Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sud-Ouest, la France et l’Europe à la fin de l’Empire napoléonien

 | 
Laurent Coste

Deuxième partie. D'une fidélité l'autre : la fin du Grand Empire

Le prix de la gloire napoléonienne

Pierre Branda

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 22 juillet 1814 à la chambre des députés, le baron Louis, ministre des Finances résuma ainsi le bilan impérial : « L’année 1814 s’ouvrait avec des besoins immenses, tristes résultats des revers inouïs des deux campagnes précédentes. La funeste influence de ces désastres avait détruit plusieurs des ressources du Trésor, et les avait toutes atténuées. L’impuissance de subvenir aux dépenses de la guerre était évidente1. » Le constat était amer mais semblait juste. La folle envolée des dépenses militaires, les rentrées d’argent qui ne se faisaient plus ainsi que les pertes de territoire avaient précipité le régime impérial dans une quasi-faillite. Dans les derniers mois de 1814, le Trésor public ne pouvait plus assurer les dépenses de l’État : les fournisseurs n’étaient plus payés, les fonctionnaires ne touchaient plus leurs émoluments et les détenteurs de rente 5 % ne recevaient plus l’intérêt de leur argent.

Un déficit impérial mesuré

Lorsqu’un nouveau régime s’installe au pouvoir, i...

Auteur

Historien, Fondation Napoléon.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540