Version classiqueVersion mobile

Les montesquieu après Montesquieu

 | 
François Cadilhon

Chapitre 6. La République des sciences

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les cercles scientifiques

Au début du XVIIIe siècle, l’étude des sciences était encore largement assimilée à de l’érudition, pourtant, si siècle scientifique il y eut, ce fut bien celui des Lumières1. Bruno Belhoste a souligné que les honneurs royaux rendus à Newton à sa mort, en 1727, montrent que le domaine longtemps associé à une curiosité mondaine avait déjà su prendre toute sa place dans la République des lettres auxquels d’autres voulaient répondre par une République des sciences. Des plus grands savants à la masse des anonymes, érudits ou simples curieux, cette vaste nébuleuse, qui n’avait pas de limites géographiques fixes et qu’il paraît difficile de réduire à quelques individualités, s’efforçait d’appliquer au mieux tous les principes communs de l’expérience. Jean-Baptiste de Secondat se lança délibérément dans le mouvement plutôt que de rejoindre le banc des présidents à mortier et sa correspondance fut tournée de manière significative beaucoup plus vers les sciences que v...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search