Version classiqueVersion mobile

Les montesquieu après Montesquieu

 | 
François Cadilhon

Chapitre 20. Un début dans la vie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le jeune Prosper

Après les expériences révolutionnaires, dont ces écoles centrales où Latapie avait tout de même trouvé une place en 1796 comme professeur de langue ancienne, le nouveau système scolaire imaginé sous le Consulat et l’Empire, avec ses lycées, les écoles secondaires communales ou privées et des petits séminaires très contrôlés, ne répondait guère aux attentes du public et encore moins à la noblesse. La plupart du temps, les élites françaises préférèrent faire appel lorsqu’elles le pouvaient à un précepteur pour former leurs enfants à l’écart des institutions napoléoniennes. Selon la bonne formule d’Antoine Prost : « Il était plus facile à l’empereur dans sa toute puissance d’envoyer cent mille conscrits de plus sur les champs de bataille que d’obtenir de la confiance ou de la déférence des familles mille pensionnaires de plus1. » Joseph-Cyrille bien que très honorable conseiller municipal de Bordeaux adopta une attitude identique pour son fils. L’éducation des enfants a...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search