Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les parlements et les Lumières

 | 
Olivier Chaline

La vigilance des magistrats

Guillaume-François Joly de Fleury, procureur général au parlement de Paris, face au cas Voltaire

Reynald Abad

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le parquet du parlement de Paris a toujours été considéré comme l’un des plus solides bastions de la résistance aux Lumières. Ce jugement n’a jamais été fondé sur une étude méthodique des gens du roi : il est une conséquence de l’historiographie des Lumières, et des Lumières elles-mêmes, qui ont dénoncé, non sans véhémence, quelques magistrats de premier plan ayant prêté la main à la censure des philosophes. C’est ainsi que, depuis les origines, Jean-Omer Joly de Fleury et Antoine-Louis Séguier, premiers avocats généraux dans la seconde moitié du siècle, ont le triste privilège d’être systématiquement présentés comme les ennemis jurés des philosophes. Il arrive que Guillaume-François Joly de Fleury, quoique procureur général dans la première moitié du siècle, soit lui aussi désigné comme un magistrat hostile aux Lumières, pour avoir été un adversaire personnel de Voltaire dans deux épisodes fameux : la condamnation par le Parlement des Lettres philosophiques en 1734 et le retrait du...

Auteur

Professeur d’histoire moderne, Université Paris IV-Sorbonne, Institut de recherche sur les civilisations de l’Occident moderne (IRCOM), Centre Roland Mousnier (UMR 8596).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540