Version classiqueVersion mobile

Les montesquieu après Montesquieu

 | 
François Cadilhon

Chapitre 21. Faire corps

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Portraits de famille

Si dans son étude sur les aristocrates et les grands bourgeois, Éric Mension-Rigau a montré que la famille était bien devenue le conservatoire des valeurs nobiliaires, l’histoire des Montesquieu au XIXe siècle repose d’abord sur les rapports entre Prosper et ses enfants puis sur ces derniers entre eux, leurs neveux et héritiers. Les liens entre le baron et son fils aîné furent particulièrement tendus après le mariage qu’il avait tant encouragé avec Euphrosine. À « Un cher père », l’autre répondait souvent avec des remarques acerbes, comme le 4 février 1870 : « Salut mon cher irréconciliable. Tu n’as donc pas voulu assister au baptême de Charles Roger, ou tu ne l’as pu ? Dans l’un ou l’autre cas, je le regrette et je suis fort contrarié d’arriver ici lorsque tu pars du lieu !1 » En général, la lettre assez sévère s’achevait par un : « Adieu tout à toi, amitiés à Euphrosine, j’embrasse Suzanne, transmets mes amitiés rue Saint-Honoré et ailleurs. » Le plus souvent c...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search