Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le concept d’élites en Europe

 | 
Laurent Coste
, 
Stéphane Minvielle
, 
François-Charles Mougel

Première partie. À la recherche des élites

Quelques adaptateurs de la Politique d’Aristote à la fin du Moyen Âge : en deçà de la notion d’élite

Françoise Lainé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le mot « élite », au sens de groupe minoritaire de personnes d’une société le plus distingué par ses qualités1, n’existe pas en latin médiéval, pas plus qu’en moyen français ou en catalan. Eslis/eslite est un adjectif s’appliquant à des êtres ou des choses dont on veut souligner l’excellence2, elegit de même en catalan3. Moralistes et théologiens utilisent à l’envi eligere et les mots de sa famille pour parler du choix moral ou pour évoquer les « élus » qui accéderont à la vie éternelle. Esliture désigne le processus de choix et, par transitivité, les gens ou objets « de choix » ; on s’approche ici de la notion d’« élite » mais les exemples cités par Godefroy se rattachent au domaine guerrier, non au champ politique. Majores, mot très employé en corrélation avec mediocres et minores, en particulier lorsqu’il s’agit de partager le pouvoir « municipal » entre groupes sociaux urbains, reste confiné à cet emploi. L’absence du substantif « élite » renvoie a priori à celle du concept et n...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540