Versión clásicaVersión móvil

Les montesquieu après Montesquieu

 | 
François Cadilhon

Chapitre 6. La République des sciences

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

Les cercles scientifiques

Au début du XVIIIe siècle, l’étude des sciences était encore largement assimilée à de l’érudition, pourtant, si siècle scientifique il y eut, ce fut bien celui des Lumières1. Bruno Belhoste a souligné que les honneurs royaux rendus à Newton à sa mort, en 1727, montrent que le domaine longtemps associé à une curiosité mondaine avait déjà su prendre toute sa place dans la République des lettres auxquels d’autres voulaient répondre par une République des sciences. Des plus grands savants à la masse des anonymes, érudits ou simples curieux, cette vaste nébuleuse, qui n’avait pas de limites géographiques fixes et qu’il paraît difficile de réduire à quelques individualités, s’efforçait d’appliquer au mieux tous les principes communs de l’expérience. Jean-Baptiste de Secondat se lança délibérément dans le mouvement plutôt que de rejoindre le banc des présidents à mortier et sa correspondance fut tournée de manière significative beaucoup plus vers les sciences que v...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2016

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search