Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

41. Le renouveau de la présence culturelle française en Pologne 1957-fin des années 1970

Pierre Guillaume

Texte intégral

1À la suite de l’« Octobre polonais » de 1956, le retour au pouvoir de Wladysław Gomulka et d’un gouvernement moins hostile à l’Occident, les relations culturelles de la France et de la Pologne entrent progressivement dans une phase de normalisation. Au cours des années ultérieures, l’intensité de la coopération culturelle franco-polonaise découle de la qualité inégale et variable des relations diplomatiques, donc des choix successifs faits par la France auxquels réagit une Pologne qui reste une démocratie populaire étroitement inféodée à l’URSS. Les efforts faits par la France pour retrouver une place dans la vie culturelle polonaise se heurtent à l’omniprésence de l’URSS, qui impose notamment le choix du russe comme langue étrangère dans les écoles, mais aussi à la place que prennent les pays germaniques, l’Allemagne et accessoirement l’Autriche, et les pays anglo-saxons, la Grande-Bretagne et naturellement les États-Unis, où vit une très importante communauté d’origine polonaise.

2J’évoquerai successivement le retour à des relations culturelles régulières à la suite de la déclaration commune du 10 juillet 1957, une intensification des échanges culturels entravée d’une part par un contentieux hérité de la guerre, et d’autre part par la modicité des moyens déployés par la France, la précarité des positions françaises notamment dans le domaine linguistique et enfin les effets positifs mais précaires du voyage du général de Gaulle en Pologne du 6 au 12 septembre 1967.

Le retour à des relations culturelles régulières

  • 1 Archives diplomatiques de Nantes (AD), poste de Varsovie, ambassade (AV), Service de Coopération e (...)
  • 2 SCAC, carton 2, commission mixte de décembre 1948, rapport de P. Jackowski, membre de la délégatio (...)
  • 3 SCAC, carton 2, procès-verbal de la réunion de la commission mixte du 5 octobre 1949.

3La fermeture musclée de l’Institut français de Varsovie le 13 janvier 1950 n’avait pas totalement interrompu les relations culturelles franco-polonaises mais les avait réduites à peu de choses. En octobre 1949, avant la fermeture de l’Institut, avait été constituée une commission mixte franco-polonaise devant se réunir une fois par an, en alternance à Varsovie et à Paris1. Elle permet encore l’organisation à Varsovie, en décembre 1949, d’une exposition Courbet, considérée par les autorités d’accueil comme suffisamment progressiste. L’accord se fait également pour la venue en Pologne de célébrités françaises. Avant la crise de 1949, avaient ainsi été notamment invités Joliot-Curie, Picasso, Léger, Roger Vaillant, Tersen, Garaudy, Pierre George2 ; le furent également Aragon et Elsa Triolet. Tous étaient membres ou proches du parti communiste. Leur passage n’alla pas toujours sans incident. Ainsi Elsa Triolet et Aragon vinrent-ils à l’insu de l’ambassade de France. Les mesquineries furent nombreuses de part et d’autre, telle l’expulsion du portier français resté à l’Institut de Varsovie ou le refus par la France de visas qui auraient permis à des Polonais de participer à des manifestations au siège parisien de l’UNESCO3. On peut retenir aussi des chicaneries autour de projets de célébration du cent cinquantième anniversaire de la naissance de Mickiewicz ou d’une année Chopin. Une tournée de Louis Jouvet avec L’École des Femmes, pièce qui peut difficilement passer pour subversive aux yeux des autorités polonaises, est admise pour six représentations à Varsovie et Cracovie, comme l’est en octobre 1954 la venue du TNP, évidemment considéré comme progressiste. Yves Montand, Lucienne Boyer et René Clair furent également accueillis. Sans doute optimiste par fonction, l’ambassade de France se flatte que furent jouées en traduction polonaise 28 pièces françaises classiques et 49 modernes, tandis qu’auraient été appréciés les films français.

4Cette âpreté des rapports culturels franco-polonais dans les années 1950 s’explique en partie par la mauvaise volonté de la France pour répondre aux demandes du régime de Varsovie. Paris n’avait pas accueilli le gouvernement républicain polonais en exil mais nombreux y étaient les réfugiés anti-communistes qui se posaient comme les héritiers légitimes de la Pologne en exil, se réclamant évidemment d’une tradition remontant aux temps de l’oppression tsariste. Le gouvernement de Varsovie réclama ainsi vainement la restitution de la bibliothèque polonaise restée aux mains de ses adversaires. Tirant argument de l’importance de l’immigration polonaise en France, donc de l’existence présumée de 40 000 enfants d’origine polonaise, il demanda en vain que la langue polonaise leur soit enseignée ; il n’obtint ni la construction à Paris d’un lycée polonais ni – dans l’immédiat au moins – la création à la Sorbonne d’une chaire de langue et de civilisation polonaises. A contrario, la radio de Lille mit fin aux émissions en polonais créées dans l’avant-guerre. L’argument avancé par le gouvernement français fut toujours celui du manque de moyens, notamment pour refuser l’enseignement du polonais comme langue vivante dans les lycées. Dès lors, on ne peut évidemment considérer que la mauvaise volonté du gouvernement polonais soit totalement infondée tant il est évident que la France, toujours convaincue de l’universalité de la langue française, ne voyait pas pourquoi sa diffusion aurait dû s’accompagner d’une quelconque réciprocité.

  • 4 SCAC, carton 2, mention d’une convention culturelle franco-polonaise signée le 10 juillet 1957, cr (...)
  • 5 De Gaulle C., Discours et messages. Vers le terme 1966-1968, Paris, Plon, 1970, p. 221-234 (rééd. P (...)

5Lors de la normalisation, au moins relative, des relations culturelles franco-polonaises par la déclaration commune du 10 juillet 1957, le thème de l’amitié séculaire des deux pays fut très largement utilisé. Maintes fois repris ultérieurement, ce thème appelle quelques nuances4. Certes, comme devait le proclamer le général de Gaulle dans son discours à Varsovie du 6 septembre 1967, « jamais nos peuples ne se sont combattus », mais il était difficile, même pour de Gaulle, d’en déduire une parenté profonde, et l’argument le plus fort qu’il utilisa le 11 septembre devant la Diète polonaise fut le fait que les deux pays avaient « gravement souffert des ambitions germaniques », tout en admettant – la construction européenne l’exigeant – que l’Allemagne « reniait ses méfaits » passés5.

  • 6 AV, carton 103.

6Si Poniatowski, maréchal d’Empire, Mickiewicz, Chopin, Marie Curie et même Marie Leszczyńska sont les témoins glorieux d’un passé jusqu’à un certain point partagé entre Pologne et France – et, très injustement, on y trouve rarement adjointe Marie Walewska –, d’autres échanges humains laissèrent moins de traces positives, et notamment la venue de dizaines de milliers de mineurs dans les mines du Nord et du Pas-de-Calais dans l’entre-deux-guerres. Dans un rapport de 1963, émanant de l’ambassade de France mais sans indication d’auteur6, il est dit sans ambiguïté :

Il ne faut pas considérer que le fait que de nombreux ouvriers polonais aient passé de longues années en France avant de revenir dans leur pays puisse jouer un rôle en faveur de la situation du français. Ces personnes oublient très souvent le français et ne font aucune propagande, même dans leur famille, pour en encourager l’étude.

7Les explications de cet oubli, apparemment délibéré, du français sont assez évidentes. Ces ouvriers n’étaient pas des intellectuels et, surtout, les conditions de vie qui avaient été les leurs en France n’avaient rien de séduisant. Ils étaient voués aux tâches les plus dures ; ils étaient aussi coupés du reste de la population tant par leur encadrement clérical que par l’hostilité que ce dernier inspirait à une société laïque. Les corons qui les hébergeaient n’étaient pas non plus un cadre de vie dont on souhaitait entretenir le souvenir.

  • 7 Fidèle second puis successeur de Fernand Braudel à la direction de la Maison des Sciences de l’Hom (...)

8Comme les diplomates le rappelleront maintes fois, la déclaration commune du 10 juillet 1957 n’est pas une convention culturelle, si bien que les relations entre la France et la Pologne gardent une certaine précarité. Un pas de plus ne sera franchi qu’en 1979, avec l’accord signé le 19 juillet officialisant l’ouverture d’un institut français en Pologne et d’un institut polonais à Paris. Il a néanmoins été décidé en 1957 de créer une commission mixte dont la composition est fixée en février 1958 et qui se réunit pour la première fois du 16 au 18 décembre 1959. Elle propose la création d’un centre d’étude de la civilisation française à Varsovie et d’un centre d’étude de l’histoire de la civilisation polonaise à Paris dans le cadre de la 6e section de l’École Pratique des Hautes Études, grâce à Georges Heller qui seconde Fernand Braudel qui se rend en Pologne7. Trente-quatre bourses sont proposées par la France à des Polonais en 1957 et des professeurs polonais viennent suivre un stage de langue française à l’ENS de Saint-Cloud, tandis qu’en mars 1958 une quinzaine d’étudiants français vont en Pologne. Les signes d’ouverture ou les déclarations d’intention allant dans ce sens se multiplient. En août 1957, Christian Pineau, ministre français des Affaires étrangères, déclare « qu’il faut supprimer les barrières », après que René Billères, ministre de l’Éducation nationale, se soit prononcé en ce sens. En 1958, la compagnie Jean-Louis Barrault-Madeleine Renaud fait une tournée en Pologne. Viennent aussi en mission en Pologne des cancérologues, des ingénieurs d’EDF-GDF, des spécialistes des télécom, de l’industrie automobile ou encore de la sidérurgie, plus demandés, semble-t-il, que des spécialistes de littérature ou de sciences sociales. En mars 1958, la tenue à Varsovie d’une quinzaine d’études françaises à laquelle répond, un an plus tard, une quinzaine polonaise à Paris, semble consacrer l’entrebâillement prudent des frontières.

  • 8 AV, carton 6.

9Au cours des années suivantes, les échanges s’améliorent lentement, non sans phases de régression. En 1958-1959, une exposition Gauguin est allée de Varsovie à Cracovie, Alexis Weissenberg a donné des récitals et se sont produits des chanteurs de variétés populaires aussi divers que Philippe Clay, Catherine Sauvage, Tino Rossi, Patachou ou encore Mireille Mathieu. Une autre quinzaine française se tient à Varsovie du 15 au 30 octobre 1960. En 1961, c’est le médiéviste Jacques Le Goff qui fait une tournée de conférences et épouse une Polonaise. Parlant ainsi en 1963 de la diffusion du livre et du film français, le conseiller culturel constate qu’après la nette reprise des années 1956-1958, la situation n’a cessé de se dégrader et il ajoute « plus sans doute pour des raisons économiques que proprement culturelles », et il suggère qu’« il est certain que dans la mesure où la France accroîtra ses achats de films polonais (remarquables surtout dans le domaine du court métrage), la situation du film français en Pologne s’améliorera »8. C’est ici, à nouveau, le problème de la non réciprocité qui est posé.

  • 9 SCAC, dossier 8.

10Traitant de la situation universitaire, le conseiller culturel français écrit en 1962 « qu’il faut envisager de reconquérir les positions perdues à la suite de la fermeture de nos instituts en 49 ». Faisant le point sur la situation du moment, il énumère9 :

  • un centre d’Études et de Civilisation françaises près l’Université de Varsovie, avec un directeur français, un adjoint français ;
  • un centre de documentation scientifique et technique géré par des Polonais, sous contrôle polonais, avec enseignement audio-visuel dispensé par un lecteur français ;
  • des lecteurs dans les universités polonaises : Varsovie, Cracovie, Wroclaw, Lodz, Poznań, Polytechnique de Varsovie.

11Il est pessimiste quant à la possibilité de rouvrir des instituts, disant que « les Polonais sont hostiles à cette formule et s’y opposent par tous les moyens » et que « de toutes manières, les instituts ne seront pas autorisés à avoir des activités d’enseignement car la loi polonaise s’y oppose ». Pour lui, les instituts sont d’ailleurs d’une efficacité contestable, mal adaptés aux tâches d’une action culturelle moderne. Ce qu’il prône, c’est la création de centres d’études non pas autonomes mais intégrés dans les universités, notamment à Varsovie, à Cracovie et à Poznań. Il s’agirait de toucher les élites universitaires et notamment les futurs enseignants de français, sans songer à une action plus vaste, extra-universitaire. Il suggère également que la diffusion du livre et du film ne relève plus de l’ambassade mais d’un organisme indépendant qui apparaîtrait comme plus neutre. Notons qu’en 1966, une salle de lecture française est ouverte à Cracovie. Ce qui transparaît nettement ici, c’est la défiance des autorités polonaises qui entendent garder le contrôle de toute action culturelle.

12Des efforts sont faits du côté français pour répondre aux demandes polonaises. En 1962 sont ainsi créées des chaires de langue et civilisation polonaises à Paris et à Nancy et des lecteurs polonais sont accueillis dans les universités de Nancy, Lyon et Aix. À partir de 1965, les échanges sportifs et touristiques sont encouragés ; les radios et télévisions de Lille d’une part, et de Katowice d’autre part ont des émissions dans la langue de l’autre ; en janvier 1966, la télévision polonaise donne une série de cours en français, expérience poursuivie avec la radio et, en échange, certaines stations régionales françaises doivent diffuser des cours en polonais. Apparemment jugées trop onéreuses, ces expériences sont interrompues en 1967.

  • 10 SCAC, dossier 8.

13Le réchauffement des relations culturelles franco-polonaises se traduit aussi par la création de liens directs entre établissements ayant des vocations comparables, notamment dans les disciplines techniques telles que celles que l’École polytechnique de Gliwice ou l’Académie des Mines et de la métallurgie de Cracovie, et quelques échanges d’étudiants peuvent avoir lieu. Ce mouvement bien timide est encore freiné en 1968, comme le dit le conseiller culturel français qui écrit10 :

Un facteur certainement grave risque, à l’heure actuelle, de compromettre le développement des échanges sociologiques et philosophiques. C’est le démantèlement, au mois d’août 1968, à la suite des mouvements étudiants de mai, des facultés de philosophie et de sociologie de Varsovie, révocation des professeurs Kolakowki, Baszko, et Bauman, exclusion du Président de l’institut de recherches littéraires, etc.

14Ces mesures d’urgence suivies de la substitution de la nomination par le pouvoir à l’élection par ses pairs du haut personnel administratif universitaire ne facilitent évidemment pas la collaboration culturelle avec une France soupçonnée par l’État polonais d’être en proie à un gauchisme plus que suspect pour un régime qui reste stalinien malgré l’arrivée au pouvoir de Gierek et qui cherche, par sa prudence, à permettre à la Pologne d’échapper à la répression qui frappe la Tchécoslovaquie comme elle avait frappé la Hongrie.

La précarité des positions françaises dans les années 1960

  • 11 SCAC, dossier 8.

15Dans sa présentation sur Internet, l’Institut français de Varsovie évoque la continuité de son existence depuis les années 1920, et parle de la célébration de son quarantième anniversaire en 1968. C’est parfaitement fictif, l’Institut ayant été fermé, comme cela a été dit, en 1949, pour ne réapparaître sous une forme beaucoup plus modeste qu’auparavant, celle d’un centre de civilisation française intégré à l’Université de Varsovie en 1960. Faisant à l’occasion du voyage du général de Gaulle un bilan des moyens déployés par la France pour assurer sa présence culturelle, l’ambassade de France à Varsovie ne peut masquer leur modicité. La mission culturelle compte ainsi en 1967 un conseiller culturel, un attaché scientifique, tous deux agrégés de l’Université, et un instituteur adjoint. Si, à l’Université de Varsovie, sont attachés un agrégé et deux certifiés, ailleurs ce sont des lecteurs isolés qui ont en charge l’enseignement du français ; il en est ainsi dans les universités de Cracovie, de Poznań, de Lodz et de Wrocław comme à l’école polytechnique et à l’école de langues étrangères de Varsovie. On compte parmi eux deux agrégés et trois certifiés. Il n’y a pas d’école primaire française si ce n’est la « petite » école de l’ambassade, qui accueille les enfants du personnel avec un instituteur et une jardinière d’enfants. On trouve mention d’un « lycée de langue française », le lycée Sempolowska de Varsovie, sans autre renseignement sur son fonctionnement11.

16La pièce maîtresse de cette présence française est le Centre de civilisation française de Varsovie qui, depuis 1960, dispose d’une salle de lecture. Y sont attachés un directeur français et une adjointe qui lui est affectée dans les années 1960, un adjoint polonais et deux secrétaires que l’Université cherche occasionnellement à récupérer ; le statut de ce personnel polonais est précaire car non déclaré au début des années 1960, il n’a alors droit ni à la sécurité sociale ni à la retraite. Le document de 1967 affirme l’existence, sur les rayons de la bibliothèque, de 15 000 volumes ; il n’y en avait que 9 000 lors de la réouverture du centre, « dont 800 étaient périmés ». L’autre pièce maîtresse du dispositif français avant la crise de 1949 était l’Institut français de Cracovie, brutalement fermé en décembre 1949 alors qu’il comptait 450 élèves. Il était initialement largement logé dans le palais Lubomirski. Après sa fermeture, la conservation des livres est assurée bénévolement par un secrétaire polonais. En 1966, une salle de lecture est réouverte mais dans des conditions difficiles puisque « le secrétariat est trop petit, qu’il n’y a pas de médiathèque, que le chauffage est défectueux, l’électricité vétuste, l’escalier sordide et qu’il n’y a qu’un seul WC ». Plus grave, les salles de cours sont inexistantes et le loyer est exorbitant et il en est encore ainsi en 1982 malgré un accord de novembre 1979 qui rétablit à Cracovie un institut français.

17Cette extrême modicité des moyens, tant en locaux qu’en personnel, est sans aucun doute une explication de la faible activité des centres français. Une comparaison datée de 1963 donne les chiffres suivants :

Nombre d’ouvrages

Nombre de prêts

Varsovie

5 000

15 000

Belgrade

27 900

20 000

Zagreb

13 700

3 000

Budapest

5 500

13 500

18Est aussi mentionnée une certaine inadaptation des livres proposés à la demande des lecteurs potentiels avec une place trop large donnée aux ouvrages littéraires et artistiques. Il est en effet évident que pendant les années 1960, l’anglais s’est imposé comme la langue technique tandis que le français n’intéresse plus qu’une « élite intellectuelle […] des littéraires, des médecins, des artistes alors que dans les milieux scientifiques la situation est moins bonne ».

  • 12 SCAC, dossier 8.

19C’est par le cinéma que la place de la culture française, pendant les années 1960, reste forte. L’ambassade avance ainsi, pour l’année 1962, les chiffres suivants de films étrangers importés en Pologne12 :

Longs métrages

Courts métrages

France

19

3

Argentine

1

3

Bulgarie

1

3

Chine

2

4

RDA

8

24

Hongrie

7

16

Grande-Bretagne

16

-

Tchécoslovaquie

14

21

URSS

73

72

USA

38

-

Totaux

214

146

20La prédominance de l’URSS et des démocraties populaires est évidemment écrasante, mais la France apparaît comme le deuxième exportateur occidental, après les États-Unis qui la surclassent de 100 %. Les résultats français sont donc honorables mais le poids des films anglo-saxons, même en version polonaise, ne peut qu’accroître l’influence anglaise et américaine dans le public par rapport à celle de la France.

21L’ambassade a également produit la statistique extrêmement intéressante des auteurs français traduits en polonais entre 1944 et 1962. Elle est la suivante :

Nombre de titres

Tirages (en milliers)

Aragon

21

255,1

Balzac

103

1 796,6

Camus

6

81,3

Dumas

51

1 414,7

France

39

509,9

Flaubert

12

206,5

Hugo

69

1 456,4

Mauriac

23

230,8

Maurois

15

177,9

Molière

42

255,6

Rolland

49

706,6

Sartre

7

116,6

Stendhal

42

1 071,5

Verne

62

2 565,3

Zola

55

899,6

22Cette liste montre que la littérature classique est désormais ignorée puisque Molière lui-même, l’auteur sans doute jugé le plus accessible, n’obtient que des tirages faibles. Le succès de Jules Verne est sans doute celui d’une littérature considérée d’une part comme enfantine et d’autre part comme imprégnée d’esprit scientifique. Balzac et Stendhal sont considérés comme des classiques et Dumas comme l’archétype du romancier populaire. Victor Hugo est le chantre du peuple, Romain Rolland et Anatole France sont catalogués comme progressistes. On ne s’étonnera pas que Camus et Sartre n’aient suscité qu’un intérêt limité ; on se serait attendu, en revanche, à une audience plus large pour Aragon, dont la ou les visites en Pologne ont été signalées. De l’ensemble de ces œuvres ne peut se dégager qu’une image assez passéiste de la France qui est, dans le même temps, le pays du nouveau roman… ou de Françoise Sagan.

23L’ambassade, après avoir constaté ce succès persistant de la littérature française, déplore un certain essoufflement, avec 68 titres traduits en 1960, 46 et 47 seulement en 1961 et 1962. Après l’ouverture relative constatée après 1956, les œuvres considérées comme importantes étant désormais traduites et diffusées, l’intérêt pour la littérature française paraît ainsi fléchir.

  • 13 AV, carton 6, sans date ni auteur.

24On peut, semble-t-il, évoquer une certaine inadaptation de l’offre culturelle française aux aspirations du public polonais. On lit ainsi à propos des conférences données au centre culturel de Varsovie13 :

Le public polonais francophone est intéressé, semble-t-il, beaucoup plus par des exposés traitant de problèmes précis du domaine de l’économie, de la sociologie, de la technique… que par les conférences littéraires traditionnelles.

25Le même rapport de 1963 dit la place accordée au théâtre français car aux termes du protocole de 1957, une troupe française vient en Pologne tous les deux ans et des œuvres théâtrales françaises sont régulièrement mises en scène. Il est précisé que « depuis 1962 ont été représentés une pièce de Camus, le Britannicus de Racine, Eurydice d’Anouilh, L’Idiote de Marcel Aimé et qu’actuellement se jouent à Varsovie Les Trois mousquetaires dans l’adaptation de Roger Planchon ». Le Théâtre de la Cité de Villeurbanne a tout particulièrement les faveurs d’un public qui est à la recherche de nouvelles formes théâtrales. Lorsqu’il s’agit d’une pièce classique, la mise en scène prend plus d’importance que le texte même de la pièce. Il y a dans ce pays un intérêt particulier porté au théâtre moderne et d’avant-garde. Le théâtre semble donc ainsi offrir, mais à un public limité, une ouverture sur la création contemporaine qui n’apparaît pas dans la littérature dont l’importation peut être étroitement contrôlée par le pouvoir.

  • 14 AV, carton 7.

26Ces remarques posent le problème du poids des traditions dans l’offre culturelle française, quelque peu figée dans des habitudes anciennes privilégiant la langue, et la langue classique. C’est l’enseignement et la diffusion de cette langue française qui est au cœur des préoccupations des diplomates en poste en Pologne, toujours convaincus, semble-t-il, de son universalité potentielle décrétée par Rivarol en 1784 et fort peu contestée en France depuis lors. Le constat fait dans ce domaine par l’ambassade est assez amer. On lit que, pour 196314 :

Dans l’enseignement secondaire, on enseigne peu et mal les langues vivantes en dehors du russe, qui est obligatoire, le choix des lycéens se porte :
- sur le latin, environ 29 %
- sur l’allemand, environ 26 %
- sur l’anglais, environ 22 %
- sur le français, environ 19 %
Dans les universités, la situation du français est encore moins bonne. La jeunesse est attirée par les États-Unis, de même que les jeunes travailleurs scientifiques. Le problème n’est pas d’abord d’ordre culturel. L’insuffisance des échanges économiques entre la France et la Pologne est largement responsable du recul de la langue française et du manque d’intérêt pour les réalisations françaises.

27Un document de 1967, lié à la venue du général de Gaulle, donc sans doute optimiste, compte 20 % d’élèves apprenant le français. Rien ne suggère que l’on ait, ultérieurement, dépassé ce niveau, malgré les espoirs nés de l’accession à l’indépendance des États africains dont on a pu penser qu’elle accroîtrait le rôle du français comme langue diplomatique. De fait, dans un autre rapport de 1963, on lit que « le poids du français comme langue diplomatique n’est pas discuté par les Polonais. Il y a très peu de diplomates polonais qui ne parlent pas notre langue ; certains la parlent avec beaucoup d’aisance, mais quel avenir ? ».

28Cet avenir, dit le même texte, est compromis :

Le drame est que la jeunesse manifeste peu de goût pour l’enseignement, mal payé et surchargé. Le recrutement des professeurs de français pour l’enseignement secondaire se fait dans de mauvaises conditions. Il en est de même pour les futurs cadres de l’enseignement supérieur. Il est très souhaitable que, pour ces derniers, nous puissions prévoir des bourses de longue durée, d’une durée de trois ans, qui permettraient à un petit nombre de Polonais, soigneusement choisis, de recevoir une formation supérieure en France, sanctionnée par un doctorat français. Nous contribuerions ainsi de façon très positive à combattre le marasme inquiétant qui règne à l’heure actuelle.

29Cette attribution de bourses a été, semble-t-il, l’une des dimensions majeures de la coopération culturelle française. Pour l’année 1962 auraient ainsi été accordées 515 mensualités auxquelles se seraient ajoutées 30 bourses, « hors protocole », pour les étudiants des écoles polytechniques de Varsovie et de Gdańsk. On relève que sur les 515 mensualités accordées, seules 6 sont allées à des chercheurs scientifiques, 18 à des spécialistes de la médecine et 10 à des techniciens, et il est bien précisé que ce sont des étudiants de français des deux écoles polytechniques qui en sont bénéficiaires. Il semble donc que, par l’octroi de bourses, la France poursuive sa politique de la langue. Le rapport concernant l’année 1962 compare les 186 bourses données par la France aux 110 qui sont accordées par l’URSS, aux 96 anglaises et aux 5 américaines. On ne peut guère en déduire qu’une chose : l’accueil des étudiants polonais ailleurs qu’en France ne passe pas par cette formule des bourses.

Le voyage du général de Gaulle et son impact

30Le voyage du général de Gaulle en Pologne, du 6 au 12 septembre 1967 est, de toute évidence, un temps très fort des relations franco-polonaises, alors même qu’il a été éclipsé, aux yeux de l’opinion française, par le voyage au Québec, marqué le 24 juillet par le célèbre « Vive le Québec libre » si lourd de conséquences pour l’évolution du Canada.

  • 15 Ponty J., « Pologne », dans Andrieu C., Braud P. et Pikett y G. (dir.), Dictionnaire De Gaulle, Par (...)

31Ce voyage, qui amène le général de Varsovie à Auschwitz, puis à l’Université Jagellon à Cracovie, à Gdańsk ex-Dantzig, à Katowice en Silésie ex-allemande puis à Varsovie, est scandé par des discours : réponse à l’allocution de bienvenue d’Ochab, président du Conseil d’État le 6 septembre, réponse au toast de celui-ci le même jour au Palais du Conseil des Ministres à Varsovie, à l’Université de Cracovie le 8 septembre, enfin le 11 septembre sous forme d’une allocution radiodiffusée15.

32Les thèmes dominants sont ceux du passé commun des deux pays, donc de leur parenté, avec évocation de la sécurité que promet, contrairement à la politique des blocs, « de l’Atlantique à l’Oural une politique délibérée de détente, d’entente et de coopération ». Si les « ambitions germaniques » passées sont rappelées tout en donnant comme intangibles les nouvelles frontières de la Pologne, si l’ingérence des États-Unis au Vietnam est, à mots à peine couverts, condamnée, rien n’est dit des relations de la Pologne et de l’URSS dont il semble admis qu’elle est entrée dans la voie de la détente.

33Le voyage du général de Gaulle fut un énorme succès populaire. Son historienne, Janine Ponty, écrit :

Les gens crient de joie, se bousculent pour toucher son uniforme et son képi d’officier. Bientôt, les jeunes vont adopter un couvre-chef qui y ressemble et qu’ils nommeront la degolowka. Avant de repartir, il enregistre une allocution radiodiffusée que des millions de Polonais peuvent écouter.

34Il la termine en disant en polonais : « À tous les Polonais, je dis de tout mon cœur : Merci et Adieu ! Vive la chère, la noble, la vaillante Pologne ».

  • 16 Pour plus de précision sur la politique de De Gaulle vis-à-vis de la Pologne, voir Zgorniak M., «  (...)

35Cette indéniable chaleur humaine du général s’explique par son passé personnel. En avril 1919, il était parti pour Varsovie comme conseiller de l’armée de Pilsudski et en 1920, il joue un rôle important dans la victoire polonaise sur les Russes dans la bataille de la Vistule sous les ordres de Weygand. Ultérieurement, à Londres, il côtoie le gouvernement polonais en exil et approuve le « déplacement » de la Pologne vers l’ouest, voulu par Moscou. En 1944, lors de son voyage à Moscou du 2 au 10 décembre, de Gaulle signe le pacte d’alliance franco-soviétique et accepte un échange d’ambassadeurs avec le Comité de Lublin, proche des Soviétiques. La France le reconnaît officiellement comme étant le gouvernement légitime de la Pologne le 29 juin 1945. Le gouvernement polonais de Londres est ainsi abandonné par la France et il est donc difficile d’admettre, comme y inciterait l’historique des relations franco-polonaises avalisé par le Quai d’Orsay, que les relations entre les deux pays ont toujours été d’une fidélité sans faille à une amitié multiséculaire. Acclamé en Pologne en 1967, le général de Gaulle avait fait auparavant, au détriment de celle-ci, les sacrifices qu’exigeait un rapprochement franco-russe auquel il tenait par-dessus tout, dans sa vision d’une Europe allant « de l’Atlantique à l’Oural »16.

  • 17 AV, carton 132.

36La visite du général de Gaulle semble avoir permis un resserrement des liens culturels entre la France et la Pologne, mais sans réelle mutation. Tandis que Gierek s’est rendu en France à plusieurs reprises, Valéry Giscard d’Estaing est venu à Varsovie en 1975, 1976, 1978, 1979 et 1980. Cette fréquence enlève certes de son retentissement à l’événement mais l’ambassade n’en souligne pas moins qu’en 1975, survenant quatre semaines après la visite du Président de la République, « notre fête nationale a été marquée en Pologne de manière plus sensible que d’habitude ». Il ne s’agit pas de liesse populaire mais il paraît significatif que paraisse en première page du journal du parti communiste un message au Président d’une République française dont est rappelé d’une part l’héritage révolutionnaire de 1789, et d’autre part qu’elle fut la première puissance occidentale à reconnaître les nouvelles frontières de la Pologne, la fameuse ligne Oder-Neisse17.

  • 18 SCAC, dossier 9.
  • 19 AV, carton 132.

37C’est sans doute cette amélioration des relations franco-polonaises qui permet l’ouverture en 1970 d’une Alliance française à Varsovie, mais qui n’est pas immédiatement autorisée à donner des cours18. Il transparaît en effet dans les documents, pourtant rédigés en langage diplomatique, que les relations entre Paris et Varsovie n’échappent toujours pas à certaines ambiguïtés. Certes, la Pologne a obtenu la création d’une chaire d’études polonaises en Sorbonne, mais la bibliothèque polonaise reste, à Paris, aux mains des opposants au régime communiste. Son importance symbolique est due à son ancienneté puisqu’elle avait été fondée en 1832 et qu’elle dispose d’un siège prestigieux, depuis 1853, sur l’île Saint-Louis. Giereck accuse ainsi la revue Kultura de « se spécialiser dans les invectives contre les dirigeants de la Pologne » et demande sa suppression au gouvernement français19. Pompidou répond en évoquant le respect de la liberté de la presse dont, dit-il, il peut lui-même être la victime. On relève néanmoins la multiplication d’échanges divers, visites de parlementaires, contacts entre associations notamment d’étudiants alors que, précédemment, seule l’UNEF considérée comme procommuniste était considérée comme un interlocuteur possible.

38Ainsi, au moment où éclatent les événements de Gdańsk et où l’histoire de la Pologne prend une toute nouvelle orientation, rien n’a radicalement changé dans les relations culturelles franco-polonaises. Le vieux contentieux découlant de la présence et de l’activité en France d’opposants au régime n’est pas apuré. La France n’a toujours pas fait beaucoup d’efforts pour développer chez elle les études polonaises. Elle ne semble pas non plus avoir poussé très loin la rénovation des modes d’une coopération qui privilégie toujours la défense de la langue française et fait peu de place aux échanges techniques souhaités par les Polonais. En Pologne, les locaux alloués aux manifestations de la présence française restent médiocres et on reste loin de ce qu’étaient les implantations françaises avant la rupture de 1949-1950, tant à Varsovie qu’à Cracovie. La France ne consacre à la coopération culturelle avec la Pologne que des moyens matériels et humains limités et, sans doute, le régime communiste, toujours défiant, ne tolèrerait pas qu’il en soit autrement. Comme c’est apparu clairement lors de la visite du général de Gaulle, c’est surtout en évoquant le passé qu’on parle d’une communauté de destin entre Pologne et France. Certes, depuis 1957, les relations sont allées en s’assouplissant, non sans raidissements passagers, mais une véritable coopération culturelle, englobant toutes les dimensions de la culture moderne, technique aussi bien qu’artistique et littéraire, reste à mettre en œuvre.

Notes

1 Archives diplomatiques de Nantes (AD), poste de Varsovie, ambassade (AV), Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC), carton 2, procès-verbal de la réunion de la commission mixte du 9-11 décembre 1948.

2 SCAC, carton 2, commission mixte de décembre 1948, rapport de P. Jackowski, membre de la délégation polonaise, chacune des deux délégations comptant huit membres représentant les deux ambassades de Varsovie et de Paris et les divers ministères impliqués dans les échanges.

3 SCAC, carton 2, procès-verbal de la réunion de la commission mixte du 5 octobre 1949.

4 SCAC, carton 2, mention d’une convention culturelle franco-polonaise signée le 10 juillet 1957, créant à nouveau une commission mixte.

5 De Gaulle C., Discours et messages. Vers le terme 1966-1968, Paris, Plon, 1970, p. 221-234 (rééd. Paris, Le livre de Poche, no 3757, 1974).

6 AV, carton 103.

7 Fidèle second puis successeur de Fernand Braudel à la direction de la Maison des Sciences de l’Homme de Paris, Georges Heller, originaire d’Autriche, était particulièrement ouvert au problème des relations avec les pays d’Europe centrale et orientale.

8 AV, carton 6.

9 SCAC, dossier 8.

10 SCAC, dossier 8.

11 SCAC, dossier 8.

12 SCAC, dossier 8.

13 AV, carton 6, sans date ni auteur.

14 AV, carton 7.

15 Ponty J., « Pologne », dans Andrieu C., Braud P. et Pikett y G. (dir.), Dictionnaire De Gaulle, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 933-935.

16 Pour plus de précision sur la politique de De Gaulle vis-à-vis de la Pologne, voir Zgorniak M., « Le rôle de la France du Général de Gaulle dans la politique extérieure de la Pologne », De Gaulle en son siècle, t. 5, L’Europe, Paris, La Documentation Française, 1992.

17 AV, carton 132.

18 SCAC, dossier 9.

19 AV, carton 132.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search