Version classiqueVersion mobile

Les montesquieu après Montesquieu

 | 
François Cadilhon

Chapitre 2. Les noblesses du temps

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les mutations sociales

Être noble, sous l’Ancien Régime, était théoriquement un statut juridique précisé par de nombreux édits royaux et enrichi des spécificités ou des coutumes régionales avec des privilèges honorifiques, judiciaires et fiscaux relativement clairs. « Le gentilhomme est élevé au-dessus des roturiers par sa naissance, par ses charges ou par la faveur du prince » mais Furetière distinguait aussi « les vrais nobles qui sont les nobles de race, de sang, d’extraction et les nouveaux nobles qui ont été anoblis par leurs charges et par leurs emplois ». Le XVIIIe siècle connut en fait une mutation décisive des mentalités avec le passage d’une société héritée de principes immuables construits autour de l’inné à une société s’appuyant largement sur le mérite, valorisant les talents et récompensant les qualités. Le phénomène ne cessant de s’accélérer, il n’y avait plus une mais des noblesses, une noblesse plurielle à l’hétérogénéité finalement comparable à celle de la province,...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search