Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sud-Ouest, la France et l’Europe à la fin de l’Empire napoléonien

 | 
Laurent Coste

Deuxième partie. D'une fidélité l'autre : la fin du Grand Empire

Les élites religieuses, l’invasion et la fin de l’Empire

Jacques-Olivier Boudon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’arrivée au pouvoir de Napoléon Bonaparte s’était accompagnée d’une volonté de parvenir à la paix religieuse. Elle fut concrétisée le 15 juillet 1801 par la signature d’un concordat avec la papauté, partie intégrante de la loi du 18 germinal an X (8 avril 1802), qui ouvre la voie à la reconstruction de l’épiscopat, selon un amalgame qui permet d’associer dans un même ensemble évêques d’Ancien Régime, évêques constitutionnels et prêtres du second ordre pour la plupart issus des rangs réfractaires1. En 1802, Bonaparte est salué comme le restaurateur des cultes, ce lien privilégié avec l’Église catholique étant parachevé par la venue du pape Pie VII en France pour le sacre de Napoléon. Mais deux ans plus tard, les relations se tendent entre les deux pouvoirs, l’armée impériale occupant les États pontificaux. Le pape réagit avec la seule arme dont il dispose, en refusant d’accorder son investiture canonique aux nouveaux évêques, à partir de 1808. La crise du Sacerdoce et de l’Empire s’...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540