maynooth, établissement autorisé depuis la nouvelle législation en 1782 (ibid. : 38). De plus, selon cet auteur, un autre facteur-clé ayant même endurci cette politique de l’Église catholique de favoriser l’anglais, serait l’utilisation de la langue irlandaise par ces pasteurs protestants faisant du « prosélytisme biblique » chez les Irlandais. Il cite en appui un auteur de l’époque, Conor McSweeny qui en 1853, reproche à ces associations bibliques (« Bible Societies ») de s’être « immiscées de manière insolente » dans la « religion du peuple35 ». Ce serait donc à cause de ce nouveau soutien protestant (ainsi que préconisait justement le pasteur Anderson) que, selon McSweeny, la langue irlandaise aurait été « profanée (« desecrated ») aux yeux des Irlandais (ibid. : 38).

  • 36 Ó hIfearnáin (2007 : 380) renvoie aux études d’Ó Riagáin (1992) et d’Ó hIfearnáin (2005).

48Ainsi, le « blâme » pour l’abandon de la langue irlandaise se partagerait alors entre classe moyenne, hommes politiques, Églises et divers clergés. Or, comme le rappelle déjà Ó hIfearnáin (2007), « les locuteurs ne changent pas de langue par choix36 ». C’est là où les deux questions posées dans notre introduction viennent s’entrecroiser, à la fois pour décrypter la minorisation de l’irlandais et pour évaluer ce qui représente pour McCloskey (2005), un « modèle de combat » dans le contexte plus large de la marée actuelle de langues en voie d’extinction sur la planète, telle que la situation actuelle du maori en Nouvelle-Zélande ou de l’inuit au Labrador. Rappelons que, pour cet auteur, l’effort depuis la fin du XIXe siècle pour faire revivre l’irlandais représente un « cas unique » en tant que « tentative consciente et systématique », la « plus ancienne » et la « plus soutenue » (« mis à part le cas de l’hébreu moderne »), qui pourrait servir à « toute communauté luttant contre la mort d’une de ses langues » pour savoir « ce qui marche et ce qui ne marche pas » (ibid. : 74). Or d’autres qualifieraient cet « effort » en termes moins généreux.

  • 37 Ó hIfearnáin reprend ce terme de Nelde, Strubell & Williams (1996), Euromosaic : The Production an (...)

49Dans son récent bilan de toutes les étapes de la politique linguistique en Irlande depuis la première création de l’État libre en 1922 jusqu’à nos jours, Ó’hIfearnáin (2007) résume la politique de l’État irlandais, notamment depuis 1971, comme de la « négligence bienveillante37 ». Ainsi, malgré l’officialisation de l’irlandais en tant que langue « nationale » (avec l’anglais « langue co-officielle ») dans la première Constitution de 1922, et encore dans la nouvelle Constitution de 1937, en tant que « première langue officielle » et « langue nationale », il rappelle qu’il n’existe à ce jour « aucune loi sur la langue, ou sur les langues en Irlande » (ibid. : 371). L’obligation de passer un examen d’irlandais pour devenir fonctionnaire sera abolie en 1973, sous la pression des fonctionnaires eux-mêmes lesquels, lors des négociations pour l’entrée de l’Irlande dans le Marché commun en 1973, demanderont que l’irlandais ne soit pas langue officielle de travail des Communautés (ibid. : 382) :

  • 38 Ó hIfearnáin (2007 : 374).

Depuis le début des années quatre-vingt-dix, on constate l’apparition d’une nouvelle phase, dans laquelle l’État commence à ne plus évoquer le rôle central de la langue dans le discours officiel et dans la vie de la République pour en faire une question de maintien d’une minorité linguistique autochtone, d’un côté, et pour promouvoir la langue comme patrimoine culturel d’un autre, sans pour autant parler d’une restauration de l’irlandais au plan national. L’irlandais commence à être réduit au stade d’une préoccupation de population marginale et d’un objet d’écomusée scolaire38.

50Toujours selon cet auteur, ce sera grâce surtout aux revendications des associations que seront obtenus quelques progrès tardifs tels que, en 1971, la radio irlandaise dans la région irlandophone de la Gaeltacht, ou en 1996, la télévision TG4 qui deviendra, en 2006, chaîne statutairement indépendante, Teilifís na Gaeilge (TnaG). Il déplore la privatisation de la planification du corpus et le manque de dictionnaires modernes, preuve que, tout en apportant à la langue son soutien financier qui reste plutôt léger, l’État prépare déjà les nouvelles fonctions « symboliques » et « affectives » de l’irlandais, face aux « irréductibles qui persistent à le parler entre eux » (ibid. : 385). En effet, la situation actuelle rappelle les premiers efforts des associations pour la défense de la langue irlandaise telle que Conradh na Gaeilge, créée en 1893 par Douglas Hyde, fils de pasteur protestant et futur premier président de l’Irlande, qui témoignent d’une pénurie de locuteurs lettrés et surtout de supports écrits, à laquelle s’ajoute un manque de financements (Ó Fearáil 1975).

51Dans un bilan de 198 pages sur le rôle de l’État irlandais dans la culture du pays, Kennedy (1990) rappelle que Hyde avait noté en 1893 qu’il n’existait à l’époque que 6 livres imprimés en Irlande (Kennedy 1990 : 14). C’est Earnán de Blaghd (presbytérien né d’une famille unioniste) qui, devenu ministre de Finances du premier Gouvernement irlandais, créera en 1926 au sein du ministère de l’Éducation, la première maison d’éditions gouvernementale en irlandais, An Gúm (le plan). Cette agence publique allait publier, entre 1926 et 1964, au total 1 465 livres dont 1 108 œuvres littéraires, 230 partitions de musique et 127 textes scolaires, au coût total de 1,4 million de livres, soit, en moyenne, 37 000 livres par an ou presque 1 000 livres par publication. Ce bilan, selon Kennedy, viendrait attester que l’échec de la politique linguistique de l’État ne serait pas dû à un manque d’aide financière : selon lui, cet échec s’expliquerait plutôt par la valeur économique de l’anglais en tant que passeport pour accéder à d’autres pays, ou encore par le fait que les cours d’irlandais, étant réservés aux enfants à l’école, ne seront pas pourvus pour adultes (ibid. : 13-14).

  • 39 À noter sur le site officiel de Foras na Gaeilge, http://www.gaeilge.ie/ForasnaGaeilge/An_Gum.asp, (...)

52Or, même si l’on considère ces explications comme étant non moins valables, cet effort financier du Gouvernement irlandais, aussi considérable soit-il à l’époque, serait toutefois à comparer déjà avec, par exemple, le montant annuel accordé par l’État à la « culture » lequel en 1950-1951 s’élevait à 228 628 livres (ibid. : 58)39. En outre, ce nombre de livres publiés en irlandais par l’État paraîtrait sans doute plutôt homéopathique si l’on pouvait le comparer au nombre total de livres publiés ou importés et vendus en anglais pendant la même période en Irlande. On notera aussi, par exemple, que ce ne sera qu’en 1965 que l’association Conradh na Gaeilge recevra de l’État irlandais sa première subvention de 6 500 livres, soit moins de 1 000 euros aujourd’hui (Ó Fearáil 1975 : 53).

53En tout cas, le bénéfice de tout cet « effort » de l’État aura été très dilué par le fait que la langue irlandaise ne sera finalement « standardisée » qu’en 1945 (Ó Murchú 1985 : 66) et que sa nouvelle orthographie officielle ne sera publiée qu’en 1958 (An Caighdeán Oifiguil) : ce qui laissera ceux qui apprendront à lire l’irlandais, après cette date, en difficulté pour lire tous les textes publiés en irlandais auparavant (Kennedy 1990 : 14). Rappelons que tous les livres publiés par An Gúm utiliseront d’abord une typographie empruntée de l’ancien alphabet irlandais lequel sera finalement abandonné pour l’alphabet romain, ce qui ne facilitera aucunement la tâche du lecteur ou de l’apprenant de la langue pendant cette période cruciale après l’indépendance du pays. Aussi, comme le souligne Kennedy (ibid. : 40), même les premiers succès de la politique du nouvel État visant à créer une école primaire dispensée tout en irlandais (dont le nombre culminera en 1939 en pic de 700, ou presque 30 % des écoles primaires du pays, avant de baisser en 1951 à 523), seront largement contredits par le système d’éducation secondaire laquelle, laissée à l’enseignement privé, sera dispensée en anglais et restera dominée, comme son modèle britannique, par des examens nationaux écrits (en anglais), ce qui explique le peu d’enthousiasme de l’Organisation nationale des instituteurs (Irish National Teachers Association) laquelle ne sera pas favorable à cette politique.

54Rappelons que l’Irlande de l’époque est dominée par le chômage et l’émigration massive. L’année 1957 affiche une perte de population totale de 54 000 personnes et 78 000 personnes sans emploi : entre 1951 et 1961, 400 000 personnes auront quitté le pays réduisant la population totale à 2,7 millions d’habitants (Keogh 1997). L’Irlande est alors entièrement dépendante du marché britannique (81 % de ses exportations en 1956) largement grâce à la politique protectionniste des Gouvernements successifs : son économie désastreuse est en contraste avec la prospérité croissante de ses voisins, britanniques, scandinaves, ou des 6 pays de la Communauté économique européenne. Sa candidature pour devenir membre de la CEE en juillet 1961 marquera une victoire symbolique pour le nouveau premier Ministre, Seán Lemass, et une partie des fonctionnaires en lutte contre les « traditionalistes » au sein de Fianna Fáil, parti politique mené depuis 1932 par Eamon de Valera, « père de la nation » qui, pendant cette période, sera chef de Gouvernement pendant 21 ans, jusqu’à 1959, où à l’âge de 77 ans, il sera élu Président du pays jusqu’à 1973.

55Sans doute les thèmes et contenus restreints des livres publiés en irlandais auront-ils, eux aussi, contribué à alimenter et à exacerber l’isolationnisme qui viendra caractériser trop souvent le discours et la politique des défenseurs de la langue irlandaise, ce qui ne fut pas le cas au début du mouvement. Sous l’égide de Pádraig MacPiarais, alors secrétaire du comité de publications (notamment, de méthodes pour apprendre l’irlandais, de livres scolaires et de pamphlets de propagande), Conradh na Gaeilge va publier le « premier roman » en irlandais de l’abbé Pádraig Ó Duinnín en 1902, ainsi que, plus utile encore, le premier dictionnaire irlandais du même auteur en 1906. MacPiarais, lui-même poète et dramaturge dans sa langue maternelle irlandaise, sera fusillé en 1916 en tant que chef du célèbre soulèvement de Pâques (Easter Rising) proclamant l’indépendance du pays. Il avait déjà signalé en 1906 les dangers de ce qui ne serait qu’un « renouveau gothique », et tout en le déplorant, il avait esquissé quelques pistes plus actuelles pour assurer la création d’une véritable littérature en irlandais :

  • 40 Traduit par Martin Walton à partir de : « We would have our literature modern not only in the sens (...)

Nous voudrions que notre littérature soit moderne, non seulement dans le sens où elle emprunterait librement chaque forme moderne qu’elle ne possède pas et dont elle est capable d’assimiler, mais aussi en texture, en ton et en point de vue. Nous sommes au XXe siècle ; et aucune littérature ne pourra prendre racine au XXe siècle qui n’est pas du XXe siècle. Nous ne voulons aucunement de renouveau gothique. Nous voudrions que les problèmes d’aujourd’hui soient traités sans peur en irlandais ; les amours, haines, désirs et doutes d’hommes et de femmes modernes. Le drame de la guerre agraire ; la tragédie de la manie de l’émigration ; l’angoisse, poésie et comédie du mouvement de défense de la langue ; le pathos et la vulgarité du monde anglo-irlandais ; l’intérêt foisonnant de la vie politique en Irlande ; les relations entre les prêtres et le peuple ; l’énigme perplexe de l’éducation ; le mal de l’alcoolisme ; l’augmentation de la maladie mentale ; de problèmes sociaux tels que (par exemple) le mariage sans amour ; voici des sujets qui dominent nos vies de tous les jours, qui occupent largement nos conversations quotidiennes ; or on n’en trouve pas le moindre écho dans les livres écrits actuellement en irlandais. On dirait une conspiration extraordinaire parmi nos écrivains pour s’abstenir totalement de traiter la vie, seule chose même, lorsqu’elle est considérée correctement, dont se préoccupe justement la littérature !40.

  • 41 Traduit par Martin Walton à partir de : « Sooner or later the Irish Government will be faced by a (...)

56Or ce discours d’ouverture envers le monde « moderne » sera vite contredit par les actes de censure promulgués rapidement par le nouvel État irlandais, d’abord en 1923 pour censurer les films et ensuite, en 1929, toute publication écrite. Ces lois de censures, d’inspiration puritaine et ecclésiastique, seront appliquées avec zèle par le Bureau de censure créé par le Gouvernement irlandais : elles feront fuir de nombreux intellectuels et écrivains irlandais mais, surtout, empêcheront jusqu’à 1967, la publication ou distribution en Irlande de nombreuses grandes œuvres littéraires, y compris celles de ses propres grands artistes contemporains, mêmes lorsqu’ils seront déjà connus mondialement, comme James Joyce ou Samuel Beckett. Comme le résumera James Devane en 1936 : « Le gouvernement irlandais va, plutôt ou plus tard, se trouver face à un mur mort. Ils vont découvrir qu’ils construisent une maison sans fenêtre41. » Cette mise en obscurité du peuple et de la langue irlandaise sera tardivement désavouée en 1946 par Erskine Childers, alors secrétaire parlementaire qui sera futur président de l’Irlande : dans un mémorandum adressé au Premier ministre pour défendre la proposition d’un nouveau Conseil de la Culture (embryon du futur Conseil national des arts, An Chomairle Ealaíon ou Arts Council qui sera créé en 1951), il écrit :

  • 42 Traduit de Martin Walton à partir de : « There is no hope of restoring the Irish language or of ma (...)

Il n’y a aucun espoir de restaurer la langue irlandaise ni de maintenir la civilisation irlandaise comme force distincte à moins que la culture générale du peuple soit améliorée. En effet, une des principales raisons pour lesquelles les associations de langue progressent si lentement est qu’elles consistent en de personnes que je connais bien dans ma circonscription, qui ont une tradition de pensée extrêmement étroite et isolationniste42.

57Mon expérience personnelle de l’éducation en Irlande dans les années 1960 viendra renforcer cet avertissement trop tardif. Pour ne prendre que deux exemples : à l’école primaire chez les « Frères Chrétiens » où toute matière était enseignée en irlandais (sauf, curieusement, la religion, enseignée toujours en anglais), on châtiait brutalement tous ceux qui ne savaient pas répondre en irlandais. Or ma mère m’avait appris à lire en anglais dès l’âge de 3 ans ; mon école maternelle avait été entièrement en anglais ; mais encore, personne de ma famille ne parlait irlandais à la maison où je devais me « débrouiller » seul avec des manuels scolaires que je comprenais à peine. De plus, ces « enseignants » irlandophones appliquaient avec zèle une pédagogie la plus rude et primitive, la même sans doute que, eux-mêmes, avaient subie avant d’intégrer, souvent dès l’âge de 14 ans, leur séminaire en pensionnat pour devenir non pas « prêtre » (statut supérieur réservé plutôt pour les familles plus aisées) mais pauvre « frère », vivant en communauté exclusivement masculine, célibataire à vie, voué exclusivement à l’enseignement de garçons, mission improbable à laquelle ils allaient se sacrifier en toute sincérité, avec les moyens à bord, sans même recevoir le moindre salaire.

58En deuxième exemple, à l’école secondaire où j’allais retrouver avec joie ma langue anglaise maternelle, utilisée pour toutes les autres matières, j’ai le souvenir ineffaçable des textes étudiés pour les examens nationaux, équivalents du Brevet et du Baccalauréat, dans la matière obligatoire, « langue irlandaise ». Pour l’adolescent dublinois en 1968 et 1970, on imposait la lecture de Peig (1936) de Peig Sawyers et An tOileánach (The Islander, 1929) de Tomás Ó Criomhtháin, deux recueils de récits écrits par deux irlandophones âgés au sujet de la vie misérable sur les îles Blasket au début du XXe siècle. Nous devions lire aussi Dialann Deoraí (1960) de Dónall Mac Amhlaigh, déprimant journal intime d’un émigré travaillant dans le bâtiment en Angleterre des années 1950, qui témoigne, en irlandais « moderne » (langue seconde), de ses interminables changements de chantier et ses soirées passées à boire dans les pubs avec d’autres émigrés irlandais. Sa traduction en anglais, An Irish Navvy : The Diary of an Exile (1964), permettait au moins de donner de l’espoir à ceux qui devaient réussir cette matière pour accéder à l’université.

59Ce témoignage n’enlève aucunement de l’intérêt ni de l’estime que je porte aujourd’hui pour ces deux premiers ouvrages lesquels, en effet, demeurent des classiques dans le genre : il ne doit pas non plus laisser entendre le moindre regret quant à mon acquis en langue irlandaise grâce à ma scolarité en irlandais. Toutefois il vient mieux caractériser la « fenêtre sur le monde » que proposait la littérature irlandaise aux jeunes Irlandais, et souligner une faiblesse majeure de la politique éducative presque cinquante ans après l’indépendance du pays. À cet égard, à ma connaissance, il n’existe, même à ce jour, aucune traduction en irlandais des plus grands écrivains irlandais publiés en anglais, sans parler des grands auteurs en d’autres langues : il faudra en déduire que les irlandophones ne s’intéressent à lire la grande littérature qu’en langue anglaise.

60Vu ce contexte d’illettrisme au XIXe siècle qui se métamorphose peu à peu en quasi-phobie littéraire au XXe siècle, peut-on vraiment s’étonner de l’estimation en 1951 de seulement 35 000 personnes qui utilisent la langue irlandaise comme langue de communication de tous les jours ? Kennedy (1990 : 14), tout en affirmant que ce chiffre représenterait probablement une estimation trop pessimiste, note en même temps que le recensement de 1946 aurait « exagéré » le chiffre de 589 000 ou 21 % de la population totale. En effet, ce deuxième chiffre, attestant d’une compétence indéterminée pour ceux qui seront recensés comme « locuteurs qui parlent irlandais », représente en réalité le nombre de personnes ayant plutôt étudié l’irlandais comme deuxième langue obligatoire à l’école, et surtout à l’écrit.

61C’est désormais ce chiffre imprécis qui s’affichera dans le discours officiel « politicien ». Il deviendra désormais alibi d’État pour cacher ponctuellement l’embarras d’une politique aussi linguicide que celles de ses prédécesseurs. Ainsi, tout en connaissant parfaitement la vérité d’une plus en plus petite minorité utilisant la langue irlandaise à la maison, qui, en 2002, selon Ó’hIfearnáin (2007) ne dépasserait pas 3 à 4 % de la population totale, les chiffres officiels feront appel au jeu de statistiques rétrospectifs qui s’affichent fièrement dans le recensement de 2006 (CSA Tableau 01B), dont les résultats, tout le monde en Irlande le sait bien, seraient plutôt comparables à un sondage affectif sur l’« identité nationale » :

Année

Population totale

Locuteurs qui parlent irlandais

Locuteurs qui ne parlent pas irlandais

1936

2 806 925

666 601

2 140 324

1946

2 771 657

588 725

2 182 932

1961

2 635 818

716 420

1 919 398

1971

2 787 448

789 429

1 998 019

1981

3 226 467

1 018 413

2 208 054

1991

3 367 006

1 095 830

2 271 176

2002

3 750 995

1 570 894

2 180 101

2006

4 239 848

1 656 790

2 400 856

62En 1998, le Bureau national pour la langue irlandaise, Bord na Gaeilge, sera dissout. Ses fonctions seront transférées au Foras na Gaeilge, une des six agences transfrontalières établies sous l’Accord de Belfast (Belfast Agreement 1998) avec le Gouvernement du Royaume-Uni. C’est cette agence qui sera désormais responsable pour promouvoir la langue irlandaise à travers toute l’île, Nord et Sud : 75 % de son financement viendra du ministère responsable pour les « affaires de communauté, d’égalité et de la Gaeltacht », le DCEGA (Department of Community, Equality and Gaeltacht Affairs) de la République d’Irlande, et le reste viendra du ministère des « Arts, Culture et Loisirs », le DCAL (Department of Arts, Culture and Leisure) d’Irlande du Nord. Certains vont alors critiquer cette « cession » de « responsabilité souveraine » pour promouvoir la langue irlandaise à une structure reliée non seulement à l’état britannique mais surtout à un processus de paix en Irlande du Nord qui, à cette date, restait instable (Ó Murchú 2002 : 14-15). De plus, même si, depuis sa création, la mission législative du Foras na Gaeilge ne l’empêche aucunement d’opérer au sein des régions irlandophones des Gaeltachts, cette agence ne semble pas y avoir exercé la moindre activité, bien que, à l’origine, elle devait être en partie décentralisée dans la Gaeltacht de Donegal (Walsh 2011 : 58).

63Foras na Gaeilge publie un rapport annuel avec l’Ulster Scots Agency, agence désormais responsable pour promouvoir la langue « ullans » ou « écossais d’Ulster », nouvellement promue comme langue minoritaire en Irlande du Nord à titre égal que l’irlandais, laquelle reçoit, elle aussi, un financement proportionnel d’État prévu dans le cadre des négociations pour la paix. Le rapport conjoint pour l’année 2003 affiche pour ces deux agences, un total des 21 millions d’euros de « revenus », soit les 20 millions d’euros de subventions reçues des deux ministères auxquelles se rajoute 1 million d’euros provenant de la vente de livres. Côté « dépenses », on constate qu’environ 6,2 millions d’euros ont servi en « frais de fonctionnements », dont notamment : en moyenne 6 440 euros d’honoraires pour chacun des 24 membres des « Conseils de direction » ; 98 661 euros pour le salaire de la directrice de Foras na Gaeilge alors que le salaire moyen annuel des 55 salariés à plein-temps dans cette agence représente moins de 33 000 euros ; plus de 1 million d’euros en frais d’« administration », dont la moitié pour des frais « professionnels », « juridiques », « comptables », « voyages » et « hospitalité » ; et encore presque 1 million pour des frais « immobiliers » (dont loyers et impôts locaux) ou « bancaires ». Le total des « subventions » redistribuées à l’extérieur ne représente que 12,4 millions d’euros, soit moins de 60 % des recettes des deux agences ensemble. En ce qui concerne les « dépenses » du Foras na Gaeilge qui comportent également l’achat de livres édités par l’agence gouvernementale, An Gúm (d’environ 1,5 million d’euros), les « coûts » de son « programme » (projet dictionnaire, site web, programme éducatif petite enfance, etc.) représentent 1,7 million d’euros sur un total de 18,7 millions d’euros de ses « revenus », soit moins de 10 % dépensés sur des volets qui concernent justement la mission de cette agence. Des personnes malveillantes pourraient imaginer, derrière tout ces « efforts », une nouvelle politique « bienveillante », en premier lieu envers celles et ceux qui sont mandatés par l’État à telle fin qu’ils ne « négligent » les subventions publiques censées promouvoir la langue irlandaise.

Conclusion

64Nous avons pu constater, à travers ces quatre aperçus, le rapport paradoxal qui a toujours existé en Irlande entre « écritures » et « locuteurs » : l’écart d’abord entre texte juridique et réalité plurilingue, entre cartographie hiérarchique des territoires conquis et quotidien inchangé des habitants, ou encore, entre discours officiel en politique linguistique et pénurie en pratique éducative, notamment en ce qui concerne les publications littéraires ou pédagogiques. S’il y a, tel que le propose McCloskey (1995), de quoi apprendre de ce « modèle » irlandais en tant que langue devenue minoritaire, pour savoir « ce qui marche et ce qui ne marche pas », on pourrait indiquer déjà cette piste à approfondir quant au poids, sur la survie de la langue, de ses écritures, de sa « graphie » et de sa lecture (ou de l’absence de celle-ci), et surtout du manque d’investissement dans la production écrite lors du programme d’alphabétisation. Désormais, s’agissant de la minorisation de la langue irlandaise, comme pour toute langue « en voie d’extinction », il nous semble urgent de mieux répondre à ces deux questions : dans quelle mesure, la condition analphabète de la population irlandaise aura-t-elle en quelque sorte protégé l’irlandais en tant que langue parlée jusqu’au XIXe siècle ? Et à l’inverse, dans le relatif échec de la politique de sa restauration, quel aurait été le rôle de l’économie de l’écrit ?

65Avec cet auteur et d’autres linguistes enclins à l’optimisme, on serait tenté de se satisfaire de la situation actuelle en Irlande, en effet assez exceptionnelle, pour une langue à la fois minoritaire et « officielle », laquelle appartient désormais à la grande majorité de ceux qui sont censés « parler » irlandais, surtout comme langue seconde. Mais alors faudrait-il accepter que cette évolution conduise nécessairement à produire ses conséquences sur la langue – au pire, une créolisation qui prolifère à l’oral, et, à l’écrit, le risque d’une nouvelle opacité venant de leur première langue anglaise qui, sans une quantité suffisante de traduction, restera écrasante en termes de production littéraire, scientifique et technologique. Il ne suffira pas d’orner gentiment le paysage irlandophone avec quelques ouvrages de terroir qui, pour reprendre les termes inquiets de MacPiarais, s’abstiendraient de « traiter la vie » ou de se préoccuper de la « littérature » moderne et mondiale. De même, les productions littéraires en irlandais qui mériteraient d’être traduites en anglais, sans soutien financier des instances publiques, risquent de rester le privilège exclusif d’une nouvelle caste parmi ces « irréductibles ».

66On peut aussi, au risque d’être accusé de « puriste », garder une préférence pour la « langue d’origine » : c’est-à-dire une langue maîtrisée telle que l’on peut encore l’entendre parlée à la radio irlandophone, grâce à Internet et aux locuteurs de leur langue maternelle, ou grâce encore à ces professionnels, présentateurs ou producteurs d’émissions, qui manifestement ont acquis une compétence bilingue dans leur langue seconde. Ce sont ces « locuteurs » qui mériteraient une plus grande reconnaissance institutionnelle en termes de nouveaux diplômes universitaires et nationaux, comportant une certification de compétence linguistique au niveau européen, en termes d’emploi ou de soutien financier sérieux, dont ils sauraient certainement se servir pour fixer les priorités dans l’ordre du jour bien plus urgent que tout recensement plutôt complaisant quant à leur nombre réel : il s’agirait alors de vérité et donc de qualité.

67Sans doute ces mêmes pistes pourraient-elles s’appliquer, par exemple, aux langues propres des peuples du Maghreb ou de la Méditerranée du Sud, paralysés autant par l’absence d’écriture ou de littérature en leur langue maternelle que par le discours « officiel » qui sacralise une hiérarchie de la langue arabe écrite, ce qui les empêchera de dépasser leur stade de créolisation au niveau oral, déjà en langue maternelle mais aussi, pour la plupart toujours analphabètes, en langue arabe ou en toute langue « étrangère ». Ou encore s’appliqueraient-elles aux langues des migrants en Europe dont les enfants sont censés oublier leur première langue apprise à la maison avant d’apprendre à parler et à lire la langue d’État de leur pays d’accueil, mission aussi improbable que violente sur leur identité affective ainsi que rappellent la voix prosodique de leur première langue acquise ou leurs difficultés scolaires qui viendront souvent les exclure d’un emploi.

68Il paraît clair que dans le monde actuel, un pays qui ne choisit pas de s’enrichir de ses propres ressources humaines, culturelles, littéraires et artistiques, et surtout des « compétences » de ceux qui maîtrisent les langues qui existent déjà sur son territoire, ne pourra jamais former de citoyens indépendants et capables d’ouvrir leur fenêtre sur le ciel planétaire : il sera condamné à redevenir une province de locataires sans terre, et à finir, comme ces esclaves modernes « sans papiers », nouveaux nomades sans territoires, en « locuteurs » sans langues, sans écritures, sans mémoires.

Bibliographie

Références bibliographiques

Anderson Christopher [1828] (1830) Historical Sketches of the Native Irish and Their Descendants: Illustrative of their Past and Present State with Regard to Literature, Education, and Oral Instruction, Edinburgh, Oliver & Boyd, http://catalog.hathitrust.org/Record/009717876

Crowley Tony (2006), « Law, Economics and Cultural Hegemony : the Triumph of English and the Loss of Irish in Ireland », Henry Sweet Society Bulletin, no 46.

---- (2000) The Politics of Language in Ireland 1366-1922: a Sourcebook, Londres/New York, Routledge.

De Paor Liam (1993, 1996), St. Patrick’s World, Dublin, Four Courts Press.

Deane Seamus (ed) (1991), The Field Day Anthology of Irish Writing, Vol. 1, Derry, Field Day Publications.

Dolan Terence (1991), « The Literature of Norman Ireland », in Deane Seamus (ed.), The Field Day Anthology of Irish Writing, Vol. 1, Derry, Field Day Publications, pp. 141-149.

Fennessy Ignatius (2000), « The Theft of the Relic of Holy Cross Abbey », Tipperary Historical Journal, http://www.tipperarylibraries.ie.

Foras Na Gailge (2003), The North/South Language Body Annual Report and Accounts for the Year Ended 31 December 2003, http://www.borderireland.info/pubs/BI-01956.pdf.

Foucault Michel (1966), Les Mots et les choses, Paris, Gallimard.

Hardiman James (1843), Tracts Relating to Ireland, Vol. 2, Dublin, Irish Archaeological Society, http://www.ucc.ie/celt/published/T300001-001/index.html

Kennedy Brian P. (1990), Dreams and Responsibilities: The State and the Arts in Independent Ireland, Dublin, An Chomairle Ealaíon, http://www.artscouncil.ie/Publications/DreamsandResponsibilities.pdf.

Keogh Dermot (1997), «The Diplomacy of “Dignified Calm”: an Analysis of Ireland’s Application for Membership of the EEC, 1961-1963», Chronicon 1 (4: 1-68), University College Cork, http://www.ucc.ie/chronicon/keoghfra.htm

Litton Falkiner Caesar (1904), Illustrations of Irish History, Londres, Longmans, Green & Co.

Lynam Edward W. [1929] (1969), The Irish Character in Print 1571-1923, Shannon, Irish University Press.

McCloskey James (2008), « Irish as a World Language », in Ó Conchubhair Brian (ed.), Why Irish ? Irish Language and Literature in Academia, Galway, Arlen House., pp. 71-89.

Moryson Fynes [1603] (1904), « The Description of Ireland » et « The Commonwealth of Ireland », in Litton Falkiner Caesar, Illustrations of Irish History, Londres, Longmans, Green & Co., pp. 211-319.

Ó Conchubhair Brian (ed.) (2008), Why Irish ? Irish Language and Literature in Academia, (Actes du Symposium de 2005, Why Irish ?, Université de Notre Dame, Indiana), Galway, Arlen House.

Ó Hifearnáin Tadhg (2005), « Adult Literacy in Irish in the Bilingual Gaeltacht Region. Bilingualism and Education : from the Family to the School », in Rodriguez Yanez Xoan Paulo, Lorenzo Suarez Anxo M. et Ramallo Fernando (eds.), Lincom Studies in Language Acquisition, 12, Munich, Lincom, pp. 325-332.

---- (2007), « Structures d’État et dynamisme associatif : l’irlandais, langue d’une minorité à revendication majoritaire », in Viaut Alain (dir.), Variable territoriale et promotion des langues minoritaires, Pessac, Maison es Sciences de l’Homme d’Aquitaine, pp. 369-387.

Ó Murchú Mairtin (1985), The Irish Language, Dublin, Government of Ireland.

----(2002), Ag dul ó chion? Cás na Gaeilge 1952-2002, Dublin, Coiscéim.

Ó Riagáin Padraig (1992), Language Maintenance and Language Shift as Strategies of Social Reproduction: Irish in the Corca Dhuibhne Gaeltacht 1926-86, Baile Átha Cliath, I.T.É.

Online Historical Population Reports, University of Essex 2004-2007, Census 1851, Preliminary tables, p. 4 : http://www.histpop.org/ohpr/servlet/Show?page=Home.

Thomas Neil L. (1988), Irish Symbols of 3500 BC, Cork, Mercier Press.

Wakefield Priscilla (1826), A Family Tour through the British Empire, 12ème éd., Londres, Harvey & Darton.

Walsh John (2011), Contests and Contexts: The Irish Language and Ireland’s Socio-Economic Development, Berne, Peter Lang.

Warren Wilfrid Lewis (1997), « Church and State in Angevin Ireland », Chronicon, An electronic history journal, Vol. 1, 6, pp. 1-17, http://www.ucc.ie/chronicon/warrfra.htm.

Watkins Calvert (2008), « What makes the study of Irish worthwhile ? », in Ó Conchubhair Brian (ed.), Why Irish ? Irish Language and Literature in Academia, Galway, Arlen House, pp. 43-53.

Notes

1 Central Statistics Office (CSA) (2006), Irlande : recensement 2006, tableau 35.

2 Par Lionel, duc de Clarence, fils cadet du roi Édouard III et envoyé dans la « Seigneurie d’Irlande » comme Lord-lieutenant d’Irlande.

3 Traduit par Martin Walton à partir de la traduction en anglais par Dolan (1991 :142) et du texte d’origine. Texte original en français hiberno-normand : « III. Item ordine est et establie que chescun Engleys use la lang Engleis et soit nome par nom Engleys enterlessant oulterment la manere de nomere use par Irroies et que chescun Engleys use la manere guise monture et appareill Engleys solonc son estat et si nul Engleys ou Irroies conversant entre Engleys use la lang Irroies entre eux-mesmes encontre cest ordinance et de ceo soit atteint soint sez terrez et tentz sil eit seisiz en les maines son Seinours immediate mediate tanque qil veigne a un des places nostre Seignour le Roy et trove sufficient seurtee de prendre et user la lang Engleis et adonques eit restitution de sez ditz terres par breve jussiz hors de la dit places. » http://celt.ucc.ie:publiques/F300001-001/index.html ; traduction en anglais : « III. Also, it is ordained and established, that every Englishman use the English language, and be named by an English name, leaving off entirely the manner of naming used by the Irish ; and that every Englishman use the English custom, fashion, mode of riding and apparel, according to his estate ; and if any English, or Irish living amongst the English, use the Irish language amongst themselves, contrary to this ordinance, and thereof be attaint, that his lands and tenements, if he have any, be seized into the hands of his immediate lord, until he shall come to one of the Places of our lord the King, and find sufficient surety to adopt and use the English language, and then he shall have restitution of his said lands, by writ to issue out of the said Place. »

4 Traduit par Martin Walton à partir de la traduction en anglais de Hardiman (1843) : texte original : « […] et auxiant que les beneficers de seint Esglise conversantz entre Anglois usent la langue Engleis […] et eient respit de la langue Engloise apprendre et de celles purvier entre cy et le feste seint Michael prochin avent ». http://celt.ucc.ie/published/F300001-001/index.html ; traduction en anglais : « […] and also, that beneficed persons of holy Church, living amongst the English, [use the English language] […] and they shall have respite in order to learn the English language, and to thus provide [saddles ?] for between this and the feast of Saint Michael next coing » ; http://www.ucc.ie/celt/published/T300001-001/index.html

5 Sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vieil_irlandais#Les_oghams

6 Voir De Paor L. (1993, 1996), sa traduction en anglais du texte en latin de Beier L. (ed.) (1952), Libri Epistolarum Sancti Patricii Episcopi (St. Patrick’s Declaration) : « But, while I was there, in a night vision, I saw a man coming, as it were from Ireland. His name was Victoricus, and he carried many letters, and he gave me one of them. I read the ding : “The Voice of the Irish”. As I began the letter, I imagined in that moment that I heard the voice of those very people who were near the wood of Foclut, which is beside the western sea [west of Killala Bay, in Co. Mayo] – and they cried out, as with one voie : “We appeal to you, holy servant boy, to come and walk among us.” I was pierced by great emotion and could not read on, and so I woke. Thank God that after many years the Lord answered them according to their cry » (pp. 100-101).

7 Traduit en français par Martin Walton à partir De Paor L. (1993, 1996) : « Patrick came to Selc [between Rathcroghan and Tulsk, Co. Roscommon] where the sons of Bríon had their halls. They camped on the ramparts of Selc and made their bed and seat among the stones. His hand wrote letters on the stones which we saw today with our own es. » (166) « Patrick wrote an alphabet for Óengus on the day Senachus was ordonnes. » (168) ; « A certain man, Macc Dregin by name, with seven pagan sons, came to them and asked Patrick for God’s baptism. Patrick blessed him and his sons and chose one of them, named Macc Ercae, wrote him an alphabet and blessed him with a priest’s blessing. » (171) ; « And he came to Muirisc [Murrisk, in Tireragh, Co. Sligo] to the place of Brón son of Icne, and he blessed his son, that is, Bishop Macc Rime. They wrote an alphabet for him and for Bishop Muirethach, who was on the bank of the river Braith [not nonne] » (172), voir aussi dans le même ouvrage, la vie de St. Declan (pp. 249, 250, 263).

8 Ibid. : 14-15.

9 Traduit par Martin Walton à partir de : « that, the world being divided into three parts, Europe, Asia and Africa, Europe was distributed into four kingdoms ; namely, first, the Roman ; second, the Constantinopolitan ; third, the Irish, which is now transferred to the English ; and fourth, the kingdom of Spain : from which it is manifest, that the King of England and his kingdom are among the most eminent and most ancient of the kings and kingdoms of all Europe, which prerogative the kingdom of France is not said to hall » (Concilium Constansiense, 1417, XXXIe session, cité dans Anderson (1828 : 48).

10 Sources : www.irelandstory.com.

11 Traduit par Martin Walton à partir de : « Also, in the said day and year, it was enacted that no manner of man, freeman nor foreign, of the city of suburb dwellers, shall plead or defend in the Irish tongue against any man in the court, but that all they that any matters shall have in court to be ministered shall have a man that can speak English to declare his matter, except if one party be of the country ; then every such dweller shall be at liberty to speak Irish » (Crowley 2000 : 17).

12 Traduit par Martin Walton à partir de : « that it be ordained, enacted and established by authority of this present parliament, that all and every of the foresaid statutes (those that will that every subject shall ride in a saddle, and those that speaketh of the Irish language, only excepted) be authorised, approved, confirmed and deemed good and effectual in law » (An Act for the Confirmation of the Statutes of Kilkenny, 10, Henry VII, 1495) (Crowley 2000 : 17).

13 Traduction Martin Walton à partir de Falkiner Litton (1904 : 110) : « In the case of England, where the central authority was strong, the palatinates were limited to the march or border districts, as Chester on the Welsh, and Durham on the Scottish or Northumbrian borders. In the case of Ireland, the Crown having practically no authority in the interior of the island, the policy of Henry II was to hand over the country to Strongbow and his followers, with powers practically co-extensive with the powers of the Crown, but subject to and excepting any grants of Church lands. Only the sea-coast towns and the territories immediately adjacent were reserved to the sovereign. And it was in these latter districts only that for a long time the authority of the English kings had any direct force in Ireland. »

14 Voir Crowley (2000) p. 23 : An Act for the English Order, Habit and Language, 1537.

15 Moryson, Fynes (1566-1630), secrétaire privé du Lord Mountjoy qui fut vice-roi en Irlande sous Élizabeth Ière et Lord-lieutenant d’Irlande sous Jacques Ier. Son frère, Sir Richard Moryson, après avoir combattu comme colonel dans l’armée d’Essex en Irlande, deviendra gouverneur des comtés de Wexford et Waterford, ensuite vice-président de Munster et il sera élu député au Parlement irlandais en 1613.

16 « The little town, Holy Cross, in the county of the same name, hath many great privileges » (Moryson 1603 : 215).

17 Traduit par Martin Walton à partir de Moryson (Moryson 1603 : 262) : « myself and others often observed […] when the itinerant judges went their circuits through the kingdom each half year to keep assizes, few of the people, no, not the very jurymen, could speak English, and at like sessions in Ulster, all the gentlemen and common people (excepting only the judges’ train) and the very jurymen put upon life and death and all trials in law, commonly speak Irish, many Spanish, and few or none could or would speak English. »

18 Traduit par Martin Walton à partir de Moryson (ibid.) : « Again, contrary to the said laws, the Irish-English [sic] altogether used the Irish tongue, forgetting or never learning the English. […] But the law to spread the English tongue in Ireland was ever interrupted by rebellions, and much more by ill-affected subjects, so as at the time whereof I write the mere Irish disdained to learn or speak the English tongue, yea, the English-Irish and the very citizens (excepting those of Dublin where the Lord Deputy resides), though they could speak English as well as we, yet commonly speak Irish among themselves, and were hardly induced by our familiar conversation to speak English with us. »

19 Traduit par Martin Walton à partir de Moryson (ibid. : 246-247) : « These lords, challenging all their tenants’ goods […] distribute their lands among the tenants, to be tilled only for one, two or three years, and so the people build no houses, but like nomads living in cabins, remove from one place to another with their cows, and commonly retire them within thick woods not to be entered without a guide […]. »

20 Traduit de Martin Walton à partir de Wakefield (1824 : 238-241) : « Most of the cottages, or cabins, as the Irish call them, are made of mud dried, generally without windows or chimney. A small piece of ground for potatoes belongs to almost every cabin, as a principal means of support to the family ; for the poor seldom taste of anything but potatoes and milk. If the outside of these hovels is wretched, the inside is not less disgusting. The family, whether few or many, sleep together on straw, though sometimes there are beds ; and the cow, pig, dog, cat and chickens, repose in the same apartment with their master and mistress. »

21 Verset du King James Bible Version 1 cité dans Anderson (1828 : 205). À noter que la traduction française emploie le terme « langues » à la place de « voix » en anglais, terme plus « parlant » puisqu’il renvoie au « locuteur » : « Il y a, en effet, tant d’espèces de langues dans ce monde, et il n’y en a aucune qui n’ait sa signification. Si donc je ne connais pas le sens des paroles, je serai un barbare pour celui à qui je parle, et celui qui parle sera un barbare pour moi. »

22 http://library.law.umn.edu/irishlaw/7WIIIc4p254.htm Toute cette série de législation discriminatoire sera abrogée par le Parlement britannique en 1829.

23 « All proceedings in courts of justice, patents, charters, pardons, commissions, &c. […] shall be in the English tongue and language, and not in Latin or French, or any other tongue or language whatsoever » (Crowley 2000 : 22).

24 « Humble proposition pour empêcher les enfants des pauvres en Irlande d’être à la charge de leurs parents ou de leur pays et pour les rendre utiles au public » (« A Modest Proposal : For Preventing the Children of Poor People in Ireland from Being a Burden to Their Parents or Country, and for Making Them Beneficial to the Public »), Jonathan Swift (1729) dans Deane (1991 : 386-391).

25 Traduit par Martin Walton à partir de : « It would be a noble achievement to abolish the Irish language in the kingdom, so far, at least, as to oblige all the natives to speak only English on every occasion of business, in shops, markets, fairs, and other places of dealing : yet I am wholly deceived if this might not be effectually done in less than half an age, and at a very trifling expense ; for such I look upon a tax to be, of only six thousand pounds a-year, to accomplish so great a Wark. »

26 Traduit par Martin Walton à partir de : « in hope that God in mercy would raise up some to translate the New Testament into their mother tongs », cité dans Anderson (1828 : 51) à partir de la dédicace du Nouveau Testament irlandais publié en 1603.

27 Christopher Anderson (1782-1852), pasteur écossais à Edimbourg auprès d’une petite congrégation connue comme de « baptistes anglais » et connaisseur des Highlands écossaises, sera fondateur du Gaelic School Society pour la défense de la langue gaélique en Écosse. Il créera aussi l’Edinburgh Bible Society pour la promotion de la Bible.

28 Dans une citation de l’Histoire de la Conquête de l’Angleterre par les Normands d’Augustin Thierry (1795-1856), historien français.

29 Online Historical Population reports, University of Essex, 2004-2007, Census 1851 Preliminary tables, p. 4.

30 Traduit de Martin Walton à partir d’Anderson (1828 : 217) : « It has been estimated that the number of Irish who employ the ancient language of the country exclusively is not less than 500,000 ; and that at least a million more, although they have some understanding of English, and can employ it for the ordinary purposes of traffic, make use of their tongue on all other occasions, as the natural vehicle of their touts… ».

31 Traduit de Martin Walton à partir d’Anderson (1828 : 225-226), « Now had the Irish people then been taught to read their vernacular tongue, and the practice continued, since there were so few Irish books in existence, it is possible, that, in many instances, the language might have flitted away, like the mist from the mountains, before the light of a tongue in its immediate neighbourhood, so rich in literature and books. But as education, even in English, was neglected, and in Irish entirely denied, what has been the consequence ?– Why, that the colloquial dialect, of course, has maintained its ascendance. »

32 Traduit de Martin Walton à partir d’Anderson (1828 : 230-231) : « The truth is, that large sums of money have been spent in vain, both in Wales and our Highlands, in former years, simply in consequence of reversing the order of nature, by teaching English first, and before the reader could comprehend a word. There is no occasion for doing the same thing over again in Ireland, where […] [present money] would go five times further if the mother tongue were employed as the medium. At all events, of the large sums voted by Parliament from this country for Irish education, none of it has ever been applied towards the native Irish language […] Let enactments be multiplied to any extent, what do they signify ? Language still remains a thing of choice, or a matter of taste. “Doth not the ear try words as the mouth tastest meat ?” is one of the oldest proverbs in existence… » (le proverbe cité vient de Job 12 :11).

33 Central Statistics Office (CSA) (2006), Irlande : recensement 2006, tableau 35.

34 CSA (2006) in : « Persons, males and females in the State at each census since 1841 », dossier 01B. Census 2006 : http://census.cso.ie/census/ReportFolders/ReportFolders.aspx.

35 Pour le texte original, voir aussi Crowley (2000 : 157).

36 Ó hIfearnáin (2007 : 380) renvoie aux études d’Ó Riagáin (1992) et d’Ó hIfearnáin (2005).

37 Ó hIfearnáin reprend ce terme de Nelde, Strubell & Williams (1996), Euromosaic : The Production and Reproduction of the Minority Language Groups, Luxembourg, Office for Official Publications of the European Communities, selon lequel les Gouvernements de la plupart des pays européens construisent leurs comportements selon leur perception de l’attitude de la majorité et des besoins de la minorité : ils poursuivent une « politique de réaction aux efforts et aux pressions et besoins des minorités autochtones » (2007 : 373, 381, 384).

38 Ó hIfearnáin (2007 : 374).

39 À noter sur le site officiel de Foras na Gaeilge, http://www.gaeilge.ie/ForasnaGaeilge/An_Gum.asp, que An Gúm affiche avoir publié à ce jour un total d’« environ 2 500 livres et 350 partitions de musique », ce qui représenterait sur une nouvelle période équivalente de 35 ans (1965-2010), au total 1 000 titres de livres et 100 partitions de musique de plus, soit un tiers de moins que pendant la précédente période, économiquement plus difficile, entre 1926-1964.

40 Traduit par Martin Walton à partir de : « We would have our literature modern not only in the sense of freely borrowing every modern form which it does not possess and which it is capable of assimilating, but also in texture, tone and outlook. This is the 20th century ; and no literature can take root in the 20th century which is not of the 20th century. We want no Gothic revival. We would have the problems of today fearlessly dealt with in Irish ; the loves and hates and desires and doubts of modern men and women. The drama of the land war ; the tragedy of the emigration mania ; the stress and poetry and comedy of the language movement ; the pathos and vulgarity of Anglo-Ireland ; the abounding interest of Irish politics ; the relations of priests to people ; the perplexing education riddle ; the drink evil ; the increase in lunacy ; such social problems as (say) the loveless marriage ; these are matters which loom large in our daily lives, which bulk considerably in our daily conversations ; but we find not the faintest echoes of them in the Irish books that are being written. There would seem to be an amazing conspiracy among our writers to refrain absolutely from dealing with life, the one thing which, properly considered, literature has any concerne ! » de Pádraig MacPiarais, écrivant dans la revue An Claidheamh Soluis (1906) dont il devint éditeur en 1903 : citation dans Ó Fearáil (1975 : 27).

41 Traduit par Martin Walton à partir de : « Sooner or later the Irish Government will be faced by a dead wall. They will discover they are building a house without Windows ». Devane J. (1936), « Is an Irish culture possible ? », Ireland Today, Vol. I, no 5, pp. 21-31, octobre, cité dans Kennedy (1990 : 29).

42 Traduit de Martin Walton à partir de : « There is no hope of restoring the Irish language or of maintaining Irish civilisation as a distinct force unless the general culture of the people is enhanced. In fact one of the principal reasons why the language societies progress so slowly is that they consist of people who I know well in my own constituency have an extremely narrow isolationist tradition of tout. » cité dans Kennedy (1990 : 44).

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Alphabet « oghamique » des Celtes5
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/1930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Figure 2 – Territoires anglo-normands en 1300
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/1930/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Figure 3 – Territoires anglo-normands en 145010
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/1930/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Titre Figure 4 – Carte des anciennes tribus d’Irlande (xviie siècle)
Légende Source : Hollar Digital Collection, p. 681, avec la gracieuse permission du Thomas Fisher Rare Book Library, Université de Toronto.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/1930/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Figure 5 – Carte des 4 « provinces » modernes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/1930/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

Auteur

Linguiste, maître de conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour / IUT Bayonne, Dépt Gestion des entreprises et des administrations, Anglais.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search