Version classiqueVersion mobile

Les montesquieu après Montesquieu

 | 
François Cadilhon

Chapitre 18. Du côté d’Agen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La famille de Laurière

« On passe aujourd’hui un peu la borne. Il devient d’usage de déclarer que l’on est de race corvéable, qu’on a l’honneur d’être fils d’un homme attaché à la glèbe. N’est-ce pas se ranger du parti le plus fort ? Les marquis, les comtes, les barons de maintenant n’ayant ni privilèges, ni sillons, les trois-quarts mourant de faim, se dénigrant les uns et les autres, peuvent-ils inspirer quelque crainte ? L’élégance des manières [de ma mère] l’allure vive de son humeur contrastait avec la rigidité et le calme de mon père. Aimant la société autant qu’il aimait la solitude […] taciturne, despotique et froid1. » La présentation par Chateaubriand de ses parents et des réalités sociales peut très facilement être comparée à la vie d’Étienne Basile Jacques de Laurière, baron de Moncaut, au début du XIXe siècle. Il appartenait à une vieille famille du Sud-Ouest qui servait les armées du roi depuis plusieurs générations, alliée aux Sarrau que le philosophe et Jean-Baptiste ...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search