Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sud-Ouest, la France et l’Europe à la fin de l’Empire napoléonien

 | 
Laurent Coste

Deuxième partie. D'une fidélité l'autre : la fin du Grand Empire

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au printemps 1814, les forces alliées pénètrent sur le territoire français, Prussiens et Russes par le nord-est, Autrichiens par l’est, Britanniques par le sud-ouest1. Alors que jusque-là, les troupes de la Grande Armée avaient traversé et occupé l’Europe, de Lisbonne à Moscou, faisant payer aux vaincus les frais considérables de la guerre (Pierre Branda), c’est au tour des populations civiles de subir le passage et l’hébergement, qui des uhlans, qui des cosaques (Jacques Hantraye). Face à l’effondrement, les fidélités s’effacent derrière la sauvegarde des intérêts personnels et les impératifs de la continuité de l’État. L’attachement au régime et à son chef s’effrite, signe qu’il était plus souvent contraint que sincère. On le voit à la violente diatribe prononcée au Corps législatif par le député Joachim Lainé (Munro Price)2. L’Empereur en conçut un fort ressentiment qui s’exprimait encore à Sainte-Hélène où il dénonçait la trahison des députés : « J’ai voulu les associer ainsi à ...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540