Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sud-Ouest, la France et l’Europe à la fin de l’Empire napoléonien

 | 
Laurent Coste

Première partie. La dislocation de l'Europe napoléonienne et la victoire des Alliés

1814 vue de Constantinople : le général-comte Andréossy et la chute de l’Empire

Géraud Poumarède

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ancien des campagnes d’Italie et de l’Expédition d’Égypte, fidèle de Bonaparte dont il avait été le chef d’état-major au moment du 18 brumaire, Antoine-François Andréossy avait accompli une série de missions diplomatiques à Londres, puis à Vienne, avant d’être nommé à l’ambassade de Constantinople en 18121. Ce militaire, devenu diplomate, avait été chargé d’inciter la Porte à poursuivre son effort de guerre contre la Russie avec laquelle elle était en conflit depuis 1806, au moment même où Napoléon Ier lançait ses armées contre le tsar. Il était cependant arrivé trop tard à son poste : la paix venait d’être conclue à Bucarest entre les deux puissances. Par la suite, toutes ses initiatives pour engager les Turcs à reprendre les hostilités étaient demeurées vaines2. Impuissant, il avait alors appris l’échec terrible de la campagne de Russie, la défection de la Prusse à la fin de 1812 et l’entrée en guerre de l’Autriche à l’été 18133, puis il s’était retrouvé coupé du ministère par une...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540