Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sud-Ouest, la France et l’Europe à la fin de l’Empire napoléonien

 | 
Laurent Coste

Première partie. La dislocation de l'Europe napoléonienne et la victoire des Alliés

Le rôle de Caulaincourt dans l’abdication de Napoléon et la négociation du traité de Fontainebleau

Thierry Lentz
File not found. Auteur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les derniers mois de l’Empire, Armand de Caulaincourt fut à la fois un des collaborateurs les plus proches de Napoléon et ce qu’un auteur a appelé un « diplomate du désespoir1 ». En plus de sa fonction d’aide de camp et de sa charge de grand-écuyer, il avait été nommé ministre des Relations extérieures, en remplacement de Maret, le 20 novembre 1813. Ayant passé quatre ans à Saint-Pétersbourg comme ambassadeur, il avait en effet tissé des rapports personnels avec le tsar qui pourraient s’avérer utiles le moment venu, même si la Russie et ses alliés s’interdisaient toute paix séparée.

Présent dans l’entourage de Napoléon depuis une quinzaine d’années, Caulaincourt apparaissait en outre comme un de ses hommes de confiance. Il l’était en effet, même si les relations entre les deux hommes n’étaient pas cependant de nature amicale. Simplement, Caulaincourt avait le sens du devoir et il était prêt à le remplir jusqu’au bout. Cela ne l’empêcha pas d’avoir son avis sur les questions de l...

Auteur

Directeur de la Fondation Napoléon

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540