Version classiqueVersion mobile

Les montesquieu après Montesquieu

 | 
François Cadilhon

Chapitre 16. Monsieur le maire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Préséances

Quels que soient les engagements individuels ou les refus politiques, la noblesse française du XIXe siècle eut toujours le souci d’encadrer le monde rural, de diriger les associations agricoles et caritatives, de promouvoir la vie culturelle et religieuse locale et accepta donc assez facilement d’assumer des fonctions municipales voire départementales. L’engagement presque bénévole qui exigeait une certaine prudence allait de pair avec une stratégie sociale et économique globale1. Les Montesquieu illustrent parfaitement ce mouvement jusqu’à la Première Guerre mondiale, à La Brède mais également à Brécy dans le Cher. Après la Révolution, la politique intérieure de Napoléon Ier reposait sur une forte centralisation selon un système administratif parfaitement hiérarchisé dont la commune était le premier maillon. Si l’empereur puis le roi nommaient les maires des villes de plus de 5 000 habitants, en dessous c’était le préfet, relais du gouvernement parisien, qui choisissait l...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search