Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le Sud-Ouest, la France et l’Europe à la fin de l’Empire napoléonien

 | 
Laurent Coste

Deuxième partie. D'une fidélité l'autre : la fin du Grand Empire

Introduction

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Au printemps 1814, les forces alliées pénètrent sur le territoire français, Prussiens et Russes par le nord-est, Autrichiens par l’est, Britanniques par le sud-ouest1. Alors que jusque-là, les troupes de la Grande Armée avaient traversé et occupé l’Europe, de Lisbonne à Moscou, faisant payer aux vaincus les frais considérables de la guerre (Pierre Branda), c’est au tour des populations civiles de subir le passage et l’hébergement, qui des uhlans, qui des cosaques (Jacques Hantraye). Face à l’effondrement, les fidélités s’effacent derrière la sauvegarde des intérêts personnels et les impératifs de la continuité de l’État. L’attachement au régime et à son chef s’effrite, signe qu’il était plus souvent contraint que sincère. On le voit à la violente diatribe prononcée au Corps législatif par le député Joachim Lainé (Munro Price)2. L’Empereur en conçut un fort ressentiment qui s’exprimait encore à Sainte-Hélène où il dénonçait la trahison des députés : « J’ai voulu les associer ainsi à ...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540