Version classiqueVersion mobile

Le rayonnement français en Europe centrale

 | 
Olivier Chaline
, 
Jaroslaw Dumanowski
, 
Michel Figeac

Troisième Partie. Les échanges culturels entre la France et l’Europe centrale

40. La relance de l’action culturelle française en Pologne aux lendemains de la Deuxième Guerre mondiale 1946-19561

Sylvie Guillaume

Texte intégral

  • 1 Cette étude ainsi que celle de Pierre Guillaume sur « Le renouveau de la présence culturelle franç (...)

1La Pologne a toujours été dans la mémoire collective française un pays ami ; ce préjugé favorable est illustré par les amours romantiques entre Frédéric Chopin et George Sand, par les liens entre les deux noblesses française et polonaise qui conversaient en français au temps où cette langue était universelle. Le destin tragique de ce pays, coincé entre les ambitions de la Russie d’une part et de l’Allemagne d’autre part, a suscité à juste titre la compassion un rien protectrice de la part de la France. L’invasion de la Pologne le 1er septembre 1939 par les troupes hitlériennes fut l’événement qui entraîna la France et la Grande-Bretagne dans un conflit très vite devenu mondial. Plus près de nous, le mouvement Solidarnosc dirigé par Lech Walesa eut un retentissement considérable en France et Gdańsk devint dans les années 1980 aussi célèbre que Dantzig, son ancien nom dans les années 1930.

2L’amitié franco-polonaise ne repose pas seulement sur des symboles mais aussi sur des relations fortes. La France offre une aide militaire à la Pologne de Pilsudski qui entre en guerre avec l’URSS entre 1919 et 1921 pour obtenir un déplacement de ses frontières ; les relations culturelles sont renforcées par l’accord de 1923 qui prévoit la création en 1924 de l’Institut français de Varsovie. Dans le même temps, on favorisa aussi le recrutement des travailleurs polonais pour les mines françaises dans l’Est et le Nord de la France et des agents recruteurs français de la Société Générale d’Immigration (SGI) se déplacent dans les années 1920 à Mysłowice, Jaroslaw ou Wejherowo. Après la Deuxième Guerre mondiale, la Pologne fait partie des premiers États de l’Europe centrale et orientale à devenir communiste. L’Armée rouge repousse vers l’ouest les troupes allemandes en déroute et s’empare de Varsovie le 17 janvier 1945. Le gouvernement de Lublin, formé à partir du comité polonais de libération constitué le 22 juillet 1944 et soutenu par l’URSS, peut alors s’installer à Varsovie tandis que la résistance polonaise réfugiée à Londres est exclue du pouvoir ; le 28 juin 1945, un nouveau gouvernement provisoire placé sous la direction de Morawski avec Gomulka et Mikołajczyk s’engage à organiser des élections libres et il est reconnu par la France. Après son succès aux élections générales de janvier 1947, le Parti ouvrier unifié polonais sous la direction de Bolesław Bierut proclame la République populaire de Pologne ; Cyrankiewicz est Premier ministre et Gomulka premier ministre-adjoint et secrétaire général du parti ; celui-ci sera destitué en septembre 1948. La Pologne ne retrouve ses libertés qu’après l’implosion du régime soviétique en 1990. La France de la IVe République doit donc composer non sans mal avec un régime particulièrement dur jusqu’en 1956, date du retour au pouvoir de Gomulka, alors qu’elle gardait toutes ses illusions pour renouer des relations semblables à celles de l’entre-deux-guerres. L’action culturelle française en Pologne après la guerre est donc très fortement marquée par ces difficultés.

Les ambitions et les illusions françaises (1945-1947)

3Les archives diplomatiques du centre de Nantes sont une source très utile pour analyser les ambitions culturelles françaises en Pologne. Dès 1945, une mission universitaire conduite par le Doyen de la Faculté des Lettres de Paris est diligentée en Pologne pour faire le point de la situation et pour s’assurer que les contrats passés, comme l’accord culturel de 1923 dont l’application fut interrompue par la guerre, seraient reconduits. Dans son ouvrage J’ai vu tomber le rideau de fer, Georges Catroux, qui avait occupé le poste d’ambassadeur à Moscou de 1945 à décembre 1948, insiste sur la bienveillance de l’URSS à cet égard :

  • 2 Catroux G., J’ai vu tomber le rideau de fer. Moscou 1945-1948, Paris, Hachette, 1952, p. 148.

J’avais en effet des raisons de penser qu’une alliance franco-polonaise serait agréable à Moscou… Ma pensée était qu’en s’engageant dans cette voie, en contractant avec la Pologne et la Yougoslavie des pactes ayant pour objet de faire obstacle à la renaissance du péril allemand, nous administrerions la preuve que nous ne faisions pas une politique de « préférence occidentale » ou « d’exclusivisme occidental », comme on nous le reprochait à Moscou. J’estimais au surplus que cette politique obéirait au principe d’équilibre que le général de Gaulle, chef du gouvernement provisoire, avait récemment proclamé2.

4Mais guère plus que la RFA, la France n’avait la possibilité de maintenir les équilibres entre l’Est et l’Ouest et les désillusions arrivèrent très vite. Le gouvernement communiste polonais entend mener les négociations sur de nouvelles bases comme le montre le problème de la réouverture de l’Institut français à Varsovie.

L’Institut français de Varsovie

5Les activités culturelles françaises en Pologne sont organisées dans les Instituts français dont les locaux peuvent être distincts de l’Ambassade ou des Consulats comme c’est le cas dans la capitale polonaise.

  • 3 Rapport sur l’activité de l’Institut français de Pologne en 1946 [ensuite cité comme Rapport 1946] (...)

6La principale préoccupation dans l’après-guerre est la reconstruction de l’Institut français de Varsovie. L’ambassadeur de France en Pologne, Roger Carreau, dans son rapport au ministre des Affaires étrangères du gouvernement provisoire, Georges Bidault, rappelle avec nostalgie la situation d’avant-guerre en ces termes : « Il va de soi que, dans l’avenir, c’est Varsovie, la capitale, qui a toutes les chances de devenir, comme autrefois, le centre d’activité intellectuelle du pays »3.

7L’Institut français de Varsovie occupait le Palais Staszic pour lequel le gouvernement français avait négocié un bail de 99 ans, à charge pour lui de procéder aux aménagements nécessaires, ce qu’il fit entre 1924 et 1939, et de partager ces locaux avec la Société des Sciences de Varsovie. L’Institut est rattaché administrativement à l’Université de Paris. Il occupe ainsi des locaux en façade du palais et peut utiliser en commun avec la Société des Sciences une grande salle en colonne du premier étage pour les manifestations solennelles. Les charges générales d’entretien sont partagées entre l’Institut et la Société. L’Ambassadeur de France souhaite bénéficier des mêmes avantages après la guerre. Or, le Palais Staszic est détruit comme d’ailleurs la presque totalité de la capitale polonaise. Le gouvernement français, si l’on en croit l’ambassadeur, ne serait pas hostile à participer à la reconstruction du palais. Mais les autorités polonaises commencent par émettre des objections. Elles voudraient transformer le palais en un grand centre de culture nationale à partir de plans qui ont été élaborés à l’insu des services français et elles proposent de localiser l’Institut français dans un seul bâtiment à l’arrière du palais. La Société des Sciences de Varsovie mais aussi différentes fondations étrangères seraient également logées dans le Palais. L’Ambassadeur fait donc valoir plusieurs objections : la remise en cause des avantages antérieurs dont bénéficiait la France, l’absence de visibilité dans le relogement de l’Institut français et la lenteur des travaux qui retarderait d’autant la reprise des activités. Des conversations avec les autorités polonaises, en particulier avec le ministre de la Reconstruction Kaczorowski, permettent d’envisager une autre solution ; en échange de ses droits sur le palais Staszic, la France obtiendrait un terrain bien placé dans Varsovie sur lequel serait bâti le nouvel Institut français.

  • 4 Carton 2, 1er avril 1947.

8Comme le soulignent souvent les rapports, le gouvernement français n’a pas le choix s’il veut « fonder à Varsovie un centre important pour le rapprochement des deux nations » qui serait le « symbole de l’attachement intact des deux nations » ; ses seules objections concernent le choix du terrain qu’il veut le mieux localisé possible et relativement grand pour prévoir une bibliothèque, des salles de cours, un pavillon de résidence pour le directeur et le personnel des professeurs ainsi que pour les boursiers et les personnalités de passage, une salle d’exposition et une salle de conférences. Un architecte est envoyé de Paris. Le gouvernement insiste sur les objectifs strictement culturels et désintéressés de l’Institut : « [Cette fondation] doit conserver son caractère universitaire et culturel exclusif. C’est une Maison de l’Université de Paris qui doit s’ouvrir à Varsovie, ou plutôt se rouvrir avec des moyens accrus » écrit Pierre Francastel, professeur de la Faculté des Lettres de Strasbourg et premier directeur de l’Institut au président de la ville de Varsovie, Tolwinski4. Un local provisoire est attribué, bien situé au centre de la capitale, ce qui permet à l’Institut d’ouvrir. Un accord culturel plus général est signé entre la France et la Pologne qui reprend globalement le contenu de celui de 1924.

Efforts dans les autres villes

  • 5 Rapport 1946, op. cit., p. 112.

9Les initiatives de la France ne s’arrêtent pas à Varsovie mais touchent d’autres villes polonaises. À Cracovie en premier lieu, ville historique, le gouvernement français procède au réaménagement d’un Institut chargé de la diffusion de la langue française. Des pourparlers sont engagés avec l’Académie polonaise de Cracovie pour financer la traduction en français d’un ouvrage important de Moszynski sur la culture populaire slave. Comme le souligne un rapport de 1946 : « Cracovie est la seule grande ville de Pologne à avoir conservé une bibliothèque importante ainsi que des archives. C’est à Cracovie seulement que l’on pourra poursuivre des études sur l’histoire et le passé de la Pologne »5.

10La budgétisation globale de l’aménagement, de l’installation et de la restauration des Instituts français de Varsovie et de Cracovie s’élève, d’après le rapport, à près de 12 millions de francs. S’y ajoute le budget ordinaire de fonctionnement (achats de matériel comme des machines à écrire), subventions aux cours de français, achats de livres pour les bibliothèques, conférences, concerts, gages du personnel de service, soit plus de 5 millions de francs pour les deux Instituts. Aucun élément de comparaison n’est à notre disposition, ni dans le temps, ni dans l’espace.

11Cependant, d’autres villes sont visées par les ambitions françaises avec la volonté de manifester une présence française dans des villes ouvrières où le gouvernement polonais veut créer des centres scientifiques, Lodz qui n’avait pas d’université, Wrocław qui fait partie des territoires pris sur l’Allemagne, Poznań, Lublin qui est dotée d’une université scientifique, Gdańsk qui a une école supérieure pour la formation des cadres de l’administration polonaise, Katowice avec sa faculté de médecine et une école polytechnique. Le gouvernement français cherche ainsi à participer au développement de ces villes et à ouvrir des centres culturels dans le but de développer la langue française au même titre que l’anglais et le russe, le français étant considéré « comme un instrument de travail et de culture, notamment de culture scientifique ». C’est sur ce point que les désillusions ne se font pas attendre.

Les activités culturelles autour de la défense de la culture française

12Elles découlent de deux impératifs décrits par l’ambassadeur Pierre Moisy en 1949 :

Maintenir notre traditionnelle influence intellectuelle en ce pays pour lui permettre d’échapper dans une certaine mesure à la pression de la civilisation germanique et de la prépondérance politique russe, le devoir de suivre loyalement les indications contenues dans l’accord culturel franco polonais.

13Le premier objectif a une portée idéologique qui s’apparente à la diplomatie traditionnelle, le soutien à la Pologne face aux ambitions germaniques sur la Mitteleuropa, le second une portée juridique, l’application des accords culturels de février 1947. Or, le rapport de Pierre Moisy souligne également les difficultés à respecter cette ligne de conduite. La Pologne subit un régime dur après la destitution de Gomulka, les Polonais souffrent d’une pénurie générale et la France n’est plus un partenaire de premier plan. Rappelons aussi qu’en France, les ministres communistes ont été exclus du gouvernement Ramadier ce qui a des répercussions sur l’image de la France auprès des autorités polonaises, comme le souligne Jerzy Putrament, ambassadeur de Pologne à Paris :

  • 6 Archives du ministère des Affaires étrangères, Varsovie, fonds 6, liasse 67, vol. 994, cité dans N (...)

Les Français devraient savoir que nous ne voyons plus en eux qu’un satellite américain… il est de notre devoir de répéter à chaque occasion que la France comme grande puissance n’est plus d’actualité. Et cela jusqu’au moment où elle n’essayera pas, même partiellement de rejeter la tutelle américaine… Le renvoi des communistes du gouvernement nous a privé d’un appui bienveillant dans quelques ministères6.

14Il n’en demeure pas moins que, grâce à la ténacité du personnel diplomatique et des professeurs en place, les activités diverses sont lancées. La plus importante, en tout cas, celle qui leur tient le plus à cœur, est le maintien pour ne pas dire le développement de la place de la langue française. À cette fin, on tente de favoriser les échanges et d’accroître les cours de langue.

La défense de la langue : les enseignements

  • 7 Tableau reproduit dans Le Monde, 25 janvier 1950.

15Un rapport de 1950 souligne la présence de cours de français dans sept centres ou instituts sur neuf, Varsovie, Cracovie, Poznań, Lodz, Gdańsk, Szcezin, Gliwice, Lublin et Katowice. Le tableau qui recense le nombre d’étudiants en 1949 montre la primauté de Varsovie et de Cracovie7.

Étudiants

Lecteurs

Varsovie

870

250

Cracovie

615

200

Lodz

495

-

Poznań

465

-

Gdańsk

320

-

Szcecin

90

100

Lublin

-

100

Katowice

-

-

Gliwice

85

-

Total

2 940

650

16Les professeurs sont dans leur grande majorité de nationalité française. La présence de lecteurs peut pallier les insuffisances. Les rapports des directeurs de l’Institut français de Varsovie font valoir la nécessité de recruter un plus grand nombre de professeurs agrégés. On se plaint également d’un sous-encadrement administratif. Mais n’est-ce pas la règle pour tout responsable d’une institution que de réclamer plus de personnel ? Il est difficile d’évaluer la situation réelle et surtout de la comparer avec d’autres pays.

  • 8 Rapport de Francastel, 12 mai 1947.

17Conformément aux accords de 1947, il est prévu également que des professeurs français détachés dans les Instituts donnent des cours dans les écoles supérieures créées par le gouvernement polonais pour former rapidement des cadres pédagogiques des enseignants des langues étrangères. Pour ce faire, l’appui de l’ambassade et des consuls est nécessaire. Le directeur de l’Institut plaide en faveur de ces cours qui « sont de nature à nous faire réellement honneur »8.

18Les cours de français peuvent donc être dispensés à l’intérieur des locaux français dans le cadre des Instituts, mais aussi à l’extérieur dans les structures d’éducation polonaise pour favoriser les échanges. Les diplomates français réclament un budget plus conséquent pour répondre aux besoins de l’enseignement du français dans les écoles en Pologne, et pour mieux se faire entendre les responsables évoquent la concurrence britannique :

  • 9 Carton 5 IGE, 6 février 1947.

On ne saurait trop insister sur l’importance capitale de ce problème. La réorganisation de l’enseignement public polonais envisage l’introduction d’un enseignement obligatoire des langues étrangères au niveau du primaire et du secondaire. Le français se trouve en concurrence avec le russe et avec l’anglais. Le British Council manifeste en Pologne une activité considérable qui peut ne pas toujours être très habile mais qui n’en dispose pas moins de moyens énormes et qui fatalement mettrait notre propre action en difficulté si aucun effort n’était consenti de notre part9.

19Cette requête adressée au ministère des Affaires étrangères par le chargé d’affaires de l’ambassade M. de Beausse souligne un problème récurrent. La concurrence du British Council, qui semble être la seule institution culturelle occidentale de ce type à se maintenir est à nouveau évoquée en 1950 et en 1955. Dès 1950, les rapports expriment leurs doutes quant aux chances de développement de la langue française.

Les bourses

20La question de l’attribution des bourses est également très souvent débattue. On souligne les efforts entrepris par le gouvernement français dans l’attribution de bourses à des étudiants polonais ; soixante pour l’année 1946, ce qui représente aux dires du rapporteur le plus fort contingent de boursiers dans un pays étranger. Cependant, les diplomates français évoquent les difficultés qu’ils rencontrent à sélectionner librement les candidats. Certes, une commission mixte composée de représentants français et polonais est chargée de la sélection, mais quelle que soit celle-ci, elle peut toujours être remise en cause au moment de l’obtention de visas. Le gouvernement polonais s’arroge aussi le droit de substituer un candidat de son choix à celui à qui il a refusé un visa de sortie. Ce sont des méthodes jugées très préjudiciables, mais comme le souligne aussi le rapporteur en des termes diplomatiques :

  • 10 12 mai 1947, p. 5.

Il est toutefois nécessaire de souligner qu’en dernière analyse, la situation est rendue difficile parce que l’on peut se demander si certaines autorités polonaises ne cherchent pas à diminuer dans la mesure du possible la fréquence des relations entre la jeunesse de ce pays et la France. Ce serait donc faire le jeu que de prendre ici, à Varsovie, une attitude trop cassante10.

  • 11 Cité dans Nieuwazny A. et Laforest C., De tout temps amis…, op. cit., p. 410.

21À Paris, l’ambassadeur polonais se plaint que les bourses financées par le gouvernement polonais « constituent un gaspillage de l’argent public, et de toute façon facilitent la contamination dangereuse de notre société par les courants intellectuels nocifs et vains qui sévissent aujourd’hui en France et qui sont typiques d’une période pré-fasciste »11. L’ambassadeur suggère que l’on fasse à la rigueur un effort pour les bourses d’étudiants médecins ou ingénieurs, mais certainement pas pour les étudiants polonais en lettres, histoire, ou histoire de l’art.

22Bref, on est bien obligé de composer.

Les bibliothèques et la diffusion du livre français

23La présence de bibliothèques dans les Instituts et les centres culturels est indispensable pour compléter les enseignements et attirer un public francophone. Cependant, Cracovie est la seule ville à avoir conservé une bibliothèque importante et des archives. Les destructions de guerre ou l’absence de bibliothèque dans les villes ouvrières rendent prioritaires l’achat de livres et la rémunération d’un bibliothécaire, souvent de nationalité polonaise. « Pour atteindre la masse des nouvelles couches sociales » comme l’écrit Francastel en 1946, il faut en effet prévoir à côté des salles de cours des salles de lecture ouvertes au public. Mais les rapports font mention de la pénurie et des difficultés d’acheminement des ouvrages, et de leur vétusté. Les bibliothèques françaises en Pologne, semble-t-il, sont riches d’ouvrages caduques dont ne veulent plus les bibliothèques en France.

24On trouve dans les archives une évaluation du nombre d’ouvrages des bibliothèques en 1953, après la crise de 1950, qui sera évoquée ultérieurement. Le total s’élève à 13 500 ouvrages dont 6 000 à Cracovie soit près de la moitié, ce qui n’a rien d’étonnant à cause de son ancienneté et sa non destruction mais un effort a été fait en direction des villes ouvrières (1 000 ouvrages à Gdańsk, 750 à Katowice).

  • 12 Carton I A2, 28 juin 1948.
  • 13 Carton I A5, 11 juin 1949.

25Par ailleurs, une note du ministère des Affaires étrangères destinée à l’ambassadeur en Pologne fait état de l’impossibilité d’envoyer les quotidiens français à cause de compressions budgétaires. On peut penser aussi que les autorités polonaises veillent à ce que les livres et journaux n’aient pas de contenu pernicieux. Une note du 28 juin 1948 évoque très brièvement les critiques portées sur l’AFP par la section étrangère de l’Agence de presse polonaise, PAP12. Il vaut donc mieux ne rien envoyer plutôt que de courir après l’incident diplomatique ! Il est également curieux que la TSF soit inaudible en Pologne, et les raisons techniques ne sont pas forcément les seules en cause13.

  • 14 12 mai 1947, p. 17.

26Les autorités françaises cherchent également à lancer des opérations de traduction d’ouvrages français en polonais pour les rendre plus accessibles, même si c’est aussi un aveu du faible nombre de francophones. En 1946, on évoque le problème de la traduction du livre de Romain Gary, Éducation européenne. Cette politique veut contrecarrer la politique polonaise car « dans ces derniers temps [il s’agit de l’année 1947], plusieurs livres ont été publiés par des Polonais avec un accent nettement anti-français »14.

Missions et manifestations

27Il n’est pas possible, d’après les archives, de répertorier avec précision les missions universitaires et les échanges entre la France et la Pologne, mais on constate leur existence à travers des rapports ponctuels, principalement lorsque les services de l’ambassade se plaignent que les missionnaires ne se présentent pas devant leurs services ; c’est le cas de Pierre Georges, le géographe en mission en octobre 1949 invité par les Amitiés franco-polonaises. Roger Vailland est venu à Varsovie en novembre 1952. Ces missionnaires sont en grande majorité (pour ne pas dire en exclusivité) des communistes ou des sympathisants communistes comme Éluard, Aragon. Les universitaires de l’École des Annales comme Fernand Braudel sont toutefois invités à faire des conférences en Pologne.

28Les manifestations artistiques sont orientées. En 1954, le Théâtre national populaire fait une tournée avec Jean-Louis Barrault. En 1952 est organisée une exposition d’art français contemporain à Varsovie. Elle est inaugurée devant 500 personnes et comporte des toiles de Signac, Matisse, Albert Marquet, André Fougeron dont le tableau Henri Martin dans sa cellule fut particulièrement remarqué. Le commentaire d’un journal polonais Kurier Codzienny est éloquent :

[Cette exposition] constitue un témoignage du mouvement révolutionnaire qui anime les artistes français et les fait se diriger vers un nouveau réalisme tout en conservant les grandes traditions nationales de l’art français.

29Ces quelques exemples de manifestations artistiques interviennent au moment où éclate une grave crise qui met en cause le maintien des Instituts français.

La crise des années 1950

30Auparavant, les difficultés rencontrées par le personnel français relevaient de tracasseries administratives ; de leur côté, les diplomates n’avaient de cesse de se plaindre de la faiblesse des moyens dispensés par le ministère des Affaires étrangères français. Mais une lecture attentive des rapports souligne cependant la perception progressive d’un durcissement de la part du régime polonais vis-à-vis de l’Occident. Des 1947, l’ambassadeur Jerzy Putrament se plaint d’un déséquilibre :

  • 15 Nieuwazny A. et Laforest C., De tout temps amis…, op. cit., p. 411.

La situation actuelle, où les autorités polonaises facilitent à chaque occasion la vie des institutions françaises à Varsovie et à Cracovie, et où les Français ne peuvent pas faire le moindre geste à l’égard des organismes polonais à Paris, n’est plus tolérable15.

31La Pologne reproche en effet à la France de ne pas veiller au développement de l’École et de la bibliothèque polonaises à Paris. Le gouvernement français doit aussi tenir compte de l’hostilité des Polonais immigrés en France et farouchement anticommunistes.

  • 16 Dennery E., « Quatre ans d’ambassade en Pologne », Revue des deux mondes, décembre 1977, p. 629.

32Des accusations d’espionnage sont portées à l’encontre des Français en Pologne et comme le souligne Étienne Dennery, ambassadeur de France en Pologne de 1950 à 1954 : « Lorsque j’arrivai à Varsovie, la campagne contre la France battait son plein. L’atmosphère s’en trouvait empoisonnée »16.

33Il fait allusion aux procès d’Antoine Robineau, secrétaire du consulat de France à Szcecin et fils du secrétaire général de l’Institut français de Varsovie. Accusé d’espionnage, il fut arrêté le 20 novembre 1949 au moment où il prenait l’avion pour la France. Yvonne Bassaler, secrétaire du consul à Wrocław, est condamnée à huit ans de prison pour espionnage. Elle fut libérée le 30 décembre 1950 grâce à l’intervention de Vincent Auriol, Président de la République française. En janvier 1950, onze professeurs français sur quarante ont été expulsés de Varsovie. Le vendredi 13 janvier, le gouvernement polonais décrète la cessation des activités de l’Institut français de Varsovie. En effet, le 13 janvier à 16h30, dix inspecteurs de police dont huit en civil et deux en uniforme procèdent à sa fermeture après en avoir chassé le personnel, le secrétaire de l’Institut, la bibliothécaire polonaise et ses deux aides également polonaises, le portier, la femme de service, le chauffeur et deux professeurs. Le directeur M. Moisy était absent. Les scellés sont apposés. Les autres Instituts et centres culturels français dispersés en Pologne subissent le même sort, à l’exception de celui de Katowice car les bâtiments sont localisés au Consulat de France et donc protégés par l’immunité diplomatique. Cette décision aurait été prise en représailles aux difficultés que rencontreraient les communistes polonais en France, en particulier des instituteurs et des moniteurs qui ont été expulsés du territoire français ; notons en effet que les immigrants polonais en France ne sont pas communistes et ne voient pas d’un très bon œil l’arrivée de leurs compatriotes communistes venus dans le cadre d’échanges pour enseigner le polonais. À ce problème s’ajoute aussi le contentieux qui oppose les deux gouvernements à propos de la bibliothèque polonaise de Paris.

34La fermeture des Instituts et centres culturels français en Pologne a des conséquences immédiates sur le devenir des bibliothèques, dont il faut procéder à la liquidation ; or, celle-ci a un coût – ne serait-ce que par les frais de transport –, ce qui amène les autorités françaises en Pologne à proposer de donner les livres aux écoles et universités polonaises. Une autre proposition est faite, s’agissant de la bibliothèque de Varsovie, qui est de transporter les livres dans les locaux de l’ambassade.

35Les autorités françaises s’interrogent sur la réponse à donner à cette crise. Beaucoup pensent qu’il faut maintenir les liens à tout prix pour ne pas décevoir ceux des Polonais qui restent francophiles malgré tout. Tout en exigeant la levée des scellés qui n’intervient pas dans l’immédiat, les diplomates font tout pour garder le contact, organiser à l’ambassade des manifestations telles qu’elles ont été présentées dans le paragraphe précédent. La situation reste difficile dans un pays où le quotidien est rude et où le culturel passe au second plan. Des signes d’assouplissement semblent se manifester à partir de 1955, ce qui explique peut-être le ton très optimiste de l’ambassadeur dans un rapport au ministre des Affaires étrangères, le 7 octobre 1955 :

On peut sans se tromper affirmer que le gouvernement polonais souhaite augmenter les échanges culturels entre nos deux pays et que l’opinion publique y serait très favorable.

36L’ambassadeur explique cette attitude par la place privilégiée qu’occupe la France dans ce pays :

  • 17 Carton no 102, 7 octobre 1955.

La France, de par les traditions et du fait que les milieux intellectuels et même d’hommes politiques parlent le français, est de tous les pays occidentaux celui le mieux placé pour mener une politique active en Pologne… Il est à noter que les membres les plus autorisés du Parti désirent voir notre pays reprendre sur le plan culturel comme sur le plan économique du reste une place plus importante. Cela tient au fait que contrairement sans doute à beaucoup d’autres pays du rideau de fer, ces hommes ont une éducation occidentale, que beaucoup d’entre eux ont fait leurs études en France. Si sur le plan politique ce sont des marxistes authentiques, sur le plan culturel et artistique, ils ont d’autres goûts et d’autres désirs que leurs maîtres de Moscou17.

37Méthode Coué ou réalité ? Il est difficile de trancher en l’absence du point de vue des Polonais. Notons qu’on trouve dans cette lettre quelques clichés comme la distinction qui est faite entre le Polonais lettré et cultivé et le Soviétique qui ne l’est pas, comme aussi les liens traditionnels qui perdurent quels que soient les régimes entre la France et sa protégée, la Pologne. C’est oublier que la résistance polonaise s’est réfugiée à Londres et c’est en contradiction avec les craintes de la concurrence du British Council qui, selon une note de la même année 1955, est la « seule institution culturelle étrangère permanente en état de fonctionnement ».

38Un attaché culturel nommé à Varsovie a en charge l’organisation de manifestations diverses et le maintien des échanges avec les autorités polonaises. Le dégel ne tarde pas cependant à apparaître avec les péripéties de la déstalinisation marquées dans un premier temps par la révolte de Poznań en juin 1956 (matée par la police et l’armée), suivie de la réhabilitation de Gomulka en août et de son retour au pouvoir en octobre.

Notes

1 Cette étude ainsi que celle de Pierre Guillaume sur « Le renouveau de la présence culturelle française en Pologne, 1957-fin des années 1970 » sont largement inspirées par les archives diplomatiques de Nantes. Les documents sont classés par poste. On dispose pour la Pologne de ceux de l’ambassade de Varsovie et de ceux du service de coopération et d’action culturelle. Le classement de ces documents découle de leur date de versement. Le contenu des différents cartons est inventorié, mais il est très hétérogène tant par la date des différentes pièces que par leur contenu, ce qui rend parfois les références aléatoires.

2 Catroux G., J’ai vu tomber le rideau de fer. Moscou 1945-1948, Paris, Hachette, 1952, p. 148.

3 Rapport sur l’activité de l’Institut français de Pologne en 1946 [ensuite cité comme Rapport 1946], carton IA, p. 111.

4 Carton 2, 1er avril 1947.

5 Rapport 1946, op. cit., p. 112.

6 Archives du ministère des Affaires étrangères, Varsovie, fonds 6, liasse 67, vol. 994, cité dans Nieuwazny A. et Laforest C., De tout temps amis : cinq siècles de relations franco-polonaises, Paris, Nouveau monde éditions, 1974, p. 407.

7 Tableau reproduit dans Le Monde, 25 janvier 1950.

8 Rapport de Francastel, 12 mai 1947.

9 Carton 5 IGE, 6 février 1947.

10 12 mai 1947, p. 5.

11 Cité dans Nieuwazny A. et Laforest C., De tout temps amis…, op. cit., p. 410.

12 Carton I A2, 28 juin 1948.

13 Carton I A5, 11 juin 1949.

14 12 mai 1947, p. 17.

15 Nieuwazny A. et Laforest C., De tout temps amis…, op. cit., p. 411.

16 Dennery E., « Quatre ans d’ambassade en Pologne », Revue des deux mondes, décembre 1977, p. 629.

17 Carton no 102, 7 octobre 1955.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search