Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Conclusion générale

Jarosław Dumanowski, Olivier Chaline et Bernard Michel

Texte intégral

1Qu’est-ce que cela veut dire vraiment, « l’Europe centrale », dans le contexte du temps historique ? La question paraît intéressante, et elle est plus importante que la réponse qui a déjà été formulée avant le colloque. On l’a donc défini comme la Hongrie, la Bohême, la Slovaquie et la Pologne. Autrement dit, du point de vue historique l’Europe centrale est l’ancienne monarchie des Habsbourgs et la République polono-lituanienne. On a donc exclu l’Allemagne d’où vient d’ailleurs la notion de « Mitteleuropa ». D’un autre côté, nous avons exclu ou au moins omis les confins orientaux de l’ancien État polono-lituanien.

2Si nous revenons encore une fois à cette question primordiale dans le contexte de l’expérience apportée par l’histoire, nous nous rendons compte que la réponse n’est pas forcément liée à la description détaillée des frontières de la région d’Europe centrale. En continuant notre discours sur l’espace, nous allons voir que c’est plutôt son caractère que ses frontières qui définissent cet espace. L’Europe centrale est conçue comme une zone transitoire entre l’Ouest et l’Est, qui se définit elle-même par l’opposition à la culture germanique et/ou les influences orientales : turques et ensuite russes. Ce choix n’était pas facile. Il nous renvoie à la notion de l’identité qui était exprimée dans la langue, la religion, l’art, la politique et la culture. Dans ce contexte, les liens entre l’Europe centrale et les pays de l’Europe de l’Ouest au dehors du monde germanique contribuaient à la construction de cette identité européenne particulière.

3Le rayonnement de la culture française en Europe centrale à l’époque moderne n’était pas l’effet d’une politique consciente visant de manière conséquente à la prépondérance culturelle de la France. C’était sans doute le résultat des questions politiques : le rêve de la décisive victoire sur les Habsbourgs qui ont attiré l’attention des Bourbons sur l’Europe centrale. Malgré les plans ambitieux et les glorieuses victoires, les armées du Roi Soleil n’ont pas réussi à conquérir le continent. En même temps, une grande victoire a été remportée par les artistes, les littéraires, les enseignants de la langue et de la danse, les cuisiniers et les tailleurs venus du royaume de Louis le Grand. L’adjectif « français » devient le synonyme d’« élégant » et « raffiné » en perdant en même temps une forte connotation avec le pays d’origine. Savoir distinguer entre « français » et « allemand » était déjà une connaissance privilégiée accessible seulement aux personnes disposant d’informations élémentaires, dans le domaine de la géographie, de l’esthétique et des langues. Si « français » signifiait « raffiné » pour quelqu’un aspirant au statut de membre de l’élite mondaine, il signifiait « étrange » ou « extravagant » pour les autres.

4Depuis la seconde moitié du XVIIe siècle, la langue française commençait à régner dans les cours monarchiques et les résidences aristocratiques de l’Europe centrale. La culture de la cour de Versailles devint une culture des élites de l’Europe. Ce caractère cosmopolite de la culture française à l’époque moderne suscita très vite les protestations ardentes des défenseurs de la pureté des mœurs des ancêtres.

5Parler français, s’habiller selon les modes venues de Paris et observer avec la plus grande attention des modèles de la cour de Versailles ne signifiait pas forcément être partisan de la politique françaises. Une grande partie des magnats polonais de la seconde moitié du XVIIe siècle, en changeant souvent leurs choix politiques et en supportant soit les Habsbourgs, soit les Bourbons sont conséquents dans leur inclination vers la langue et la culture française. Cette conséquence prend parfois des formes surprenantes. En 1672, entre la pleine bataille parmi les partis pro-Habsbourgs et pro-Bourbons, les députés de la Diète polonaise ont réclamé que Michel Korybut Wiśniowiecki, roi de Pologne, se présente publiquement uniquement dans la tenue nationale polonaise. Cette requête officielle n’était en réalité qu’une provocation du parti pro-français visant à compromettre une personne du monarque « national » aux yeux des petits nobles. Il faudrait y ajouter encore que Jean Sobieski, le futur roi, en 1672 grand général de la couronne et la plus éminente figure parmi les partisans polonais des Bourbons, d’ailleurs un homme de la culture française, soulignait toujours son attachement au costume national polonais et n’est jamais apparu dans la tenue française. Cet affrontement symbolique dévoile devant nous toute la complexité des relations entre la sphère politique et culturelle. Si l’adoption du modèle de vie de la cour de Versailles ne résultait pas de la coopération politique, des sympathies politiques étaient souvent liées à l’imitation des exemples français.

6L’influence culturelle française en Europe centrale était un phénomène de longue durée et de large rayonnement. La découverte de la France par les élites des pays d’Europe centrale était un processus étroitement lié aux bouleversements politiques du continent. Les résultats de cette découverte ont largement dépassé l’importance de tous les projets politiques construits comme les plans de la conquête militaire ou la suprématie politique.

7Université Nicolas Copernic de Toruń Il est impossible de s’en tenir à la seule prise en compte des hommes, des idées, des biens matériels venant de France, ou même plus largement des pays francophones. L’Europe centrale voit s’entrecroiser de manière variable et intermittente des rayons dardés de plusieurs foyers, dont la France. Le rôle de l’Italie est un phénomène de longue durée qui va de la Renaissance à l’époque d’Antonio Canova. Italiens et italophones ont importé en Europe centrale aussi bien la « trace italienne » en matière de fortifications, que les décrets du concile de Trente, bien des nouveaux ordres religieux, le baroque romain ou non, le mythe de Venise, l’érudition d’un Muratori, ou les charmes du théâtre. D’Espagne sont venues des épouses pour des seigneurs bohêmes ou moraves au tournant des XVIe et XVIIe siècles, des chefs-d’œuvre de la littérature, la poupée qui devint l’Enfant Jésus de Prague, une mode vestimentaire à la fois austère et élégante. Les pays germaniques ont exporté l’exemple et la doctrine de Luther, des vêtements, des armes, des modèles à imiter que ce soit pour le droit, le caméralisme ou l’organisation des études universitaires. Les pays protestants de l’Europe du Nord-Ouest ont attiré, parce qu’on y trouvait des coreligionnaires voire des compatriotes exilés, l’Université de Leyde ou bien un possible devenir politique pour des ordres souhaitant limiter le pouvoir royal. L’Europe centrale est bien un creuset. Elle a donné naissance à des modalités originales de la civilisation de notre continent.

8Dans ces conditions, dans quel sens peut-on parler d’un rayonnement français ? Pour une partie des élites d’Europe centrale, « français » pouvait signifier occidental ou latin, par rapport aux traditions et usages du pays. Tel était le cas en Pologne face au sarmatisme. Français ne se distingue pas toujours très bien d’allemand ou d’italien. Il en résulte des formes spécifiques d’attrait ou de rejet. Le rayonnement n’est pas toujours dû à une volonté délibérée. Les monarques français n’ont pas cherché à promouvoir de manière systématique la culture de leur pays ni à diffuser de façon appuyée les produits de leur royaume. Mais il faut quand même souligner dans le cas de Vienne le rôle spécifique qui a été celui des princes lorrains en exil puis à demeure. Parler d’un rayonnement français à l’époque moderne, c’est principalement évoquer le résultat imprévisible d’efforts variés et sans coordination aucune, déployés par de nombreux acteurs : reines françaises, marchands, hommes de guerre, parfois d’Église.

9Que représentent la langue et la culture françaises pour ceux et celles qui se tournent vers elles ? La question de l’horizon d’attente s’avère ici essentielle car elle implique ipso facto qu’on puisse trouver mieux ailleurs ou, inversement, changer dans ses goûts. Qu’est-ce qui a pu attirer ? Le raffinement ? La part du rêve ? La volonté d’échapper à certaines traditions locales jugées pesantes ou datées ou encore de s’opposer au pouvoir en place ? Même dans les élites, peu de gens ont pu se rendre en France. N’oublions pas non plus qu’un tri est effectué dans tout ce qui est susceptible de venir de France : on peut en adopter certains usages et un mode de vie, tout en refusant la philosophie des Lumières. Il y a des filtres, avec des rejets mais aussi des ignorances ou de l’indifférence. Quelle(s) image(s) de la France peut-on mettre en évidence ? Est-elle un modèle ou bien un contre-exemple ? La capacité à distinguer la langue française de la nation ou de l’État est nette. Frédéric II de Prusse ne voit aucune contradiction entre s’exprimer en français et combattre les armées de Louis XV. Les réactions des élites d’Europe centrale face à la Révolution française illustrent parfaitement cette aptitude à ne pas se départir de leur jugement face à ce qui se produit en France : est-ce là une nouvelle modalité du rayonnement d’un pays admiré ou bien une incompréhensible barbarie en contradiction absolue avec le bon ton qu’on avait cru y trouver ?

10Le but essentiel de ce colloque était d’étudier le rayonnement de la France en Europe centrale. Il était donc normal que l’on ait insisté sur les succès français pendant l’époque contemporaine, en partant de Napoléon Ier jusqu’à nos jours.

11Les aspects les plus positifs dominent. Le français, qui était lié à la noblesse et à toutes les formes de la société aristocratique, a trouvé sa place dans les bourgeoisies qui prennent un rôle dirigeant pendant les XIXe et XXe siècles. Les nouvelles élites nées de la révolution industrielle et du développement général de l’enseignement et des universités ont souvent adopté la langue française comme moyen de participer à une culture internationale. La domination du français comme langue diplomatique dure jusqu’au début de la Deuxième Guerre mondiale.

12La période qui a été traitée par la majorité des communications a été celle de l’entre-deux-guerres. La Conférence de la Paix de 1919-1920 a été marquée par la prédominance de la France, vainqueur apparent de la Grande Guerre, même si en réalité, elle n’y a pas joué un rôle exclusif dans les décisions finales, car la victoire était celle d’une coalition. Surtout, les changements de frontières étaient déjà réalisés avant la Conférence de la Paix, par des décisions prises par les États que la Conférence n’a souvent fait qu’entériner, sans les modifier profondément.

13Le rôle culturel de la France, déjà très fort sous le Second Empire, a connu un nouvel élan à la veille de la guerre 1914-1918, lorsque Paris apparaît comme le centre du modernisme artistique avec toutes les révolutions, de l’impressionnisme au cubisme, puis après la guerre du dadaïsme au surréalisme. À ce moment-là, toutes les élites de Pologne, de Tchécoslovaquie et de Hongrie voient dans le pèlerinage à Paris une étape indispensable et nécessaire à leur carrière.

14Après la Seconde Guerre mondiale, l’affaiblissement du rôle militaire et économique de la France ne lui permet plus d’avoir un rôle dirigeant. C’est le moment où la domination de la conquête soviétique coupe l’Europe centrale de l’Occident et brise tous les équilibres culturels du monde européen. J’appartiens à une génération d’historiens qui a essayé de renouer, par des contacts individuels, les relations avec des intellectuels qui n’avaient souvent fait qu’adhérer en apparence au nouveau système soviétique et qui a retrouvé, dès 1956 en Hongrie et en Pologne, et dès les années 1960 en Tchécoslovaquie, sa véritable identité.

15L’histoire multiplie des Instituts français, nés après 1918, fermés en 1950-1951 par la police communiste, puis rouverts après 1970, témoignant d’un retour à des relations normales.

16La chute de l’Empire soviétique en 1989-1990 a accéléré la liberté totale des relations culturelles avec l’Europe centrale. Surtout, l’entrée en 2004 de ces pays dans l’Union Européenne a ouvert des possibilités remarquables. Mais il est bon aussi de prendre conscience des modifications profondes que cela entraîne pour la politique française.

17Si nous avons souligné les succès de l’expansion culturelle française, les participants ont aussi été conscients de certaines faiblesses de la politique française.

18Il y a eu trop souvent l’impression inexacte que la France avait été le seul modèle de la démocratie et du progrès culturel. Même dans le nouvel État tchécoslovaque après 1918, les Français ont cru que la démocratie qui s’y était établie était un héritage de la Révolution française. Or, cette démocratie n’a pas eu la même origine, car cette Révolution française était tout à fait étrangère à l’évolution de l’Autriche-Hongrie. Celle-ci a connu une évolution vers la démocratie et le parlementarisme qui n’est pas semblable au modèle français. Les révolutions de 1848, même si elles suivent chronologiquement l’insurrection de Paris, ont été totalement différentes car il s’agissait de mettre fin à la corvée et aux droits seigneuriaux pour créer un système de libertés parlementaires. Elles ont mis au premier plan les Diètes régionales, sans prédominance véritable des parlements de Vienne et de Budapest qui jouaient un rôle très différent du centralisme parisien.

19Une autre différence sensible a été les divergences sur le rôle de la religion. En Pologne, dès l’époque de Napoléon, les soldats français choquent par leur indifférence religieuse, héritage de la Révolution française. Les luttes internes en France entre cléricalisme et anticléricalisme ont abouti à une conception de la laïcité, par la loi de 1905 qui reste aujourd’hui encore incompréhensible dans les pays catholiques comme la Pologne ou l’Autriche, mais aussi dans les pays de tradition orthodoxe ou même de domination protestante.

20Il y a eu aussi un sentiment de supériorité française que les pays de l’Europe centrale appellent l’« arrogance française », l’inaptitude des politiciens français à essayer de comprendre les arguments et les sensibilités propres des sociétés d’Europe centrale.

21La France a été la première à développer une politique culturelle comme une partie essentielle de sa diplomatie. Tout montre qu’aujourd’hui, elle doit compter avec la présence de nombreux rivaux, les Instituts Goethe, les British Institutes, les centres de la culture américaine.

22Elle n’a pas su profiter en 1989-1990 de la disparition du russe comme première langue dans l’enseignement secondaire en Europe centrale. Le ministère des Affaires étrangères n’a pas compris que c’était une étape décisive et a été paralysé par le prétexte d’un déficit du budget culturel qui l’a empêché d’agir. C’est une des causes fondamentales de la chute de l’enseignement du français comme langue de culture. La crise est particulièrement sensible en Pologne, en République tchèque et en Roumanie. Les nouvelles élites parlent anglais et allemand, et les universités qui servent de modèles sont plutôt américaines qu’européennes.

23Il y a donc une crise généralisée. Ce n’est pas que la France n’ait pas participé à l’ouverture économique, mais même là où elle est en tête pour les investissements étrangers, comme en Pologne, la chute de son influence est sensible.

24La question qui a donc été posée est simple. Nous sommes dans une phase de révolution dans l’économie et dans la gestion de l’Union Européenne. Le rôle dominant de la France et de l’Allemagne a cessé d’être garanti. La Pologne et les autres pays d’Europe centrale se sentent plus proches des États-Unis, ce qui rend problématique la recherche d’une unité des positions européennes. Nous devons être pleinement conscients de ce problème fondamental. Sommes-nous prêts à rechercher de nouvelles solutions avec de jeunes élites qui se constituent selon de nouvelles règles qui nous échappent ?

25L’autosatisfaction n’a plus sa place. Évoquer nos succès du passé ne peut nous assurer de jouer un rôle dans l’avenir. Sans être un cri d’alarme, notre colloque est un appel à plus de vigilance. Nous devons nous ouvrir à une évolution future qui peut ou non nous échapper.

Auteurs

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search