Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le Sud-Ouest, la France et l’Europe à la fin de l’Empire napoléonien

 | 
Laurent Coste

Deuxième partie. D'une fidélité l'autre : la fin du Grand Empire

Introduction

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

Au printemps 1814, les forces alliées pénètrent sur le territoire français, Prussiens et Russes par le nord-est, Autrichiens par l’est, Britanniques par le sud-ouest1. Alors que jusque-là, les troupes de la Grande Armée avaient traversé et occupé l’Europe, de Lisbonne à Moscou, faisant payer aux vaincus les frais considérables de la guerre (Pierre Branda), c’est au tour des populations civiles de subir le passage et l’hébergement, qui des uhlans, qui des cosaques (Jacques Hantraye). Face à l’effondrement, les fidélités s’effacent derrière la sauvegarde des intérêts personnels et les impératifs de la continuité de l’État. L’attachement au régime et à son chef s’effrite, signe qu’il était plus souvent contraint que sincère. On le voit à la violente diatribe prononcée au Corps législatif par le député Joachim Lainé (Munro Price)2. L’Empereur en conçut un fort ressentiment qui s’exprimait encore à Sainte-Hélène où il dénonçait la trahison des députés : « J’ai voulu les associer ainsi à ...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540