Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sud-Ouest, la France et l’Europe à la fin de l’Empire napoléonien

 | 
Laurent Coste

Première partie. La dislocation de l'Europe napoléonienne et la victoire des Alliés

L’Autriche et la campagne de France

Olivier Chaline

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Trop souvent, l’Autriche n’apparaît que fugitivement dans l’histoire de la fin du régime napoléonien qu’elle combattit, sans, pour autant, vouloir sa disparition. La puissante figure de Metternich éclipse l’armée de son maître François I er. Dans bien des récits de la campagne de France de 1814, Napoléon, Blücher et Alexandre comptent davantage que Schwarzenberg, pourtant généralissime de la coalition1. Le peu d’intérêt des Français, le souvenir des cosaques, enfin les critiques de Clausewitz et le poids de l’historiographie prussienne ont durablement conduit à minimiser l’engagement militaire autrichien souvent qualifié de timide et de vieux-jeu2. Pourtant, la plus grande armée alliée après celle du tsar (144 000 hommes directement engagés) est bien celle du monarque Habsbourg, surgie de Bohême en août 1813. Elle aligne plus de 80 000 hommes sur le Rhin et au moins 60 000 autres en Italie, tandis que les Prussiens sont environ 80 000. Mais elle n’opère pas seule contre la France pu...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540