Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sud-Ouest, la France et l’Europe à la fin de l’Empire napoléonien

 | 
Laurent Coste

Deuxième partie. D'une fidélité l'autre : la fin du Grand Empire

Le comportement des élites préfectorales et municipales en 1814

Pierre Allorant

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« De grands événements, auxquels j’étais étranger, se préparaient alors. Parti de Bordeaux pour rejoindre Louis XVIII à Paris, le duc d’Angoulême recevait, à son passage dans chaque ville, des ovations préparées par l’enthousiasme qui saisissait la vieille France au retour des Bourbons. » Bien des rapports préfectoraux usent d’un lyrisme proche de celui de Balzac dans Le Lys dans la vallée1, et témoignent avant tout du bouleversement des pratiques administratives des temps ordinaires : « Depuis quatre mois, il n’y avait plus en France d’administration générale ; il n’y avait que des administrations locales. Les ministres ne sachant plus que faire renvoyaient tout aux préfets, sans leur offrir aucune ressource. » Cette analyse du préfet de la Nièvre, Fiévée2, est confirmée et précisée par son collègue de Nantes, le baron de Barante : « La latitude qu’on a bien voulu laisser à l’administration locale [a] sauvé le pays de beaucoup de malheurs et de beaucoup de charges. Ces avantages n’...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540