Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

42. À l’ombre de l’héritage du passé. La présence de la culture française en Pologne après 1989

Leszek Kuk

Texte intégral

  • 1 Revue complète, mais fort imparfaite, des relations polono-françaises dès leur début dans Andrzej (...)

1C’est depuis le début du XVIIIe siècle qu’on observe en Pologne une considérable présence de la culture et de la langue françaises. L’apogée de l’influence française sur la vie culturelle polonaise s’exerce sur la période allant de la chute de la Première République polonaise, nobiliaire, dite « la République des Deux Nations », à la fin du XVIIIe siècle, à la Seconde République, dite « Renaissante », à laquelle l’agression de l’Allemagne nazie a mis un terme en septembre 1939. L’ampleur de la présence culturelle française resta toujours largement dépendante de la position française en Europe et dans le monde, de la situation du peuple polonais qui, au XIXe siècle, vivait sous le triple joug des puissances copartageantes, enfin, des aléas des relations polono-françaises. Dans tous les cas, cette présence fut plus importante que celle de toute autre culture étrangère, et même que celle des cultures des nations oppressives1.

2L’apogée de l’influence française en Pologne coïncide avec la période de l’entre-deux-guerres. Elle a été officialisée, lors d’une visite du maréchal Pilsudski en France, par un accord politique assorti de clauses militaires secrètes et de compléments commerciaux (février 1921). Cette influence s’exerça sur la première constitution polonaise dite « de mars » (1921), rédigée sur le modèle des lois constitutionnelles de la IIIe République française de 1875 et qui resta en vigueur jusqu’en 1935. Même si dans les années 1930 l’alliance franco-polonaise s’est desserrée par rapport à la décennie précédente, elle est restée jusqu’en 1939 un vrai pilier de la politique étrangère de la Pologne, lui permettant une certaine liberté d’action surtout dans les rapports avec ses puissants pays voisins, à savoir l’Allemagne nazie et l’Union soviétique stalinienne. En septembre 1939, la France n’a pas honoré ses engagements vis-à-vis de la Pologne envahie par Hitler et s’est limitée à une pure et simple déclaration de guerre non suivie par des opérations militaires adéquates. La déception des Polonais était sans bornes. Il n’en reste pas moins que la défaite française survenue neuf mois plus tard a été presque ressentie par la Pologne comme sa propre défaite. On pourrait dire que la Pologne était attirée dans l’orbite de la France, qui gardait une influence importante sur les affaires du pays. Dans le domaine de la culture, cette forte présence française se manifestait par de nombreux contacts intellectuels et artistiques. Hautement francophiles et francophones, les élites intellectuelles et artistiques polonaises de l’époque se tournaient vers la France et son héritage culturel. Le culte de la France et la coopération politique et militaire franco-polonaise, hautement idéalisée, tenaient une grande place dans l’éducation historique et dans la mémoire collective. La langue française étant vite reconnue comme première langue étrangère, son enseignement progressait remarquablement. Les Français qui ont visité la Pologne en ruines après la Seconde Guerre mondiale étaient souvent étonnés de rencontrer des gens qui avaient gardé une bonne maîtrise de la langue française grâce aux écoles secondaires polonaises de la période antérieure à 1939.

  • 2 Pour les relations polono-françaises après 1945 (à la fin des années 1970), se référer à la série (...)

3Après la Seconde Guerre mondiale, aussi bien pendant la période « communiste »2 qu’après 1989, la présence culturelle française en Pologne connut un parcours peu ordinaire par rapport aux époques précédentes. Au premier abord, on s’attendrait à une présence fortement réduite avant la chute du régime « communiste » pour la retrouver plus vigoureuse ensuite. L’examen plus détaillé nous pousse à une certaine prudence. Malgré tous les problèmes qui jalonnaient les rapports polono-français à l’époque de la guerre froide – leur point culminant se trouve au début des années 1950 –, la culture française a gardé son influence, même dans les années les plus difficiles. Il y a plusieurs raisons, dont trois principales.

  • 3 Voir Wyczanski A., « Moja współpraca naukowa z Francją », Nauka, no 4, 1999, p. 161-167 ; idem, «  (...)

4Premièrement : si la confiance portée à la France comme puissance politico-militaire a été gravement atteinte sinon anéantie, son rayonnement culturel a perduré et le souvenir de sa présence culturelle et intellectuelle en Pologne était toujours important. Il est à observer qu’une partie de l’intelligentsia polonaise qui devait son éducation à la Seconde République polonaise (de l’entre-deux-guerres) resta en pleine activité, et cela malgré tout jusque dans les années 1970. Ce renouvellement de la coopération scientifique entre les universitaires français et polonais, rendu possible par le « dégel » politique et idéologique survenu en Pologne en 1956, a été en grande partie dû aux contacts personnels qui remontaient parfois à l’époque antérieure à 19393.

5Deuxièmement : aux yeux des nouvelles autorités polonaises, la France a joui de la réputation d’un pays à forte tradition républicaine, gauchiste, révolutionnaire et socialiste. Son puissant parti communiste a régulièrement obtenu aux élections législatives entre 20 et 25 % des voix. Dans la vie intellectuelle et artistique française, jusque dans les années 1960, un rôle important échoit aux représentants de la gauche, voire parfois de la gauche communiste. Pour les pouvoirs polonais, l’argument était fort. Une des plus grandes manifestations que les communistes aient organisée pour apparaître comme les seuls partisans et défenseurs de la paix dans la guerre froide, a été le Congrès mondial des intellectuels qui s’est réuni à Wrocław, dans les territoires « recouvrés » en 1948. De nombreux Français y étaient présents avec Aragon, Eluard, Léger, Picasso, Vaillant et Vercors en tête.

6Mais la première et la raison la plus importante est que la France, surtout sous la présidence du général de Gaulle, était, parmi les puissances occidentales, le « partenaire » le plus proche et le plus apprécié des autorités polonaises. À partir de 1959, le général a souvent souligné dans ses discours la nécessité de reconnaître la ligne Oder-Neisse. Le sommet des bonnes relations franco-polonaises a été le voyage de de Gaulle en Pologne. Sa tournée des villes polonaises en septembre 1967 a été triomphale, surtout lorsque le général, en visite dans la ville de Zabrze en Haute-Silésie – avant 1939, une ville frontalière située dans une partie allemande de la région –, s’est écrié qu’il était « dans la ville la plus polonaise de Pologne ».

7Les bonnes relations entre les deux États ont continué dans les années 1970 et cela grâce à une nouvelle circonstance favorable aux relations franco-polonaises apparue du côté polonais. En 1970, Edward Gierek est arrivé au pouvoir en Pologne. Celui-ci, chef du parti communiste, et par la même occasion chef de l’État polonais, était francophone. Ce fils de pauvre mineur émigré polonais avait passé, avant la Seconde Guerre mondiale, de longues années en France en tant que migrant économique. Arrivé au pouvoir, sans porter atteinte aux fondements politiques du régime, Gierek a entrepris une tentative de dynamisation du système économique paralysant, et avant tout une certaine ouverture à l’Ouest, et à la France en premier lieu : un gros contrat a été signé avec Berliet, le procédé secam a été adopté pour la télévision couleur naissante. Après le départ de Gierek, dans les dures années 1980 et la dernière décennie de la Pologne communiste, la France a eu un geste de bienveillance vis-à-vis du général Jaruzelski : le Président Mitterrand a été le premier chef d’État occidental à le recevoir (en décembre 1985). Il est vrai que l’accueil que le général a trouvé à l’Élysée a été humiliant pour lui.

8De bonnes relations entre les deux États au niveau politique – on n’oublie pas que la remarque concerne deux pays appartenant à deux blocs politico-militaires opposés, dotés d’institutions politiques et de systèmes socio-économiques diamétralement différents – ont bel et bien contribué à élargir l’espace de la coopération dans tous les domaines de la vie publique. Les résultats ne se firent pas attendre longtemps. Après une période stalinienne où la culture française était considérée comme l’incarnation de l’« Occident pourrissant » (arrestation de diplomates, fermeture de l’Institut français et cessation de l’enseignement du français), l’amélioration commença avec le retour de de Gaulle. Notons les réalisations les plus importantes.

  • 4 Le correspondant français de la TPP-F était l’Association France-Pologne.

9Déjà en juillet 1957, une déclaration intergouvernementale en matière de coopération dans le domaine de la culture a été signée à Paris. Le 1er septembre, un établissement ayant eu des mérites importants dans le domaine auquel nous nous intéressons a commencé à fonctionner ; il s’agissait du Centre de la Civilisation Française auprès de l’Université de Varsovie. En 1966, à la suite d’une visite du ministre Couve de Murville à Varsovie, un accord culturel et technique avait été signé. Le 27 juin 1972, a été créée l’Association de l’Amitié Pologne-France (Towarzystwo Przyjaźni Polsko-Francuskiej, TPP-F). Il est intéressant de s’attarder sur le nom de l’association4. En effet, cette formule « association d’amitié » était réservée uniquement aux associations créées dans le but d’animer la coopération avec d’autres pays « frères », c’est-à-dire communistes. Une seule exception a été faite pour la France.

  • 5 Pasztor M., Między Paryżem…, op. cit., p. 263 et 290.
  • 6 D’après Jarosz D. et Pasztor M., Polska-Francja 1970-1980…, op. cit., p. 320.

10L’année 1979 constitue une césure importante : les salles de lecture françaises en Pologne, à Varsovie et à Cracovie, ont été élevées au rang des Instituts Français, en présence de nombreux membres du gouvernement. D’autre part, l’Institut Polonais a été créé à Paris. Dans le domaine de la coopération culturelle et scientifique, la France s’est révélée un partenaire généreux. Il n’y avait pas d’équilibre dans l’échange entre les deux pays. Le nombre de Polonais qui partaient en France était incomparablement plus important que celui des Français qui venaient en Pologne. La France est devenue dans les années 1950, et même dans une large mesure dans les années 1960, le pays qui accueillait le plus de scientifiques, d’intellectuels et de créateurs de la culture polonaise. Beaucoup sont toujours actifs. Il est difficile de ne pas s’accorder avec l’opinion de M. Pasztor selon laquelle « dans le domaine de la culture, l’ouverture polonaise à l’Ouest était avant tout une ouverture à la France »5. Enfin, on soulignera l’essor de l’enseignement de la langue française en Pologne et, vice versa, du polonais en France. La création de nouvelles chaires de lettres françaises en Pologne en est la meilleure preuve. En 1971, 19 lycées polonais proposaient un programme élargi d’apprentissage de la langue française et, en 1978, on en comptait déjà 37. Dans l’année scolaire 1974-1975, 102 000 élèves polonais apprenaient la langue française, ce qui faisait 21,2 % de la totalité. Parallèlement, 177 000 apprenaient la langue anglaise et, encore plus nombreux, 197 000 la langue allemande6.

11Enfin, on attirera l’attention sur une autre raison de la relative vigueur de la culture française en Pologne qui était l’enfermement politique dû avant tout aux barrières administratives et politiques imposées par des motivations idéologiques. Il en résulte que le pays est resté longtemps relativement fermé, ce qui signifie, entre autres, qu’il était, dans le domaine qui nous intéresse ici, à l’écart des influences culturelles et linguistiques anglo-saxonnes y compris de la culture de masse américaine.

12Il semblerait que le vrai déclin du rayonnement culturel français en Pologne commence seulement à se manifester dans les années 1980, dans la situation extrêmement difficile que connaît la Pologne ravagée par un grand conflit social et politique entre les autorités communistes et la Solidarité.

13La chute du régime « communiste » en Pologne a bouleversé profondément le fonctionnement de l’État et les cadres de la vie sociale des Polonais dans tous les domaines. Elle a modifié les relations extérieures de la Pologne, rapports polono-français compris.

  • 7 « Francuskie firmy lubią Polskę », Gazeta Wyborcza, 29 juin 2007, p. 22.

14D’une part, on note l’intensification importante, voire un vrai essor, des relations économiques. La France, un peu réticente au début, est vite devenue le premier investisseur étranger en Pologne (stock d’investissements directs étrangers). Jusqu’à la fin de 2006, les compagnies et les entreprises françaises ont investi en Pologne environ 17 milliards d’euros. Selon les informations de l’ambassade de France à Varsovie, 760 entreprises françaises développaient leurs activités en Pologne à ce moment-là, parmi lesquelles de vrais géants comme Auchan ou Carrefour. Mais une forte tendance à croître était à observer surtout parmi les petites et moyennes entreprises. L’adhésion de la Pologne à l’Union Européenne a bien contribué à dynamiser la présence économique française en Pologne7.

15Quinze ans après 1989, les deux pays sont les états-membres des puissantes structures atlantiques et européennes, la Pologne adhère au pacte atlantique en 1999 et à l’Union Européenne en 2004. Il est hors de doute que les autorités de deux pays partenaires font de grands efforts pour le développement des relations mutuelles, mais ces efforts ne sont pas nécessairement toujours couronnés de succès.

16Notons d’abord une certaine solidité et stabilité de l’infrastructure de la présence culturelle, intellectuelle et linguistique française en Pologne :

  • depuis 1997, la Pologne est un pays observateur dans l’Organisation internationale de Francophonie ;
  • il y a les Instituts culturels de Varsovie et de Cracovie et leurs antennes de Wrocław et Poznań ;
  • 16 Alliances françaises sont implantées en province, au sein des universités ;
  • il existe en Pologne 16 départements de français (philologie romane) qui comptent environ 2 800 étudiants ;
  • 14 collèges et 8 lycées à sections bilingues accueillent 2 700 élèves ;
  • collège international de droit français et européen a été créé auprès de l’Université de Varsovie ;
  • on compte environ 3 000 professeurs de français.

17Il est aussi à noter qu’au moment de la chute du régime communiste, un véritable « lobby » français entra sur la scène politique polonaise. Parmi les grandes figures de la transformation polonaise, du moins dans sa première et décisive phase, nombreux étaient ceux pour lesquels l’impulsion en provenance de la France a joué un rôle très important ou même principal dans leur développement politique et intellectuel. On peut mentionner ici Tadeusz Mazowiecki – le Premier ministre polonais non-communiste depuis 1945, dans la formation intellectuelle et politique duquel les idées du personnalisme chrétien français, surtout celles d’E. Mounier, ont joué un rôle fondamental. On peut mentionner aussi Adam Michnik, dissident de toujours et brillant essayiste politique très connu et souvent traduit en France, qui entretenait des contacts vifs et développés avec de nombreux représentants de la vie intellectuelle et culturelle française. Le quotidien français Libération a décerné une aide poussée à l’opposition polonaise dans la préparation de Gazeta Wyborcza, le plus connu et le plus puissant des journaux polonais. Il faut mentionner enfin ici Karol Modzelewski, un excellent historien médiéviste et, tout comme Michnik ou Kuroń, un membre actif de l’opposition anticommuniste depuis les temps les plus éloignés. Il est devenu un des fondateurs de l’Union du Travail (Unia Pracy), le seul parti de la gauche issu du mouvement de Solidarność. Enfin, le plus éminent représentant de cette orientation francophile et européenne fut Bronisław Geremek, pendant les quinze ans précédant la chute du communisme peut-être même plus connu en France qu’en Pologne. Ami de Georges Duby et de Jacques Le Goff, parmi tant d’autres, homme politique d’envergure européenne, il fut entre 1997 et 2000 ministre des Affaires étrangères de la Pologne. Jusqu’à sa mort tragique, il était le plus connu des hommes politiques polonais en France et une autorité de premier plan quant aux affaires polonaises et à celles de l’Europe centrale et orientale.

18La France et les Français jouissent toujours d’un capital de sympathie et de confiance important. La France est toujours perçue comme un partenaire demandé de la Pologne.

19Mais d’autre part, il y a de nombreux points faibles derrière cette façade. On évoquera ici une affirmation générale que Zbigniew Brzezinski, grand politique américain d’origine polonaise et ancien conseiller du Président Carter, a présentée à tant de reprises dans les années 1990. Selon Brzezinski, deux pays perdants et deux pays gagnants sont à observer sur la scène politique mondiale : les gagnants, ce sont les États-Unis et l’Allemagne, et les perdants sont la Russie et la France. D’un jour à l’autre, la France a perdu, au profit des États-Unis et de l’Allemagne, la place privilégiée sur la liste des partenaires occidentaux de la Pologne qu’elle avait longtemps occupée, presque toujours avant 1989. Il arrive même que sa troisième place, après les États-Unis et l’Allemagne, soit incertaine et parfois concurrencée, suivant les périodes et les conjonctures politiques, par la Grande-Bretagne.

20Dans le domaine culturel, la culture de masse anglo-saxonne a fait sa « grande entrée » en ne trouvant pas sur la voie de son expansion de barrières naturelles ; tout au contraire, elle a trouvé sur cette voie une société mal préparée et hautement désorientée par les difficultés de la « grande transformation ».

  • 8 Voir http://www.ambafrance-pl.org/france-pologne/spip.php. article432.
  • 9 D’après les Annuaires statistiques pour les années respectives.

21La langue française est parmi les premières « victimes » de cette expansion. Dans l’année scolaire 1998-1999, dans les écoles de tous types – on se limite à l’enseignement primaire et secondaire – 280 000 élèves apprenaient la langue française ; dans le cas de l’enseignement de l’anglais, ils étaient 2,4 millions, et dans le cas de l’allemand 1,8 millions. Pour l’année scolaire 2006-2007, les chiffres se présentent de la façon suivante : pour le français 175 000 (40 % de moins par rapport à la situation de 1998-1999), pour l’anglais 3,6 millions (30 % de plus), et pour l’allemand 1,8 millions (une légère hausse de 5,7 %). Selon l’ambassade de France en Pologne, au cours de l’année scolaire 2007-2008 la langue française a été enseignée à 199 000 élèves, l’anglais à 4 882 000, l’allemand à 2 399 100 et le russe à 313 0008. Sans vouloir présenter trop de statistiques, on ajoutera quelques chiffres sur la présence du français dans les lycées, écoles formant de futurs étudiants : encore dans les années 1970, la langue française à été enseignée régulièrement à plus de 20 % de lycéens, en 1998-1999 à 17 % et en 2006-2007 à 13 %. Pour la langue anglaise, c’est toujours supérieur à 90 % et pour l’allemand les chiffres oscillent autour de 60-70 %9. Ajoutons encore que l’enseignement de la langue russe connaît une tendance comparable – baisse constante mais encore plus spectaculaire. L’objectif qui se dessine dans cette situation est de maintenir le français comme quatrième langue étrangère vivante dans les écoles de tous les types et comme troisième langue dans les lycées (après l’anglais et l’allemand). Selon toute vraisemblance, les deux objectifs sont réalisables même si les progrès de l’enseignement de la langue espagnole sont considérables ces dernières années. Il est à souligner encore que le français est une langue enseignée par un corps de professeurs déterminé, de grand dévouement, voire souvent plein d’enthousiasme. Une des spécificités à observer dans le domaine de l’enseignement des langues étrangères en Pologne est une forte interaction et dépendance directe entre les connaissances linguistiques et l’attitude vis-à-vis du pays d’origine de la langue enseignée. L’étude de la langue française entraîne très souvent la sympathie pour la France et vice versa, ce qui n’est pas du tout le cas des langues comme l’anglais ou l’allemand.

22Il est à constater que le rayonnement culturel de la France en Pologne, sa position, son prestige et sa force d’attraction faiblissent même si le phénomène ne se présente pas de façon dramatique.

23Cette tendance récente et peu attendue est directement dépendante de la nouvelle situation politique et socio-économique de la Pologne. La nouvelle Pologne se forme toujours en opposition directe à l’héritage de l’époque communiste. Cette Pologne est avant tout et même de plus en plus anticommuniste. La lutte contre l’héritage communiste, ou parfois présumé tel, adopte des formes de plus en plus violentes. Les nouvelles élites politiques polonaises connaissent une forte dérive droitière avec une forte composante fondamentaliste, populiste et cléricale. La gauche est en pleine déroute. La France avec sa tradition rationaliste et laïque, la France héritière des Lumières et tellement fière de cet héritage ne se situe pas au plein cœur des sympathies des nouvelles élites polonaises.

  • 10 Le Président français a dit au début février 2003 que la Pologne avait perdu une belle occasion «  (...)
  • 11 Voir Parzymies S., « Francja : mocarstwo zanikające ? », dans Rotfeld A.D. (ed.), Dokąd zmierza św (...)

24Parmi les spécificités de la situation politique et socio-économique de la France, on désapprouve certains éléments dans sa politique extérieure et intérieure. En ce qui concerne la politique extérieure française, il est à noter en premier lieu que de nouvelles élites politiques polonaises critiquent tout d’abord un certain « anti-américanisme », donc un certain « anti-atlantisme » des Français qui, à leurs yeux, affaiblit depuis longtemps la solidarité politique de l’Occident, de la communauté euro-atlantique. Ici, c’est la position de la France vis-à-vis de l’OTAN qui devient l’objet des critiques les plus graves. Deuxièmement, de nombreuses critiques visent la politique européenne de la France, qu’on juge souvent égoïste, indifférente à la situation des pays plus faibles, voire arrogante. Un bon exemple pourrait être l’indignation générale et profonde avec laquelle l’opinion publique polonaise reçut une expression peu prudente du Président Chirac critiquant l’attitude de la Pologne et des autres pays de l’Europe centrale, à la veille de leur adhésion à l’Union Européenne et à l’apogée des tensions politiques provoquées par la crise irakienne durant l’hiver 2002-200310. De plus, la politique française vis-à-vis de la Russie est l’objet des critiques graves car jugée trop conciliante, voire parfois russophile. Enfin, la France est souvent considérée en Pologne comme un pays qui mène une politique trop ambitieuse, trop indépendante et, à la longue, contre-productive ; en somme, une politique qui ne dispose pas de moyens suffisants11.

25Parmi les spécificités de la situation intérieure de la France, les critiques les plus sévères concernent le modèle économique et social français, notamment le rôle excessif, dirigiste de l’État et la place du secteur public. Un bon exemple : rares sont ceux qui défendent l’idée des trente-cinq heures. D’autres critiques, non moins sévères, portent sur le régime de séparation de l’Église de l’État. La laïcité à la française se trouve aux antipodes des idées préconisées par la nouvelle classe politique polonaise.

  • 12 Lubczyński K., « Myślenie burżujskie », Trybuna. Aneks, 24 août 2007, p. 13.
  • 13 Il est à noter une série d’articles du Times (fin novembre 2007) intitulés « The Death of French C (...)

26Dans le passé plus lointain, le rayonnement de la culture française en Pologne concernait avant tout les élites. Dans l’histoire plus récente, après 1945, l’image de la culture française comme une culture exigeante, « raffinée », réservée aux « élus », « élitiste » tout court, n’a pas entièrement disparu. La plus grave atteinte portée à la présence de la culture en Pologne, comme dans d’autres pays, est, sans compter l’expansion de la culture de masse anglo-saxonne, l’érosion de la foi en sa vitalité et sa force régénératrice. Un des publicistes, francophile et francophone, représentant la génération qui a abordé la maturité à la fin des années 1960, en présente des réflexions peu rassurantes : « Il est vrai que, depuis une vingtaine d’années, la France vit d’une sorte de dépression spirituelle. […] il s’y est écroulé quelque chose. […] la légende de la France qui animait encore ma génération s’est éteinte. A-t-elle épuisé son potentiel vital ? »12. La Pologne n’est pas le seul pays à présenter de pareils doutes et craintes qui, ces dernières années, se manifestent avec plus de force qu’auparavant13.

27La question sur la présence de la culture et de la langue françaises est constamment posée. Quelle est sa place au sein de la société polonaise à l’époque des grandes transformations politiques, économiques et sociales ainsi que de l’avènement de la culture de masse ?

Notes

1 Revue complète, mais fort imparfaite, des relations polono-françaises dès leur début dans Andrzej T. (ed.), Polska – Francja. Dzięsieć wieków zwiazków politycznych, kulturalnych i gospodarczych, Warszawa, 1983, 1988.

2 Pour les relations polono-françaises après 1945 (à la fin des années 1970), se référer à la série d’ouvrages de deux auteurs polonais, Dariusz Jarosz et Maria Pasztor, en particulier pour la période 1945-1954 : Jarosz D. et Pasztor M., Conflits brûlants de la guerre froide : les relations franco-polonaises de 1945 à 1954, préface deSoutou G.-H., Paris, Lavauzelle, 2005, et Jarosz D. et Pasztor M., Robineau, Bassaler i inni. Z dziejów stosunków polsko-francuskich w latach 1948-1953, Toruń, 2001 ; pour la période 1954-1969, voir Pasztor M., Między Paryżem, Warszawą i Moskwą. Stosunki polsko-francuskie w latach 1954-1969, Toruń, 2003 ; pour la période 1970-1980, voir Jarosz D. et Pasztor M., Polska-Francja 1970-1980 : relacje wyjątkowe ?, Warszawa, 2006. Enfin, voir une synthèse englobant toute la période : Jarosz D. et Pasztor M., Stosunki polsko-francuskie 1944-1980, Warszawa, 2008.

3 Voir Wyczanski A., « Moja współpraca naukowa z Francją », Nauka, no 4, 1999, p. 161-167 ; idem, « Odnowienie stosunków naukowych z Francją w 1956 roku », Kwartalnik Historyczny, no 4, 1993, p. 263-268.

4 Le correspondant français de la TPP-F était l’Association France-Pologne.

5 Pasztor M., Między Paryżem…, op. cit., p. 263 et 290.

6 D’après Jarosz D. et Pasztor M., Polska-Francja 1970-1980…, op. cit., p. 320.

7 « Francuskie firmy lubią Polskę », Gazeta Wyborcza, 29 juin 2007, p. 22.

8 Voir http://www.ambafrance-pl.org/france-pologne/spip.php. article432.

9 D’après les Annuaires statistiques pour les années respectives.

10 Le Président français a dit au début février 2003 que la Pologne avait perdu une belle occasion « de se taire » dans l’affaire. Très rares furent ceux en Pologne qui osèrent exprimer de la compréhension envers les propos de Jacques Chirac.

11 Voir Parzymies S., « Francja : mocarstwo zanikające ? », dans Rotfeld A.D. (ed.), Dokąd zmierza świat ?, Warszawa, 2008, p. 373-389. Il s’agit du texte le plus représentatif de l’auteur, qui est le plus grand spécialiste polonais de la politique étrangère de la France d’aujourd’hui et des relations franco-polonaises après 1989.

12 Lubczyński K., « Myślenie burżujskie », Trybuna. Aneks, 24 août 2007, p. 13.

13 Il est à noter une série d’articles du Times (fin novembre 2007) intitulés « The Death of French Culture ».

Auteur

Université Nicolas Copernic de Toruń

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search