Version classiqueVersion mobile

Identifier et catégoriser les langues minoritaires en Europe

 | 
Joan Busquets
, 
Sébastien Platon
, 
Alain Viaut

L'exemple ibérique et l'éventail de la reconnaissance

Usages linguistiques en Catalogne, dans la Communauté valencienne et aux Îles Baléares

Language uses in Catalonia, the Valencian Community, and the Balearic Islands

Alexia Bos i Solé

Résumé

L’évolution du catalan dans les trois régions de l’Espagne où cette langue a un statut co-officiel – la Catalogne, la Communauté valencienne et les Îles Baléares –, est analysée en se basant sur les résultats d’enquêtes sociolinguistiques de ces dernières décennies. La situation singulière de cette langue permet de s’interroger sur sa place parmi les langues minoritaires. À travers le territoire étudié, la vitalité du catalan semble plutôt forte, avec une transmission qui se poursuit de génération en génération et une pratique dans toutes les sphères sociales. Il s’agit d’une langue standardisée, disposant d’une large production écrite, semblable à celle d’une langue majoritaire. Cependant, certaines disparités se creusent entre les régions et pourraient nuire à sa vitalité : dans la Communauté valencienne, le choix d’une dénomination distinctive, le « valencien », isole le territoire et sa promotion linguistique ; la situation pourrait évoluer vers une substitution linguistique du catalan par le castillan comme langue majoritaire dans cette région comme dans les Îles Baléares. Une dénomination unique permettrait de consolider les liens entre les régions et ainsi de renforcer la position du catalan en tant que langue majoritaire. Pour lutter contre la substitution linguistique, il convient de réfléchir à la mise en place de stratégies mettant en avant les intérêts professionnels, sociaux et culturels du catalan dans ces régions, de sorte que les nouveaux arrivants se dirigent vers le catalan comme langue de communication.

Texte intégral

1Nous nous proposons ici de brosser un tableau de la situation sociolinguistique en Catalogne, dans la Communauté valencienne et aux Îles Baléares. Il s’agit de repérer les tendances évolutives qui méritent le plus d’attention dans les différentes régions catalanophones. Il sera donc tenu compte des diverses études et enquêtes réalisées ces dernières années par les Gouvernements de ces territoires. Elles permettront de cerner l’évolution du contexte sociolinguistique catalan et de se représenter l’état de santé de la langue en se demandant à quel point le catalan peut entrer dans la catégorie des langues minoritaires.

2Il importe de préciser avant toute chose que la situation de la langue catalane, qui est difficilement comparable aux réalités linguistiques des pays voisins, a longtemps fait l’objet d’analyses et de réflexions en tous genres, conduites à différents niveaux et sous divers angles disciplinaires. Les institutions publiques et certains organismes sociaux ne sont pas restés à l’écart : ces dernières années, ils ont créé des outils et des mécanismes voués à diffuser et évaluer informations et données sur l’état de la langue catalane.

Domaine linguistique catalan

3Dans l’ensemble et selon les données officielles publiées par le Gouvernement de la Généralité de Catalogne, le catalan est parlé sur un territoire de 68 000 km² où l’on dénombre près de 13,5 millions d’habitants, dont plus de 9 millions parlent catalan, tandis que 11 millions environ le comprennent.

  • 1 Données tirées du site officiel de la Généralité de Catalogne (www.gencat.cat).
  • 2 Résolution du Parlement européen A3-169/90, du 11 décembre 1990, sur la situation des langues dans (...)

4En ce qui concerne le territoire de l’État espagnol, le catalan est parlé dans cinq Communautés autonomes : la Catalogne (avec ses 7 134 697 habitants), les Îles Baléares (avec un peu plus d’un million d’habitants), l’ensemble catalanophone de la Communauté valencienne (avec 4 806 908 habitants), la Franja de Ponent, contrée aragonaise catalanophone (45 357 habitants), et pour finir, la contrée d’El Carxe (2 500 habitants) près de Murcie1. En ce qui concerne le caractère officiel de la langue dans les différents territoires, il convient de rappeler que le catalan est langue officielle en Catalogne et co-officielle en Espagne, avec le castillan ; langue officielle également selon les statuts d’autonomie en vigueur aux Îles Baléares et dans la Communauté valencienne où elle prend le nom de valencien. Le catalan est également parlé en Aragon dans la Franja de Ponent plus exactement, en Andorre où elle est la seule langue officielle (avec une population avoisinant les 78 549 personnes), dans le Sud de la France (en Catalogne Nord où l’on dénombre environ 422 297 habitants) et dans la ville italienne de l’Alguer (environ 40 000 habitants). Signalons aussi que le Parlement européen a approuvé en 1990 une résolution reconnaissant l’identité, la validité actuelle et l’usage du catalan dans le contexte de l’Union européenne2.

Tableau 1 - Connaissance du catalan

Territoire

Le comprennent

Savent le parler

Savent le lire

Savent l’écrire

Catalogne 1

94,6 %

78,3 %

81,7 %

61,8 %

Îles Baléares 2

93,1 %

74,6 %

79,6 %

46,9 %

Catalogne Nord 3

65,3 %

37,1 %

31,4 %

10,6 %

Andorre 4

96,0 %

78,9 %

89,7 %

61,1 %

Communauté valencienne 5

75,9 %

75,9 %

47,3 %

25,2 %

La Frange d’Aragon 6

98,5 %

88,8 %

72,9 %

30,3 %

1. Données des statistiques sur les usages linguistiques en Catalogne 2008.
2. Enquête sur les usages linguistiques aux Iles Baléares 2004.
3. Enquête sur les usages linguistiques en Catalogne Nord 2004.
4. Enquête sur les usages linguistiques en Andorre 2004.
5. Enquête sur la situation sociale du valencien 2004.
6. Statistique sur les usages linguistiques dans la Frange d’Aragon 2004.

5Selon les données officielles représentées sur le tableau 1, la présence du catalan dans les différents territoires est fort diverse et hétérogène et cette répartition peut s’expliquer principalement par le niveau de compétence de ceux qui le parlent et la promotion linguistique qu’en font leurs Gouvernements. De fait, bien que notre propos ne soit pas d’analyser la législation en vigueur dans chaque territoire, il semble évident que la compétence linguistique des catalonophones augmente en termes généraux partout où le catalan est officiel ou bien fait l’objet d’une politique linguistique active pour garantir son apprentissage. Cela étant, dans certains cas, par exemple dans la Communauté valencienne aujourd’hui, nous assistons à des processus plus ou moins graduels et assez complexes de substitution linguistique. Signalons notamment le changement d’organisme attaché à la politique linguistique puisque la Direction générale de la politique linguistique a été remplacée par un simple service de politique linguistique qui dépend du secrétariat de la Communauté autonome à la culture et à la politique linguistique du ministère valencien de la Culture, de l’Éducation et du Sport. La perte de rang politico-administratif est peut-être le signe du peu d’importance que le Gouvernement de la Communauté valencienne accorde à la matière. Ce nouveau département accomplit des fonctions non prescriptives de politique linguistique, les fonctions prescriptives relevant de l’Académie valencienne de la langue ; il se compose d’un service d’assistance linguistique et de traduction et d’un service de recherche et d’études sociolinguistiques.

  • 3 « Normativisée », d’après la terminologie de l’école de sociolinguistique catalane [NdT].

6Néanmoins, malgré les différences législatives et par conséquent d’usage linguistique dans les trois régions analysées, le catalan est transmis de génération en génération – condition indispensable à la survie d’une langue. Son usage est prépondérant dans les relations personnelles et familiales, et assez courant dans la sphère de l’éducation et de la communication. Le catalan dispose aussi d’un arsenal linguistique comparable à celui des langues majoritaires (dictionnaires, logiciels, outils de correction, etc.). Le catalan est donc une langue codifiée3 et standardisée qui, en tant que telle, relève d’une autorité linguistique, l’IEC (Institut d’études catalanes) et dispose de nombreuses ressources linguistiques.

Usages linguistiques en Catalogne

7La Généralité de Catalogne a réalisé diverses études visant à connaître la présence et la pénétration du catalan dans la société catalane. En 1983, une première étude s’était penchée sur les attentes relatives aux usages, aux attitudes et aux besoins linguistiques de la population adulte à Barcelone. Dans les années 1990, le secrétariat à la politique linguistique, par l’intermédiaire de l’Institut de sociolinguistique catalane, a commencé des travaux méthodologiques en vue de définir un indicateur synthétique unique pouvant rendre compte de la situation du catalan dans l’ensemble du territoire : l’INUSCAT. Ces travaux ont eu le mérite de distinguer les divers domaines d’emploi des langues à étudier, qui ont été repris par la suite dans les statistiques sur les usages linguistiques de 2003 et de 2008.

8En 1997, une étude a porté sur la situation du catalan parlé en Catalogne, par le biais d’une enquête qui avait pour objectif d’en connaître les usages interpersonnels dans la population à partir de 15 ans, aussi bien dans la sphère familiale que dans la sphère professionnelle. Le questionnaire de cette étude a servi de modèle pour rédiger le questionnaire des enquêtes sur les usages linguistiques en Catalogne de 2003 et de 2008.

  • 4 http://www.idescat.cat/cat/idescat/publicacions/cataleg/pdfdocs/eulc2003.pdf

9L’enquête de 2003 (EULC 2003)4 est un jalon important dans le domaine sociolinguistique en Catalogne, puisque les usages interpersonnels des langues présentes sur le territoire y sont abordés et présentés pour la première fois dans des statistiques officielles. Il convient de préciser que nous disposons d’une information statistique officielle depuis 1981 sur les connaissances linguistiques en catalan de la population, préparée par l’Institut de statistiques de Catalogne (Idescat) à partir des données du recensement linguistique. Or, s’il importe de mesurer les connaissances, il importe aussi de connaître l’usage social du catalan et des autres langues présentes en Catalogne.

  • 5 On constate ainsi que l’administration catalane s’est proposée de changer d’approche en passant de (...)

10Passons maintenant aux résultats de l’enquête sur les usages linguistiques de la population en Catalogne (2008) qui s’interroge aussi sur les compétences des locuteurs dans d’autres langues que le castillan et le catalan, ce qui la rend apte à rendre compte des compétences multilingues des locuteurs5. Les résultats ont été représentés graphiquement dans le tableau 2 :

Tableau 2 - Connaissance des langues

Tableau 2 - Connaissance des langues

Connaissances des langues

Comprendre

Parler

Lire

Écrire

Catalan

Castillan

Anglais

Français

Source : Secrétariat de la politique linguistique et Idescat. Population à partir de 15 ans.

11À la lecture du tableau 2, on constate immédiatement que la connaissance du castillan est meilleure que celle du catalan, notamment à l’écrit, puisque plus de 95 % de la population adulte déclarent comprendre, savoir parler, lire et écrire le castillan, avec des pourcentages inférieurs pour le catalan où, si la majorité des personnes interrogées le comprennent, savent le parler, le lire et l’écrire, elles ne sont plus que 78,3 % à le parler, 81,7 % à le lire et 61,8 % à l’écrire. Quant aux langues étrangères, la connaissance de l’anglais est sensiblement supérieure à celle du français.

12Cela dit, l’enquête sur les usages linguistiques de la population en 2008 révèle d’autres aspects tels que l’évolution de l’usage du catalan dans différents milieux professionnels ou la transmission linguistique intergénérationnelle favorable au catalan. L’enquête de 2008 s’est également occupée de cerner les notions de langues premières, d’identification et usuelle de la population catalane et les connaissances linguistiques, les usages de la langue à la maison, dans certains milieux sociaux ou dans les médias.

  • 6 Les définitions de ces notions correspondent aux définitions officielles qu’en donne le secrétaria (...)

13Quant aux notions citées (langue première, « langue propre » ou d’identification et langue usuelle)6, rappelons qu’il s’agit de trois notions sociolinguistiques utilisées pour mieux connaître l’environnement linguistique du locuteur, la transmission linguistique familiale et le sentiment d’identification linguistique. Pour l’essentiel et compte tenu de son usage dans les différentes enquêtes sociolinguistiques, la langue initiale, encore appelée « langue première » ou L1, se réfère à la langue que le locuteur déclare avoir parlée en premier au foyer. On la considère transmise dans le cercle familial et acquise dans l’étape de socialisation de l’individu.

  • 7 Conformément au Statut de la Catalogne de 2006 : « La langue propre à la Catalogne est le catalan. (...)

14En ce qui concerne la notion de « langue propre », elle apparaît dans l’enquête comme synonyme de « langue d’identification », c’est-à-dire la langue avec laquelle le locuteur s’identifie ; la ou les langues dont il se sent le plus proche. Dans l’enquête de 2003 sur les usages linguistiques, le secrétariat à la politique linguistique utilisait encore la notion de « langue propre », mais dans l’enquête de 2009, le terme avait été remplacé par celui de « langue d’identification », assurément moins ambigu pour le locuteur qui pouvait confondre le premier avec la « langue propre » à la Catalogne, une notion qui va au-delà de l’identification personnelle et renvoie à la langue historique commune à un territoire7.

15Pour terminer, la notion de langue usuelle renvoie à la langue que le locuteur déclare utiliser le plus souvent tous les jours et dans les différents milieux sociaux et professionnels. Cette langue peut parfaitement être l’une des deux autres.

16À la lumière de ces notions, l’enquête fait apparaître que, pour 35,6 % de la population adulte, la langue usuelle est le catalan, pour 45,9 %, c’est le castillan et pour 12 %, les deux langues ont ce même statut. Le catalan est plus présent dans certains milieux (avec les camarades de classe, dans les banques et les caisses d’épargne, avec les médecins et au travail) et moins présent avec les amis, les voisins et les collègues de travail.

17Le catalan est la langue d’identification de 37,2 % des personnes interrogées, contre un peu moins, à savoir 31,6 %, pour qui le catalan est la langue initiale ou première. En Catalogne, la transmission linguistique intergénérationnelle est favorable au catalan : l’usage du catalan avec l’aîné des enfants (41 %) est plus important qu’avec le père (32,3 %) ou la mère (32,6 %) et plus encore qu’avec les grands-parents maternels ou paternels. Il ressort également de ces résultats que la plupart des personnes interrogées connaissent le catalan et le castillan, tout en ayant une meilleure connaissance du castillan, notamment parlé et écrit, avec une différence de plus de 20 points. Quant aux langues étrangères, le quart de la population a des compétences en anglais et 16 % en français.

Tableau 3 - Langues premières, d’identification et usuelle 2008

Tableau 3 - Langues premières, d’identification et usuelle 2008

Langues premières, d’identification et usuelle 2008 (en milliers d’habitants)
catalan ; catalan et castillan ; castillan ; arabe ; roumain ; galicien ; français ; portugais ; anglais ; russe ; autres
Langue première ; Langue d’identification ; Langue usuelle
*Valeurs de langue (nombre de locuteurs)
Source : Secrétariat de la politique linguistique et Idescat. Population à partir de 15 ans.

18D’après les données officielles du tableau 3, le castillan est la langue première ou initiale de plus de trois millions de personnes, contre près de deux millions de personnes pour le catalan, tandis que 236 500 personnes déclarent les avoir toutes deux comme langue première. Quant aux autres langues, l’arabe occupe la troisième place avec 162 300 locuteurs adultes, suivi du roumain (56 800), du galicien (36 500) et du français (31 100). Par conséquent, en Catalogne, plus d’un demi-million de personnes ont pour langue initiale ou première des langues autres que le catalan et le castillan.

19En plus de l’indicateur de la langue initiale, l’enquête sur les usages linguistiques de la population nous renseigne sur la langue d’identification, à savoir celle que la personne interrogée reconnaît comme sienne en répondant à la question « quelle est votre langue ? », et sur la langue usuelle, celle que la personne interrogée utilise le plus couramment et cite en répondant à la question « Quelle langue utilisez-vous le plus souvent ? » En Catalogne, il y a plus de locuteurs pour qui le catalan a valeur de langue d’identification (37,2 %) que de locuteurs pour qui il s’agit de la langue initiale (31,6 %).

20Quant à la langue usuelle, 35,6 % de la population adulte déclarent que le catalan est leur langue usuelle, contre 45,9 % pour qui c’est le castillan. Dans ce cas, le pourcentage de personnes reconnaissant utiliser habituellement les deux langues est de 12 %. En chiffres absolus, le castillan est la langue usuelle de 2 800 000 personnes, le catalan celle de 2 200 000, et plus de 700 000 personnes déclarent utiliser habituellement aussi bien l’une que l’autre.

21Pour finir, nous dirons quelques mots sur la transmission intergénérationnelle du catalan. Tout le monde s’accorde à considérer que la transmission linguistique aux enfants est un fait fondamental dans la continuité d’une langue. Vu l’importance de ce facteur, voici quelques données qui l’illustreront amplement : concernant les chiffres de 2008 en Catalogne, les usages linguistiques avec les grands-parents, les parents et l’aîné des enfants indiquent qu’il y a un phénomène de transmission linguistique intergénérationnelle favorable au catalan car l’usage du catalan avec l’aîné (41,7 %) est plus important qu’avec le père (32,3 %) ou la mère (32,6 %) et plus encore qu’avec les grands-parents maternels (29,7 %) ou paternels (30 %). Il y a ainsi plus de 8 points de différence en faveur du catalan entre l’usage de cette langue avec la mère et avec l’aîné des enfants.

22C’est dans la tranche des parents de 30 à 44 ans que la différence est la plus marquée entre la langue que l’on parle avec le père ou la mère et celle que l’on parle avec l’aîné de ses enfants : plus de 13 points en faveur du catalan. En revanche, dans les tranches plus âgées, la différence se réduit presque à la moitié (près de 7 points). Par ailleurs, 8,5 % des adultes ayant des enfants parlent indifféremment catalan et castillan avec l’aîné de ceux-ci. Cette tendance est plus accentuée encore dans la tranche des 30 à 44 ans.

23En ce qui concerne les données antérieures, celles de 2003, on observait déjà, de façon générale, que l’usage du catalan tendait à dominer dans ce genre de relations et que la population utilisant exclusivement le catalan était majoritaire dans le cercle familial, avec les camarades de classe et les collègues de travail. Néanmoins, avec les amis et les voisins, l’usage exclusif du castillan était sensiblement prépondérant. Quant aux relations personnelles en dehors du cercle familial, les pourcentages de l’usage exclusif du catalan ou du castillan diminuaient. Cependant, on observait de plus en plus de situations où les locuteurs préféraient l’une ou l’autre de ces langues, ou bien les employaient à égalité.

Usages linguistiques dans la Communauté valencienne

24Précisons tout de suite qu’il est assez compliqué de présenter les usages linguistiques de la société valencienne, étant donné la complexité politique qui la caractérise, aussi bien pour des raisons de configuration du pouvoir politique et des discours politiques dominants dans la région qu’en raison du développement social de ces vingt-cinq dernières années.

25Avant d’examiner les données collectées par les dernières enquêtes sociolinguistiques réalisées dans la Communauté valencienne, il convient de dire quelques mots de la territorialisation linguistique du catalan dans cette région. La Communauté valencienne comprend deux secteurs : un secteur catalanophone (officiellement bilingue et, par conséquent, offrant aux administrés la possibilité d’exiger qu’on leur réponde dans leur langue) et un secteur hispanophone qui applique le principe de territorialité et qui est monolingue dans la pratique, les résidents catalanophones ne pouvant exiger d’être renseignés en catalan (Montoya 2006 : 85).

26Quant aux dernières données sociolinguistiques sur l’usage du valencien dans la Communauté de Valence, nous utiliserons celles que l’Académie valencienne de la langue a collectées, sachant que d’autres enquêtes ont été réalisées par le ministère valencien de la Culture, de l’Éducation et des Sciences en 1989, 1992 et 1995. Les données collectées par l’Académie dans son enquête sur la situation sociale du valencien, réalisée en janvier et février 2004, permettent d’avancer certaines conclusions sur l’état des compétences linguistiques, la voie d’apprentissage du valencien, le niveau d’usage dans les différents milieux sociaux, les valeurs que la société accorde à cet usage et les difficultés des habitants à vivre en valencien.

  • 8 Données extraites du Livre blanc de l’usage du valencien (2004) édité par l’Académie valencienne d (...)

27Brièvement et au vu des données globales de la Communauté valencienne, pratiquement les trois quarts de la population de plus de 15 ans (76 %) comprennent le valencien assez bien ou à la perfection. Un peu plus de la moitié (53 %) est capable de le parler tout à fait ou assez correctement. Un pourcentage légèrement inférieur à la moitié (47 %) est capable de lire le valencien et un quart (25 %) déclare savoir l’écrire assez bien ou à la perfection8.

28L’enquête nous apprend aussi que la population la plus jeune (entre 15 et 24 ans) est celle qui déclare avoir la meilleure connaissance du valencien sous tous les aspects, notamment en ce qui concerne la lecture et l’écriture. De fait, les résultats de l’enquête démontrent qu’il existe une corrélation positive entre la connaissance du valencien et le niveau d’études : les étudiants sont ainsi les plus compétents en valencien, tandis que les travailleurs du bâtiment sont les moins compétents à l’oral.

Tableau 4 - Usage oral du valencien

Parle valencien dans tous les milieux

Surtout valencien

Indistinctement l’un ou l’autre

Surtout castillan

Maison

36,47

5,54

55,46

Amis

32,77

14,97

52,16

Boutiques

32,18

10,31

57,39

Banque/Caisse d’épargne

30,14

9,23

60,55

Travail interne

27,26

16,44

55,97

Collègues

26,87

14,02

56,13

Professions libérales

25,69

10,61

63,66

Dans la rue

24,23

11,25

64,41

Travail externe

23,73

19,75

56,05

Entrepôts

21,38

8,94

69,61

Source : Acadèmia valenciana de la Llengua (2005 : 9).

  • 9 Nous employons la notion de diglossie selon Fishman (1967) au sens où une langue (A) occupe les do (...)

29Le tableau 4 illustre le comportement du locuteur et le changement de langue. De fait, si l’on peut parfaitement entrevoir une certaine diglossie9 quant à l’usage du valencien, dès que l’on passe de la sphère où le valencien est le plus employé (la maison) à d’autres milieux, les locuteurs n’abandonnent pas pour autant le valencien. C’est parmi ceux qui utilisent surtout le castillan que les pourcentages de fidélité à la langue sont les plus importants.

30L’enquête s’intéresse aussi aux types d’apprentissage du valencien. Ainsi, pour la plupart des personnes interrogées, le principal type d’apprentissage du valencien, à l’oral, est-il la famille (57 %), suivi du système éducatif (19 %), des relations de voisinage (7 %) et d’autres possibilités encore, bien que faiblement représentées. Quant à la compréhension et à l’expression écrite, l’école est le vecteur principal (40 % pour la compréhension et 56 % pour l’expression), bien que la formation autodidacte soit également très significative (31 % pour la compréhension et 19 % pour l’expression), notamment dans la tranche des plus de 35 ans.

31Quant à la transmission intergénérationnelle du valencien, les données de l’enquête révèlent que le pourcentage de population qui parle exclusivement le valencien ou le parle de préférence avec le père ou la mère (40 %) est pratiquement identique à celui qui parle valencien avec ses enfants (39 %). Par contre, il y a un recul dans l’usage du valencien avec le conjoint (35 %). En ce qui concerne le castillan, l’usage accuse un léger recul puisque 55 % des locuteurs le parlaient avec les parents, contre 52 % qui le parlent aujourd’hui avec les enfants. Par contre, l’usage indistinct des deux langues a augmenté (de 2 % à 6 %).

Tableau 5 - Transmission familiale de la langue

Tableau 5 - Transmission familiale de la langue

Source : Acadèmia valenciana de la Llengua (2005 : 11).

32En comparant les résultats de l’enquête avec ceux des enquêtes similaires réalisées par le ministère valencien de la Culture, de l’Éducation et des Sciences qui en a publié les résultats dans le livre Coneixement i ús social del valencià (Connaissance et usage social du valencien) en 2004, nous pouvons analyser l’évolution du processus entamé par la Généralité de Valence à partir de la promulgation de la loi valencienne sur l’usage et l’enseignement du valencien en 1983.

33Cela dit, il faut savoir que, de 1986 à 2004, la population de la Communauté valencienne a augmenté de 21,72 %. Le plus gros pourcentage de cette augmentation (55,74 %) est formé de personnes nées à l’étranger, tandis que 38 % sont nées dans la Communauté valencienne et 6,25 % dans une autre Communauté autonome. Ainsi, bien que ces changements démographiques ne suffisent pas à expliquer les variations et les préférences linguistiques observées dans la Communauté de Valence, il faut en tenir compte pour mieux comprendre les modifications relatives à la connaissance et à l’usage du valencien, qui ont été enregistrées à partir de la deuxième moitié des années 1990.

34Pour ce qui est des préférences linguistiques vers lesquelles la société valencienne semble tendre, il faut tenir compte d’une autre étude, réalisée par Eva Pons et Natxo Sorolla et intitulée Rapport sur la langue catalane 2005-2007. Les auteurs expliquent notamment ceci :

  • 10 « En matière politique, dans la Communauté valencienne, le Parti populaire domine toujours les ins (...)

En l’àmbit polític, a la Comunitat Valenciana, el Partit Popular continua dominant les institucions i manté la mateixa orientació qu’en el període precedent [en referència a les últimes legislatures sempre guanyades pel Partit Popular]. És a dir, la pràctica absència d’accions efectives de promoció de la llengua contrasten amb les iniciatives constants per reivindicar la individualitat del valencià respecte del català. Com a conseqüència, les accions per promoure l’ús de la llengua continuen recaient en alguns ajuntaments, entitats associatives, centres d’ensenyament i professionals d’àmbits diversos, que s’ocupen de mantenir uns usos lingüístics conformes amb l’oficialitat de la llengua. Cap al final del període, l’Acadèmia Valenciana de la Llengua reclamava expressament una major implicació institucional en la protecció de la llengua. (Pons et Sorolla 2009: 8)10.

35Comme le signalent les auteurs, l’observation des tendances sociolinguistiques du catalan dans la Communauté de Valence fait apparaître une série de particularités que nous ne retrouvons pas dans d’autres contextes territoriaux où la langue est utilisée. Certains facteurs sont à relever, notamment l’incessante polémique sur l’unité de la langue et le manque d’actions réelles et concrètes pour encourager l’usage du catalan/ valencien, à charge du Gouvernement autonome de cette Communauté.

  • 11 Loi organique 1/2006, du 10 avril, portant réforme de la loi organique 5/1982, du 1er juillet, sur (...)

36La réforme du Statut valencien11 approuvée par le Gouvernement actuel ne contribue guère à présager d’un avenir prometteur au regard de la santé du valencien. D’après les auteurs du rapport (ibid. : 8), le texte est extrêmement déficient dans la forme. Ils estiment qu’il a été rédigé dans la précipitation et rempli d’incongruités, d’erreurs terminologiques, d’ambiguïtés, etc., qui en font un piètre exemple de technique juridique. Quand au fond, ils le jugent régressif sur les questions d’identité et de langue, de modèle de développement économique et territorial et sur les questions sociales.

37En guise de conclusion, nous ne pouvons que constater que le manque d’unité linguistique est devenu légalement officiel avec le nouveau statut valencien :

  • 12 Article 6 :
    1. La langue propre à la Communauté valencienne est le valencien.
    2. Le valencien est la (...)

Article 6
1. La llengua pròpia de la Comunitat Valenciana és el valencià.
2. L’idioma valencià és l’oficial a la Comunitat Valenciana, igual que ho és el castellà, que és l’idioma oficial de l’Estat. Tots tenen dret a conèixer-los i a usar-los i a rebre l’ensenyament del, i en, idioma valencià12.

Usages linguistiques aux Îles Baléares

38Les Îles Baléares sont une autre région de la communauté linguistique catalane où le changement politique a entraîné d’autres changements concernant l’adoption d’une politique linguistique déterminée plutôt qu’une autre, en faveur de la langue propre au territoire.

39Comme le signalent Eva Pons et Natxo Sorolla (2009 : 93) dans leur Rapport sur la langue catalane (2005-2007), durant le mandat dominé par le Parti populaire (dorénavant PP), le Gouvernement autonome a été accusé par l’opposition parlementaire et les secteurs de la société civile partisans d’un progrès en matière de normalisation linguistique, de provoquer une crispation sociale sur la question de la langue du fait des lois régressives qu’il avait approuvées, autant que par les déclarations et les comportements des responsables politiques. Le rapport de référence constate d’ailleurs que le Gouvernement du Parti populaire n’a convoqué aucune réunion du Conseil social de la langue catalane sous son mandat, alors qu’il aurait dû se réunir au moins deux fois par an, d’après ses statuts.

40Eva Pons et Natxo Sorolla (ibid. : 94) rapportèrent également que le budget assigné à la politique linguistique, qui avait été réduit dès l’arrivée au pouvoir du PP, était en 2006 de 4,1 millions et que, tout en étant supérieur à celui de 2005 de 11,7 %, il restait inférieur de 12,3 % au budget de 2003. En conclusion, les coordinateurs du rapport affirmaient que la situation sociolinguistique des Baléares exigeait de toute évidence d’investir davantage dans la politique linguistique, ce que les institutions qui adhèrent à cette revendication ont réclamé du Gouvernement.

41En ce qui concerne les données officielles, il faut savoir que la Direction générale de la politique linguistique du Gouvernement des Îles Baléares a lancé une enquête sociologique sur son territoire en 2002, dans le but de connaître les usages linguistiques de la population, en application de l’article 40.2 de la loi 3/1986 sur la normalisation linguistique aux Îles Baléares, qui exigeait de réaliser une étude sur les usages linguistiques des insulaires et la situation du catalan aux Baléares, en dressant à cette occasion la carte sociolinguistique correspondante. Signalons que le questionnaire retenu pour l’étude a été soumis à l’examen des membres de la commission d’observation du Conseil social de la langue catalane aux Îles Baléares, début 2003. En outre, à plusieurs moments au cours de la préparation de l’enquête, le groupe catalan de sociolinguistique de l’Institut de sociolinguistique catalane de la Généralité de Catalogne et l’Idescat ont prêté leur concours. Nous voyons donc que, dans ce cas et depuis un certain temps déjà, l’entente et la collaboration sont de mise entre l’Administration catalane et celle des Baléares, alors qu’il en va tout autrement dans la Communauté de Valence.

42Quant aux données relatives aux notions de langue usuelle, « langue propre » (ou d’identification) et langue initiale, on se reportera à celles du tableau 6 :

Tableau 6 - Langue usuelle, « langue propre » et langue initiale

Langue usuelle

« Langue propre »

Langue initiale

Catalan

45,1 %

45,6 %

42,8 %

Catalan et castillan

5,3 %

3,9 %

1,8 %

Castillan

46 %

45,3 %

47,9 %

Autres situations

3,6 %

5, 2 %

7,5 %

Source : Govern de les Illes Balears (2003 : 46).

43À la lecture de ce tableau, il apparaît que le castillan est la langue initiale prépondérante, la première langue apprise de près de 48 % de la population, et d’autre part, plus de 7 % de la population a commencé par apprendre une autre langue que le catalan et le castillan. Les personnes bilingues de par leur milieu familial représentent un pourcentage plus petit, seulement 1,8 %. Quant à la langue d’identification, on observe de légères variations par rapport à la première langue apprise, impliquant généralement que les locuteurs sont de plus en plus nombreux à penser que le catalan (45,6 %), ou bien le catalan et le castillan (3,9 %), est leur langue d’identification. En ce sens, nous constatons que, même si le catalan est toujours prépondérant en tant que « langue propre » ou d’identification au territoire, le castillan est la langue usuelle la plus employée par les locuteurs dans les situations les plus diverses.

44De toute manière, il faudrait disposer d’une enquête plus récente pour pouvoir apprécier les différences les plus marquées aujourd’hui, notamment selon les contrées, où de nombreux changements ne manqueraient pas d’apparaître.

45Dans ce cas, nous constatons que l’usage exclusif et prépondérant est très différent selon la langue. En réalité, le castillan est deux fois plus utilisé que le catalan en chiffres absolus dans les interactions linguistiques. La prépondérance du castillan est donc évidente quand il s’agit d’établir un premier contact.

Tableau 7 - Comportement dans les interactions linguistiques. Langue utilisée pour s’adresser à un inconnu (chiffres absolus en milliers)

Seulement en catalan

203,4

Plus souvent en catalan qu’en castillan

57,0

En catalan ou en castillan indistinctement

49,2

Plus souvent en castillan qu’en catalan

56,5

Seulement en castillan

421,8

Dans une autre langue ou dans une autre langue et en catalan ou/et en castillan

3,5

Sans rapport ou ne sait pas/ne répond pas

13,3

Total

804,8

Source : Govern de les Illes Balears (2003 : 103).

46Assurément, ces données pourraient expliquer ou peuvent répondre à une étape de substitution linguistique. Nous entendons la substitution linguistique, selon Querol (2007 : 39), comme un isolement progressif et réductif de l’usage d’une langue dans son expansion démographique, son territoire géographique, dans les milieux où elle est utilisée et, par conséquent, aussi dans la représentation de ses possibilités d’emploi. En outre, la substitution peut se dérouler en plusieurs phases : en premier lieu, il y aurait une étape de bilinguisation (on adopte la deuxième langue et celle-ci commence à assurer des fonctions formelles au détriment de la langue d’identification), en deuxième lieu, il y aurait une étape de monolinguisation dans la langue dominante (abandon progressif de la langue dominée B au profit de la langue dominante A).

47Au-delà de ces données, certaines questions relèveraient davantage des institutions locales, comme nous le disions au début de ce paragraphe. Les institutions des Baléares ne pourraient-elles pas intervenir pour promouvoir le catalan qui est la langue la moins utilisée (comme il ressort des enquêtes) ? Dans le contexte des Îles Baléares, par l’absence manifeste d’encouragements à la promotion du catalan, le Gouvernement du PP s’efface derrière les conseils insulaires, qui ont pour mission de créer des lignes de financement pour encourager l’usage du catalan dans les établissements ou d’approuver de nouveaux règlements sur l’usage du catalan. Signalons aussi que depuis le changement de Gouvernement au cours du deuxième semestre 2007, le Pacte pour le progrès (coalition entre les partis de gauche et les Verts) a créé un organisme chargé de soutenir la politique linguistique.

48Dans le domaine législatif, les Îles Baléares, comme d’autres Communautés, ont également entrepris de réformer leur statut d’autonomie. Cette réforme a eu lieu sous la majorité du PP et aucune nouveauté intéressante sur le statut de la langue n’est à relever puisque toute régulation plus ambitieuse de la « langue propre », ainsi que des droits et des devoirs linguistiques, a été récusée. Signalons néanmoins que les variétés dialectales du catalan ont été consignées comme langues de référence aux Îles Baléares.

Conclusions et enjeux d’avenir pour le catalan

49Nous avons vu les lignes générales du paysage linguistique des habitudes des locuteurs en territoire catalanophone, où le catalan est la « langue propre » au pays avec statut de langue officielle au même titre que le castillan sur le territoire de l’État espagnol. Bien que le catalan soit une langue amplement utilisée, son usage pourrait bien diminuer dans certaines régions. La substitution linguistique ou la diglossie sont des phénomènes qui touchent à des degrés divers des territoires comme la Communauté valencienne et les Îles Baléares aujourd’hui.

50Les administrations des Communautés autonomes se trouvent donc confrontées à une série de défis auxquels elles pourront répondre en intervenant pour prendre en considération la situation réelle du catalan et adopter les meilleures solutions. Nous constatons néanmoins que, malgré les différences observées entre la Catalogne, les Îles Baléares et la Communauté valencienne, le catalan a toujours le bénéfice d’un nombre considérable de locuteurs. En outre, la vitalité de la langue (bien qu’elle soit fragmentée selon le territoire étudié) est une réalité qui persiste. La transmission linguistique intergénérationnelle, l’un des mécanismes au cœur du changement sociolinguistique, comprise en tant que processus par lequel une langue sera ou non la première transmise d’une génération à l’autre, est un élément décisif dans l’histoire des langues.

51Nous n’avons pas abordé les aspects éducatifs et la langue, mais le catalan est bien la langue véhiculaire de l’enseignement en Catalogne (avec néanmoins de nouvelles différences significatives par rapport à d’autres territoires) ; il jouit aussi d’une présence remarquable dans les médias et il est assez bien représenté sur Internet.

52Cela étant, il faut à l’évidence utiliser la langue en toute conscience, ce qui implique un changement dans les tendances linguistiques que nous suivons parfois en tant que locuteurs : diglossie, convergence linguistique vers une autre langue, etc. En outre, la société catalane reçoit une affluence croissante de nouveaux venus (allophones) qui peuvent lui apporter leurs langues et leurs cultures respectives, mais qu’elle devra intégrer. Or, l’intégration s’est souvent faite en castillan. Il conviendrait donc de réfléchir en transmettant la nécessité d’apprendre le catalan. Il faudrait insister sur l’intérêt qu’il y aurait à saisir cette occasion au niveau professionnel, social et culturel, pour que le catalan ne soit pas perçu comme une barrière linguistique.

53Finalement, il semble nécessaire d’insister aussi, à la lumière des données examinées et notamment dans la Communauté valencienne, sur le défi de vaincre la fragmentation territoriale et linguistique du catalan et d’adopter une position unitaire en la matière.

Bibliographie

Références bibliographiques

Acadèmia valenciana de la Llengua (2005). Llibre blanc de l’ús del Valencià - I enquesta sobre la situació social del Valencià. Separata, recapitulació: una invitació a continuar avançant. València: Acadèmia Valenciana de la Llengua. http://www20.gencat.cat/docs/Llengcat/Documents/Dades%20origen%20territori%20i%20poblacio/Altres/Arxius/blanc.pdf

Fishman Joshua (1967), « Bilingualism with and without Diglossia ; Diglossia with and without Bilingualism », Journal of Social Issues, 23, pp. 29-38.

Govern de les Illes Balears / Conselleria dEducació i Cultura / Direcció general de Política lingüística / Villaverde i Vidal Joan-Albert (2003). Enquesta sociolingüística 2003. Coneixements lingüístics, usos i representacions de la població de les Illes Balears. Palma de Mallorca : Govern de les Illes Balears. http://www.uib.es/depart/dfc/gresib/enquesta2003.pdf

Montoya Brauli (2006), Normalització i estandardització, Alzira, Bromera.

Pons Eva, Sorolla Natxo (2009), Informe sobre la situació de la llengua catalana (2005-2007), Barcelona, Observatori de la Llengua Catalana.

Pradilla Miquel Àngel (1999), La llengua catalana al tombant del mil· leni, Barcelona, Empúries.

Querol Ernest (coord) (2007), Llengua i societat als territoris de parla catalana a l’inici del segle XXI, Barcelona, Generalitat de Catalunua. Departament de Vicepresidència. Secretaria de Política Lingüística.

Ros i Pardo Honorat (coord.) (2005), Llibre blanc de l’ús del valencià-I: enquesta sobre la situació social del valencià, 2004 [CD-ROM], València, Publicacions de l’Acadèmia Valenciana de la Llengua.

Torres Joaquim (et al.) (coord.) (2005), Estadística sobre els usos lingüístics a Catalunya 2003: llengua i societat a Catalunya en els inicis del segle XXI, Barcelona, Generalitat de Catalunya, Departament de la Vicepresidència, Secretaria de Política Lingüística.

Villaverde Joan-Abert (2002), « Coneixements i usos lingüístics a les Illes Balears. Revisió dels estudis promoguts per institucions i altres», Noves SL.: Revista de sociolingüística 4.

Sites web

Centre de Documentació en Sociolingüística. Secretaria General de Política Lingüística: http://www6.gencat.net/llengcat/cds/

Demolingüística de la Llengua Catalana. Xarxa CRUSCAT : http://www.demolinguistica.cat/demoling/index.php

Llengua i Ús. Revista Tècnica de Política Lingüística: http://www6.gencat.net/llengcat/publicacions/liu.htm

Llengua, Societat i Comunicació. Revista de Sociolingüística de la Universitat de Barcelona: http://www.revistes.ub.edu/index.php/lsc

Noves SL. Revista de Sociolingüística: http://www6.gencat.net/llengcat/noves/index.htm

Notes

1 Données tirées du site officiel de la Généralité de Catalogne (www.gencat.cat).

2 Résolution du Parlement européen A3-169/90, du 11 décembre 1990, sur la situation des langues dans la Communauté et celle de la langue catalane (DOCE-C19, du 28 janvier 1991).

3 « Normativisée », d’après la terminologie de l’école de sociolinguistique catalane [NdT].

4 http://www.idescat.cat/cat/idescat/publicacions/cataleg/pdfdocs/eulc2003.pdf

5 On constate ainsi que l’administration catalane s’est proposée de changer d’approche en passant de la normalisation linguistique (comme elle le faisait dans les années 1990) à la compétence linguistique en catalan et dans d’autres langues, placées à égalité.

6 Les définitions de ces notions correspondent aux définitions officielles qu’en donne le secrétariat à la politique linguistique dans ses études statistiques de 2008 sur l’usage du catalan.

7 Conformément au Statut de la Catalogne de 2006 : « La langue propre à la Catalogne est le catalan. En tant que tel, le catalan est la langue utilisée habituellement et de préférence par les administrations publiques et les médias publics de Catalogne (article 6. La langue propre et les langues officielles). »

8 Données extraites du Livre blanc de l’usage du valencien (2004) édité par l’Académie valencienne de la langue.

9 Nous employons la notion de diglossie selon Fishman (1967) au sens où une langue (A) occupe les domaines formels et l’autre (B), les domaines informels. Une langue est utilisée pour des fonctions formelles et standard : c’est la langue de prestige, appelée langue A. L’autre, normalement « la langue propre », est utilisée dans des situations informelles et prend le nom de langue B.

10 « En matière politique, dans la Communauté valencienne, le Parti populaire domine toujours les institutions et maintient la même orientation que lors de la période précédente [allusion aux derniers mandats gagnés par le Parti populaire]. Autrement dit, l’absence pratiquement totale d’actions effectives de promotion de la langue tranche sur les initiatives constantes qui revendiquent l’individualité du valencien par rapport au catalan. En conséquence, les actions en faveur de la promotion de l’usage de la langue continuent à incomber à certaines municipalités, aux organisations associatives, aux centres d’enseignement et aux professionnels de domaines variés, qui s’occupent de maintenir des usages linguistiques conformes au statut de langue officielle. Vers la fin du mandat, l’Académie valencienne de la langue a réclamé expressément une plus grande implication des institutions dans la protection de la langue. » (Pons, Sorolla 2009 : 8) (traduction : Françoise Bonnet).

11 Loi organique 1/2006, du 10 avril, portant réforme de la loi organique 5/1982, du 1er juillet, sur le Statut d’autonomie de la Communauté valencienne.

12 Article 6 :
1. La langue propre à la Communauté valencienne est le valencien.
2. Le valencien est la langue officielle de la Communauté valencienne, au même titre que le castillan, qui est la langue officielle de l’État. Tous les citoyens ont le droit de connaître et d’utiliser les deux langues et le droit d’apprendre le valencien et en valencien. (traduction : Françoise Bonnet).

Table des illustrations

Titre Tableau 2 - Connaissance des langues
Légende Connaissances des langues
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/1876/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Tableau 3 - Langues premières, d’identification et usuelle 2008
Légende Langues premières, d’identification et usuelle 2008 (en milliers d’habitants)catalan ; catalan et castillan ; castillan ; arabe ; roumain ; galicien ; français ; portugais ; anglais ; russe ; autresLangue première ; Langue d’identification ; Langue usuelle*Valeurs de langue (nombre de locuteurs)Source : Secrétariat de la politique linguistique et Idescat. Population à partir de 15 ans.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/1876/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tableau 5 - Transmission familiale de la langue
Légende Source : Acadèmia valenciana de la Llengua (2005 : 11).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/1876/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 222k

Auteur

Linguiste, Chaire du Multilinguisme Linguamón - Université ouverte de Catalogne.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search