Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sud-Ouest, la France et l’Europe à la fin de l’Empire napoléonien

 | 
Laurent Coste

Troisième partie. Le Sud-Ouest, terrain d'action périphérique ou centre d'impulsion du retour des Bourbons ?

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Hormis la conscription et les déplacements de troupes, réguliers depuis 18071, les populations du Sud-Ouest s’étaient trouvées éloignées des principaux champs de batailles de l’époque. Les traités signés avec les coalisés concrétisaient les victoires de l’Empereur sur les monarchies d’Europe centrale et orientale et bouleversaient les tracés des frontières. Pourtant, à la fin de l’année 1813, alors que Napoléon abandonne l’Allemagne, les troupes alliées se rapprochent des frontières pyrénéennes et bientôt le territoire même de l’Empire est envahi (Josette Pontet). Wellington bénéficie alors de circonstances favorables. Depuis le Directoire et l’épisode de l’Institut philanthropique, les royalistes avaient tissé un réseau dans les départements aquitains (Marguerite Figeac-Monthus)2. Certes, comme l’exprimait le Bordelais Philippe Ferrère « sous la main de fer et les yeux de lynx de Buonaparte et de sa police », les sociétés secrètes sombrèrent dans une prudente inaction3. Mais le ter...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540