Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sud-Ouest, la France et l’Europe à la fin de l’Empire napoléonien

 | 
Laurent Coste

Deuxième partie. D'une fidélité l'autre : la fin du Grand Empire

Les négoces maritimes français au lendemain des guerres napoléoniennes

Philippe Gardey

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 12 mars 1814, presque un mois avant l’abdication de Napoléon, la noblesse et le peuple de Bordeaux accueillaient avec enthousiasme les troupes britanniques qui précédaient l’entrée dans la cité du duc d’Angoulême. Un des organisateurs du mouvement monarchiste local constatait que le négoce, prudent comme à son habitude, « restait froid et se tenait en arrière1 ». Il ne se rallia après l’abdication que par réalisme. À Marseille, on fut moins timoré. Dès le mois d’avril, une délégation se rendit à Paris pour porter à Louis XVIII « le témoignage de l’inaltérable fidélité et du profond respect des négociants de Marseille2 ». Pour les milieux du commerce, la chute de l’Empire, après 22 années de guerre quasi continue, fut un vrai soulagement. Ralliés massivement à Bonaparte après Brumaire, car ils en attendaient un retour à l’ordre et à la paix, ils abandonnaient l’Empereur déchu et acceptaient le retour des Bourbons pour les mêmes raisons.

La Restauration, écrit Bruno Marnot, est un t...

Auteur

Docteur en histoire à l’Université Bordeaux Montaigne, CEMMC.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540