Version classiqueVersion mobile

Le Sud-Ouest, la France et l’Europe à la fin de l’Empire napoléonien

 | 
Laurent Coste

Première partie. La dislocation de l'Europe napoléonienne et la victoire des Alliés

L’Espagne, un vainqueur en trompe l’œil

Jean-Philippe Luis

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 12 décembre 1813 paraissait en Angleterre une caricature intitulée A Spanish Passport to France dans laquelle un Espagnol en tenue d’opérette bottait les fesses d’un Français ayant les traits de Napoléon jeune, pour le contraindre à regagner la France1. Cette image renvoie à une opinion largement partagée en Europe selon laquelle l’Espagne faisait indiscutablement partie des vainqueurs de 1814. En effet, l’ampleur du soulèvement anti-français du printemps 1808 et la longue résistance menée par la guérilla jusqu’à la fin de l’année 1813 avaient diffusé en Europe l’image d’un peuple héroïque qui, par son courage et sa constance, avait été le premier à résister à « l’ogre », puis à mettre en déroute la Grande Armée. Cette perception était renvoyée par la caricature dès 1808, comme dans cette gravure où, après la victoire surprise de Baylen, l’Espagne était représentée sous les traits d’un boucher découpant Bonaparte « au bénéfice de ses voisins2 ».

Les propos d’exil de Napoléon à pro...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search