Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sud-Ouest, la France et l’Europe à la fin de l’Empire napoléonien

 | 
Laurent Coste

Troisième partie. Le Sud-Ouest, terrain d'action périphérique ou centre d'impulsion du retour des Bourbons ?

Un département frontière à la fin de l’Empire : les Basses-Pyrénées

Josette Pontet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Voulant se justifier de son administration pendant les dernières années de l’Empire, le préfet de Vanssay, en poste dans les Basses-Pyrénées depuis 1810, écrit le 29 juillet 1814 :

Il est incontestable que le département des Basses-Pyrénées n’ayant été envahi que pied à pied sa situation ne peut être comparée à celle d’aucune autre partie de la France puisqu’il n’a cessé d’être occupé par les armées belligérantes depuis le 25 juin 1813 jusqu’à ce jour et que pendant tout ce temps tous les maux de la guerre ont pesé sur lui1.

Si les Basses-Pyrénées2 sont loin d’avoir été le seul département limitrophe de l’ancienne France à être envahi au cours de la campagne de France – c’est le cas de l’Ain en janvier 1814 ou du Rhône en février-mars3 – il a été le premier à recevoir sur son sol des armées en repli après la défaite de Vitoria le 21 juin 1813. Depuis l’expédition au Portugal en 1807 et les « affaires d’Espagne » que Napoléon avait cru régler lors de son séjour à Bayonne du 14 avril au...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540