Version classiqueVersion mobile

Les montesquieu après Montesquieu

 | 
François Cadilhon

Chapitre 4. Scènes de la vie privée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’hôtel choisi

Lorsque le voyageur anglais Arthur Young expliqua, en 1787, que Bordeaux était un gigantesque chantier et que « les maisons neuves qui étaient bâties dans tous les quartiers de la ville marquaient trop clairement pour qu’on s’y méprenne la prospérité de la ville », c’est en effet dans ce domaine, au-delà du caractère général, que l’on voulait affirmer une réussite et un statut social. Tous les nobles fortunés veillaient à disposer d’un hôtel en ville autant pour des raisons professionnelles que pour des raisons de prestige. On peut alors encore y distinguer au mieux1 la différence entre une noblesse récente, enrichie, dont les hôtels d’apparat étaient somptueusement édifiés sur les fossés du Chapeau-Rouge face à la Garonne, et une noblesse ancienne, ancrée dans le vieux Bordeaux, dans les petites paroisses du centre à Saint-Maixent, à Saint-Christoly ou à Saint-Éloi. L’historien peut assez facilement passer d’une localisation d’un groupe à la localisation d’un individu...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search