Version classiqueVersion mobile

Identifier et catégoriser les langues minoritaires en Europe

 | 
Joan Busquets
, 
Sébastien Platon
, 
Alain Viaut

Catégorisation des langues minoritaires : exemples de configurations

Avant-propos

Texte intégral

1L’objet de la présente partie est d’étudier la façon dont les langues d’Europe occidentale en situation minoritaire sont identifiées et catégorisées dans des contextes spécifiques. À ce titre, la catégorisation opérée par les institutions européennes (Conseil de l’Europe et Union européenne) est doublement utile : elle est à la fois une synthèse des catégories nationales et, par retour, la matrice dans laquelle s’insèrent les politiques linguistiques des États européens. Il conviendra toutefois de distinguer clairement le Conseil de l’Europe, pour lequel la culture et la protection des minorités sont des objectifs traditionnels, de l’Union européenne, qui n’a a priori pas de compétences juridiques en la matière et qui s’appuie principalement sur le cadre fourni par le Conseil de l’Europe. Cette catégorisation européenne est l’objet du premier chapitre.

2Une fois ce cadre fixé, les chapitres suivants s’efforceront de cibler des régions linguistiques spécifiques ayant ici valeur d’exemples afin d’en étudier les particularités en termes de catégorisation et de protection.

3Le chapitre sur l’aire ibérique accordera nécessairement une place importante au catalan, langue co-officielle régionale, qui a également valeur d’illustration pour le basque, le galicien et, dans une moindre mesure, l’occitan. Cela ne doit pas occulter les particularités d’autres langues protégées, tel l’asturien, ou le mirandais au Portugal. De fait, ces deux langues, issues du même continuum asturo-léonnais, renvoient à une protection première pour le mirandais, qui correspond à celle que suppose la partie II, obligatoire, de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (non signée par le Portugal), et à une autre, de type intermédiaire et, de fait, dans la moyenne européenne, pour l’asturien.

4Le chapitre relatif à l’aire germanique se concentrera quant à lui principalement sur l’Autriche, qui est représentative d’une tradition de prise en compte de langues minoritaires, héritée de celles de l’Empire austro-hongrois, confrontée à des textes européens plus récents. Par contraste, le cas des Pays-Bas illustre une hypothèse dans laquelle les standards européens nouveaux, et notamment celui de la Charte européenne des langues, ont eu une grande importance actuelle dans les conceptions et le développement de la protection des langues minoritaires.

5Enfin, le dernier chapitre porte sur le cas irlandais, au sens géographique (île d’Irlande). Ce cas présente un intérêt notable au regard de la division politique de l’île et de ses conséquences sur les langues minoritaires. Le nord-est de l’île est une région d’un État plus vaste, le Royaume-Uni, ce qui soulève la question de la protection d’une culture transfrontalière. Le sud (la République d’Eire) présente, quant à lui, le cas particulier d’une langue co-officielle au niveau national parlée par une minorité de la population (c’est le cas aussi du suédois en Finlande), hypothèse dont on peut se demander si elle ne pourrait pas à l’avenir se retrouver dans d’autres configurations.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search