Version classiqueVersion mobile

Les montesquieu après Montesquieu

 | 
François Cadilhon

Chapitre 14. L’évolution de la fortune

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un patrimoine

Au milieu du XIXe siècle, la Gironde était le département français comptant le plus grand nombre de gros contribuables du pays, parce que les négociants locaux avaient su surmonter les crises multiples et profiter des recompositions mais parce que la noblesse également largement représentée l’avait fait aussi. Bien que les romans et les productions cinématographiques l’utilisent encore facilement, l’image d’une aristocratie désargentée ou appauvrie à cause de la Révolution est un raccourci simpliste, cependant Joseph-Cyrille n’eut jamais les facilités que les Bordelais imaginaient. Pour échapper à quelques « embarras » passagers, en 1811, il obtint l’aide des Marbotin et des de Mons1 puis, en 1824, il lui fallut emprunter en urgence 10 000 francs au comte Maximilien de Menou. Le recours au crédit était fréquent mais la noblesse utilisait en général ses propres réseaux fondés sur l’estime et l’amitié ; celles-ci avaient néanmoins quelques limites et Joseph-Cyrille dut ai...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search