Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le concept d’élites en Europe

 | 
Laurent Coste
, 
Stéphane Minvielle
, 
François-Charles Mougel

Troisième partie. Familles et élites

La noblesse comprise comme dialogue social et politique. L’exemple parisien, 1650-1750

Mathieu Marraud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La noblesse peut être posée, par l’historien, en tant que catégorie réalisée, délimitée par la jouissance d’un statut juridique. Elle est l’accumulation de tous les individus remplissant, à une période donnée, l’un des critères légaux produits ou avalisés par le régime1. Elle se reconnaît et s’accomplit en tant que telle, par la dévolution et la propriété de ce statut qui la transporte, héréditairement, d’un siècle à l’autre, tout en la nourrissant de repères culturels exclusifs. Phénomène unique de distinction, elle est étudiée par-delà les périodes comme une invariance de la société d’ordres.

Dans la France d’Ancien Régime, la noblesse peut être toutefois posée d’une autre manière. Elle peut l’être en tant que système de relations, au croisement d’un double processus :

  • la construction de l’État par la délégation de la puissance publique du prince vers le particulier,
  • l’impact des pratiques familiales sur la détention et la transmission de cette puissance publique, c’est-à-dire sur sa...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540