Version classiqueVersion mobile

Hommes et gens du roi

 | 
Caroline Le Mao

Troisième partie. Hommes et gens du roi au travail

10. Une mécanique d’encre et de papier : le parquet du parlement de Paris au XVIIIe siècle

David Feutry

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’instar de Colin Kaiser, auteur en 1980 d’un article remarqué sur la diminution de la litigiosité à Paris au XVIIIe siècle1, beaucoup d’historiens ont caractérisé le dernier siècle de l’Ancien Régime par un ralentissement de l’activité judiciaire. Cette conclusion fit florès, particulièrement parce qu’elle venait étayer les arguments des historiens faisant du parlement de Paris le principal foyer de l’agitation parlementaire2. Comment pouvait-il en être autrement ? Par une analyse implacable des registres de distribution de procès et des comptes d’épices, C. Kaiser apportait sa contribution à l’édifice antiparlementaire construit par Pierre Gaxotte et ses épigones : la baisse des épices était liée à la diminution des procès portés au parlement ; elle débouchait sur un mécontentement de la robe qui disposait de temps libre pour contester sa situation et tenter de compenser son déclin économique et social par la recherche d’une reconnaissance politique.

Le parquet du parlement de Pa...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search