Version classiqueVersion mobile

Les montesquieu après Montesquieu

 | 
François Cadilhon

Chapitre 9. Le Cap français

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mariages calculés

Puisque la législation accordait des droits importants aux parents, les enfants devaient épouser une personne de leur rang et la règle souffrait de peu d’exceptions, avec souvent une très forte endogamie géographique. Le cousin des Montesquieu, François de Lamontaigne, acceptait quelques unions entre noblesse et roture fondées sur un intérêt réciproque ; le mariage devant toutefois être bien assorti, la recherche de l’âme sœur était limitée parce que l’affaire se concluait un peu comme une véritable alliance entre deux royaumes1. Toute la famille était concernée et l’on connaît sur ce point le sort réservé à au moins deux des enfants de Denise. Marie-Thérèse de Secondat épousa, le 27 janvier 1771, Jean Villatte, baron de Frégimont, contrat passé le 4 à Agen devant le notaire Audebert2. Joseph-Cyrille fit de même, le 28 février 1789, avec Jacqueline de Menou, contrat passé le 21 au château de Nantes3 et tous se déplacèrent ensuite en famille sur les rives de la Garon...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search