Version classiqueVersion mobile

Les montesquieu après Montesquieu

 | 
François Cadilhon

Chapitre 19. L’air du temps

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La république ou la monarchie

Après la dissolution de la Chambre, le 16 mai 1830, le gouvernement de Charles X invita tous les préfets à user de ruse pour profiter des modalités d’accession au suffrage et pour évincer un maximum d’opposants. Le vicomte de Curzay écrivit dans ce sens à Prosper jugé comme un partisan sûr, ce qui n’était pas aussi évident. Les comptes de La Brède montrent en fonction des abonnements à la presse locale et régionale l’évolution des choix politiques des Montesquieu au XIXe siècle. En 1820, si Joseph-Cyrille était bien abonné aux feuilles ultra-royalistes, comme La Ruche d’Aquitaine et le Mémorial Bordelais, Prosper fut en 1826 un des premiers lecteurs du momentanément libéral Figaro, disponible au château au moins jusqu’à la Première Guerre mondiale. Hostile aux audaces légitimistes, ce quotidien se montra d’abord favorable à la Monarchie de Juillet, avant d’évoluer. Prosper ne se pressa d’ailleurs pas pour abandonner la mairie de La Brède et souhaita même...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search