Version classiqueVersion mobile

Les montesquieu après Montesquieu

 | 
François Cadilhon

Chapitre 8. Servir le roi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quatre carrières militaires

Un noble sur cinq seulement acceptait encore de servir dans l’armée au XVIIIe siècle, et néanmoins la plupart des vieilles maisons de France tenaient à conserver cet héritage qui venait enrichir le capital symbolique du lignage : « Il n’y a rien que l’honneur prescrive plus à la noblesse que de servir le prince à la guerre. C’est une profession distinguée1. » Si le philosophe l’avait bien un peu envisagée pour Jean-Baptiste, ses petits-fils s’y engagèrent résolument. Charles d’Armajan, Joseph-Cyrille et François de Montesquieu, Charles-Louis de Labrède (son nom était alors écrit ainsi) eurent l’audace de vouloir aller affronter les ennemis du roi ; cependant les quatre n’eurent pas du tout la même carrière. Le cas de Monsieur de Guichanères illustre d’abord celui des magistrats de la Cour des aides, facilement dénoncés par les intendants pour leur médiocrité et leur inutilité et dont la seule ambition « était bien de diriger leurs fils vers l’armée ». Cet ...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search